Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

5G et exposition du public aux ondes : les premières analyses de l'ANFR sur la bande des 3,5 GHz,
Le taux d'exposition est extrêmement réduit

Le , par Nancy Rey

530PARTAGES

7  0 
L’ANFR complète son étude sur la 5G et publie un rapport qui s’inscrit dans le cadre général de l’évaluation de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques des réseaux 5G. Ce rapport se décline en 2 volets : le premier volet présente la 5G sous l’angle de l’exposition et le second porte sur plusieurs déploiements pilotes représentatifs menés en France. Ce dernier volet évalue en grandeur nature l’exposition produite par des antennes 5G à faisceaux orientables dans la bande 3,5 GHz.

L’ANFR a rendu ses conclusions publiques le 10 avril 2020 et il apparaît que pour les fréquences dans la bande 3400-3800 MHz, c’est-à-dire celle qui sera utilisée lorsque la 5G fera ses débuts dans l’Hexagone, les mesures observées sont très inférieures aux seuils qui ont été fixés par la loi. En moyenne, le niveau d’exposition atteint 0,06 volt par mètre (V/m) sur les 43 sites qui ont été examinés par l’ANFR. Le pic le plus haut a été mesuré à 0,36 V/m.

Des résultats rassurants

L'étude de l'ANFR se focalise sur les expérimentations permises via des antennes 5G à faisceaux orientables dans la bande 3,5 GHz. Notons que la bande 3 400-3 800 MHz est ce que l'on appelle la « bande cœur » de la technologie mobile de cinquième génération. Elle est censée offrir un compromis idéal entre la couverture et le débit, grâce à ses propriétaires physiques et à la quantité de fréquences disponibles. Sa portée est moindre que la bande 700 Mhz, elle pénètre plus difficilement dans les bâtiments, mais elle est plus élevée dans les débits.

Les mesures après allumage ont dans un premier temps été réalisées sans trafic, puisqu'au moment où ces dernières ont été effectuées, les sites n'étaient pas ouverts aux abonnés. Après allumage et sans trafic, les experts de l'ANFR ont mesuré le niveau moyen d'exposition dans la bande 5G à 0,06 V/m, avec un niveau maximal de 0,36 V/m. La limite réglementaire de cette bande de fréquences étant fixée à 61 V/m, nous sommes donc très en dessous de la valeur légale.

Des mesures en dessous des limites, même à pleine puissance

Fait encore plus intéressant, des mesures ont ensuite été réalisées sur 6 sites avec du trafic continu de données « dans un faisceau bloqué dans une direction donnée et lors d'un téléchargement d'un fichier de 1 Go », explique l'agence. On note incontestablement une importante variation du niveau d'exposition en fonction de l'intensité de l'usage.

Par exemple, sur le site de Mérignac (Gironde), l'expérimentation menée par Bouygues Telecom en partenariat avec l'équipementier Huawei a permis de mesurer un niveau d'exposition à 0,1-0,2 V/m sans trafic, à 1,1 V/m lors de l'envoi du fameux fichier de 1 Go dans une direction donnée, et à 9 V/m lorsque l'antenne émet en continu et à pleine charge dans une direction donnée. Pour ce dernier cas, c'est évidemment plus élevé, mais on reste encore bien en deçà de la limite réglementaire.


L'antenne était installée à une hauteur de 8 mètres, sur un support en forme d'arbre. « Des réflexions sur le sol entraînent des combinaisons constructives et destructives du champ qui expliquent le niveau de champ de seulement 4 V/m à 120 mètres de l'antenne et le niveau de champ de 8,5 V/m à 90 m de l'antenne », nous détaille l'ANFR. Le fichier de 1 Go a mis 15 secondes à être téléchargé, avec un niveau de champ mesuré à 1,1 V/m. Celui de 500 Mo, 7 secondes, et celui de 10 Go, 150 secondes (2 minutes 30 secondes).

« Ces données permettent à l’ANFR de proposer un nouvel indicateur qui traduit l’exposition moyenne créée en présence de trafic par des relais 5G à faisceaux orientables. Cet indicateur permettra notamment de modéliser l’effet des relais 5G sur l’exposition du public et de produire des cartes prévisionnelles. Les hypothèses avancées pour définir cet indicateur seront confrontées aux mesures de l’exposition réalisées sur le terrain, lorsque les réseaux 5G seront en exploitation commerciale. L’indicateur sera ainsi affiné à partir des configurations réelles de trafic », précise le rapport.

Source : Rapport ANFR

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de ce rapport ?
Ces résultats vous rassurent-ils face à la thèse des effets néfastes de la 5G sur la santé de l’Homme ?

