Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google interdit à ses employés d'utiliser Zoom dans le cadre professionnel,
Suite aux scandales de sécurité qui secouent la plateforme de visioconférence

Le , par Axel Lecomte

602PARTAGES

3  0 
En ces temps de crise sanitaire, les outils de visioconférence sont de plus en plus utilisés par les entreprises et les organisations du monde entier pour les réunions. Si Google possède sa propre plateforme, Meet, la filiale d’Alphabet a constaté que ses employés utilisent de plus en plus Zoom pour travailler et socialiser, alors que l’outil est actuellement critiqué pour ses pratiques de collecte de données.


La semaine dernière, Google a alors envoyé un e-mail à ses employés qui ont installé Zoom dans leur ordinateur portable professionnel, indiquant que le logiciel présente des « vulnérabilités de sécurité » et que celui-ci cesserait de fonctionner sur ces appareils à partir de cette semaine.

« Nous avons depuis longtemps pour politique de ne pas autoriser les employés à utiliser des applications non approuvées pour un travail en dehors de notre réseau d’entreprises », explique Jose Castaneda, porte-parole de Google.

Ainsi, « les employés qui utilisent Zoom pour rester en contact avec leur famille et leurs amis peuvent continuer à le faire via un navigateur Web ou via un mobile », précise-t-il.

D’autres entreprises et organisations ont déjà pris la même décision

Google n’est pas la première société qui a interdit à ses employés d’utiliser la plateforme. Le 28 mars, SpaceX a par exemple envoyé un e-mail à ses employés, indiquant que l’accès à Zoom avait été désactivé et préconisant l’utilisation du courrier électronique, des SMS et de téléphone comme « moyens de communication alternatifs ».

Peu de temps après, Stephanie Schierholz, porte-parole de la NASA, a également déclaré que l’agence spatiale américaine allait emprunter le même chemin. S’ensuivent les déclarations du gouvernement taiwanais, du ministère de la Défense du Royaume-Uni ou de l’opérateur télécom philipin PLDT (Philippine Long Distance Telephone Company).

De son côté, le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré : « sur la base des rapports des médias et de nos propres conclusions, nous avons conclu que le logiciel Zoom présente des faiblesses critiques et de graves problèmes de sécurité et de protection des données ». Le ministère a ainsi décidé de bannir la plateforme de ces ordinateurs à connexion fixe. Il reconnaît toutefois que l’interdiction complète de l’utilisation de Zoom est impossible.

L’enseignement à distance étant préconisé à New York, Danielle Filson, porte-parole du département de l’éducation de la ville, a demandé aux écoles d’abandonner l’utilisation de Zoom « dès que possible » et de se tourner vers Microsoft Teams, qui, selon elle, a les « mêmes capacités avec des mesures de sécurité appropriées en place ». Le gouvernement suisse a également annoncé une mesure similaire, dans le cas où son fournisseur principal Skype Entreprise venait à être surchargé.

Zoom recrute l’ancien chef de la sécurité de Facebook suite à la décision de Google

Alex Stamos, ex-chef de la sécurité chez Facebook, avait récemment publié plusieurs tweets, demandant notamment à Zoom d’être plus transparent et de lancer un plan de sécurité qui va durer 30 jours. Il a ensuite été contacté par Eric Yuan, le fondateur de Zoom, pour devenir consultant externe. « Je suis heureux de vous dire que je vais aider Zoom à mettre en place son programme de sécurité », a alors annoncé Stamos.

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de cette affaire ?
Selon vous, pourquoi certaines entreprises et organisations décident-elles encore d'utiliser Zoom ?

Voir aussi :

Zoom poursuivi en justice par un de ses actionnaires pour non-divulgation des problèmes de confidentialité et de sécurité, la valeur de l'action de l'entreprise connait une baisse
Zoom annonce un gel des fonctionnalités pendant 90 jours pour résoudre les problèmes de confidentialité et de sécurité, alors que l'application a atteint 200 millions d'utilisateurs quotidiens
Le Zoombombing, le fait de s'introduire dans les réunions publiques de Zoom sans y être invité, est un crime, pas une farce, avertissent les autorités US
Skype introduit « Meet Now », une fonctionnalité de visioconférence sans obligation d'inscription, tout en misant sur certaines failles de sécurité constatées chez son concurrent Zoom
« Essayez ces outils logiciels libres pour garder le contact », propose la Free Software Foundation, comme meilleures alternatives à Zoom qui a mauvaise presse en matière de sécurité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !