Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Covid-19 : le NHS, système national de santé en Grande-Bretagne, dévoile le code source de son application de traçage de contacts,
Qui contourne les restrictions d'Apple liées au Bluetooth

Le , par Stan Adkens

650PARTAGES

13  0 
Alors que plusieurs pays préparent le déconfinement, le gouvernement britannique s'est empressé de trouver des moyens d'assouplir les restrictions sans mettre en danger la sécurité publique. Parmi ses solutions, il y a une application de traçage de contacts qui peut permettre la recherche numérique de contacts à grande échelle. Au cours de cette semaine, le gouvernement a révélé de plus amples détails sur cette application, dont a première phase de déploiement est en cours sur l'île de Wight avant d’être étendue au reste du Royaume-Uni, si elle s'avère efficace. NHS a dévoilé le code source de l’application de recherche de contacts le jeudi dernier.

Selon un article publié par BBC News, jusqu’à jeudi, plus de 40 000 personnes avaient installé le logiciel pour smartphone. L’application britannique de traçage de contacts, comme toute autre application de ce type, est conçue pour permettre aux personnes de savoir si elles ont été en contact étroit avec une personne qui, par la suite, a signalé un résultat positif au test Covid-19. Elle pourrait permettre de déterminer exactement qui doit être mis en quarantaine et qui ne doit pas l'être, ce qui est essentiel pour assouplir les mesures de distanciation sociale. L'objectif de l'application est d'essayer de retrouver les personnes et de les alerter de la nécessité de s'isoler plus rapidement que les méthodes traditionnelles.


Un système de recherche de contacts centralisé

L'application Covid-19 du NHS est conçue pour utiliser les smartphones des gens afin de savoir quand ils se sont rapprochés les uns des autres et pendant combien de temps, en envoyant des signaux Bluetooth. Les utilisateurs qui téléchargent l'application peuvent choisir volontairement d'enregistrer les détails de leurs symptômes lorsqu'ils commencent à se sentir mal. L'application garde une trace des personnes qui ont été en contact étroit grâce à des signaux Bluetooth qui transmettent une identification anonyme. Ces signaux Bluetooth à faible énergie effectuent une "poignée de main" numérique lorsque deux utilisateurs entrent en contact étroit, mais gardent ces données anonymes, selon NHS.

Si une personne signale ultérieurement qu'elle est positive au coronavirus, elle enverra un message ping aux personnes qui ont été en contact étroit avec elle, et qu’elle aurait pu infecter, au cours des 28 derniers jours, en se basant sur leurs identifiants anonymes. L'application recommandera à ces personnes de s'isoler au cas où elles auraient contracté la maladie, éventuellement avant qu'elles n'aient des symptômes. Les personnes contactées ne connaîtront pas l'identité de la personne susceptible d'avoir transmis le coronavirus. Si la personne passe un test et que celui-ci est négatif, elle peut être libérée de son auto-isolement par une notification via l'application.

Pour son application mobile, le NHSX, l'unité d'innovation numérique du service de santé, a opté pour un système centralisé pour alimenter l'application, de sorte que le processus de recherche des contacts se déroule sur un serveur informatique basé au Royaume-Uni plutôt que sur les smartphones des particuliers.


Et il y a eu beaucoup de spéculations sur le fait que cette décision signifierait que l'application était condamnée à mal fonctionner sur certains smartphones. En effet, l’un des acteurs majeurs des systèmes d’exploitation mobiles, Apple, limite la possibilité pour les applications tierces d'utiliser le Bluetooth lorsqu'elles fonctionnent en arrière-plan, bien qu'elle ait promis d'assouplir cette règle pour les applications de recherche de contacts qui utilisent un système décentralisé qu'elle co-développe avec Google.

L’Allemagne, qui soutenait auparavant l’option de recherche centralisée, a fini par adopter le mois dernier la recherche décentralisée de contacts préconisée par Google et Apple. La communauté scientifique et les associations britanniques ainsi que plusieurs centaines de scientifiques européens et de militants ont critiqué sévèrement le choix du pays en mettant en garde contre les dérives potentielles de l'approche. Selon BBC News, Singapour et l'Australie ont signalé qu'ils passeraient également de l'approche centralisée à des applications décentralisées, pour respecter les contraintes d’Apple.

