IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Covid-19 : le NHS, système national de santé en Grande-Bretagne, dévoile le code source de son application de traçage de contacts,
Qui contourne les restrictions d'Apple liées au Bluetooth

Le , par Stan Adkens

1.1KPARTAGES

13  0 
Alors que plusieurs pays préparent le déconfinement, le gouvernement britannique s'est empressé de trouver des moyens d'assouplir les restrictions sans mettre en danger la sécurité publique. Parmi ses solutions, il y a une application de traçage de contacts qui peut permettre la recherche numérique de contacts à grande échelle. Au cours de cette semaine, le gouvernement a révélé de plus amples détails sur cette application, dont a première phase de déploiement est en cours sur l'île de Wight avant d’être étendue au reste du Royaume-Uni, si elle s'avère efficace. NHS a dévoilé le code source de l’application de recherche de contacts le jeudi dernier.

Selon un article publié par BBC News, jusqu’à jeudi, plus de 40 000 personnes avaient installé le logiciel pour smartphone. L’application britannique de traçage de contacts, comme toute autre application de ce type, est conçue pour permettre aux personnes de savoir si elles ont été en contact étroit avec une personne qui, par la suite, a signalé un résultat positif au test Covid-19. Elle pourrait permettre de déterminer exactement qui doit être mis en quarantaine et qui ne doit pas l'être, ce qui est essentiel pour assouplir les mesures de distanciation sociale. L'objectif de l'application est d'essayer de retrouver les personnes et de les alerter de la nécessité de s'isoler plus rapidement que les méthodes traditionnelles.


Un système de recherche de contacts centralisé

L'application Covid-19 du NHS est conçue pour utiliser les smartphones des gens afin de savoir quand ils se sont rapprochés les uns des autres et pendant combien de temps, en envoyant des signaux Bluetooth. Les utilisateurs qui téléchargent l'application peuvent choisir volontairement d'enregistrer les détails de leurs symptômes lorsqu'ils commencent à se sentir mal. L'application garde une trace des personnes qui ont été en contact étroit grâce à des signaux Bluetooth qui transmettent une identification anonyme. Ces signaux Bluetooth à faible énergie effectuent une "poignée de main" numérique lorsque deux utilisateurs entrent en contact étroit, mais gardent ces données anonymes, selon NHS.

Si une personne signale ultérieurement qu'elle est positive au coronavirus, elle enverra un message ping aux personnes qui ont été en contact étroit avec elle, et qu’elle aurait pu infecter, au cours des 28 derniers jours, en se basant sur leurs identifiants anonymes. L'application recommandera à ces personnes de s'isoler au cas où elles auraient contracté la maladie, éventuellement avant qu'elles n'aient des symptômes. Les personnes contactées ne connaîtront pas l'identité de la personne susceptible d'avoir transmis le coronavirus. Si la personne passe un test et que celui-ci est négatif, elle peut être libérée de son auto-isolement par une notification via l'application.

Pour son application mobile, le NHSX, l'unité d'innovation numérique du service de santé, a opté pour un système centralisé pour alimenter l'application, de sorte que le processus de recherche des contacts se déroule sur un serveur informatique basé au Royaume-Uni plutôt que sur les smartphones des particuliers.


Et il y a eu beaucoup de spéculations sur le fait que cette décision signifierait que l'application était condamnée à mal fonctionner sur certains smartphones. En effet, l’un des acteurs majeurs des systèmes d’exploitation mobiles, Apple, limite la possibilité pour les applications tierces d'utiliser le Bluetooth lorsqu'elles fonctionnent en arrière-plan, bien qu'elle ait promis d'assouplir cette règle pour les applications de recherche de contacts qui utilisent un système décentralisé qu'elle co-développe avec Google.

L’Allemagne, qui soutenait auparavant l’option de recherche centralisée, a fini par adopter le mois dernier la recherche décentralisée de contacts préconisée par Google et Apple. La communauté scientifique et les associations britanniques ainsi que plusieurs centaines de scientifiques européens et de militants ont critiqué sévèrement le choix du pays en mettant en garde contre les dérives potentielles de l'approche. Selon BBC News, Singapour et l'Australie ont signalé qu'ils passeraient également de l'approche centralisée à des applications décentralisées, pour respecter les contraintes d’Apple.

Des iPhone "jailbreakés" pour contourner les restrictions d’Apple liées au Bluetooth

Malgré les restrictions imposées par Apple aux applications tierces qui n’utilisent pas l’API Apple-Google, le NHSX avait dit avoir trouvé sa propre solution, et les tests préliminaires effectués par une société de cybersécurité suggèrent qu'elle a réussi, a rapporté BBC News. En effet, Pen Test Partners a installé l'application sur une poignée d'iPhone "jailbreakés" – modifiés pour leur permettre de surveiller des activités en arrière-plan.

« Lorsqu'ils étaient placés à proximité les uns des autres, les téléphones commençaient à "balayer" par Bluetooth à des intervalles de huit ou seize secondes », a déclaré le cofondateur Ken Munro. « D'autres ont exprimé leur inquiétude quant à l'inefficacité de l'application lorsqu'elle est placée en arrière-plan. Nos tests ont montré que cela ne semblait pas affecter le balisage, que les téléphones se soient rapprochés pour la première fois ou qu'ils aient été déplacés physiquement puis remis à portée », a-t-il ajouté.

Une autre société, Reincubate, a constaté que l'application était parfois "silencieuse" lorsqu'elle restait en arrière-plan pendant plus de 90 minutes sans être affichée à l’écran, mais a suggéré que cela ne devrait pas être un problème trop important dans des conditions réelles, a rapporté BBC News.


« Un certain nombre de facteurs raisonnables peuvent déclencher l'extension à cette fenêtre, y compris l'utilisation de Bluetooth, la présence d'appareils Android et l'efficacité des notifications [demandant à l'utilisateur de rouvrir l'application] », a-t-elle écrit sur son blog. « Dans nos tests, les appareils iOS sur lesquels nous avons lancé l'application ont continué à faire fonctionner le service en arrière-plan pendant la nuit », a ajouté la société.

Selon BBC News, les tests effectués pour son compte ont confirmé que les développeurs ont trouvé un moyen de contourner les restrictions qu'Apple impose à l'utilisation de Bluetooth dans les iPhone.

La France, dont l’application StopCovid entrera en phase test au cours de la semaine du 11 mai, refuse également d’adopter l’API proposée par Apple et Google et a demandé au fabricant d’iPhone d’assouplir ses restrictions liées au Bluetooth, ce qu’Apple refuse jusqu’à présent. Selon le gouvernement français, le contrôle français de la politique de santé est une « prérogative souveraine » qui ne devait pas être confiée à des entreprises privées.

Le code source de l’application traçage de NHS divulgué

« Il est là ! Le code source des applications COVID-19 BETA ». C’est sous ces termes que le NHSX a annoncé jeudi la divulgation du code source de son application Covid-19. Maintenant que le code est en ligne sur GitHub, l'application, qui fait déjà l’objet de déploiement, fera l'objet d'un examen plus approfondi. Ce qui permettra à d'autres, qui ne veulent pas utiliser l’API des deux géants de la technologie, de voir comment une solution de contournement a été réalisée.


Mais l’application ne passera pas sans critiques. Selon BBC News, déjà cette semaine, la commission conjointe des droits de l'homme a entendu des témoignages selon lesquels, malgré l'anonymat des utilisateurs, ceux-ci pourraient en théorie être réidentifiés, ce qui pourrait permettre aux autorités - voire aux pirates informatiques - de révéler les cercles sociaux des gens à d'autres fins. La commission a déclaré qu'un nouvel observatoire devrait être créé pour surveiller l'utilisation de l'application et les mesures prises pour garder les données en sécurité.

Harriet Harman, président du comité, a déclaré : « Les assurances des ministres sur la vie privée ne sont pas suffisantes ». « Il doit y avoir une protection juridique solide pour les individus sur ce à quoi ces données seront utilisées, qui y aura accès et comment elles seront protégées contre le piratage », a-t-il ajouté.

Selon BBC News, ceux qui critiquent l’approche britannique, disent que décentralisée permettrait de mieux protéger la vie privée des utilisateurs. Aussi, la nomination de la baronne Dido Harding par le ministre de la Santé Matt Hancock pour dirigera le programme de test, de suivi et de traçabilité, a surpris plus d'un. En effet, selon BBC, lorsqu'elle était directrice générale de TalkTalk, le fournisseur d'accès Internet a subi une importante violation de données et n'a pas informé correctement les clients concernés.

Le professeur Christophe Fraser - un épidémiologiste qui conseille NHSX - a déclaré à BBC News que leur approche centralisée avait deux principaux avantages. D’abord, elle permet de demander aux gens de s'autodiagnostiquer plutôt que d'attendre les résultats des tests. Ensuite, les données collectées pourraient être utilisées pour affiner le système afin de fournir différents types d'alertes en fonction des scores de risque calculés.

« Il y a eu beaucoup de discussions sur la vie privée, et à juste titre », a-t-il déclaré. « Mais il y a aussi votre capacité à sauver des vies. Et il y a la capacité de ne pas mettre en quarantaine des millions de personnes ». « La question de savoir comment trouver le système optimal qui permette de concilier ces différentes exigences est un peu ouverte à ce stade », a-t-il ajouté.

Aussi, l'analyse de la façon dont l'application est utilisée sur l'île de Wight permettra de décider de la meilleure façon de procéder. Par ailleurs, M. Fraser a ajouté que les discussions se poursuivaient avec Apple et Google.

Selon un commentateur qui a vu le code publié sur GitHub, il y a beaucoup de problèmes très sérieux qui se posent. « Les clés "secrètes" sont générées par le serveur central, Google Analytics suit les utilisateurs, l’application ne fonctionne pas sur les appareils OnePlus ou Samsung et elle utilise le HTTP », a-t-il écrit. Il a ajouté qu’il n’y a pas de chiffrement et que l’application ne fonctionne pas correctement sur les appareils Apple.

« Ce n'est pas un bon début, et il ne sera certainement pas installé tant qu'il n'aura pas été fortement révisé et que la sécurité n'aura pas été vérifiée », a-t-il conclu. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Source : BBC News

Et vous ?

Avez-vous vu le code source publié ? Quel commentaire en faites-vous ?
Quel commentaire faites-vous de l’approche centralisée et l’initiative de contourner les restrictions liées au Bluetooth d’Apple ?
L’application Covid-19 du NHS sera-t-elle efficace, selon vous ?
L’application du NHS constitue-t-elle une menace contre la vie privée ?

Lire aussi

L'application française de traçage Covid-19 devrait être testée dans la semaine du 11 mai, lorsque le déconfinement commencera à entrer en vigueur dans le pays
StopCovid : le gouvernement demande à Apple de lever certaines restrictions liées à Bluetooth dans les iPhone, pour permettre à l'application de fonctionner
Appli de traçage du Covid-19 : comment Apple et Google ont fait plier l'Allemagne. L'Allemagne opte pour la décentralisation des données en se basant sur l'API d'Apple et Google
Une coalition européenne se forme autour de l'adoption d'applications de traçage de proximité, mais tous les pays ne s'accordent pas sur la meilleure façon de traiter des données recueillies

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/08/2021 à 10:42
Citation Envoyé par setni Voir le message
Toute l'administration Française est une usine à gaz, donc rien de nouveau sous le soleil
J'ai le sentiment pour avoir passé toute ma carrière dans le privé, que les grandes entreprises privées n'ont rien à envier à l'administration sur ce chapitre.
Plutôt que tomber dans le stéréotype public/privé, je crois que c'est surtout la taille des organisations qui provoque les lourdeurs, les lenteurs et la complexité.
17  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 8:41
Il y a au moins une chose qui reste certaine en ce bas monde : la France est nulle en terme d'anticipation mais reste championne du monde pour ce qui est des dépenses inutiles.
15  1 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/07/2021 à 21:01
Citation Envoyé par imperio Voir le message
Ça ressemble quand même fortement à un discours anti-vax tout ça...
Si tu lis mon analyse, ne serais-ce que sa conclusion pour ne prendre qu'une minute, tu te contrediras tout seul : il y a de très bonnes raisons de se faire vacciner. Juste que ces raisons ne sont pas absolues. Une réponse à géométrie variable est encore nécessaire, et je ne cautionne pas l'absolutisme prôné par nos dirigeants qui ne voient que tout noir (non vacciné = ) ou tout blanc (vacciné = ). Pour rappel, être vacciné ne fait que, a priori, diminuer la probabilité de contaminer ou de développer des formes graves du COVID. Pour autant, il y a des effets secondaires connus, et pour l'instant on n'a qu'un recul de moins d'un an en phase de pharmacovigilance (phase finale où on applique à la population tout en vérifiant les observations de laboratoire).

Citation Envoyé par imperio Voir le message
Vaccine-toi, protège les tiens et les autres et ta liberté ne sera pas grignotée.
C'est précisément le discours absolutiste que je condamne. Certes les vaccins COVID ont montré des avantages, mais aussi des inconvénients. Et dans tous les cas, on ne peut pas se prononcer sur les effets à long terme de par le nouveau type de vaccin dont il est question. Préserver mes libertés à condition que je fasse confiance à des vaccins prônés par un gouvernement qui a démontré son incompétence en terme de gestion de crise et vendu par des grosses boîtes qui se protègent de toute responsabilité quant aux effets secondaires... désolé mais si c'est si fantastique je ne vois pas pourquoi ces grosses boites, qui ont pourtant les reins solides, ne prennent pas ces responsabilités. Dans un tel contexte de doute, je suis en prônant le doute, et donc pas de vaccination pour ceux qui n'ont pas besoin de prendre des risques.

Citation Envoyé par imperio Voir le message
Tu cites le vaccin contre la grippe, cependant je n'ai littéralement rien vu comme problème sur le long terme dans aucune publication scientifique à ce jour.
Sur le vaccin contre la grippe ? Moi non plus, et ça tombe bien je ne critique pas le vaccin contre la grippe. Juste que la COVID est en de nombreux points comparable à la grippe, mais qu'on la traite presque comme si c'était le tétanos.

Citation Envoyé par imperio Voir le message
Je suppose que la communication du gouvernement absolument désastreuse a joué pour beaucoup dans ce désastre... Cette peur contre les vaccins n'a aucun sens... Ils ont permis d'éradiquer des fléaux et je pense que les gens ont trop tendance à oublier ça.
Et encore une fois, je n'ai rien contre les vaccins de manière général. Quand je suis allé au Japon je me suis fait vacciner sans y réfléchir à deux fois : il s'agit de vaccins bien connus qui ont fait leurs preuves, je n'ai pas plus de raison d'en douter que de ce que je mange tous les midi. Il s'agit là de parler des vaccins propres à la COVID, qui sont d'un tout autre genre. Les données montrant une quasi absence d'effets à long terme des vaccins déjà connus ne peut pas être utilisé comme argument pour motiver un nouveau type de vaccin.

Merci donc de ne pas appliquer un filtre aussi binaire "pro-vaccin vs anti-vaccin". Le sujet n'est pas aussi trivial et doit être nuancé.
24  10 
Avatar de Cpt Anderson
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/07/2021 à 9:51
Je pense qu'il n'y a aucune surprise par rapport à l'adoption de cette loi, dans le sens ou les parlementaires et les sénateurs sont totalement déconnectés de la réalité, corrompus et ne sont préoccupés que par leur réélection. Ces gens qui doivent être les représentants du peuple, nous pissent dessus, encore une fois.
Et que dire de la méthode ? qu'on fasse voter des lois pareils a 6h du mat' à la va-vite...viens me parler de démocratie après !

