Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Libra : Facebook renonce à sa vision ambitieuse sur la cryptomonnaie,
Suite aux pressions des régulateurs

Le , par Bruno

205PARTAGES

14  0 
La semaine dernière, Donald Trump s’était clairement positionné comme opposant au projet Libra (cryptomonnaie lancée par Facebook) et plus généralement a la crytomonnaie (Bitcoin, Ethereum et autre). Plutôt cette semaine, lors d’une comparaison devant un comité du Congrès américain, David Marcus, entrepreneur américain d'origine française et suisse, directeur du projet de cryptomonnaie Libra de Facebook, s’est présenté avec un message simple : Facebook sait que les décideurs sont préoccupés par la Libra et qu'il ne fera pas avancer le projet tant que leurs préoccupations ne seront pas résolues.

Contrairement a sa vision initiale, les commentaires de Marcus lors des audiences de mardi et mercredi ont laissé voir un changement radical dans la conception de la Libra par Facebook. Dans la vision initiale de l'entreprise, la Libra serait un réseau ouvert et largement décentralisé, semblable à Bitcoin. Le réseau central ne serait pas à la portée des régulateurs. La conformité à la réglementation incomberait aux bourses, aux portefeuilles et aux autres services constituant les « rampes d'accès et de sortie » de l'écosystème de la Libra.


Cet ambitieux projet, porté par la vision précédemment énoncée, n’a jamais été du goût de Donald Trump et du Gouvernement américain. Selon le président des États-Unis, Bitcoin et d'autres cryptomonnaies ont une valeur très volatile, basée sur de l'air, ils ne représentent pas de l'argent. « Si Facebook et d'autres entreprises veulent devenir une banque, elles doivent rechercher une nouvelle charte bancaire et être soumises à toutes les réglementations bancaires, à l'instar des autres banques, nationales et internationales » avait laissé entendre Trump, via son compte Twitter.

Au vu de des perceptions divergentes, Facebook semble maintenant reconnaître que sa vision initiale était inappropriée. Ainsi, cette semaine, David Marcus a esquissé une nouvelle vision de la Libra. Une stratégie dans laquelle la Libra Association(consortium mobilisant environ 28 sociétés des secteurs de la finance, du commerce électronique, des technologies et des télécommunications) assumera une responsabilité importante pour assurer le respect des lois relatives au blanchiment de capitaux, au financement du terrorisme et à d’autres crimes financiers.

En effet, cette déclaration du responsable du projet Libra fait suite à la prise de position non seulement du président américain, mais aussi du président de la Réserve fédérale Jerome Powell, qui, lors d'une sortie, avait déclaré au législateurs que le plan de Facebook visant à créer une monnaie numérique appelée Libra ne pourrait pas aller de l'avant s'il ne répondait pas aux préoccupations concernant la confidentialité, le blanchiment d'argent, la protection des consommateurs et la stabilité financière.

« La nouvelle position de Facebook répond à certaines des questions que j'ai soulevées portant sur la fonction de la Libra la semaine dernière. Mais cela soulève également de nouvelles questions auxquelles Facebook devra répondre dans les mois à venir ». A la suite de ces mots, Marcus a déclaré mercredi que la Libra Association exigerait que les fournisseurs de services basés sur la Libra se conforment à la réglementation, mais il n'a pas expliqué comment ils le feront.


La mise en regard des déclarations de Facebook et de Libra de juin avec celles de Marcus de cette semaine montre clairement que leur position a considérablement changé. « La Blockchain Libra sera ouverte à tous : tout consommateur, développeur ou entreprise peut utiliser le réseau Libra, créer des produits et créer de la valeur ajoutée par le biais de leurs services », écrit Facebook dans son livre blanc de juin. « L'accès ouvert garantit peu de barrières à l'entrée et à l'innovation et encourage une concurrence saine qui profite aux consommateurs. Ceci est fondamental pour l'objectif de créer des options financières plus inclusives pour le monde ».

Le livre blanc indiquait clairement que la Libra ne serait pas totalement décentralisée. Le consortium autour de la Libra organiserait le processus de compensation des transactions de la Libra et conserverait le pouvoir de décider qui pourrait être un validateur. L'association gérera également la devise conventionnelle qui sauvegardera la valeur de la Libra.

Model centré sur la protection des utilisateurs

En somme, la vision de Facebook pour la Libra s'inspirait du modèle décentralisé, basé sur la prudence des utilisateurs, des cryptomonnaies classiques telles que Bitcoin. Le service de portefeuille de Facebook, Calibra, respecterait les réglementations américaines en matière de protection des consommateurs, de blanchiment d’argent, de sanctions, etc.
La prise de parole de Marcus mercredi a présenté un changement brusque dans la position de Facebook. Lors de l'audience de mardi devant le Comité sénatorial des banques, les sénateurs ont interrogé Marcus à propos du risque de blanchiment d'argent et d'autres crimes financiers sur le réseau Libra. Marcus a pris un ton très différent de celui de ses collègues un mois plus tôt.

« En ce qui concerne le réseau Libra, nous aurons un programme de lutte contre le blanchiment d'argent », a déclaré mardi l'ancien président de PayPal, David Marcus . Plus tard, il a promis de s'assurer que « les mesures appropriées sont prises pour éviter que ce réseau ne soit utilisé à d'autres fins que celles pour lesquelles il avait été conçu ». Mercredi, Marcus a pris un engagement plus spécifique, en promettant que l’association autour de la Libra « mettra en place des garanties qui obligeront les fournisseurs de services du réseau Libra à lutter contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et d’autres crimes financiers ».

La nouvelle Libra et l’ouverture

Les réseaux tels que Bitcoin et Ethereum sont totalement ouverts et sans autorisation : n'importe qui peut créer des services et des logiciels pour ces réseaux sans demander l'approbation préalable de quelqu'un d'autre. Bitcoin et Ethereum peuvent s'en tirer parce que personne ne possède et ne contrôle ces réseaux. Aucune autorité de réglementation ne pouvant imposer une amende ou une peine d'emprisonnement pour non-conformité, les autorités de réglementation ont donc concentré leurs efforts en matière d'application sur les intermédiaires en périphérie du réseau.

Par contre le consortium autour de la Libra contrôlera en fin de compte le réseau de la Libra à la fois parce qu’il décide qui peut être un validateur et qu’il aura le contrôle de la devise utilisée pour chaque pièce de la Libra. Les régulateurs peuvent donc faire pression sur l'association Libra pour qu'elle applique les lois sur l'ensemble du réseau Libra. Une question clé est de savoir comment l’association appliquera les exigences réglementaires. La manière la plus évidente de le faire serait d’exiger que chaque transaction en Libra soit signée par un service de porte-monnaie préalablement approuvé par la Libra association.

Ensuite, l’association pourrait vérifier périodiquement ces portefeuilles, s’assurer qu’ils respectaient de manière adéquate diverses réglementations et faire des rapports aux autorités américaines et du monde entier. Ou inversement, l’association pourrait exiger d’un portefeuille qu’elle obtienne d’abord l’approbation des autorités de réglementation des pays où elle est active et qu’à ce moment-là, ajouter le service de portefeuille à la liste officielle des services approuvés. Cela représenterait un changement radical dans la conception de la Libra. Cela augmenterait la barrière à l'entrée pour les nouveaux services financiers basés sur la Libra. Ce serait important, car abaisser les barrières à l'entrée, tant pour les portefeuilles que pour les utilisateurs des régions du monde, est l'un des objectifs déclarés du projet Libra.

La nouvelle Libra et la préservation des libertés

Certaines personnes utilisent le réseau Bitcoin via des intermédiaires tels que Coinbase. Mais d'autres le font en créant leurs propres clés publique et privée et en soumettant directement des transactions au réseau Bitcoin à l'aide d'un logiciel open source. Le livre blanc Libra original prévoyait que les comptes appartiendraient à « des utilisateurs finaux directs du système ainsi qu'à des entités, telles que des portefeuilles de conservation, agissant pour le compte de leurs utilisateurs ».

