Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Comment les utilisateurs de réseaux sociaux en Chine ont créé un nouveau langage pour contourner la censure du gouvernement
Suite à l'épidémie de Coronavirus qu'ils appelent aussi le malware humain

Le , par Christian Olivier

439PARTAGES

4  0 
Pour apprécier pleinement les conversations sur les réseaux sociaux en Chine, il ne suffit pas de connaître le chinois. Pour échapper au système de censure d’Internet le plus étendu au monde, les citoyens connectés de ce pays n’ont d’autre choix que de créer leur propre vocabulaire pour discuter de « ;questions sensibles ;». Mais ce langage doit évoluer constamment parce que Pékin n’est jamais loin et veille au grain en mettant régulièrement à jour sa liste de sujets et termes qui sont localement interdits sur les réseaux sociaux.


Comme l’a souligné Amnesty International dans un article de blog, l’épidémie actuelle de COVID-19 est probablement l’un des meilleurs exemples de ce jeu linguistique du chat et de la souris entre les utilisateurs de réseaux sociaux en Chine et le système de censure en ligne bien rodé institué dans ce pays.

Bien qu’elle se soit révélée aussi impressionnante qu’efficace, la façon dont le gouvernement chinois a géré l’épidémie de coronavirus a, malgré tout, suscité un certain nombre de critiques à son égard, notamment au commencement de la crise en ce qui concerne la dissimulation initiale de l’épidémie et les restrictions imposées aux informations qui étaient pourtant clairement dans l’intérêt du public. Malheureusement, en réponse ces critiques, la réaction de Pékin a été d’ajouter à sa liste noire une foule de nouveaux termes sont devenus « ;sensibles ;».

En janvier, les utilisateurs du réseau social chinois Weibo se sont plaints que les mots « ;Wuhan ;» et « ;Hubei ;» - régions d’où est partie l’épidémie - étaient devenus difficiles à utiliser. Une petite partie des utilisateurs de la plateforme seulement pouvait voir les messages contenant ces mots et les critiques visant les autorités dans le contexte de cette crise étaient étouffées. Sur WeChat, un réseau social chinois populaire, des combinaisons telles que « ;Xi Jinping va à Wuhan ;» et « ;Wuhan + CCP + Crise + Pékin ;» étaient systématiquement censurées, a confirmé un récent rapport du groupe de recherche Citizen Lab.

Pour la petite histoire, la plainte d’un parent sur Weibo concernant le fait que son enfant n’était pas doué (« ;mauvais pour apprendre ;») a été instantanément retirée de la plateforme. Pourquoi ;? Parce qu’en chinois, le nom de famille du président signifie « ;apprendre ;» et que dans ce contexte, publier sur la toile que « ;apprendre est mauvais ;» reviendrait à laisser entendre que le président chinois est mauvais, d’où la censure.

Au final certains termes sensibles censurés ont commencé à être modifié par les internautes chinois afin d’échapper à la « ;tour de guet de Pékin ;» : wh pour dire Wuhan, dix rouge pour dire Croix-Rouge (sachant que le caractère chinois pour dix « ;十 Shí ;» ressemble à une croix), JC l’abréviation de police, Vietnamese Pho Noodle pour dire VPN (notez qu’apparemment les termes ladder qui signifie échelle, paper airplane - ou avion en papier en français - et scientific usage of the Internet seraient plus communs pour dire VPN), F4 (à l’origine un boyz band taïwanais populaire du début des années 2000) pour désigner quatre politiciens locaux impliqués dans la gestion de la crise de l’épidémie, l’image d’un panda pour désigner le bureau de la sécurité intérieure…


De même, il semblerait que certains Youtubeurs chinois exaspérés de ne pas pouvoir appeler « ;un chat, chat ;» - pour ne pas dire coronavirus - au risque de perdre leur source de revenus en ligne ont opté pour les termes « ;maladie de la cervelle ;» ou « ;malware humain ;» lorsqu’ils voulaient désigner l’épidémie de COVID-19.

Source : Amnesty

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

La Chine promulgue une nouvelle loi qui interdit aux internautes de publier du contenu négatif, elle pourrait être utilisée pour censurer les actualités sur le coronavirus
La Chine interdit à 23 millions de personnes d'acheter des billets de voyage dans le cadre de son système de crédit social
Chine : avoir un nouveau numéro de téléphone va nécessiter d'accepter de faire numériser son visage pour des besoins de reconnaissance faciale

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sirthie
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 11/03/2020 à 14:36
Citation Envoyé par Franck.H Voir le message
Que ça devient vraiment ridicule tout ceci c'est tout.
S'agissant de plus d'un milliard de gens dans l'impossibilité de s'exprimer librement et devant employer un temps et une énergie considérable à créer un code perpétuellement changeant pour ce faire et risquant leur liberté, leur travail, leur intégration sociale, etc. pour cela, le mot ridicule n'est peut-être pas le plus approprié, quoique du ridicule au tragique, il n'y a souvent qu'un pas.
4  0 
Avatar de Franck.H
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 11/03/2020 à 10:22
Qu’en pensez-vous ?
Que ça devient vraiment ridicule tout ceci c'est tout.
0  0