Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Trolldi : comment se faire passer pour un bon programmeur ?
Sten Sootla donne des conseils pratiques pour ceux qui souhaitent obtenir sans effort le statut de bon programmeur

Le , par Olivier Famien

122PARTAGES

35  1 
Dans la vie, il y a ce qu’on est véritablement et ce qu’on parait devant les autres. Pour certaines personnes, ces deux aspects de la personnalité se rejoignent, surtout pour celles qui jouent à fond la carte de la franchise. Mais pour d’autres personnes dont la fin justifie les moyens, l’on ne devrait pas se gêner en utilisant tous les moyens à sa disposition pour atteindre son objectif, même si cela implique de faire croire aux autres ce que l’on n’est pas en réalité.

Pourquoi se faire passer pour un bon programmeur ?

Sten Sootla qui se présente comme un passionné d’apprentissage automatique fait partie de cette catégorie de personnes qui ont fait le choix de feindre d’être de bons programmeurs plutôt que de travailler à le devenir réellement. Si vous vous posez la question de savoir pourquoi utiliser son énergie pour se faire une réputation vide de contenu alors que l’on peut utiliser cette énergie pour travailler effectivement afin de devenir un bon programmeur, Sootla répond que si pour certains, cela ne gêne pas de travailler dur et honnêtement afin de mériter la reconnaissance de bon programmeur, pour lui, il ne peut pas perdre la meilleure décennie de sa vie à travailler alors qu’il peut atteindre le même objectif avec moins d’efforts. D’autres personnes ajoutent également qu’il faut considérer cette manière de faire comme un raccourci clavier. Étant donné qu’utiliser les raccourcis clavier ne dérange personne, alors se faire passer pour un bon programmeur même si l’on n’a pas les capacités devrait être plutôt encouragé surtout pour ceux qui souhaitent être perçus comme de bons programmeurs même s’ils n’en ont pas l’étoffe.

Outils recommandés par Sootla pour duper sa victime ?

Aussi pour aider ceux qui souhaitent se faire passer pour de bons programmeurs alors qu’ils ne le sont pas, Sootla livre son secret en déclarant que ce qui compte, « ce n’est pas ce que vous savez », mais plutôt « ce que vous montrez ». Comme l’illusionniste, il explique que l’on doit être capable de faire preuve d’imagination et jouer le plus élaboré des scénarios, ce qui suppose que l’élément cible est la perception du public. Et pour convaincre son public ou son interlocuteur, il va falloir mettre en place une scène complexe, car cela empêche le public de se rendre compte de votre manque de profondeur, souligne le maître de l’illusion. Il ajoute que dans les films, les programmes sont écrits en empilant les blocs 3D les uns sur les autres ou en caressant des hologrammes. Bien que cela relève du fantasme, Sootla précise qu’il est possible de s’en rapprocher dans la vie réelle. Pour se faire, le passionné d’apprentissage automatique préconise de s’armer de trois outils.

Le premier outil mis en avant par Sootla est Vim. Vim est un éditeur de texte inspiré de vi (un éditeur de texte très répandu sur les systèmes d’exploitation de type Unix) et hautement configurable. Il se différencie de la plupart des autres éditeurs par son fonctionnement modal, ce qui signifie que pour effectuer une tâche particulière, il faut ouvrir un mode de l’éditeur. De base, Vim intègre six modes auxquels s’ajoutent cinq modes supplémentaires. Cette implémentation particulière de Vim le rend assez difficile à dompter pour les débutants. Il est tellement difficile à utiliser que des millions de développeurs qui l’ont installé et ouvert ont dû effectuer des recherches sur la toile avant de trouver le moyen de le fermer. Ainsi pour Sootla, « le simple fait que vous ayez l’audace de l’utiliser augmente votre statut » face aux personnes qui vous regardent ou qui vous écoutent.


Le second outil recommandé par Sootla pour se faire passer pour un bon programmeur est tmux. C’est un multiplexeur de terminaux libre en mode texte. En fait, il permet d’utiliser plusieurs terminaux virtuels dans une seule fenêtre de terminal ou une session sur un terminal distant. Dans le scénario de Sootla, cet outil servira à noyer le sens du spectateur en ouvrant plusieurs terminaux à la fois afin de faire croire que l’on travaille en même temps sur plusieurs sujets et éviter une analyse profonde sur le contenu des objets ouverts. Ainsi, vous pouvez par exemple écrire du code dans un volet, exécuter des commandes de terminal dans un autre et avoir des plug-ins totalement inutiles — comme un spectrogramme audio et une horloge surdimensionnée — ouverts dans le reste, comme le montre l’image ci-dessous.