Mais cela semble difficile à concilier avec les affirmations répétées de l'association selon lesquelles elle n'interagira pas directement avec les consommateurs. Les propriétaires de ces adresses Libra non-privatives de liberté interagissent directement avec le réseau Libra. Aucun autre intermédiaire n'est impliqué, seule l'association Libra aura le pouvoir d'exiger de ces utilisateurs qu'ils fournissent le type d'informations d'identification requises par la réglementation.

En bref, il existe un compromis assez fondamental entre l'ouverture du réseau et l'application effective de la réglementation régissant les réseaux de paiements. Si l'association en charge de la gestion de la Libra ne dispose pas d'un moyen d'imposer la conformité des fournisseurs de portefeuille, les criminels pourront se tourner vers des services de portefeuille qui ne respectent pas strictement les règles, ou télécharger un logiciel de portefeuille open source et utiliser un compte non-dépositaire.

Le défi de Facebook dans les mois à venir consiste donc à concevoir une nouvelle architecture réseau : un réseau suffisamment verrouillé pour satisfaire les régulateurs et aussi suffisamment ouvert pour attirer un écosystème de développeurs sain. L'entreprise pourra ajouter un système de paiement basé sur la Libra à WhatsApp et à Messenger, donnant ainsi instantanément au nouveau réseau des millions d'utilisateurs.


Source :

Et vous ?

Croyez-vous en ce projet de cryptomonnaie de Facebook ?

Que pensez-vous des affirmations non confirmées de Marcus ?

Peut-on faire un rapprochement avec la récente sortie de Donald Trump ?

Le Sénat, sera-t-il capable de convaincre Facebook d'être plus ouvert sur la Libra ?

Etes-vous pour ou contre la Libra ?

Voir aussi :

Le président de la FED appelle Facebook à suspendre le projet Libra, jusqu'à ce que les inquiétudes des régulateurs du marché financier se dissipent

Un régulateur suisse présenté par Facebook comme garant de la protection de la vie privée sur Libra, affirme ne pas être en contact avec l'entreprise

« Les conditions ne sont pas remplies pour que la France accepte l'utilisation de Libra », a déclaré Bruno Le Maire

Libra : la nouvelle crypto-monnaie de Facebook basée sur la blockchain avec son propre portefeuille numérique, un Bitcoin-killer ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 22/07/2019 à 9:21
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Forcément quand on gère son pays comme le Zimbabwe et l'Argentine .. Cela n'est pas arrivé au franc or ou franc germinal entre 1800 et 2003, il y eu juste de l'inflation donc il n'y a pas de fatalité de la monnaie papier. Ni de scénario crédible pour une fin hyperinflationniste de l'euro ou du dollar.
Le mec il est même pas fichu de se servir correctement d'un éditeur et il vient nous donner des leçons à coups de grandes phrases piquées ailleurs.
Non mais allô, quoi !

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Forcément quand on gère son pays comme le Zimbabwe et l'Argentine .. Cela n'est pas arrivé au franc or ou franc germinal entre 1800 et 2003, il y eu juste de l'inflation donc il n'y a pas de fatalité de la monnaie papier. Ni de scénario crédible pour une fin hyperinflationniste de l'euro ou du dollar.
Et il continue à tort à écrire "a tord", ça aussi c'est terrible, et c'est de la diffusion d'infox :
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je pense que Guillaume Larrivé a tord
Y a rien qui rentre dans sa caboche blindée, le chichon ça ne l'a pas arrangée…
6  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 13/09/2019 à 12:13
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Là c'est géré par des grosses entreprises donc ça ne va pas. (ce n'est pas mieux qu'un état)
Mais qu'une monnaie soit géré par personne ça peut-être très intéressant par contre.
C'est marrant la croyance limite anarchiste que si on n'a pas un état ou une entreprise pour gérer, c'est forcément mieux.

Dans la pratique dès qu'un élément de valeur échappe au contrôle de quelqu'un, il est forcément repris par d'autres forces de pouvoir qui veulent en tirer profit : entreprises, spéculateurs, mafia, ... Les gens d'en bas ne gagnent jamais au change.
Il n'y a qu'a voir comment les cryptomonnaies actuelles sont à la merci absolue de la spéculation.
5  0 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/07/2019 à 11:23
Citation Envoyé par viper1094 Voir le message
Même la Suisse se fait chier dessus par l'UE -.-
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ouais l'UE fait chier tous les pays européen...
Pµt4!n les mecs, vous transformez ce forum en club des scatos, ça commence à être vraiment bien lourd, toute cette ch!4sse partout sur les murs, par terre, vous pourriez calmer vos phantasmes.

Et le pire c'est qu'en vous inscrivant, vous avez accepté ça en signant :
Citation Envoyé par http://club.developpez.com/regles/#LIV-A
La grossièreté, la vulgarité ne sont pas permises.
4  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 22/07/2019 à 9:55
Citation Envoyé par viper1094 Voir le message
(.../...)Et effectivement les Suisses possèdent tous leur arme chez eux après le service militaire. 95% des foyers armés, t'imagine le nombre de cambriolage hein
ça n'est presque plus le cas : https://www.swissinfo.ch/fre/durciss...ses--/44685852

Citation Envoyé par la mise en gras est de moi
En 2017, seuls 1523 fusils d'assaut et 990 pistolets ont quitté les arsenaux pour être conservés à la maison, selon le Département fédéral de la défense. Près de 90% des militaires n’ont donc pas emmené leur arme chez eux.

La réforme Armée XXI, entrée en vigueur en 2004, a considérablement réduit le nombre de soldats en service et les stocks dans les arsenaux. Cette année-là, 43% des militaires avaient emporté leur arme (plus de 20'000 fusils d’assaut et près de 20'000 pistolets) à la maison. De 2004 à aujourd’hui, 106'000 armes au total ont été remises au terme du service militaire.

Depuis 2010, les personnes souhaitant emporter leur arme doivent participer régulièrement à des exercices de tir. Une mesure qui a sans doute rendu cette option moins attractive.
pas contre, ils ont pas mal de flingues "privés", peut-être même de plus en plus. Mais l'arme de service à la maison tend à disparaître(et elle tuait beaucoup - par suicide).
4  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/07/2019 à 14:40
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ouais l'UE fait chier tous les pays européen...
Qu'est-ce que ça peut lui foutre que les Suisses soient armés ?
En quoi ça la regarde ? C'est vraiment pas sympa de faire ce chantage...
Ça la regarde parce que la Suisse fait partie de l'espace Schengen ce qui signifie que les marchandises transitent très facilement d'un pays à l'autre.

Ça n'est pas du chantage, personne n'a forcé la Suisse à faire partie de l'espace Schengen, Il faut croire que l'absence de douane a la frontière intéresse d'avantage les suisses que le libre accès aux armes à feu. Parce que si la Suisse accepte les avantages de l'absence de frontière physique, elle doit forcément accepter les contraintes qui vont avec. On ne va bien sur pas accepter que la Suisse devienne le cheval de Troie pour l'entrée des armes a feu en Europe.
3  0 
Avatar de phil995511
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/09/2019 à 14:29
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Après c'est vrai que cette monnaie est soutenu par des grosses entreprises : MasterCard, Visa, PayPal, Uber, Lyft, Booking.com, Spotify, Free.
Tiens je ne savais pas, quelle bande ploucs, ils doivent certainement attendre de voir ce qui va ressortir de tout ça pour potentiellement lancer leur propres crypto-monnaies monnaies...

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Hein ?
C'est juste une monnaie, au lieu de payer en dollar les consommateurs pourront payer certains services en libra.
Oui en enrichissant chaque fois un peu plus FB et leurs sous entités commerciales.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Dans tous les pays il y a des écoles, des cliniques, des hôpitaux, des milices, privés...
La BCE continuera d'imprimer des euros, la FED continuera d'imprimer des dollars, aucune nation ne va perdre son contrôle sur sa monnaie.

La libra ne m'intéresse pas, mais je trouve ça marrant de voir comme les gouvernements s’inquiètent et pensent que ça va forcément avoir des conséquences catastrophiques, alors que si ça se trouve ce sera négligeable.
Ce qui m'intéresse c'est les monnaies adossées à l'or, si tu peux l'échanger contre de l'or physique il n'y a pas de problème.
Oui les écoles privées sont réservées aux riches (aux USA les gens doivent s'endetter pour avoir la possibilité d'envoyer leurs enfants à l'université), les hôpitaux privés refusent les gens n'ayant pas d'assurance à la hauteur de leurs exigences (ils réfutent le serment d’Hippocrate), quand aux milices privées (y en a pas chez moi Dieu merci) elle massacrent des gens innocents par exemple en Amérique latine, etc...

Ce genre de systèmes engendrent des disparités sociales et économiques dans le genre de la loi du plus fort versus le plus faible. Ils risquent de détruire des décennies de lutte sociale, d'effort pour voir un jour émerger des sociétés plus humaines où tout un chacun pourrait y trouver une place digne et acceptable...

Cela se rapproche de la définition que l'on fait du capitalisme sauvage, du totalitarisme financier, soit quelque chose de vraiment pas bon à terme pour l'ensemble de la population et de l'environnement.
4  1 
Avatar de phil995511
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/09/2019 à 14:46
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ils n'ont pas besoin d'investir dans le projet pour cela.
Je pense qu'ils veulent juste des parts au cas où ça fonctionnerait.

Ouais d'ailleurs la dette des étudiants est énorme, ainsi que la dette des ménages, la datte des entreprises et la dette publique (l'économie va super mal aux USA).
Des gens s'endettent à cause des cartes de crédits.

La France se fait privatiser de plus en plus, là c'est l'aéroport de Paris et la Française des Jeux, mais après la sécurité sociale, la caisse nationale d'assurance vieillesse, etc, vont disparaître.
On va perdre des acquis sociaux. L'UE va s'américaniser.

Aux USA ils existe des armées privées, des mercenaires, comme Blackwater par exemple (qui est devenu Academi je crois).
Les USA ne sont vraiment pas un modèle à suivre, je prie pour que cette pauvre France qui n'a jamais réussi à redresser son économie (pour d'obscures raisons) cesse de vouloir tout privatiser tel que tu le décris
3  0 
Avatar de gandalflemaia
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 13/09/2019 à 13:04
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
L'évasion fiscale tu peux la faire en dollar il n'y a pas de problème.
Les banques acceptent de blanchir l'argent des gros trafiquants de drogue.
L’argent de la drogue a sauvé les banques pendant la crise mondiale, affirme un conseiller de l’ONU, par Rajeev Syal

Pour le contrôle des citoyens ce qui fait peur, ce sont les projets de suppression de l'argent liquide, la banque saura tout ce que tu fais.

Bien sûr que libra c'est de la merde et qu'il ne faut pas l'utiliser, mais l'euro et le dollar ce n'est pas tellement mieux...
Ça ne vaut pas le franc Suisse ou la couronne Norvégienne ^^
Sauf que le Dollar, l'état (ici États-uniens) a le pouvoir de le tracer (mouvement SWIFT etc). Ici une fois que l'argent c'est du Libra, il est totalement impossible de suivre les transactions. En fonction du choix technologique, Facebook serait alors seul maitre à bord. Une banque qui blanchi de l'argent, s'expose à des poursuivtes graves et garder le secret c'est de plus en plus difficile. Là, ce n'est pas le cas. Une fois de plus, on peut critiquer les Banque Centrale, c'est même positif, on a un pouvoir de pression. À part acheter des actions Facebook, je ne vois pas ce qu'on pourra faire.
3  0 
Avatar de JackFr
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 21/07/2019 à 10:20
"Dans la vision initiale de l'entreprise, la Libra serait un réseau ouvert et largement décentralisé, semblable à Bitcoin."

Désolé mais vous ne pouvez pas écrire ça.
Libra n'est pas du tout décentralisé.
Pas du tout transparent (blockchain à pseudonyme, où chaque transaction est accessible à tous).
Et on ne peux pas faire pression sur
la gouvernance de bitcoin (la seule pression qui fonctionne est pour améliorer le protocole, par un lent procédé de consensus général).

En conclusion, à aucun niveau Libra est décentralisé.
2  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/07/2019 à 18:22
Citation Envoyé par viper1094 Voir le message
My bad j'ai associé tout les morts de la 2nde GM à Hitler x), y a eu des morts des deux cotés
La seconde guerre commence en juillet 1937 avec l'invasion de la Chine par le Japon, c'est le théâtre asiatique. Qui comprend la moitié des pertes militaires et civiles, principalement chinoises, indiennes, japonaise, indonésienne et vietnamienne (donc française) et j'en passe. Monsieur Hitler n'est en rien responsable de ces 30 millions de morts, et prétendre le contraire est autant contraire à l'histoire que de raconter que les américains l'ont gagné, cette guerre.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Non, c'est tout de la merde, et j'ai jamais parlé d'itunes, en tout cas ça ne me dit rien.
J'aurais sans doute mal lu, ou tu as oublié ce qui est gênant mais courant quand on manie tant de concepts à la fois


Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si tu possèdes une maison tu peux vivres à l'intérieur.
Pendant l'hyper inflation tu peux faire du feu avec des liasses de billets.
Les bolivars, on peut en faire du feu, s'essuyer avec ou même y écrire guerre et paix, mais il n'empêche que cette monnaie ne vaut rien. Le bolivar et la maison en Espagne ont une valeur d'usage mais aucune valeur d'échange, il faut saisir la nuance.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Wait & See, si c'est arrivé en Argentine et au Zimbabwe ça peut arriver partout.
Forcément quand on gère son pays comme le Zimbabwe et l'Argentine .. Cela n'est pas arrivé au franc or ou franc germinal entre 1800 et 2003, il y eu juste de l'inflation donc il n'y a pas de fatalité de la monnaie papier. Ni de scénario crédible pour une fin hyperinflationniste de l'euro ou du dollar.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
À la base les allemands avaient interdit à la BCE d'imprimer de l'argent, à cause du traumatisme des années 20.
Et au final la BCE va créer des euros à l'infini.
Oui et cela va créer un peu d'inflation, 5% (10% ?), même si c'est officiellement à 0 ou presque.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
De toute façon c'est trop le bordel, ça ne peut que se casser la gueule, il n'y a pas moyen de réparer.
Et à la fin, on va tous mourir et les monnaies et les civilisations vont disparaitre. D'ici là, de l'eau coulera sous les ponts.

Citation Envoyé par TheLastShot Voir le message
Perso j'ai un problème avec les crypto-monnaies....
Dans l'idée c'est bien, c'est décentralisé (encore qu'avec Libra j'ai des doutes), donc tu possède "réellement" ton argent qui ne peut pas être utilisé par un banquier qui va l'utiliser pour faire du trading et potentiellement te faire tout perdre.... Mais il y en a tellement qu'au bout d'un moment c'est juste un gros bordel, on en revient presque à l'état avant l'invention de la monnaie, avec le troc ou c'était "je te vends ce poulet contre 4 rondins de bois", là c'est pareil.... Soit faut que la personne la personne qui reçoit accepte X monnaies différentes, soit faut passer par une plateforme intermédiaire qui va prendre sa commission au passage, soit on l'a dans le fondement....
Tu ne possède pas plus ton argent avec une crypto monnaie qu'avec une monnaie papier ou même de l'or, tout dépend où tu places. Des milliards en bitcoins placés dans des plateformes ont disparu de la circulation, on se souvient du scandale MtGox avec Mark Karpèles mais il y a des dizaines de cas similaires. Tout un pan de secteur financier rempli de mafieux et de pirates, une zone de non droit.
Toutefois c'est un bon placement à risque ou spéculatif.
2  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web