La prochaine étape, c'est la validation par le conseil constitutionnel et là aussi, aucun souci, ces types qui sont censés nous protéger des politiques n' y verront aucun problème.

En résumé, notre système est pire que la dictature du pire pays du monde car il te fait croire à la liberté et à la démocratie alors que c'est pas du tout le cas. C'est la pire forme de totalitarisme.
22  8 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 27/07/2021 à 16:59
Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
Les vaccins à base d'ARNm existent au mieux depuis 10 ans, et encore, si on compte ceux qui n'ont jamais atteint la phase 3, sinon depuis 1 an.

La phase 4 n'a JAMAIS été atteinte avec cette techno, encore moins validée. On n'a dont aucun retour à moyen et long terme sur les vaccins à base d'ARNm.
Le pfizer à ARNm est apparu dans les année 90 avec premiers essais clinique en 2002-2003. Ce qui manquait principalement au développement de ces vaccins c'était la moulagua, qui tout d'un coup, c'est mise à tomber du ciel.

L'ARNm qu'on t'injectes à complètement disparu en quelques jours (demi vie de l'ordre de qlq heures) , il sert juste à entrainer tes globules blanc à reconnaitre la protéine du virus ... Tu comprendras donc bien facilement que les effets à long terme sur ce genre de vaccins c'est plus la protection contre le virus que de te transformer en robots asservi au parti politique de ton choix.

Concernant la phase IV je t'invite à consulter les documents du ministère de la santé israelien qui fait le bilan sur 650K injection. (spoiler alerte : 0.1% des répondants ont ressentie des effets secondaire de type inconfort , fiève, faiblesse , etc ...).
--

Ce qui me dérange avec le pass sanitaire c'est son calendrier d'application. J'ai pris rdv pour me vacciner le premier jour ou j'avais le droit de le faire , on m'a donner mes 2 dates de vaccinations. je viens seulement aujourd'hui de valider mon pass. Ce qui veux dire que c'est quasi mission impossible pour tout le monde d'avoir un pass valide même si il le souhaite et ca c'est pas normal.
14  1 
Avatar de jacjac
Membre actif https://www.developpez.com
Le 27/07/2021 à 10:33
C'est dingue comment l'administration Française peut être rapide quand elle veut absolument faire passer quelque chose
On pourrait en profiter pour faire une refonte de notre système judiciaire dans la foulée, ça serait efficace vu comment ils sont bouillants nos dictateurs nos élus démocrates.
16  4 
Avatar de Fagus
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 27/07/2021 à 14:26
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
Ce que vous décrivez est surtout le signe d'un système hospitalier inadapté tant en capacités qu'en fonctionnalités. Rien d'anormal quand la politique sanitaire consiste en des coupes budgétaires systématiques en fermant des lits, en tablant sur la fourniture de consommables en flux tendus, en limitants fortement la formation de personnel compétent.
Ce n'est que partiellement vrai.
Je suis le 1er à dénoncer cet autre problème, mais on peut faire une comparaison.

Quand il neige beaucoup dans un pays tempéré ou chaud, c'est la catastrophe : plus rien ne marche. La même chose au Canada est juste la normale saisonnière et ça se passe très bien.

En temps normaux, la réanimation est à flux tendu. Parfois il manque des places en effet et c'est un peu juste. Parfois elle est sous utilisée.
Si on a une croissance exponentielle des patients ayant besoin de réanimation à cause du covid, que fait-on ?
Si on en a 2x plus, 4x plus. On arrête toute l'activité chirurgicale (dont les patients finissent parfois en réanimation) et on demande à tous les anesthésistes de prendre un costume de réanimateur et on surcharge de travail tout le monde notamment les infirmières, infirmiers spécialisés et on met dans les soins intensifs de neurologie, cardiologie, etc, des gens qui normalement seraient en réa (et donc auront une prise en charge un peu juste)
Si on en a 5x plus, on fait du tri +++
Si on en a 10x plus, le système explose et les gens meurent dans les couloirs.

