Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook : les publications des politiciens peuvent bénéficier d'une entorse à son règlement standard
à quelques exceptions près

Le , par Stéphane le calme

101PARTAGES

10  0 
Les entreprises de médias sociaux ont vu leurs politiques en matière de révision et de suppression de contenu devenir la cible de critiques ces dernières années, en particulier lorsqu'un tel contenu soutient des points de vue haineux ou incite à la violence dans le monde réel. La question est encore plus épineuse quand elle implique des dirigeants mondiaux comme le président Donald Trump, qui a utilisé le langage de l'intimidation ou de la violence dans les médias sociaux.

Cette semaine, Facebook a enfin écrit noir sur blanc ce dont les utilisateurs, en particulier les utilisateurs politiquement puissants, se doutent depuis des années : les « normes » de sa communauté ne s’appliquent pas à l'ensemble de la communauté. Les discours des politiciens sont officiellement exemptés des normes de vérification des faits et de décence de la plateforme, a précisé la société, à quelques exceptions près.

Le vice-président des communications de Facebook, Nick Clegg, lui-même un ancien membre du Parlement britannique, a présenté la politique dans un discours et publié sur le blog de Facebook comme le témoigne quelques passages de son discours :

Vérification de faits pour le discours politique

« Nous nous appuyons sur des vérificateurs de données tiers pour nous aider à réduire la propagation de fake news et autres types de désinformation virale, tels que des mèmes ou des photos et vidéos manipulées. Cependant, nous ne pensons pas que le rôle d'arbitre des débats politiques nous revienne, ce qui reviendrait à empêcher ainsi le discours d’un homme politique d’atteindre le public et de faire l’objet d’un débat et d’un examen minutieux. C’est pourquoi Facebook exempte les politiciens de notre programme de vérification des faits par une tierce partie. Cette politique est inscrite dans les livres depuis plus d'un an et a été publiée sur notre site, conformément à nos directives en matière d'admissibilité. Cela signifie que nous n'enverrons pas de contenu organique ni d'annonces de responsables politiques à nos partenaires tiers chargés de la vérification des faits pour examen. Cependant, lorsqu'un politicien partage un contenu précédemment démystifié, notamment des liens, des vidéos et des photos, nous prévoyons de rétrograder ce contenu, d'afficher des informations connexes issues de vérificateurs de faits et de rejeter son inclusion dans les publicités ».


Vice-président des communications de Facebook, Nick Clegg

Dispense de la qualité de l'information

« Facebook bénéficie d'une exemption relative à la qualité de l'information depuis 2016. Cela signifie que si quelqu'un fait une déclaration ou partage un message qui enfreint les normes de notre communauté, nous l'accepterons quand même sur notre plateforme si nous croyons que l'intérêt du public l'emporte sur le risque de préjudice. Aujourd'hui, j'ai annoncé qu'à partir de maintenant, les discours des politiciens seraient considérés comme des contenus d'actualité qui devraient, en règle générale, être vus et entendus. Toutefois, conformément au principe selon lequel nous appliquons des normes différentes au contenu pour lequel nous recevons un paiement, cela ne s'appliquera pas aux annonces. Si quelqu'un choisit de publier une annonce sur Facebook, il doit quand même respecter nos normes communautaires et nos règles en matière de publicité.

« Lorsque nous prenons une décision quant à la valeur de l'actualité, nous évaluons la valeur d'intérêt public du morceau de discours par rapport au risque de préjudice. Lorsque nous établissons un équilibre entre ces intérêts, nous prenons en considération un certain nombre de facteurs, notamment les circonstances propres à chaque pays, par exemple le fait de savoir s'il y a des élections ou si le pays est en guerre ; la nature du discours, y compris s'il est lié à la gouvernance ou à la politique ; et la structure politique du pays, y compris si le pays a une presse libre. En évaluant le risque de préjudice, nous examinerons la gravité du préjudice. Le contenu susceptible d'inciter à la violence, par exemple, peut présenter un risque de sécurité supérieur à la valeur d'intérêt public. Chacune de ces évaluations sera de nature holistique et complète et tiendra compte des normes internationales relatives aux droits de l'homme ».

Contexte

Depuis 2016, Facebook publie une « dispense de la qualité de l’information » dans ses directives sur le contenu. Cette politique a été officialisée à la fin du mois d’octobre de cette année au cours d’une saison politique controversée et chaotique aux États-Unis et trois semaines avant l’élection présidentielle qui a conduit Donald Trump à la Maison-Blanche.

À l'époque, Facebook ne savait pas comment gérer les publications de la campagne Trump, a rapporté le Wall Street Journal. Des sources ont déclaré au Journal que les employés de Facebook étaient profondément divisés au sujet de la rhétorique du candidat sur les immigrants musulmans et de son souhait d'interdire les déplacements des musulmans, estimant que plusieurs d'entre eux contrevenaient aux normes du discours de haine du service. Finalement, ont déclaré les sources, le PDG Mark Zuckerberg a pesé directement dans la balance et a dit qu'il ne serait pas approprié d'intervenir. Des mois plus tard, Facebook a finalement publié sa politique.

« Nous allons commencer à autoriser davantage d'éléments que les gens trouvent dignes d'intérêt, importants ou qui revêtent de l'intérêt public - même s'ils pourraient autrement enfreindre nos normes », a écrit Facebook à l'époque.