Des iPhone "jailbreakés" pour contourner les restrictions d’Apple liées au Bluetooth

Malgré les restrictions imposées par Apple aux applications tierces qui n’utilisent pas l’API Apple-Google, le NHSX avait dit avoir trouvé sa propre solution, et les tests préliminaires effectués par une société de cybersécurité suggèrent qu'elle a réussi, a rapporté BBC News. En effet, Pen Test Partners a installé l'application sur une poignée d'iPhone "jailbreakés" – modifiés pour leur permettre de surveiller des activités en arrière-plan.

« Lorsqu'ils étaient placés à proximité les uns des autres, les téléphones commençaient à "balayer" par Bluetooth à des intervalles de huit ou seize secondes », a déclaré le cofondateur Ken Munro. « D'autres ont exprimé leur inquiétude quant à l'inefficacité de l'application lorsqu'elle est placée en arrière-plan. Nos tests ont montré que cela ne semblait pas affecter le balisage, que les téléphones se soient rapprochés pour la première fois ou qu'ils aient été déplacés physiquement puis remis à portée », a-t-il ajouté.

Une autre société, Reincubate, a constaté que l'application était parfois "silencieuse" lorsqu'elle restait en arrière-plan pendant plus de 90 minutes sans être affichée à l’écran, mais a suggéré que cela ne devrait pas être un problème trop important dans des conditions réelles, a rapporté BBC News.


« Un certain nombre de facteurs raisonnables peuvent déclencher l'extension à cette fenêtre, y compris l'utilisation de Bluetooth, la présence d'appareils Android et l'efficacité des notifications [demandant à l'utilisateur de rouvrir l'application] », a-t-elle écrit sur son blog. « Dans nos tests, les appareils iOS sur lesquels nous avons lancé l'application ont continué à faire fonctionner le service en arrière-plan pendant la nuit », a ajouté la société.

Selon BBC News, les tests effectués pour son compte ont confirmé que les développeurs ont trouvé un moyen de contourner les restrictions qu'Apple impose à l'utilisation de Bluetooth dans les iPhone.

La France, dont l’application StopCovid entrera en phase test au cours de la semaine du 11 mai, refuse également d’adopter l’API proposée par Apple et Google et a demandé au fabricant d’iPhone d’assouplir ses restrictions liées au Bluetooth, ce qu’Apple refuse jusqu’à présent. Selon le gouvernement français, le contrôle français de la politique de santé est une « prérogative souveraine » qui ne devait pas être confiée à des entreprises privées.

Le code source de l’application traçage de NHS divulgué

« Il est là ! Le code source des applications COVID-19 BETA ». C’est sous ces termes que le NHSX a annoncé jeudi la divulgation du code source de son application Covid-19. Maintenant que le code est en ligne sur GitHub, l'application, qui fait déjà l’objet de déploiement, fera l'objet d'un examen plus approfondi. Ce qui permettra à d'autres, qui ne veulent pas utiliser l’API des deux géants de la technologie, de voir comment une solution de contournement a été réalisée.


Mais l’application ne passera pas sans critiques. Selon BBC News, déjà cette semaine, la commission conjointe des droits de l'homme a entendu des témoignages selon lesquels, malgré l'anonymat des utilisateurs, ceux-ci pourraient en théorie être réidentifiés, ce qui pourrait permettre aux autorités - voire aux pirates informatiques - de révéler les cercles sociaux des gens à d'autres fins. La commission a déclaré qu'un nouvel observatoire devrait être créé pour surveiller l'utilisation de l'application et les mesures prises pour garder les données en sécurité.

Harriet Harman, président du comité, a déclaré : « Les assurances des ministres sur la vie privée ne sont pas suffisantes ». « Il doit y avoir une protection juridique solide pour les individus sur ce à quoi ces données seront utilisées, qui y aura accès et comment elles seront protégées contre le piratage », a-t-il ajouté.

Selon BBC News, ceux qui critiquent l’approche britannique, disent que décentralisée permettrait de mieux protéger la vie privée des utilisateurs. Aussi, la nomination de la baronne Dido Harding par le ministre de la Santé Matt Hancock pour dirigera le programme de test, de suivi et de traçabilité, a surpris plus d'un. En effet, selon BBC, lorsqu'elle était directrice générale de TalkTalk, le fournisseur d'accès Internet a subi une importante violation de données et n'a pas informé correctement les clients concernés.

Le professeur Christophe Fraser - un épidémiologiste qui conseille NHSX - a déclaré à BBC News que leur approche centralisée avait deux principaux avantages. D’abord, elle permet de demander aux gens de s'autodiagnostiquer plutôt que d'attendre les résultats des tests. Ensuite, les données collectées pourraient être utilisées pour affiner le système afin de fournir différents types d'alertes en fonction des scores de risque calculés.

« Il y a eu beaucoup de discussions sur la vie privée, et à juste titre », a-t-il déclaré. « Mais il y a aussi votre capacité à sauver des vies. Et il y a la capacité de ne pas mettre en quarantaine des millions de personnes ». « La question de savoir comment trouver le système optimal qui permette de concilier ces différentes exigences est un peu ouverte à ce stade », a-t-il ajouté.

Aussi, l'analyse de la façon dont l'application est utilisée sur l'île de Wight permettra de décider de la meilleure façon de procéder. Par ailleurs, M. Fraser a ajouté que les discussions se poursuivaient avec Apple et Google.

Selon un commentateur qui a vu le code publié sur GitHub, il y a beaucoup de problèmes très sérieux qui se posent. « Les clés "secrètes" sont générées par le serveur central, Google Analytics suit les utilisateurs, l’application ne fonctionne pas sur les appareils OnePlus ou Samsung et elle utilise le HTTP », a-t-il écrit. Il a ajouté qu’il n’y a pas de chiffrement et que l’application ne fonctionne pas correctement sur les appareils Apple.

« Ce n'est pas un bon début, et il ne sera certainement pas installé tant qu'il n'aura pas été fortement révisé et que la sécurité n'aura pas été vérifiée », a-t-il conclu. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Source : BBC News

Et vous ?

Avez-vous vu le code source publié ? Quel commentaire en faites-vous ?
Quel commentaire faites-vous de l’approche centralisée et l’initiative de contourner les restrictions liées au Bluetooth d’Apple ?
L’application Covid-19 du NHS sera-t-elle efficace, selon vous ?
L’application du NHS constitue-t-elle une menace contre la vie privée ?

Lire aussi

L'application française de traçage Covid-19 devrait être testée dans la semaine du 11 mai, lorsque le déconfinement commencera à entrer en vigueur dans le pays
StopCovid : le gouvernement demande à Apple de lever certaines restrictions liées à Bluetooth dans les iPhone, pour permettre à l'application de fonctionner
Appli de traçage du Covid-19 : comment Apple et Google ont fait plier l'Allemagne. L'Allemagne opte pour la décentralisation des données en se basant sur l'API d'Apple et Google
Une coalition européenne se forme autour de l'adoption d'applications de traçage de proximité, mais tous les pays ne s'accordent pas sur la meilleure façon de traiter des données recueillies

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cpt Anderson
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 8:41
Il y a au moins une chose qui reste certaine en ce bas monde : la France est nulle en terme d'anticipation mais reste championne du monde pour ce qui est des dépenses inutiles.
15  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 13:28
je ne sais pas pourquoi, je revois macron en train de piailler qu'il n'y a jamais eu de pénuris de masque et que donc les policiers, le personnels hospitalier, la population et les pompier n'en portaient juste pas ou alors des périmés car ça les amusaient de choper le virus. Et apres des affirmations a la con comme ça, il y en a encore pour croire que la macronie ne va pas les entuber.
12  2 
Avatar de axel584
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 9:57
Tous les sites et les réseaux sociaux ont expliqués pendant plusieurs semaines que l'application était liberticide, intrusive etc. Il ne faut pas s'étonner que peu de personnes l'utilisent...

Alors que d'après moi, elle l'est beaucoup moins que d'autres applications, mais que les précautions présentées donnaient effectivement une impression d'atteintes aux libertés (à force de dire que ce n'est pas géolocalisé, c'est du bluetooth, les données sont anonymisées etc. les gens se méfient de toutes ces précautions présentées...)
A côté de ça, on a des applis comme Facebook qui nous géolocalise ("machin n'est pas très loin, faites lui coucou"... "Attention, un attentat à eu lieu à côté de chez vous, dites aux gens que vous allez bien"...) et cela semble moins poser de problème éthique...
Je rappelle juste que pour les entreprises, si c'est gratuit, c'est vous le produit...

Et pour nos gouvernements, nous sommes une majorité à les avoir choisi... (oui, on aurait pu mieux choisir, mais c'est un autre débat)
11  1 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/08/2020 à 16:03
A si il y a eu les résultats voulu. La boite du bon copain qui a eu ça en charge c'est fait un max de blé dessus et si je ne me plante a même surfacturé les serveurs.
10  0 
Avatar de Pierre Fauconnier
Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
Le 13/05/2020 à 17:52
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
[...]
En général, les utilisateurs qui téléchargent ces applications peuvent choisir volontairement d'enregistrer les détails de leurs symptômes lorsqu'ils commencent à se sentir mal. L'application garde une trace des personnes qui ont été en contact étroit grâce à des signaux Bluetooth qui transmettent une identification anonyme. Si une personne signale ultérieurement qu'elle est positive au coronavirus, elle enverra un message aux personnes qui ont été en contact étroit avec elle, et qu’elle aurait pu infecter, en se basant sur leurs identifiants anonymes.[...]
Si une techno peut se baser sur un identifiant "anonyme" pour m'avertir que j'ai été en contact avec une personne infectée, c'est que mon identifiant "anonyme" n'est pas si anonyme que ça... ils peuvent se les garder, leurs applications. Perso, dès que je me déplace, le bluetooth est coupé.
8  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/07/2020 à 10:22
Et je trouve ce genre d'article sur le COVID bien plus pertinent que ces soi-disant applis de suivi :

https://theconversation.com/covid-19...afrique-139943

les Africains ont l'expérience d'Ebola. Les asiatiques ont l'expérience de la grippe aviaire (et quelques autres). et on continue à ignorer leurs retours d'expérience. Pas étonnant qu'on en prenne plein la tronche. L'article est sans doute angéliste par bien des aspects, mais il point une faille réelle de l'occident : son complexe de supériorité.
8  0 
Avatar de strato35
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 27/05/2020 à 8:38
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
presque deux mois pour un JEditorPane html et deux JButton. Ils ont recruté le haut du panier.
L'interface est basique, mais en fond il y a aussi toute la gestion du bluethooth, la synchro avec l'api, le développement de l'api, toute la gestion de la sécu, l'anonymat et compagnie, sans compter les tests et les difficultés rencontrées avec Google et Apple sur la manière de faire, d'autant que la France a dit qu'elle n'utiliserais pas l'api proposée par le système de manière décentralisé.
Si on ajoute à ça la conception et la validation du protocole ROBERT, les accords avec Microsoft sur l'hébergement, et faire fonctionner le tout sur les terminaux Apple qui est le plus réfractaire à la technique employée, 2 mois ça semble pas si long.
7  0 
Avatar de foxzoolm
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 11/06/2020 à 11:51
<troll mode="ironie">
... de la corruption en France ????
étonnant
la franchement j'aurais JAMAIS penser que cette affaire d'application faite en FIN d'epidemie ne partait pas d'un bon sentiment de la part des gov...
naaaaaan jamais ils surfent sur ce genre de truc pour grizbi leurs potos...
blanc blanc immaculé plus que blanc cette bande de voleur...
</troll>
7  0 
Avatar de Angelsafrania
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 15:40
Citation Envoyé par axel584 Voir le message
Et pour nos gouvernements, nous sommes une majorité à les avoir choisi... (oui, on aurait pu mieux choisir, mais c'est un autre débat)
Majorité ?

20,7M de voix pour macron au second tour
=> 66,1 % des suffrages exprimés aka pas null/blanc (le chiffre qui est dans tous les journaux)
=> 43,6 % des inscrit sur les listes électorales (ça le fait moins déjà)
=> 30,9% de la population française (là y'a les jeunes aussi mais bon en quoi ceux qui avait 17 ans à l'époque et qui ont 20 ans maintenant l'on choisi ?)

On peut faire pareil pour l'ensemble des votes.

Mais c'est un autre débat.
8  1 
Avatar de Acheumeuneu
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 18/07/2020 à 9:24
Je crois que c'est aussi le pourcentage de confiance envers ce gouvernement
7  0