On ne peut même pas demander à d'autres médecins de suppléer aux réanimateurs car suite au tri, les patients qui restent en réanimation sont d'une gravité exceptionnelle par rapport à la normale et nécessitent donc des spécialistes;

Lors de la 1ère vague, le système n'a pas explosé à quelques jours près, car le confinement général a permis d'arrêter l'épidémie et de pouvoir transférer des effectifs et des patients entre les régions.

Tous ça pour dire, qu'on ne peut pas dimensionner a priori face à une épidémie exceptionnelle. On pourrait multiplier par 3 la taille des réanimations, à grand coût, , que face à une épidémie, ça ne tiendrait pas non plus sans mesures de santé publique.
Historiquement, seules les mesures de santé publiques peuvent affecter la santé de populations entières. Les médecins soignent des gens ; pour un échantillon énorme de la taille d'une population, il faut de la médecine préventive (ici des vaccins.)

Bien cordialement.
13  1 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/06/2021 à 20:48
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Dans sa délibération, la CNIL émet des doutes quant à la sécurité des données transmises.
Des doutes...
Des doutes ?
Elle voit noir sur blanc que les données sont en clair et elle se contente d'émettre des doutes sur la sécurité des données ?
Elle se fout de qui là, la CNIL ?

Encore un bel exemple de son abandon de poste. Quand c'est ambiguë, elle se garde bien de dire quoi que ce soit, et se contente de relever les évidences grosses comme des maisons en les relativisant. C'est juste honteux !

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Si ces modalités de stockage peuvent être admises compte tenu des contraintes techniques et de la nécessité de mettre en œuvre, à brève échéance, le système de contrôle des justificatifs, elle appelle néanmoins le Gouvernement à mettre en place des mesures d’information des personnes
C'est le gouvernement qui décide des dates. S'il n'est pas capable de fournir ce qu'il faut en temps et en heure, il recule la date. S'il ne veut pas reculer la date, alors qu'il mette les moyens nécessaires pour faire un travail de qualité en temps et en heure. Si c'est une question de sécurité sanitaire, et vu le temps qu'on a passé chez nous, on n'est plus à une semaine près. Ça fait combien de temps qu'il bosse sur cette foutue application ? Non, un tel niveau de sécurité n'a rien d'acceptable.

Gouvernement d'incompétents soutenu par des contrôleurs incompétents ! C'est juste scandaleux !
11  1 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 13:28
je ne sais pas pourquoi, je revois macron en train de piailler qu'il n'y a jamais eu de pénuris de masque et que donc les policiers, le personnels hospitalier, la population et les pompier n'en portaient juste pas ou alors des périmés car ça les amusaient de choper le virus. Et apres des affirmations a la con comme ça, il y en a encore pour croire que la macronie ne va pas les entuber.
12  3 
Avatar de axel584
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 9:57
Tous les sites et les réseaux sociaux ont expliqués pendant plusieurs semaines que l'application était liberticide, intrusive etc. Il ne faut pas s'étonner que peu de personnes l'utilisent...

Alors que d'après moi, elle l'est beaucoup moins que d'autres applications, mais que les précautions présentées donnaient effectivement une impression d'atteintes aux libertés (à force de dire que ce n'est pas géolocalisé, c'est du bluetooth, les données sont anonymisées etc. les gens se méfient de toutes ces précautions présentées...)
A côté de ça, on a des applis comme Facebook qui nous géolocalise ("machin n'est pas très loin, faites lui coucou"... "Attention, un attentat à eu lieu à côté de chez vous, dites aux gens que vous allez bien"...) et cela semble moins poser de problème éthique...
Je rappelle juste que pour les entreprises, si c'est gratuit, c'est vous le produit...

Et pour nos gouvernements, nous sommes une majorité à les avoir choisi... (oui, on aurait pu mieux choisir, mais c'est un autre débat)
11  2