Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Quelles seraient les conséquences potentielles d'une augmentation des prix des noms de domaine en .COM ?
Un bureau d'enregistrement fait part de ses préoccupations avec la décision de l'ICANN

Le , par Stéphane le calme

210PARTAGES

11  0 
VeriSign est une société américaine établie à Reston, dans l’État de Virginie. La société exploite une vaste infrastructure réseau comprenant notamment deux des treize serveurs racines du DNS. Elle gère également le registre officiel pour les domaines de premier niveau génériques .com, .net et .name, les domaines de premier niveau géographiques .cc et .tv, et les systèmes back-end pour les domaines de premier niveau .jobs et .edu.

En 2016, VeriSign s'est illustrée dans l'acquisition de la licence d'exploitation du domaine .web qui lui a coûté la somme record de 135 millions de dollars. Il faut dire qu'à cette période, l’ancien record était détenu par GMO Registry, un spécialiste des noms de domaine, qui a offert 41 millions de dollars pour gérer l’extension .shop. L'année dernière, VeriSign faisait partie des six sociétés qui ont voté pour la suppression des dispositions de plafonnement de prix pour les domaines en .org. Certains observateurs avaient noté que ce vote pouvait être indicateur du fait que l'entreprise voulait probablement augmenter ses propres prix à l'avenir et il n'a pas fallu attendre longtemps pour en voir l'illustration sur les domaines en .com.

En effet, au début de l'année, l'ICANN (Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet) et VeriSign ont annoncé qu'ils sont parvenus à une entente sur un amendement au contrat de registre .COM. L'ICANN et Verisign ont également annoncé un nouveau cadre pour travailler ensemble à des initiatives liées à la sécurité, à la stabilité et à la résilience du système des noms de domaine (DNS), sous la forme d'une Lettre d'intention (Letter of Intent) contraignante entre les deux organisations. Dans le cadre de cet accord, il est noté que l'opérateur de noms de domaine va payer à l'ICANN 4 millions de dollars sur les 5 prochaines années à compter du 1er janvier 2021 jusqu'au 1er janvier 2025 : « Verisign devra, pour une période de cinq ans, commençant le 1er janvier 2021 et se poursuivant à chaque anniversaire par la suite jusqu'en 2025, effectuer un paiement d'un montant de quatre millions USD à l'ICANN pour les coûts à engager par l'ICANN au cours de la prochaine période de 12 mois pour mener, faciliter ou soutenir des activités qui préservent et améliorent la sécurité, la stabilité et la résilience du DNS, ce qui peut inclure, sans limitation, des mesures actives pour promouvoir et/ou faciliter le déploiement de DNSSEC, l'atténuation des menaces de sécurité, l'atténuation des collisions de noms, la gouvernance du système de serveur racine et la recherche sur le fonctionnement du DNS ».


Cette annonce s'accompagne en parallèle d'une hausse du prix du .com pour les années à venir. Selon les termes de l'accord, Verisign a désormais la main pour augmenter jusqu'à 7 % par an le prix du domaine .com, bloqué depuis 2012 à 7,85 dollars. Cela devrait porter le prix du domaine .com à 10,26 dollars en octobre 2024. Le prix du .com avait été gelé sous l'ère de l'ancien président américain Barack Obama avant sa remise en cause en 2018 sous l'administration de Donald Trump.

Et l'ICANN d'expliquer dans un communiqué :

« Dans l'accord de coopération amendé, le Département du commerce constate que le marché des noms de domaine est devenu plus dynamique et en conclut qu'il va de l'intérêt général que Verisign et l'ICANN conviennent, entre autres, d'amender le contrat de registre .COM afin de permettre une hausse du prix des services du registre .COM pouvant aller jusqu'à 7 % durant chacune des quatre dernières années de chaque période de six ans (sachant que la première période de six ans a commencé le 26 octobre 2018). L'accord proposé qui est annoncé aujourd'hui met à jour le contrat de registre .COM afin de refléter ces changements. L'ICANN n'est pas un régulateur des prix et s'en remet au Département du commerce et au Département de justice des États-Unis pour toute décision concernant la régulation de la tarification des services de registre de .COM ».


En plus d'aligner la tarification des services de registre de .COM sur l'accord de coopération, le contrat de registre .COM mis à jour et la LOI visent quatre autres objectifs importants :
  • l'adéquation des TLD .COM avec certaines obligations techniques et déclaratives existant dans les contrats de registre de base des gTLD ;
  • l'incorporation d'engagements portant sur la mise en œuvre du protocole d'accès aux données d'enregistrement des noms de domaine (RDAP) ;
  • la formalisation d'un cadre en vertu duquel l'ICANN et Verisign travailleront ensemble au renforcement de la sécurité et de la stabilité du DNS, y compris en contribuant à la lutte contre les menaces à la sécurité du DNS ;
  • un financement supplémentaire pour l'ICANN, afin qu'elle continue de mener, de faciliter et de soutenir des activités visant à préserver et à renforcer la sécurité et la stabilité du DNS, en vue de soutenir l'engagement de longue date de Verisign et de l'ICANN dans ce domaine, ainsi que la mission de l'ICANN consistant à assurer le fonctionnement stable et sûr des identificateurs uniques de l'Internet.

L'ICANN a proposé un amendement à l'accord sur les registres .COM et l'a ouvert en consultation publique le 3 janvier. Les commentaires sont ouverts jusqu'au 14 février 2020.

Certaines entités montent au créneau

Namecheap, Inc., un bureau d'enregistrement de noms de domaine agréé par l'ICANN avec 11 millions d'utilisateurs enregistrés et 10 millions de domaines, s'est inquiété de cet accord :

« Les modifications apportées à l'accord .COM auront un impact beaucoup plus important sur Internet que l'action précédente pour les domaines .ORG, .INFO et .BIZ, en raison de la domination de .COM. Il existe au total 359,8 millions de noms de domaine, dont 144 millions en .COM, soit 40 % de tous les noms de domaine. Avec 161,8 millions de TLD spécifiques à un pays (ccTLD), il existe 198 millions de TLD génériques (gTLD). Cela signifie que .COM représente 73 % de tous les noms de domaine gTLD.

« L'ICANN a été créé en partie pour introduire la concurrence entre les bureaux d'enregistrement de noms de domaine, mais l'ICANN lui-même est désormais au cœur du problème et se refuse même à prendre en compte les commentaires des internautes sur ces décisions critiques ».

Namecheap a identifié quatre problèmes principaux avec la décision de l'ICANN :
  1. Hausses de prix : Verisign sera autorisé à augmenter le prix de gros des bureaux d'enregistrement pour les domaines .COM de 7 % chaque année en 2020, 2021, 2022 et 2023. Après un « gel » de deux ans, Verisign peut augmenter les prix de 7% par an au cours de la période 2026-2029, puis un autre «gel» de deux ans. Ce cycle se poursuivra, ce qui signifie que dans 10 ans, les domaines .COM pourraient coûter environ 70% de plus que le prix de gros actuel de 7,85 $ - et le ciel est la limite.

    La part de ces augmentations de prix que les bureaux d'enregistrement répercuteront sur les consommateurs n'est pas claire, mais il est probable que la plupart de ces augmentations seront payées par les titulaires de noms de domaine. Le contrat prévoit d'autres augmentations de prix dans certaines situations extraordinaires, il est donc possible que les prix augmentent plus que prévu.
  2. L'ICANN recevra 20 millions de dollars supplémentaires : avec les modifications du contrat, Verisign a accepté de verser à l'ICANN 20 millions de dollars supplémentaires sur cinq ans pour soutenir les initiatives de l'ICANN concernant la sécurité et la stabilité du système de noms de domaine. Il n'y a aucune explication pourquoi Verisign a fait cela, comment l'ICANN dépensera l'argent ou qui s'assurera que les fonds sont correctement dépensés.
  3. Verisign peut fonctionner en tant que bureau d'enregistrement de noms de domaine : L'ICANN avait également des règles interdisant à l'opérateur d'un TLD d'exploiter un bureau d'enregistrement de noms de domaine. Bien qu'en 2012, l'ICANN ait permis aux opérateurs de nouveaux gTLD d'avoir des bureaux d'enregistrement de noms de domaine, cela ne s'appliquait pas à Verisign. Le nouveau contrat permettra à Verisign d'exploiter son propre bureau d'enregistrement, sauf pour la vente de noms de domaine .COM lui-même. Pour contourner cela, il est également possible que Verisign agisse en tant que revendeur de domaines .COM, via un autre bureau d'enregistrement de noms de domaine.

    La conséquence est que la société qui contrôle près de 80% de la tarification des bureaux d'enregistrement des noms de domaine sera en concurrence directe avec tous les bureaux d'enregistrement des noms de domaine, maximisant son contrôle de la tarification des noms de domaine au détriment des autres bureaux d'enregistrement concurrents. Bien que cela puisse entraîner une baisse des prix pour les consommateurs, moins de bureaux d'enregistrement nuiront à la concurrence, au choix et aux services de noms de domaine.

    Le bureau d'enregistrement de Verisign pourrait également utiliser sa position dominante pour facturer des prix plus élevés aux consommateurs, tout en augmentant les prix des bureaux d'enregistrement.
  4. L'ICANN a ignoré les commentaires précédents : Plus de 3 500 commentaires ont appuyé le plafonnement des prix pour les TLD .ORG, .INFO et .BIZ. Seuls six commentaires ont soutenu la suppression des plafonnements de prix. L'ICANN a écarté les commentaires favorables au maintien des prix plafonds. En fait, un certain nombre de commentaires ont été soumis à l'aide d'un outil en ligne, ce qui a fait que les commentaires ont été écartés comme étant des « spams » par le médiateur de l'ICANN. L'ICANN a donc décidé de supprimer les prix plafonds, s'appuyant principalement sur une analyse préliminaire biaisée de 2009 par un professeur d'économie qui ne faisait référence à aucune donnée.

Aussi, Namecheap demande aux internautes de faire entendre leur voix. Vous disposez de plusieurs moyens de le faire. Vous pouvez par exemple faire parvenir un courriel à l'ICANN depuis la page en consultation publique où l'autorité présente l'amendement apporté à l'accord sur .COM, ou vous pouvez vous servir de l'outil mis en place par l'ICA (Internet Commerce Association), un formulaire dont la finalité est un courriel adressé à l'ICANN qui peut vous permettre d'écrire le moins possible et de dire si vous êtes en faveur ou non.

Utiliser l'outil ICA pour faire entendre ma voix
Soumettre un commentaire à l'ICANN

Source : Namecheap

Et vous ?

Êtes-vous pour ou contre l'amendement apporté à l'accord sur .COM qui permet l'augmentation des prix ?
Que pensez-vous des préoccupations de Namecheap avec la décision de l'ICANN ? Vous semblent-elles censées ou exagérées ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !