Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Plus de 740 000 véhicules prêts pour l'autonomie sur le marché mondial en 2023
Selon les prévisions de Gartner

Le , par Stéphane le calme

44PARTAGES

12  0 
D'ici 2023, les ajouts nets dans le monde de véhicules équipés de matériel permettant une conduite autonome sans surveillance humaine atteindront 745 705 unités, contre 137 129 unités en 2018, selon Gartner. En 2019, les ajouts nets s'élèveront à 332 932 unités. Cette croissance proviendra principalement de l’Amérique du Nord, de la Grande Chine et de l’Europe occidentale, les pays de ces régions étant les premiers à introduire une réglementation sur les technologies de conduite autonome.

Les ajouts nets représentent l’augmentation annuelle du nombre de véhicules équipés de matériel de conduite autonome. Ils ne représentent pas les ventes d’unités physiques, mais démontrent plutôt la variation nette du nombre de véhicules prêts pour l’autonomie.

« Pour le moment, il n’existe pas de véhicules autonomes de pointe en dehors de la phase de recherche et développement sur les routes du monde », a déclaré Jonathan Davenport, analyste principal de la recherche chez Gartner. « Il existe actuellement des véhicules dotés de capacités autonomes limitées, mais qui reposent toujours sur la supervision d'un conducteur humain. Cependant, beaucoup de ces véhicules ont du matériel, notamment des caméras, des radars et, dans certains cas, des capteurs lidar, qui pourraient permettre une autonomie totale. Avec une mise à jour logicielle en direct, ces véhicules pourraient commencer à fonctionner avec des niveaux d’autonomie plus élevés, raison pour laquelle nous les classons comme "prêts à l’autonomie" ».

Alors que les prévisions de croissance pour les véhicules à capacité de conduite autonome sont rapides, les ajouts nets de véhicules utilitaires autonomes restent faibles en valeur absolue par rapport aux ventes équivalentes de véhicules autonomes grand public. Le nombre de véhicules équipés de matériel pouvant permettre la conduite autonome sans surveillance humaine dans le segment des consommateurs devrait atteindre 325 682 en 2020, tandis que le segment commercial ne verra que 10 590.


Absence de réglementation empêchant le déploiement de véhicules autonomes

Selon Gartner, actuellement aucun pays ne dispose de réglementation active permettant aux véhicules autonomes prêts à la production de fonctionner légalement, ce qui constitue un obstacle majeur à leur développement et à leur utilisation.

« Les entreprises ne déploieront pas de véhicules autonomes tant qu’il ne sera pas clairement établi qu’elles pourront fonctionner légalement sans supervision humaine, car les constructeurs automobiles sont responsables des actes du véhicule lors de leur fonctionnement autonome », a déclaré Davenport. « À mesure que nous observons une réglementation plus normalisée concernant l’utilisation de véhicules autonomes, la production et le déploiement augmenteront rapidement, bien que cela puisse prendre plusieurs années ».

Des situations comme celles traversées par Tesla ou Uber suscitent des inquiétudes quant à la sécurité de l’industrie automobile naissante et autonome. Le National Transportation Safety Board a estimé que les régulateurs fédéraux et des États devaient faire davantage pour protéger les conducteurs, soulignant le « manque de normes de sécurité fédérales » pour les systèmes de conduite automatisés.

Le NTSB a exhorté la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) à exiger des entités testant des véhicules autonomes de soumettre un rapport d'auto-évaluation de la sécurité à l'agence pour qu'elle puisse déterminer si ces plans incluent des mesures de protection appropriées. Il a déclaré que les États devraient faire plus pour surveiller les véhicules.


Le coût des capteurs, un facteur limitant

D'ici 2026, le coût des capteurs nécessaires pour offrir une fonctionnalité de conduite autonome sera environ 25 % inférieur à celui de 2020. Même avec un tel déclin, ces réseaux de capteurs auront toujours des coûts prohibitifs. Cela signifie que, au cours de la prochaine décennie, les fonctionnalités autonomes avancées ne seront disponibles que sur les véhicules premium et les véhicules vendus aux flottes de services de mobilité.

« Les robots taxis de recherche et développement dotés de capacités de conduite autonome avancées coûtent entre 300 000 et 400 000 dollars chacun », a noté Davenport. « Les dispositifs lidar sophistiqués, qui sont un type de capteur nécessaire pour ces véhicules autonomes avancés, peuvent coûter plus de 75 000 $ par unité, ce qui représente plus du double du prix de votre voiture de consommation moyenne. Cela met la technologie des véhicules autonomes de niveau supérieur hors de portée du marché grand public, du moins pour le moment ».

La perception du public quant à la sécurité, un facteur déterminant de croissance

Les problèmes de sécurité liés à la conduite autonome constituent un obstacle majeur à l’adoption généralisée des véhicules autonomes. Gartner note que pour le moment, les algorithmes de perception des véhicules autonomes sont encore légèrement moins capables que les conducteurs humains.

« Des investissements massifs ont été réalisés dans le développement de systèmes de perception de véhicules autonomes, avec plus de 50 entreprises engagées dans la mise au point d'un système considéré comme suffisamment sûr pour un usage commercial », a déclaré Davenport. Gartner prédit qu'il faudra attendre 2025 avant que ces systèmes démontrent des capacités d'un ordre de grandeur supérieur à celles des conducteurs humains.

Pour accélérer cette innovation, les entreprises technologiques utilisent un logiciel de simulation basé sur l'intelligence artificielle afin de comprendre comment les véhicules pourraient gérer différentes situations. Cela permet aux entreprises de générer des milliers de kilomètres de données de test de véhicules en quelques heures, des résultats qui demanderaient des semaines en test physique de conduite.

« L’un des plus gros défis à venir pour le secteur consistera à déterminer quand les véhicules autonomes seront suffisamment sûrs pour être utilisés sur la route », a estimé Michael Ramsey, directeur de l’analyste chez Gartner. « Il est difficile de créer des tests de sécurité qui capturent les réactions des véhicules dans un large éventail de circonstances. Il ne suffira pas pour un véhicule autonome d’être légèrement supérieur à la conduite qu’un humain. D'un point de vue psychologique, ces véhicules devront faire l'objet de beaucoup moins d'accidents dans l'optique de gagner la confiance du public ».

Source : Gartner

Et vous ?

Que pensez-vous des projections de Gartner ?
Pouvons-nous déjà parler de véhicules autonomes ? Dans quelle mesure ?
Êtes-vous pour ou contre cette évolution dans la conduite ? Pourquoi ?
Seriez-vous tenté par une voiture de ce genre ?
Une menace pour les métiers liés à la conduite ?

Voir aussi :

Waymo propose désormais des courses « uniquement avec les passagers » dans ses voitures autonomes, mais prévoit de ne pas limiter sa technologie aux robot-taxis
Waymo fait savoir à ses clients que des voitures autonomes sans assistance humaine arrivent bientôt pour des tests dans le cadre d'un programme spécial
Voitures autonomes : UPS acquiert des actions dans TuSimple et teste des camions autonomes en Arizona depuis le mois de mai
Voitures autonomes : « Tous ceux qui comptent sur le lidar sont condamnés », selon Elon Musk, PDG et co-fondateur de Tesla

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stérilux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 22/11/2019 à 21:02
Que pensez-vous des projections de Gartner ?
Qu'il sont trop pressé. L'informatique actuelle est très loin d'être fiable, tout les véhicules récent sont gavé de failles et de bug ce qui n'empêche pas des constructeur de mettre des produit non fiable sur le marché.
Que les composants électronique utilisé ne sont pas de bonne qualité, qu'il faudrait taper dans la catégorie "qualité militaire" au minimum.
Que boeing a démontré de quoi sont capable les dirigeants d'entreprise pour augmenter leurs bénéfices par n'importe quel moyen, que les dirigeants des pays sont prêt à prendre des risques juste par choix politique et que l'argent passera avant tout le reste.
Pour le moment, je n'ai encore JAMAIS vu une seule voiture qui n'a pas de bug.

Pouvons-nous déjà parler de véhicules autonomes ? Dans quelle mesure ?
Oui, parce que des types utilisent déjà ces fonctions non fiable en se persuadant que ça l'est.

Êtes-vous pour ou contre cette évolution dans la conduite ? Pourquoi ?
Pour, meilleurs fluidité de circulation, moins d'erreur. Fini les personnes qui s'empressent d'oublier le code de la route dès qu'ils ont passé le permis et qui ne le révise jamais pour se mettre à jour sur les nouvelles règles.
Possibilité pour les personnes agés de rester indépendante, la douleur dans le genoux ne sera plus responsable du ralentissement des réflexes.

Seriez-vous tenté par une voiture de ce genre ?
Pas temps que les industriels ne seront pas fichu de sortir du software/hardware réellement fiable dans le temps.
Déjà, aujourd'hui, je ne suis pas rassuré du tout de voir ce genre de voiture sur les routes.

Quand j'étais gosses, entre la création et la mise sur le marché il se passait au minimum 20 ans, quand ça sortait ça fonctionnait et c'était fiable à 100%. Quand on a basculé vers le full capitalisme tout est devenu fragile, instable, pas fiable volontairement. Une partie de cette non-fiabilité étant le fait de l'obsolescence programmé et d'être le premier.

Une menace pour les métiers liés à la conduite ?
Toute évolution est une menace pour un corps de métier et je ne pense pas que ce soit un problème en soit, c'est la façon dont ces disparitions sont géré qui est catastrophique... à l'image de nos politiques qui encouragent la médiocrité pour la "masse" et augmenter les recettes à court terme.
2  0 
Avatar de Stérilux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 23/11/2019 à 22:08
Citation Envoyé par matthius Voir le message
Et un jour l'humain découvrit le train.
Vu c'est que devenu le train de nos jours, et les gens, ça donne vraiment pas envie. Réseau pas fiable, lent, les gens qui gueulent dans leur téléphone ou qui emmerdent les autres passager etc.

Pour info, je vais plus vite en voiture qu'en train, dans mon coin c'est 3h30 (annoncé) pour faire 350km jusqu'à Paris... Il n'a jamais été à l'heure, au mieux c'est 10 à 15mn de retard et le record à du être 8 heures et quelques fois 4 heures. Ca fait une moyenne de 100km/h quand tout va bien (ce qui n'arrive quasiment jamais).

Perso, je préfèrerai faire le trajet en voiture sans permis que de prendre le train.
1  0 
Avatar de matthius
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/11/2019 à 12:53
Maintenant il faut refaire les trottoirs. Et un jour l'humain découvrit le train.
2  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/11/2019 à 9:52
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous des projections de Gartner ?
Généralement ils se trompent, mais on sait jamais, parfois ils peuvent tomber juste ^^
En 2020, 2021, 2022, 2023 des progrès auront lieu.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Êtes-vous pour ou contre cette évolution dans la conduite ? Pourquoi ?
Si un jour des véhicules autonomes deviennent accessible au public (20 000€), ça pourrait être intéressant, il y aurait moins d'accidents, moins de prise de risque, le système ne fatigue pas, ne stress pas, ne s'énerve pas, ne se déconcentre pas. Ça permettrait aux gens de sortir, il y a des gens qui ne vont pas au restaurant parce qu'ils se disent que si ils boivent 2 verres, leur taux d'alcoolémie pourrait dépasser 0,5g/L, ce qui les empêcherait de conduire, avec une voiture autonome ils pourraient s'installer à l'arrière et demander à Kitt de les ramener à la maison. (dans les petites villes, il n'y a ni bus, ni taxi)
La voiture pourrait travailler quand on ne s'en sert pas, elle emmènerait son propriétaire au boulot, puis elle irait transporter des gens, jusqu'à ce soit l'heure de quitter le boulot.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Une menace pour les métiers liés à la conduite ?
Pas de pilote c'est moins cher qu'un pilote, donc oui ça va faire mal aux taxis et VTC.
Les consommateurs devraient vite s'habituer à se laisser conduire par une machine.
0  0 
Avatar de matthius
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/11/2019 à 5:16
Citation Envoyé par Stérilux Voir le message

Perso, je préfèrerai faire le trajet en voiture sans permis que de prendre le train.
Je vous fait donc découvrir le train : Il y a dans un train un moteur pour 400 passagers par exemple.
0  1