La mise à jour de Clegg indique que Facebook par défaut « traitera le discours des politiciens comme un contenu digne de l'actualité qui devrait, en règle générale, être vu et entendu ». Il ne sera pas non plus soumis à des vérifications factuelles, car la société ne croit pas qu'il soit approprié qu'elle « arbitre les débats politiques » ou empêche le discours d'un politicien d'atteindre à la fois son auditoire cible et « de faire l'objet d'un débat et d'un contrôle publics ».

La qualité de l'information, a-t-il ajouté, sera déterminée en déterminant « la valeur d'intérêt public du morceau de discours par rapport au risque de préjudice ».


PDG de YouTube, Susan Wojcicki

Les conséquences

Facebook a devant lui la tâche d'essayer de respecter les normes d'une communauté mondiale de 2,4 milliards d'utilisateurs répartis dans 24 fuseaux horaires et utilisant plus de 100 langues. Mais ses tentatives dans le passé de suivre cette fine ligne, en particulier en matière de discours haineux, ont eu des conséquences importantes et parfois mortelles au cours des dernières années. Selon les directives de la société, le discours haineux n'est pas autorisé sur la plateforme « parce qu'il crée un environnement d'intimidation et d'exclusion et peut dans certains cas favoriser la violence dans le monde réel », ce qui, de l'avis général des experts, est vrai.

À l'échelle internationale, le discours haineux déchaîné et incontrôlé sur Facebook a eu des conséquences dévastatrices. Facebook a été lourdement impliqué dans la persécution systématique de centaines de milliers de musulmans rohingyas au Myanmar, toujours menacés de génocide, selon l'ONU. La société a publié un rapport en novembre 2018 reconnaissant son rôle dans la crise. « Avant cette année, nous ne faisions pas assez pour empêcher que notre plateforme ne soit utilisée pour encourager la division et inciter à la violence hors ligne », a admis la société. « Nous sommes d'accord pour dire que nous pouvons et devrions faire plus ».

Toutefois, la ligne entre le discours haineux et les conséquences désastreuses peut ne pas toujours être aussi transparente que l’analyse par la société du contenu partagé au Myanmar. Aux États-Unis, le président Trump, par exemple, utilise régulièrement un langage qui déshumanise explicitement les immigrants et parle d'une « invasion » à la frontière sud des États-Unis. En août, un homme armé qui a tué 22 personnes et en a blessé des dizaines d'autres dans un Walmart à El Paso, au Texas, a partagé un prétendu manifeste en ligne décrivant ses motivations pour avoir tué des Mexicains, des immigrants et des Latino-Américains. Ce document faisait fortement écho à la rhétorique utilisée par Trump à plusieurs reprises, à la fois en ligne et en personne.

Des experts des droits de l'homme à l'ONU ont récemment condamné le type de discours haineux utilisé par le président et d'autres dirigeants de droite dans le monde entier, affirmant que « les dirigeants, les hauts responsables du gouvernement, les politiciens et d'autres personnalités éveillent la peur parmi la population contre les migrants ainsi que ceux considérés comme "les autres" pour leur propre gain politique », affirmant que ces discours ont contribué à une violence accrue.

Même discours pour YouTube

Le PDG de YouTube, Susan Wojcicki, a déclaré que le contenu créé par les politiciens resterait visible sur le site de partage de vidéos même s'il enfreignait les normes de la société, faisant écho à la position prise par Facebook.

« Lorsqu'un responsable politique fournit des informations susceptibles d'être vraiment importantes pour ses électeurs ou même pour d'autres dirigeants dans le monde, il s'agit là d'un contenu que nous ne toucherions pas parce que nous pensons qu'il est important que les autres le voient », a déclaré Wojcicki au Festival de l'Atlantique.

Wojcicki a rappelé que les médias étaient susceptibles de couvrir des contenus controversés, qu'ils soient supprimés ou non, ce qui donnait un contexte pour les comprendre.

Elle a tout de même précisé que les politiciens ne sont pas traités différemment des autres utilisateurs et doivent se conformer aux directives de la communauté. En effet, la société accorde des dérogations à certains discours politiques si elle les considère de nature éducative, documentaire, scientifique ou artistique.

Plus tôt cette année, Twitter a annoncé qu'il étiquèterait et rétrograderait, mais ne supprimerait pas, le contenu des politiciens qui violerait ses normes.

Source : Facebook, Huffinghton Post, Independent, Facebook (novembre 2018), Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous d'accorder certaines dérogations aux politiciens sur les médias sociaux ?
Êtes-vous plus convaincu par l'approche de Facebook, YouTube, ou aucune des deux plateformes ?
Partagez-vous l'opinion des experts selon laquelle les discours d'exclusion de certains dirigeants politiques ont contribué à l'augmentation des violences contre certaines minorités ?

Voir aussi :

Le Département américain de la justice s'apprête à ouvrir une enquête antitrust contre Facebook, d'après une source proche du dossier
Avec le « Project Voldemort », Snapchat dénonce les tentatives d'intimidation et les coups tordus de Facebook pour étouffer ses activités
Facebook acquiert CTRL-Labs, une startup dans l'interface cerveau-machine, et qui fabrique un bracelet permettant aux utilisateurs de contrôler les appareils numériques avec leur esprit
Les travailleurs d'Amazon, Google, Facebook, et de Microsoft se sont engagés à faire la grève du climat le 20 Septembre, tandis qu'Apple s'apprête à lancer l'iPhone 11 le même jour

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !