Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Chine promulgue une nouvelle loi qui interdit aux internautes de publier du contenu négatif
Elle pourrait être utilisée pour censurer les actualités sur le coronavirus

Le , par Stéphane le calme

519PARTAGES

13  0 
La Chine a promulgué une nouvelle loi qui permet aux gens de publier uniquement du contenu « positif » sur le pays sur Internet. La Disposition sur la Gouvernance de l'Écosystème du Contenu de l'Information en Ligne, qui a été annoncé le 15 décembre, est entrée en vigueur dimanche. Le règlement intervient alors que les internautes chinois sont devenus de plus en plus critiques à l'égard de la censure en raison de la suppression des nouvelles et des commentaires sur la gestion par le gouvernement de l'épidémie de coronavirus.

La loi est conçue pour « créer un écosystème en ligne positif » et « préserver la sécurité nationale et l'intérêt public », selon le document du gouvernement. Elle divise le contenu en ligne en trois catégories : « encouragé » , « négatif » et « illégal », selon une traduction non officielle de Jeremy Daum, qui dirige le projet China Law Translate. Voici des exemples de ce que nous retrouvons dans chacune des catégories :

Encouragé (article 5) :
  1. Diffuser et expliquer la doctrine du Parti ;
  2. Répandre l'action du Parti ;
  3. Diffuser la réussite économique et sociale ;
  4. Diffuser les valeurs socialistes fondamentales ;
  5. Conseils au public sur les préoccupations sociales ;
  6. Accroître l'influence internationale ;
  7. Autre contenu positif et sain.

Négatif (article 7) :
  1. Des titres sensationnels ;
  2. Des intrigues et commérages excessifs de célébrités ;
  3. Des commentaires inappropriés sur les tragédies ;
  4. Des insinuations, suggestions ou incitations sexuelles ;
  5. Du gore et de l’horreur ;
  6. Des incitations à la discrimination ;
  7. Un langage et un comportement grossiers ou vulgaires ;
  8. De mauvaises habitudes ou des activités dangereuses pouvant être imitées par des mineurs ;
  9. D’autres contenus ayant un impact négatif sur l'écosystème d'information en ligne.

Illégal (article 6) :
  1. Du contenu opposé aux principes fondamentaux énoncés dans la Constitution ;
  2. Du contenu mettant en danger la sécurité nationale, divulguant des secrets d'État, renversant le régime national et détruisant l'unité nationale ;
  3. Du contenu portant atteinte à l'honneur et aux intérêts de la nation ;
  4. Du contenu dégradant ou niant les actes et l'esprit des héros et des martyrs ;
  5. Du contenu faisant la promotion du terrorisme ou de l'extrémisme :
  6. Du contenu incitant à la haine ethnique ou à la discrimination ethnique, ou détruisant l'unité ethnique ;
  7. Du contenu sapant la politique nationale des religions, promouvant les cultes et les superstitions ;
  8. La diffusion de rumeurs, perturbant l'ordre économique ou social ;
  9. L’obscénité, l’érotisme, les jeux de hasard, la violence, le meurtre, la terreur ou l’incitation au crime ;
  10. Du contenu insultant ou diffamant autrui, portant atteinte à l'honneur, à la vie privée ou à d'autres droits et intérêts légitimes d'autrui ;
  11. D’autre contenu interdit par les lois ou règlements administratifs.

Bien que la nouvelle loi contienne des conditions empruntées aux lois existantes sur la sécurité nationale, elle contient également de nouvelles conditions que Daum a décrites comme étant « terriblement vague et facilement enfreintes ».

« Il est plus difficile d'imaginer comment [ces normes] se dérouleront dans un environnement en ligne plus interactif où chaque citoyen peut devenir un créateur de contenu », a estimé Jeremy Daum. « Imaginez-vous essayer de comprendre si le titre d'un article de blog ou de forum est trop sensationnel, ou essayer de retrouver toutes les" insinuations sexuelles "en ligne dans les publications et les commentaires de Twitter ».

La nouvelle loi interdit également « d'insulter, de menacer et de faire du doxxing », selon Abacus News, un site Web technologique géré par le South China Morning Post. Le doxing, ou doxxing, est une pratique consistant à rechercher et à divulguer sur Internet des informations sur l'identité et la vie privée d'un individu dans le dessein de lui nuire. Les informations révélées peuvent être l'identité, l'adresse, le numéro de sécurité sociale, le numéro de compte bancaire, etc.

Les citoyens chinois ont critiqué la nouvelle loi sur les médias sociaux, et un hashtag relatif à la loi a été vu plus de 3 millions de fois rien que lundi, a rapporté The Guardian. « À l'avenir, il n'y aura que de bonnes nouvelles et pas de mauvaises nouvelles », a regretté une personne, selon le journal.

« Ils veulent seulement que nous voyions ce qu'ils veulent que nous voyions et que nous entendions ce qu'ils veulent que nous entendions », a déclaré un autre. « Il s'agit essentiellement de la version Internet de la police sociale ».

Les critiques sur le gouvernement chinois ne sont pas monnaie courante sur les réseaux sociaux, car les publications critiques sont souvent rapidement supprimées et interdites, et les personnes derrière elles sont censurées.

Au moins cinq experts médicaux ou journalistes éminents (dont le médecin whistleblower Li Wenliang) ont été portés disparus, arrêtés ou réduits au silence après avoir dénoncé l'épidémie.


Li est mort du coronavirus, et les citoyens chinois ont marqué sa mort en appelant à la fin de la censure avec trois hashtags viraux : « Le gouvernement de Wuhan doit des excuses à Li Wenliang », « Je veux la liberté d'expression », et « Nous voulons la liberté d'expression ». Tous ces messages ont finalement été censurés sur les plateformes de médias sociaux comme Weibo.

La correspondante de Reuters Chine, Cate Cadell, a tweeté que plusieurs personnes avec qui elle avait parlé ont déclaré avoir été traquées par les autorités chinoises pour avoir publié des informations sur des parents ou des amis malades sur les réseaux sociaux.

Au cours d'une semaine en janvier, 250 personnes ont été punies pour avoir publié un contenu critique sur la réponse du coronavirus en Chine, a rapporté le groupe de défense des droits de l'homme chinois Chinese Human Rights Defenders.

En février, un certain nombre d'opérateurs de réseaux privés virtuels ont également déclaré que la Chine tentait de perturber leur accès dans le pays, selon le Financial Times. L'utilisation d'un VPN en Chine permet aux gens d'accéder à des sites Web comme Facebook et Twitter qui sont bloqués par le gouvernement.

En attendant, certains internautes se demandent s'il serait possible de contourner la nouvelle disposition en publiant des commentaires/articles sur des notes « positives », par exemple : « Bonne nouvelle! Notre ville est moins encombrée aujourd'hui de coronavirus » ou encore « une autre journée à couper le souffle à Wuhan ».

Sources : gouvernement chinois, traduction non officielle de la loi, The Guardian, Chinese Human Rights Defenders, Financial Times, Cate Cadell

Et vous ?

Que pensez-vous de cette disposition ?
Serait-il possible de contourner la nouvelle disposition en publiant des commentaires/articles sur des notes « positives » ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/03/2020 à 8:43
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Illégal (article 6) :
  1. Du contenu opposé aux principes fondamentaux énoncés dans la Constitution ;
  2. Du contenu mettant en danger la sécurité nationale, divulguant des secrets ; d'État, renversant le régime national et détruisant l'unité nationale ;
  3. Du contenu portant atteinte à l'honneur et aux intérêts de la nation ;
  4. Du contenu dégradant ou niant les actes et l'esprit des héros et des martyrs ;
  5. Du contenu faisant la promotion du terrorisme ou de l'extrémisme :
  6. Du contenu incitant à la haine ethnique ou à la discrimination ethnique, ou détruisant l'unité ethnique ;
  7. Du contenu sapant la politique nationale des religions, promouvant les cultes et les superstitions ;
  8. La diffusion de rumeurs, perturbant l'ordre économique ou social ;
  9. L’obscénité, l’érotisme, les jeux de hasard, la violence, le meurtre, la terreur ou l’incitation au crime ;
  10. Du contenu insultant ou diffamant autrui, portant atteinte à l'honneur, à la vie privée ou à d'autres droits et intérêts légitimes d'autrui ;
  11. D’autre contenu interdit par les lois ou règlements administratifs.
Mais, c'est la loi de Macron, ça ! Ils ont plagié !
9  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 04/03/2020 à 9:39
Pierre Desproges est toujours plus d'actualité : "nous vivons une époque formidable qui réglé tous ces problèmes en appellant un chat un chien".
6  1 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/03/2020 à 15:13
Bonjour,

Que pensez-vous de cette disposition ?
A force les gens s'autocensurent et les admins/modos ont moins de commentaires à censurer eux même.

Serait-il possible de contourner la nouvelle disposition en publiant des commentaires/articles sur des notes « positives » ?
Utiliser la satire en somme ? Non très risqué aussi :/
2  0 
Avatar de Michel Rotta
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/03/2020 à 9:55
On n'est pas près de voir une loi protégeant les lanceur d'alerte dans cette dictature.

Chez nous non plus d'ailleurs.

On va aller bientôt les rejoindre avec la nouvelle loi Avia qui s’apprête à mettre une censure centralisée sur Internet.
2  0 
Avatar de devnino
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 04/03/2020 à 11:01
Une constitution dont les lois se font à la guise du profit, est bonne à jeter.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/03/2020 à 11:51
Ça fait penser vaguement à ça :
Novlangue - Principe
L’idée fondamentale du novlangue est de supprimer toutes les nuances d’une langue afin de ne conserver que des dichotomies qui renforcent l’influence de l’État, car le discours manichéen permet d'éliminer toute réflexion sur la complexité d'un problème : si tu n'es pas pour, tu es contre, il n'y a pas de milieu. Ce type de raisonnement binaire permet de favoriser les raisonnements à l'affect, et ainsi d'éliminer tout débat, toute discussion, et donc toute potentielle critique de l'État.

Un rythme élevé de syllabes est aussi visé, avec l’espoir que la vitesse des mots empêche la réflexion.

De plus, si la langue possède le mot « bon », il est inutile qu’elle ait aussi le mot « mauvais », car cela suppose l'existence de nuances entre ces deux termes. Le concept « mauvais » est donc détruit pour être remplacé par le « non bon », fabriqué en ajoutant un préfixe marquant la négation (cela donnera « inbon »). En langue anglaise, cela donne : « good », « ungood » et « plusgood » et même « doubleplusgood ».
Je crois que les chinois n'ont jamais été à fond dans la liberté d'expression. C'est une autre façon de voir le monde...
0  0