Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Avec le « Project Voldemort », Snapchat dénonce les tentatives d'intimidation et les coups tordus de Facebook
Pour étouffer ses activités

Le , par Stéphane le calme

49PARTAGES

10  0 
Facebook n'a que 15 ans et pourtant, elle est rapidement devenue la principale plateforme de médias sociaux au monde, avec plus de 2,4 milliards d'utilisateurs. Elle est également devenue la deuxième plus grande plateforme de publicité numérique au monde, se classant deuxième dans un duopole mondial dominé par Google. Elle fait désormais l'objet d'une douzaine d'enquêtes qui allèguent qu'elle a atteint le sommet en utilisant des tactiques déloyales et anticoncurrentielles (et parmi ces entités qui l'accusent de pratiques anticoncurrentielles, au moins l'une d'elles a tenu des registres).

Depuis quelque temps, Facebook est dans le collimateur de la Federal Trade Commission (FTC), qui enquête sur de possibles entorses à la concurrence loyale dans le secteur des réseaux sociaux. Snap, la société mère de Snapchat, a gardé un dossier « pendant des années » donnant des détails sur les efforts déployés par Facebook pour étouffer ses activités, selon le Wall Street Journal Le fichier, surnommé « Project Voldemort » en référence au célèbre sorcier maléfique de la saga Harry Potter, « relate les stratégies de Facebook qui menaçaient de saper les affaires de Snap ».

Selon le WSJ, l'équipe juridique de Snap a enregistré des cas où Facebook aurait interdit à des personnes influentes dans les médias sociaux (influenceurs) présentes sur plusieurs plateformes d’insérer des liens Snapchat sur leurs profils, sous peine de perdre leur statut de « compte vérifié ». Or, c’est un risque qu’aucun influenceur n’a envie de prendre, car cela leur ferait perdre d’éventuels contrats marketing avec des marques. Selon Wall Street Journal, Facebook a finalement ajouté en 2016 une règle dans ses conditions d’utilisation qui interdit d’utiliser dans Instagram des liens vers les profiles Snapchat.

Les documents accusent Facebook d’empêcher les contenus liés à Snapchat d’être affichés sur la page Explorer d’Instagram et de bloquer la recherche de termes liés à l’application de partage de photos. Pour être plus précis, les documents indiquent que Facebook a tenté d’épurer son application Instagram de toute référence à Snapchat en bloquant volontairement des contenus issus du réseau social concurrent des trendings topics, comme des vidéos utilisant des filtres ou encore les contenus comprenant le hashtag #snCinClin. Ainsi, le réseau social aurait systématiquement filtré ou bloqué les recherches et les mises en avant de contenus liés à Snapchat au sein de l’application Instagram.

En fait, convaincu de l’intérêt de Snapchat, Mark Zuckerberg aurait proposé à deux reprises au PDG Evan Spiegel le rachat de sa société. En cas de refus, le fondateur de Facebook l'aurait menacé de lui mettre des bâtons dans les roues en copiant les fonctionnalités de son application. En 2013, Snap avait rejeté une offre d'achat de 3 milliards de dollars. En 2016, Facebook aurait de nouveau fait des ouvertures à la firme, qui l'a décliné pour se lancer dans une introduction en bourse au début de 2017.


Le Wall Street Journal note que :

« Dans certains cas, après que les propositions de Facebook aient été rejetées, le géant des médias sociaux a copié les caractéristiques des anciennes cibles.

« Par exemple, lorsque monsieur Zuckerberg a rencontré les fondateurs de startups, dont Evan Spiegel, directeur général de Snap, et Dennis Crowley, cofondateur de Foursquare Inc., il leur a présenté deux scénarios : soit ils acceptaient le prix qu'il offrait pour le rachat de leurs entreprises, soit ils choisissaient de faire face aux efforts de Facebook de copier leurs produits et de rendre ainsi leur exploitation plus difficile, selon des personnes familières avec le sujet. Dans les deux cas, après que les sociétés aient rejeté les ouvertures, Facebook a publié peu après des fonctionnalités qui imitaient les produits de Snap et de Foursquare ».

Selon le WSJ, la FTC enquête également sur Facebook pour avoir copié des fonctionnalités clés de leurs concurrents après que la société n’ait pas réussi à les acquérir, ce qui est arrivé avec Snapchat et Foursquare.

Une application pour évaluer la concurrence

Le comportement de Facebook à l'égard de ses concurrents est au cœur des nombreuses enquêtes antitrust menées contre lui. Être un acteur dominant dans un secteur n'est pas illégal, même si vous êtes le seul réel acteur réel dans un secteur, tant que vous jouez le jeu de manière juste. Abuser de ce pouvoir de marché ou s'employer activement à écraser, à supprimer ou à racheter ses concurrents s'apparente à un comportement anticoncurrentiel. Et c'est cette attitude qui est illégale.

En décembre 2018, le Parlement britannique a publié un document de 250 pages de courriels internes entre Facebook et d'autres sociétés de haute technologie concernant l'accès aux données des utilisateurs via le système du réseau social. Des documents, étiquetés « hautement confidentiels », présentent des diapositives d'une présentation interne de 2013 comparant la portée de Facebook à celle des applications concurrentes, notamment WhatsApp et Snapchat, sur iOS aux États-Unis. affichant un Facebook et un Instagram qui dominent en parts de marché (les applications étaient respectivement utilisées par 72,6 % et 34,0 % des mobinautes américains sur iOS).

Il est possible que Facebook ait considéré Snapchat et WhatsApp comme des menaces potentielles. À l'époque, Snapchat atteignait 13,2% du public américain sur iOS et son application pour iPhone, qui connaissait une croissance rapide, se classait au 16e rang. Messenger, l’application de messagerie de Facebook, enregistrait 13,7% et se classait au 15e rang.

Cette année-là, Facebook tentait d’acquérir Snapchat pour 3 milliards de dollars - une offre rejetée par le PDG de Snap, Evan Spiegel. Facebook a ensuite passé des années à tenter de copier Snapchat comme l’illustre par exemple le clonage de la fonctionnalité Stories.


Pour détecter le potentiel économique de Snapchat, Facebook se serait appuyé, entre autres, sur Onavo Protect. Onavo est une service de Facebook proposant un VPN gratuit. Pour iOS et Android, l’application est destinée à « protéger vos information personnelles ». Cependant, les documents révèlent que Facebook s’est servi des données des utilisateurs pour en apprendre plus sur les applications potentiellement concurrentes et les tendances à suivre.

En clair, les documents publiés indiquent que l'application VPN de Facebook était beaucoup plus invasive que ce qui a déjà été avancé. « Facebook a utilisé Onavo pour mener des enquêtes mondiales sur l'utilisation des applications mobiles par les clients, et apparemment à leur insu », a regretté Damian Collins. « Ils ont utilisé ces données pour évaluer non seulement le nombre de personnes ayant téléchargé des applications, mais aussi leur fréquence d'utilisation. Ces connaissances les ont aidées à choisir les entreprises à acquérir et celles à traiter comme une menace », a-t-il continué.

En somme, Onavo permettait à Facebook de détecter les tendances d’usage, en collectant la liste des applications installées sur le terminal et en analysant les flux réseau. Ce subterfuge aurait permis de voir combien de temps un utilisateur consacrait à Snapchat et combien de messages il envoyait.

Notons que Facebook a été contrainte de retirer Onavo de l'App Store d'Apple plus tôt en 2018 après qu'Apple ait modifié ses directives pour les développeurs afin d'interdire aux applications de collecter des données sur les autres services installés sur les téléphones de ses utilisateurs. Bien qu'Apple n'ait jamais dit que les nouvelles règles visaient Facebook, le changement de politique est intervenu après les critiques répétées du réseau social par le PDG d'Apple, Tim Cook.

Apple a éjecté Onavo de son App Store en août 2018. Facebook a fini par le retirer de Google Play en février 2019.

Source : Wall Street Journal

Et vous ?

Avez-vous un compte Snapchat ? Facebook ? Instagram ?
Laquelle de ces applications utilisez-vous le plus et pourquoi ?
Êtes-vous surpris par les révélations du « Project Voldemort » ?
Les manœuvres de Facebook évoquées par Snap vous semblent-elles crédibles ?
Après une introduction en bourse désastreuse il y a deux ans, Snapchat est l’un des titres technologiques les plus performants de l’année. Qu'est-ce qui pourrait, selon-vous, expliquer cela ?
Au final, Snap a-t-il bien fait de ne pas accepter un rachat par Facebook ?

Voir aussi :

Facebook acquiert CTRL-Labs, une startup dans l'interface cerveau-machine, et qui fabrique un bracelet permettant aux utilisateurs de contrôler les appareils numériques avec leur esprit
iOS 13, la nouvelle mise à jour du système d'exploitation de l'iPhone, signale comme suspectes des applications telles que Facebook et YouTube
Les e-mails d'Apple, Facebook, Amazon, Google, Google exigés dans l'enquête du panel de la Chambre des Etats-Unis, pour élucider leurs pratiques commerciales et leurs acquisitions antérieures
Microsoft pourrait écraser Slack comme l'a fait Facebook à Snapchat, de grands acheteurs d'IT prévoyant de quitter Slack pour Teams, selon un sondage
Des employés de Snapchat auraient abusé de leurs accès privilégiés aux données des utilisateurs pour les espionner, d'après des sources

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/09/2019 à 17:00
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
On dépasse les 100% de part de marché
Peut-être parce que les produits ne sont pas exclusifs et qu'un utilisateur peut en utiliser plusieurs ?
2  0 
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/09/2019 à 14:43
On dépasse les 100% de part de marché
0  1