Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Faut-il éliminer le mythe du programmeur génie ? Selon un sénior
« la plupart des gens sont moyens » et cela n'est pas grave

Le , par Amine Horseman

0PARTAGES

15  0 
Jacob Kaplan-Moss, directeur de sécurité à Heroku et l’un des principaux contributeurs à Django, avait présenté une conférence assez intrigante lors de la PyCon 2015 qui s’était tenue à Montréal en avril dernier.

Étant considéré comme l’un des vétérans de la PyCon et un des co-fondateurs de la plateforme Django, Jacob Kaplan-Moss a toujours précisé qu’il n’était en réalité engagé qu’un an après que Django fut créé et qu’il n’était pas aussi bon programmeur que les gens le pensent. En effet, durant son discours, on pouvait lire sur un de ses slides : « Salut, je suis Jacob, et je suis un programmeur médiocre ». Selon lui, nous ne savons pas réellement mesurer l’habilité des programmeurs à produire des logiciels, « Quelles sont nos métriques ? » demande-t-il, « les lignes de codes ? Que mesurent-elles ? Les Story Points ? Qu’est-ce donc déjà un Story Point ? » continu Kaplan-Moss.

« La plupart des gens sont moyens » affirme le conférencier, notre habilité à programmer ne suit pas une distribution bimodale selon lui, et penser qu’un programmeur est « soit bon, soit mauvais » peut avoir des conséquences très dangereuses puisque cela pousse les gens à quitter le domaine de la programmation, voire même décourager les nouveaux venus. Et tout comme le fait de courir un marathon ne requiert pas la nécessité d’être un bon coureur, programmer ne requiert pas la nécessité d’être « un ninja de la programmation ».

La vérité selon lui est que la programmation n’est pas une passion ni un talent, ce n’est qu’un ensemble de compétences que tout le monde peut apprendre. Il faudrait accepter le fait que « ce n’est pas grave d’être moyen dans ces compétences » assure Jacob Kaplan-Moss, ceci rendra la programmation moins intimidante aux nouveaux venus qui veulent rejoindre la communauté.

Un autre point très important selon lui est la nécessité de faire disparaître les stéréotypes sur les programmeurs, selon les chiffres du National Center for Women and Information Technology qu’il avait présenté : la moitié des femmes diplômées en informatique n’utilisent pas leurs diplômes dans leur activité professionnelle, et 40% d’entre elles quittent le domaine de la technologie après une dizaine d’années contre 17% pour les hommes. Selon lui, ceci est dû au fait qu’elles sont souvent perçues comme non compétentes en programmation car elles ne satisfont pas le stéréotype du programmeur lambda à savoir : un jeune homme blanc à l’image de « Mark Zuckerberg ».

Source : Linux news from the source

Et vous ?

Êtes-vous d’accord avec l’avis de Jacob Kaplan-Moss ?
Que pensez-vous des stéréotypes sur les programmeurs et la discrimination dans ce domaine ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Haseo86
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 03/06/2015 à 13:41
Le problème, comme dans n'importe quel autre domaine, ce n'est pas qu'une personne soit plus ou moins bonne ou mauvaise, c'est ceux qui se croient géniaux et qui sont mauvais.
16  1 
Avatar de atha2
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/06/2015 à 14:37
Citation Envoyé par Amine Horseman Voir le message
Selon lui, ceci est dû au fait qu’elles sont souvent perçues comme non compétentes en programmation car elles ne satisfont pas le stéréotype du programmeur lambda à savoir : un jeune homme blanc à l’image de « Mark Zuckerberg ».
Et moi qui pensais que le stéréotype du programmeur lambda c'était lui :

Pour répondre à la question originale, je ne pense pas qu'il faille être un génie pour développer mais il faut quand même un minimum de logique et de capacité d'abstraction.
Après tout dépend du domaine de développement et de l’environnement de travail (outils mis à disposition du développeurs, revue de code...) mais dans la plupart des cas, les qualités qui comptent le plus AMHA, sont la motivation, l'ouverture d'esprit et la capacité à communiquer.
10  0 
Avatar de tanatiel
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/06/2015 à 14:56
J'ajouterai la capacité à apprendre de ses erreurs. Tout le monde a droit à l'erreur mais il faut éviter de les reproduire et s'améliorer.
8  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/06/2015 à 23:08
Sauf si le recruteur est déjà quelqu'un d'incompétent dans le domaine où recruter. Auquel cas il ne saura pas faire la différence entre celui qui sait et celui qui croit savoir.
7  0 
Avatar de captaindidou
Inactif https://www.developpez.com
Le 03/06/2015 à 18:18
Citation Envoyé par Shepard Voir le message
Je ne pense pas qu'un programmeur ait à se soucier du métier des clients, tout comme je ne pense pas qu'un project leader ait à se soucier des nouveaux frameworks.
Je comprends qu'un chercheur ne soit pas sensibilisé à cette facette du métier de l'ingénieur logiciel en SSII.
Mais c'est bel et bien une réalité.

Car l'ingénierie informatique, c'est de l'informatique appliquée. L'informatique n'est que le moyen et la réalisation de fonctions métier est le but du logiciel. De fait, le logiciel est une aide à la réalisation du métier par l'exploitant. Le développeur doit bien en prendre connaissance et avec précision. Gare à ceux qui ne respectent pas le cahier des charges techniques.

Pensez-vous que mes seules compétences informatiques m'ont à elles seules permis de développer un segment sol de contrôle de mission satellite ? Comment faites-vous pour valider vos logiciels si vous n'êtes pas capable de valider ses résultats métier ? Messages de programmation, données orbitographiques, macro-commandes, ....

Il faut bien les assimiler dans un temps minimum pour mener à bien le projet dans le délai de livraison.

Pensez-vous que ceux qui développent les logiciels embarqués avion n'ont besoin de rien connaître de l'aéronautique ?

Ce sont de longs documents techniques en plus de documents de contraintes opérationnelles qui les renseignent sur les équipements et comment les programmer. Ils apprennent un métier en même temps qu'ils développent.

Le chef de projet technique n'échappe pas à la règle. Il est souvent responsable technique de fait et participe au développement activement.
Même dans un gros projet de vingt personnes, je me souviens d'un chef de projet parfaitement compétent techniquement, presque plus que tous réunis. Il ne pouvait pas développer ou peu par manque de temps mais il y remit les mains en phase de maintenance.

Moi-même, même avec une équipe de 6 personnes, on aurait pas compris que le chef de projet que je suis ne s'implique pas jusqu'à la phase de développement. Croyez-moi, c'est difficile : animation d'équipe (gestion des caractères qui prend sa part), gestion de la relation client, reporting à la hiérarchie et assumer les tâches techniques comme ingénieur d'études.

Citation Envoyé par Shepard Voir le message

Si tu considères les métiers de l'informatique dans leur ensemble, alors on pourrait t'opposer les métiers du bâtiment (de maçon à architecte), le textile (de machine à Karl Lagerfeld), l'enseignement, etc. etc. etc.
Moi, je ne parle que du développement logiciel en SSII, sujet du débat.
C'est le seul qui soit aussi exigeant à ma connaissance.
6  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/06/2015 à 18:42
Citation Envoyé par Amine Horseman Voir le message
Faut-il éliminer le mythe du programmeur génie ?
Que voilà une question croustillante. {^_^}

Citation Envoyé par Amine Horseman Voir le message
Selon un sénior, « la plupart des gens sont moyens » et cela n’est pas grave
Là je rejoint en partie des commentaires précédent : on parle d'évidence. Quoi que... Si on prend une population d'individus notés entre 0 et 10, avec une moyenne disons à 4, ça ne veut pas nécessairement dire que la majorité sont proches de 4. Dire que la plupart des gens sont moyens revient à dire que l'écart-type est petit. La moyenne seule ne permet pas de le dire (on peut avoir 60% de gens à 0 et 40% de gens à 10, personne n'est proche de la moyenne qui est pourtant toujours 4).

Pour le reste, où il s'estime médiocre, etc., on en revient à de l'évaluation d'expertise, et c'est difficile d'être objectif sur un sujet aussi vaste que la programmation. Je vais pas redévelopper, je renvois à mon long post sur le sujet :
http://www.developpez.net/forums/d14...e/#post7805003

Quand à ceux qui se frustrent en lisant que ce n'est pas une passion, non la programmation n'est pas une passion, mais ça n'empêche pas d'en faire sa propre passion. Il n'a pas dit qu'on ne pouvait pas se passioner de programmation, seulement qu'il n'est pas nécessaire d'être passionné pour en faire, comme il n'est pas nécessaire d'être talentueux pour en faire. Et ça c'est bon pour tout.
7  1 
Avatar de B.AF
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 09/06/2015 à 21:36
C'est dingue comme les cours de fucking-management des pseudos écoles bac +5 ont pu marquer.

C'est certain que quand on demande l'avis d'un responsable d’équipe d'une boite du CAC 40 qui glande paisiblement sans risque dans son univers médiocre mais garanti, le génie c'est le risque. Heureusement que des gens prennent des risques et que le monde n'est pas que processus et obéissance. Ça serait bien triste, et beaucoup de choses n'existeraient pas. Les gens qui pensent en dehors des standards - et je me sens legerement insulte par des cliches a la con que j'ai lu ici, donc j'aurai le trait aussi lourd et peu respectueux.

Je n'ai jamais compris ça : qu'est ce que quelqu'un qui n'a jamais entrepris, jamais fait seul, s'est toujours repose sur une structure, n'a jamais fait es chèques des salaires peut avoir a dire sur la capacité de faire.
Il n'y a pas de génie dans les grandes boites en informatique : ils sont occupes a réussir financièrement ailleurs. Quand on passe sa vie salarié a se plaindre, critiquer le talent, c'est comme un labrador qui fait la morale a un doberman sur comment garder une porte. Ça fait sourire.

Tous les gros projets de développement dans toutes les grandes sont des échecs, des pertes colossales avec des budgets qui dépassent l'entendement. Alors ok il y a le cote normatif, les 'best mes burnes' et tout le vocable fancy qui fait mouiller l'intellectuellement moyen mais au final c'est de la perte, de l’échec, de la basse qualité, au pire de la communication d'entreprise.
Le génie, c'est de faire du profit avec l'IT : le centre de coût par définition.

La plupart des très bons que j'ai connu ou que je connais ne sont ni un phénomène aléatoire, ni une anomalie, juste ils bossent dans la ou ils se valorisent. Un génie de l'IT, il n'ira pas s'enfermer dans un des milles appel d'offres de la sgib a Paris, ou chez Sfr. Il sait que ça ne marchera pas. Par contre, des crétins qui pensent que parce qu'ils font aller faire 3 lignes de .Net dans une banque fait d'eux des génies et des prophètes de la bonne méthode il y en a beaucoup. Et c'est d'ailleurs ca qui rend les SSII si riches. Au final, la vraie différence entre le mec talentueux et le mec médiocre c'est que le second il se fait toujours avoir financièrement.

Comme j'ai dit un jour a un mec, si tu crois vraiment que tu es bon, les mecs vont pas rechigner a 3000 balles par an. Si ils le font, c'est que tu n'es ni si bon, ni si indispensable.
Moi j'ai pas envie sous prétexte que je fais de l'IT de gagner mal ma vie, de rentrer dans un stéréotype comportemental et de faire ma vie une lutte avec un mec diplômé d'une sous Ecole de commerce qui tri des appels d'offre tous les jours comme un éboueur choisi ses poubelles.

Le talent c'est rare, et dans ce monde normopathe; c'est une planche de salut.

Signe, le penseur fou d'un système qui marche, s'est revendu, et qui malgré ses 150 IT de génie, reçoit encore des appels pour aider, alors que je suis le coupable désigné de tous les problèmes depuis 10 ans. On l'a pondu a 3, on est forts, on l'est toujours et grâce a nous des centaines de mediocres gagnent leur vie tous les jours - je ne compte plus les projets de ré-écriture, de refonte, d'externalisation. C'est toujours la. Car ce qu'il manque a ces équipes, c'est du talent et de l'audace.90 % du code est toujours la. 100% de ce que j'ai codé est toujours utilisé et n'a jamais été remis en cause. Et quelque soit le jugement porté dessus, ca me fait bien rire les mecs qui critiquent : comme dirait Nike; just do it. Et stop talking. L'audace c'est de faire. La critique, c'est l'apanage du médiocre, et sa justification a subir.
7  1 
Avatar de DonQuiche
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 11/06/2015 à 13:42
Citation Envoyé par B.AF Voir le message
Un excellent dev c'est plusieurs possibilité:
1 - Un mec hyper pointu fonctionnellement avec un grosse capacité de modélisation
2 - Un mec hyper pointu techniquement capable de produire un stack productif et innovant

Le reste, globalement j'appelle ça les expandables. Qu'ils soient la ou pas la, ça compte pas trop. Comme un inculte qui te dit connaitre un langue étrangère : on s'en fout vu qu'il n'a rien d’intéressant a te raconter avec. Après il peut te faire chier sur la grammaire ou les constructions de phrases, mais la encore ou est la portée, vu que souvent il ne comprend même pas l'idée exprimée.
Tu pourrais être le mec le plus doué au monde que seul tu ne pourrais toujours pas faire grand chose : ta force de travail est tout simplement insuffisante.

Donc le meilleur mec au monde a besoin de nombreux collègues. Et ses collègues vont par conséquent écrire l'essentiel du logiciel.

Si bien que même si monsieur le grand génie leur pond une doc technique façon traité de Newton et des diagrammes UML genre tablettes de Moïse, la qualité du logiciel restera avant tout déterminée par ses collègues.

Dans ces conditions l'entreprise a tout intérêt à se concentrer sur le recrutement de nombreux codeurs au moins satisfaisants et aussi bons que possible, plutôt que sur un génie (*) incapable de porter le projet à lui seul.

(*) ou quelqu'un qui croît l'être : la grande majorité de ceux qui pensent être des génies sont simplement des types plutôt doués mais sans plus, souffrant de gros problèmes d'égo qui déforment leurs jugements techniques et compromettent le fonctionnement de l'équipe et les estimations.
6  0 
Avatar de dfiad77pro
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 03/06/2015 à 13:41
//Mode dépressif

Encore un bon truc pour faire baisser encore les salaires...

On le connait déjà cet argumentaire de SS2I ( pardon ESN), si t'es pas CP t'a raté ta vie !

Bref on nivelle tout par le bas et on continue à acheter l'intelligence au Etats-unis au lieux de la produire nous même.

De mon point de vu, un programmeur qu'il soit expert ou débutant est avant tout un élève en apprentissage perpétuel.
10  5 
Avatar de MintWater
Membre actif https://www.developpez.com
Le 03/06/2015 à 19:27
Il y a un biais cognitif très présent dans les métiers de l'IT : l'effet Dunning-Kruger, une fois qu'on a compris ça, on voit les gens sous un jour différent, ça évite bien des mauvaises surprises.
Et par conséquent on comprend mieux pourquoi Jacob Kaplan-Moss se dit médiocre
5  0