Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Eric Schmidt, ancien CEO de Google, juge les sanctions américaines à l'encontre de la Chine contreproductives,
Elles empêchent l'embauche de talents chinois et nuisent à l'essor de la Tech

Le , par Christian Olivier

0PARTAGES

14  0 
Eric Schmidt, ancien CEO de Google actuellement haut conseiller technique auprès du Pentagone, a profité d’un évènement organisé récemment à l’Université de Stanford sur le thème de l’intelligence artificielle et de l’éthique pour donner son point de vue sur les relations actuelles entre la Chine et les États-Unis. D’après lui, les restrictions américaines sur l’embauche vis-à-vis de la Chine et le partage des technologies avec ce pays sont contre-productives. Ces restrictions concernent notamment des interdictions d’exportation en provenance de l’Empire du Milieu et empêchent le recrutement par les entreprises technologiques américaines d’experts chinois avec des connaissances avancées dans des domaines hautement stratégiques tels que l’intelligence artificielle ou l’informatique quantique. Eric Schmidt estime que « le problème de la Chine peut être résolu avec l’approche suivante : nous avons besoin d’avoir accès à leurs meilleurs scientifiques ».


L’ancien CEO de Google a aussi profité de cet évènement pour réagir aux allégations de la Maison-Blanche qui accuse la filiale d’Alphabet de partager certaines de ses technologies considérées comme critiques avec les entreprises et le gouvernement chinois. À ce propos, il a rappelé que certaines de ces technologies, à l’instar de Tensorflow - une bibliothèque open source de Machine Learning et de Deep Learning qui permet, par exemple, de créer des architectures d’apprentissage expérimentales et de les transformer en logiciels, ou d’entraîner et d’exécuter des réseaux de neurones - font partie de « cadres communs » et sont utilisées par à peu près tout le monde actuellement.

Eric Schmidt n’a pas tari d’éloges en ce qui concerne les bienfaits de l’IA qui a permis des avancées importantes dans la recherche scientifique. Il a cependant formulé une critique à l’égard de cette technologie, en prenant l’exemple de la Chine et de sa technologie de surveillance basée sur l’IA qui selon lui « a eu un impact terrible ». Il a conclu son intervention en déclarant : « Je pense qu’il est important que nous établissions ici, dès maintenant, que les valeurs libérales de l’Université de Stanford, les valeurs occidentales, sont celles qui doivent gagner. »

Source : Stanford Daily

Et vous ?

Que pensez-vous des propos d’Eric Schmidt ?

Voir aussi

La Russie pourrait agir contre Google ou Alphabet pour défendre les intérêts de ses médias, après le discours tenu par le Président d'Alphabet
Le CEO de Google refuse de s'exprimer devant le Sénat américain sur l'ingérence russe, lors des élections US de 2016

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/10/2019 à 11:26
C'est le nouveau colonialisme : on ne pille plus les ressources, on pille les cerveaux.
4  0 
Avatar de NBoulfroy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 30/10/2019 à 14:57
Le libéralisme, c'est aujourd'hui le courant de pensée qui cherche à faire du profit sans vraiment de perspective morale autre que celle d'engendrer du profit.

Donc ... Partant de ce principe ... Qu'est-ce que le libéralisme a de mieux que le libéralisme Chinois ? Non pas que le système de surveillance Chinois soit une bonne chose, au contraire, mais cela ne le regarde pas et encore moins des pays extérieurs. Il veut pas que ça se produise ? Qu'il ne vende pas alors son produit à un État susceptible de le faire mais ... Ah non ! Google s'en fiche de la morale, vu que c'est un des symboles fort du libéralisme occidental, et américain qui plus est, donc non, c'est du pipeau.
2  1