Le troisième outil suggéré par Sootla est Bash. Bash est un shell Unix ou plus simplement un interpréteur de lignes de commande de type script. Il peut être utilisé en mode interactif (Bash attend les commandes saisies par un utilisateur puis renvoie le résultat de ces commandes et se place à nouveau en situation d’attente) ou en mode batch (il interprète un fichier texte contenant les commandes à exécuter). En utilisant Bash, vous déclarez implicitement à ceux qui vous entourent que vous êtes un expert qui n’a pas besoin d’application avec une interface graphique pour travailler.


Mise en œuvre du plan d’action

Une fois ces trois éléments mis en place, le rideau peut maintenant être levé. Toutefois, il est bon de rappeler que pendant que vous jouez votre rôle de bon programmeur, il est strictement interdit de se servir de la souris. Utiliser la souris revient à faire preuve d’amateurisme et donc d’incompétence, soutient Sootla. Bien évidemment, si vous avez à ouvrir un navigateur, cela serait très difficile de parcourir la fenêtre sans la souris. Pour contourner ce problème, Sootla suggère d’installer Vimium, une extension de Chrome et Firefox qui permet de naviguer sur le web sans utiliser de souris. En outre, même lorsque vous aurez à ouvrir un navigateur, veiller à garder votre terminal ouvert juste à côté, recommande Sootla. La supercherie doit continuer même dans le navigateur. Les onglets ouverts doivent afficher des sites comme arXiv et Stack Overflow afin de traduire le fait que vous êtes à cheval dans la programmation entre la théorie et la pratique.

Avec l’ensemble de la scène, le spectacle peut commencer. Devant ceux que vous souhaitez vous faire passer pour un bon programmeur, vous vous éloignez de votre écran si c’est un PC fixe, en posant par exemple les jambes sur une table et le clavier sur les genoux afin de faire croire que vous maîtrisez votre sujet. Si c’est un portable, vous pouvez par exemple vous étendre dans un fauteuil afin de montrer que vous êtes très à l’aise dans votre sujet. Une fois l’ordinateur allumé, vous devez garder à l’esprit que vous entrez dans une opération de séduction. « Une bonne performance se mesure à la confusion et à la consternation qu’elle suscite ». Vous devez donc effectuer des saisies rapides avec des transitions compliquées, insiste Sootla. « Dans Vim, vous passez d’une ligne à l’autre, d’une fonction à l’autre, si rapidement que les observateurs n’enregistrent presque rien. Et juste au moment où leurs yeux commencent à s’ajuster, comme s’ils étaient sur le point de comprendre vos conneries […] vous passez à un autre volet de tmux et leurs difficultés commencent à nouveau ». Après avoir effectué plusieurs acrobaties entre Vim, tmux et Bash, si la scène est bien jouée, « cela balaie littéralement le public » qui « ne peut s’empêcher de se laisser fondre à terre et saliver », déclare Sootla.

Témoignage de Sootla sur l’efficacité de cette méthode

Bien que certains peuvent voir d’un mauvais œil ou même remettre en cause l’efficacité d’une telle pratique, Sootla déclare qu’en suivant les étapes qu’il vient de décrire, il a réussi à tromper des hommes d’affaires qui lui ont demandé de devenir leur cofondateur technique. Il déclare avoir également dupé des ingénieurs qui ont sollicité ses conseils sur l’intelligence artificielle en général. Enfin, il clame que son comportement fut tellement fidèle à la réalité que le ministère de la Justice a sollicité une fois son avis sur la création d’une interface graphique utilisant Visual Basic pour suivre l’adresse IP d’un tueur en série.

Vu l’efficacité d’une telle approche, pensez-vous qu’il est possible de faire mieux que Sootla ? Quel scénario avez-vous déjà mis en œuvre pour vous faire passer pour un bon programmeur ?

Source : Blog Sten Sootla

Et vous ?

Avez-vous déjà utilisé des astuces pour faire croire que vous êtes un bon programmeur ou que vous avez une compétence alors qu’il n’en était rien ?

Quel subterfuge avez-vous utilisé pour y parvenir ?

Voir aussi

Qu’est-ce qui fait un bon programmeur ? Un senior liste cinq caractéristiques d’un bon programmeur
Codeur, programmeur, développeur : y a-t-il une différence ? Ces termes sont-ils interchangeables ?
Comment devenir un meilleur développeur ? La formation et l’expérience sont-elles suffisantes ?
Faut-il éliminer le mythe du programmeur génie ? Selon un sénior « la plupart des gens sont moyens » et cela n’est pas grave
La profession de programmeur serait-elle la plus déprimante de toutes ? Un blogueur présente son point de vue

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de hyakosm
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/11/2019 à 21:12
Quelques autres astuces informatiques :

  • L'ordinateur doit être de préférence un vieux Thinkpad, il convient d'y mettre des autocollants avec des acronymes.
  • N'utilisez JAMAIS le pavé tactile, tout doit se faire au clavier, ou au pire au trackpoint (qui doit être votre seul et unique système de pointage). N'hésitez pas à mentir à tout le monde « je vais plus vite avec le trackpoint qu'avec la souris, mais bon je préfère le clavier ».
  • Le système d'exploitation doit être globalement facile à installer (en suivant un tuto) et à utiliser (en suivant un autre tuto) mais doit paraître complexe à maîtriser : l'idéal est donc ArchLinux, avec le login automatique sur un shell en plein écran.
  • Dans le cas où l'on est contraint d'utiliser des applications graphiques, on le fait avec un thème sombre, vert sur fond noir. En plus de faire résonner l'imaginaire collectif, ça pète les yeux, ce qui évitera que quelqu'un d'éventuellement compétent se penche trop longtemps sur l'écran et découvre l'arnaque.
  • Toujours utiliser des forks pourris s'ils existent. Au lieu d'utiliser Firefox, on utilise donc « Pale Moon », et on se justifie en disant « ouin tu vois, j'utilise Pale Moon Project, c'est un fork de Firefox ultra-sécurisé mis au point par la NSA pour déjouer les tentatives de hack des cybercriminels russes. ». Qui va aller vérifier ?
  • Quand on n'a rien à faire, on lance les mises à jour (sur Arch, il y en a tous les jours). Ça affiche plein de texte qui défile tout seul, l'ordinateur souffle. Le novice est émerveillé.
  • À l'heure de la pause, installez bsd-games et jouez à Adventure, le RPG en ligne de commande. Dites à vos collègues que vous jouez en direct contre des étudiants et des professeurs de Harvard.


Et maintenant, une liste de phrases à ressortir au hasard lorsque l'occasion se présente :

  • « Moi ce week-end j'ai commencé un algorithme de deep-learning en Rust. »
  • « StackOverflow c'est sympa mais je suis déçu par la baisse de qualité depuis que c'est devenu connu... »
  • « GitHub c'est tellement mainstream ! »
  • « Haskell va révolutionner des domaines de l'intelligence artificielle et du big data. »
  • « Il faut que je pense à renouveler les clés SSH en 4096 bits avec courbe elliptique maintenant que la RFC 7748 est sortie. »
  • « Les URI et les URL ce n'est absolument pas la même chose ! Tu mélanges tout ! »
  • « À la maison je me suis fait un ptit système de domotique home-made branché sur mon serveur AS/400 »
  • « Moi mon secret avec Vim, c'est que je le grok »
  • « Code is poetry » (possible aussi en autocollant, permet de passer pour un artiste incompris )
  • « La ligne de commande je trouve ça plus intuitif et convivial que l'interface graphique. Mais bon, je dois pas être fait comme tout le monde. Déjà en maternelle on me trouvait précoce. » (on modulera le niveau de vantardise en fonction de la crédulité de l'interlocuteur)


Je finis avec les astuces de vie (eh oui, l'embrouille ça se travaille dans le détail) :

  • Se laisser pousser les cheveux et la barbe dans la mesure du possible. Votre modèle physique doit être Richard Stallman. Mais n'en faites pas trop non plus, on ne doit pas vous confondre avec un admin sys.
  • Venez au bureau avec des tee-shirts Star Wars, « Big Bang Theory » ou les trucs Marvel. En gros, tout ce qui fait un peu geek pour le français moyen.
  • À la maison, fermez tous les volets et ne prenez jamais le soleil. Vous devez avoir un teint livide. Un développeur-geek-hacker qui a l'air en pleine santé, ça ne parait pas sérieux.
  • Le niveau de saleté et de vieillesse de votre ordinateur doit-être inversement proportionnel à celui de votre smartphone. Si vous avez un Thinkpad de 2005 avec une batterie qui coule, vous devez avoir un iPhone 11 pour compenser. N'hésitez pas à utiliser des applications inutiles et à les montrer, par exemple des messageries chiffrées que personne n'utilise comme Riot ou Tox. Mais quand même, installez un client SSH et lancez les mises à jour de votre PC avec. Ça ne sert à rien, mais des lignes de commande qui défilent toutes seules sur un iPhone, ça impressionne toujours un peu.


PS : astuce référencement-crédibilité, le blog : pour qu'on vous prenne pour un influenceur si on tape votre nom sur Google

  • Créez votre blog sur Medium (il n'est bien entendu pas question de se faire son propre site, ce serait trop long et trop pénible)
  • Identifiez-vous comme lead developper, engineer, Haskell-evangelist & hacker
  • Écrivez évidemment tous vos articles en anglais. Le ton doit être celui de l'étonnement, de l'incroyable.
  • Tous vos articles vont expliquer des choses bêtes en les détaillant à l'extrême et en y mêlant de la philosophie de comptoir. Quelques exemples : « Why UNIX philosophy should be an example of lifestyle », « String concatenation in PHP, you're doing it wrong. », « Rocking SSH to improve cybersecurity », « Internet is broken, but we can fix it ».


Bon vendredi à tous !
28  1 
Avatar de tpericard
Membre averti https://www.developpez.com
Le 01/11/2019 à 13:24
Hello,

Tout ça rejoint un aspect plus général où le "paraître" est plus fort que "l'être". En clair, c'est + général à beaucoup de professions, y compris dans le domaine informatique.

Combien de fois dans une entreprise informatique voit on des personnes injustement non récompensées pour leur travail, tandis que le voisin (ou la voisine) qui a plus de "gueule" mais pas forcément + de compétences et - de résultats est plusieurs fois augmenté (par exemple) …

Un exemple parfait est le présentéisme en France. Si vos supérieurs vous voient au moment où ils arrivent, et que vous restiez au moins jusqu'au moment de leur départ, là vous avez déjà un "bon point". Par contre, si vous arrivez en retard, ou que vous partiez trop tôt, on vous en fera la remarque … sans même s'informer de votre travail et encore moins de sa qualité.

Bref, l'aspect bling bling est important en France, comme ailleurs. C'est triste mais c'est comme ça.
15  0 
Avatar de SimonDecoline
Membre expert https://www.developpez.com
Le 02/11/2019 à 0:30
Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
Et vous ?
Ben moi c'est exactement le contraire. J'ai jamais vu quelqu'un installer linux et apprendre vim, tmux et bash pour cacher son incompétence en programmation...

Par contre, j'ai vu quelques mauvais programmeurs essayer d'enfumer le monde : ils avaient un look de hipster et utilisaient un mac book pour taper du HTML dans VS code.
8  0 
Avatar de SimonDecoline
Membre expert https://www.developpez.com
Le 02/11/2019 à 16:24
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Je dirais même que vim est l'éditeur des gens qui ne savent pas coder.
Des gens qui ne séparent pas leur codes en classes à responsabilités limitées parce que naviguer dans l'arborescence est chiant.
Des gens qui font des fonctions de 300 lignes parce qu'un code subdivisé en fonctions courtes c'est chiant de naviguer dans le document.

Des gens entraînés à pisser du code le plus vite possible, qui imbriquent 4 instructions les unes dans les autres et qui font certainement des trucs très brillants, mais qui sont presque impossibles à relire et qui ne sont pas pensés de manière à éviter la redondance de code.

J'ai travaillé avec un gars comme ça, ce n'est heureusement plus le cas aujourd'hui, un vrai cauchemar.
Mais oui. Et moi hier j'ai vu un des mes neveux coder en javascript donc je peux t'affirmer que les développeurs javascript ont 14 ans, de l'acnée sur le visage et chaussent du 41.
8  1 
Avatar de IFA2377
Membre actif https://www.developpez.com
Le 05/11/2019 à 20:28
Citation Envoyé par Jamatronic Voir le message
La vraie question serait plutôt "pourquoi se faire passer pour un bon programmeur ?".
Peut-être parce que l’on a un ego surdimensionné ou que l’on est con.

« Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnait. » Michel Audiard

Anecdote

Fonctionnaire, j’avais sollicité un détachement dans un EPIC afin d’aller au bout de ma démarche, c’est-à-dire me rapprocher le plus possible de l’utilisateur. J’avais participé modestement (deux programmes) au développement de l’application de cet utilisateur.

Quatre ans plus tard, après avoir redéveloppé entièrement l’application, développé de nouvelles fonctionnalités et rendu l’EPIC autonome, un soir, le responsable informatique me sollicite. J’ai la surprise de voir qu’un collègue est également de la partie. Je ne tarde pas à comprendre ce qui se passe… Mon charmant collègue, responsable de l’exploitation, soutient qu’il est en mesure de faire mieux que moi. En clair, il veut s’approprier la responsabilité de mon application… Et le responsable du service informatique lui donne raison.

Ha bon !... L’application était quand même la plus importante développée par le ministère et 14 programmeurs y avaient participé. Pour les avoir côtoyés pendant plusieurs années, j’étais le seul à connaître les habitudes de programmation de mes collègues. Par ailleurs j’avais maintenu l’application pendant deux ans. Mais quelle opportunité inespérée de relancer ma carrière !

Le lendemain matin, ma demande de réintégration était sur le bureau du responsable et à la gestion du personnel de mon ministère. Je n’avais que la Seine à traverser.

Me sentant dans une impasse professionnelle dans cet EPIC, je ne voyais pas trop comment m’en sortir. L’incident est venu à point.

Deux mois plus tard, j’ai vu passer une annonce de cet EPIC qui cherchait un ingénieur en système d’informations pour prendre la responsabilité de l’application. Et peu de temps après, un ancien collègue de mon ministère m’appelle pour connaitre les raisons de ma demande de réintégration. Pourquoi cette question ? Tout simplement parce qu’il vient de reprendre la responsabilité du service informatique de l’EPIC.

Il reste que l’incident m’a profondément secoué, j’ai été deux ans sous Lexomil.

Quand on travaille efficacement, ça ne se voit pas, ça ne fait pas de bruit, tout va bien, on n’imagine pas l’investissement consenti. On ne s’inquiète que quand il y a des problèmes.
________________________________________

EPIC : Établissement Public à caractère Industriel et Commercial
7  0 
Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/11/2019 à 11:37
Il y a quelques années, on m'a raconté que sur une TMA d'une de mes anciennes boites, le chef de projet en mode inspecteur des travaux finis passait dans les rangs de ses petits soldats pour vérifier que tout le monde bossait, alors que c'était la glande.
S'ensuivaient alors des cliquetis frénétiques : ls -a, cd .., ls -lrt, cd . et ainsi de suite pour faire défiler des fichiers de logs sous la console unix.
Celui qui se faisait engueuler, c'est le seul qui bossait, devant une feuille de papier remplie de schémas où il essayait de débugger une anomalie...
7  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/11/2019 à 23:36
Citation Envoyé par defZero Voir le message
Ce qu'explique le gars, ce n'est pas comment ce faire passer pour un "bon" programmeur, mais comment faire croire que l'on bosse, alors que non.
Pour cela, il y a plus simple : il suffit d'appeler en ligne de commande l'exécutable genact : https://lib.rs/crates/genact
6  0 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/11/2019 à 10:19
Sinon j'en ai une autre catégorie au boulot : les gens "sympas", pires que tout.
Ils n'en foutent pas une, chaque fois qu'on les croise ils sont en train de taper la discute ou de boire un café, mais les employés ne leur disent rien car ils sont sympas et le boss a autre chose à foutre que de les surveiller.

Ca ne permet pas de passer pour un bon développeur, par contre ça permet de garder son job en n'en foutant pas une.
4  0 
Avatar de Bousk
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 06/11/2019 à 15:00
Citation Envoyé par Jamatronic Voir le message
La vraie question serait plutôt "pourquoi se faire passer pour un bon programmeur ?".
- L'égo, sûrement pour certains
- Être bien vu de sa hiérarchie
> Et donc plus à même de recevoir augmentations
>> bonus
>> promotions
> Plus enclin à se voir offrir un meilleur projet, un meilleur bureau/lieu de travail

Donc pourquoi ne pas vouloir être un bon programmeur ?
À défaut de réellement l'être pour certains, ils font (ou essayent de faire) illusion.
Parce qu'il y a tout à gagner à être vu comme un bon élément, à fortiori de sa hiérarchie.
4  0 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/11/2019 à 10:57
Citation Envoyé par amateurprg Voir le message
Moi à mon avis, c'est juste qu'il essaie de se justifier, parce que c'est un fainéant qu'a pas envie de s'améliorer et faire des efforts, alors il dit ça pour montrer que son mensonge est juste un plan intelligent et donc qu'il est intelligent, mais il est bête en vrai parce qu'il veut pas avouer et s'avouer qu'il est incompétent et reconnaitre que mentir ça sert à rien, donc il est bête en vrai mais il se fait passer pour intelligent en expliquant que ce qu'il fait est intelligent comme comportement mais c'est un comportement d'idiot et de pas courageux.
Je pense que tu n'as pas saisi le concept du troll
3  0