Voir aussi :

L'Anses publie son rapport intermédiaire relatif à l'exposition de la population aux champs électromagnétiques, liée au déploiement de la 5G et aux effets sanitaires associés

5G en France : un recours contre la technologie a été déposé au Conseil d'État, soulignant un lancement précipité ainsi que des risques pour la santé, la consommation énergétique et autre

Le coronavirus serait-il lié à la 5G ? Les allégations d'une liaison entre le virus et la technologie circulent sur Internet, les célébrités et influenceurs amplifiant la conspiration

Angleterre : Cisco teste le déploiement de la 5G en milieu rural dans l'industrie agro-alimentaire, avec des « vaches connectées »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de nl.smart
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 21/04/2020 à 14:29
Bonjour,

J'espère que vous allez au mieux en ces temps.

Un lien vers un reportage qui vaut le détour sur la 5g visionné lundi soir, que vous soyez pour ou contre il vous sera instructif, l'origine du reportage est un pays neutre :-)

Des enceintes sans fil plus nocives que des antennes relais avec mesures à l'appui...



bon visionnage
4  0 
Avatar de jeanluc75
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 22/04/2020 à 13:25
bonjour
3.5. ghz, cela correspond au radar marine
dans la bande des 3, 5, et 9 GHZ
puissance autorisée
navire de pêche 70KW
navire de plaisance 5KW

il s’agit bien de kilowatt et pas de watt
d’usage courant depuis 20 ans, en général fixé
à 2,50 mètres de hauteur, pile au dessus de la tête

en toute logique les pêcheurs et les plaisanciers,
doivent déja être morts

quand aux radars du charle de gaulle en pleine action, je n’ose même pas y penser
1  1 
Avatar de vertex.3F
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 27/04/2020 à 1:10
Citation Envoyé par jeanluc75 Voir le message
bonjour
3.5. ghz, cela correspond au radar marine
dans la bande des 3, 5, et 9 GHZ
puissance autorisée
navire de pêche 70KW
navire de plaisance 5KW

il s’agit bien de kilowatt et pas de watt
d’usage courant depuis 20 ans, en général fixé
à 2,50 mètres de hauteur, pile au dessus de la tête

en toute logique les pêcheurs et les plaisanciers,
doivent déja être morts

quand aux radars du charle de gaulle en pleine action, je n’ose même pas y penser
salut

pour le radar je comprends la possible innocuité pour la santé humaine

le smartphone est un récepteur mais aussi - et surtout - un émetteur, de plus il est situé à proximité du corps de son utilisateur (souvent en contact avec la tête d'ailleurs...)

je ne comprends pas la comparaison que tu proposes (smartphone/ radar) : en quoi elle apporterait la preuve de l'innocuité du smartphone en tant qu’émetteur ?

a+
0  0 
Avatar de vaild
Membre actif https://www.developpez.com
Le 27/04/2020 à 15:58
Citation Envoyé par vertex.3F Voir le message
salut
le smartphone est un récepteur mais aussi - et surtout - un émetteur
a+
heu... sans vouloir paraître désagréable... tu connais le principe du radar ?

c'est avant tout un très très gros émetteur, avec un récepteur sensible ^^
0  0 
Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 27/04/2020 à 16:03
Citation Envoyé par vaild Voir le message
heu... sans vouloir paraître désagréable... tu connais le principe du radar ?

c'est avant tout un très très gros émetteur, avec un récepteur sensible ^^
Je vais pinailler et peut-être dire une connerie, mais il me semble que les radars passifs n'ont pas d'émetteurs (?).
0  0 
Avatar de CGMCA
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 27/04/2020 à 16:12
Que dit l'ANSES à 26 GHz????
https://www.arcep.fr/cartes-et-donne...ements-5g.html
Que dirait l'ANSES à 60Ghz, le projet final ?????
0  0 
Avatar de vertex.3F
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 27/04/2020 à 21:53
Citation Envoyé par vaild Voir le message
heu... sans vouloir paraître désagréable... tu connais le principe du radar ?

c'est avant tout un très très gros émetteur, avec un récepteur sensible ^^
salut

merci et pas de souci la précision que tu apportes n'est pas superflue

l'article - qui est le point de depart de la discussion - decrit un rapport sur l'emission des antennes relais 5G

par mon commentaire je ne voulais pas qu'on oublie l’émission du smartphone, compte tenu de la grande proximité avec l'utilisateur le rayonnement ne peut pas etre négligé, il est même plus important (à moins que l'utilisateur habite a quelques metres en face d'une antenne relai par ex.)

et j'y reviens : en évoquant simplement les radars de navigation maritimes je ne vois "immédiatement" pas pourquoi la 5G n'est pas dangereuse pour l'homme (je suis désolé ça ne me saute pas aux yeux, je n'ai aucune connaissance sur le sujet ni de référence d'etude qui expliquerait scientifiquement que les radars maritimes sont sans danger pour le personnel navigant et que par voie de conséquence la 5G non plus); si l'un de nous apporte un article consistant ça peut faire avancer la (ma) reflexion.

a+
0  0