Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

D'ici deux ans, 90% des implémentations actuelles de plateformes blockchain en entreprise devront être remplacées,
Selon Gartner

Le , par Stéphane le calme

424PARTAGES

13  0 
La blockchain est considérée par certains comme une révolution au même titre qu’internet, et elle est appelée à révolutionner plusieurs domaines allant de la cybersécurité à la finance. Selon Gartner, d'ici deux ans (2021), 90% des implémentations actuelles en entreprise en termes de plateforme blockchain devront être remplacées dans un délai de 18 mois pour rester compétitives, sécurisées et éviter l'obsolescence.

« Les plateformes blockchain sont des plateformes émergentes et, à ce stade, presque impossibles à distinguer de la technologie Blockchain de base », a déclaré Adrian Lee, directeur de la recherche chez Gartner. « De nombreux directeurs informatiques surestiment les capacités et les avantages à court terme de la blockchain en tant que technologie les aidant à atteindre leurs objectifs commerciaux, créant ainsi des attentes irréalistes lors de l'évaluation des offres des fournisseurs de plateformes blockchain et des fournisseurs de services.»

Un système qui n'est pas à l'épreuve de toute attaque

Il faut rappeler que la blockchain n’est pas un système à l’épreuve de toute attaque. En effet, début janvier, la plateforme Coinbase annonçait par le biais de Mark Nesbitt, l’un de ses ingénieurs en sécurité, avoir observé des réorganisations profondes répétées de la blockchain ETC (Ethereum Classic), dont la plupart comportaient des dépenses doubles. La technique employée par les assaillants pour réorganiser la blockchain ETC est celle dite “attaque à 51 %”.

Une attaque à 51 % est une attaque qui cible les PoW (Proof of Work) ou PoS (Proof of Stake) de blockchains.

Elle est également connue sous le nom d'attaque Goldfinger. Le but de cette attaque est de bloquer les validations des transactions d'utilisateurs de cryptomonnaies ou, avec assez de puissance de calcul, de procéder également à une dépense plus d'une fois sans pour autant avoir suffisamment de valeur monétaire en réserve. C'est ce qui est appelé le double spending.

Cette attaque est rendue possible grâce à la modification de l’historique de la blockchain. Satoshi Nakamoto, créateur de la monnaie Bitcoin, indiquait dans son “Livre blanc” que « si la majorité de la puissance du processeur est contrôlée par des nœuds honnêtes, la chaîne honnête se développera le plus rapidement et dépassera toutes les chaînes concurrentes ». Disposer d’une majorité (au moins 51%) de mineurs “honnêtes” est donc une exigence essentielle pour la sécurité sur une blockchain PoW.


PoW et PoS

Proof of Work désigne une donnée difficile à produire, car coûteuse et fastidieuse, mais facile à vérifier pour les autres et répondant à certaines exigences. Produire une preuve de travail peut être un processus aléatoire avec une faible probabilité, de sorte que beaucoup d'essais et d'erreurs sont nécessaires en moyenne avant qu'une preuve de travail valide ne soit générée. Bitcoin utilise le système de preuve de travail Hashcash.

La preuve d’enjeu ou preuve de participation ou Proof-of-stake (PoS) en anglais est une méthode par laquelle une chaîne de blocs d’une cybermonnaie vise à atteindre un consensus distribué.

Alors que la preuve de travail (Proof-of-Work ou PoW) demande aux utilisateurs d’exécuter plusieurs fois les algorithmes de hachage en ajoutant aux données du bloc une chaîne alphanumérique aléatoire jusqu’à ce que l’empreinte de l’ensemble soit inférieur à un seuil donné, la preuve d’enjeu demande à l’utilisateur de prouver la possession d’une certaine quantité de cybermonnaie (leur « participation ») pour prétendre valider des blocs supplémentaires dans la chaîne de bloc et de toucher la récompense.

Peercoin a été la première cybermonnaie à utiliser la preuve d’enjeu.

Marché fragmenté de la plateforme blockchain

Aujourd'hui, le marché des plateformes blockchain est composé d'offres fragmentées qui se chevauchent souvent ou sont utilisées de manière complémentaire, ce qui complique les choix technologiques pour les décideurs informatiques.

« Ce problème est exacerbé par le fait que les fournisseurs de plateformes blockchain utilisent généralement une messagerie qui n’est pas liée aux cas d’utilisation et aux avantages commerciaux d’un acheteur cible. Par exemple, le terme le plus souvent cité est celui de "transactions", suivi de "sécurisé" et de "sécurité". Même si ces fonctions peuvent être des technologies permettant la création de blockchain, les acheteurs ne savent toujours pas comment ces fonctions sont accomplies. Ce que blockchain apporte comme avantage sur les processus existants », a déclaré Lee.

À mesure que les entreprises s'intéressent de plus en plus à la technologie blockchain, le nombre de fournisseurs de plateformes blockchain ne cesse de croître, avec un nombre croissant de nouveaux entrants. « En raison de l’absence de consensus au sein de l’industrie sur le concept de produit, l’ensemble des fonctionnalités, les principales applications et le marché cible, nous ne pensons pas qu’il y aura une seule plateforme dominante blockchain au cours des cinq prochaines années. Au lieu de cela, nous prévoyons un monde multiplateforme », a déclaré Lee.


Évolution rapide du marché de la plateforme Blockchain

Selon les prévisions récentes de Gartner, la valeur ajoutée de la blockchain en entreprise atteindra un peu plus de 176 milliards de dollars d’ici 2025, avant d’atteindre 3,1 billions de dollars d’ici 2030. « Les responsables produits doivent se préparer à l'évolution rapide, à l'obsolescence précoce, à un paysage concurrentiel en mutation, à la consolidation future des offres et à l'échec potentiel des technologies / fonctionnalités à un stade précoce sur le marché de la plateforme blockchain », a déclaré Lee.

Une étude stipule que les cas d'utilisation de la blockchain ont un taux de réussite de 0 %

John Burg, un ancien adepte de la blockchain et membre de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), a entrepris avec deux autres professionnels du même domaine d’étudier des cas d’application du registre distribué lorsqu’il est utilisé par les ONG, entreprises et agences, mais ils n’ont trouvé aucune preuve de succès.

« Nous avons documenté 43 cas d’utilisation de la blockchain à travers des recherches sur internet, la plupart ont été décrits par des prétentions éclatantes comme ‘les coûts opérationnels...réduits à jusqu’à 90%,’ ou avec l’assurance de “capture et stockage sécurisé et soigneux de données.’ Nous avons constaté une prolifération de communiqués de presse, de livres blancs et des articles de persuasion. Cependant, nous n’avons trouvé aucune documentation ou preuve des résultats de la blockchain par rapport à ces prétentions. Nous n’avons pas aussi trouvé de leçons apprises ou un aperçu concret, comme c’est le cas pour les autres technologies en développement », a écrit le trio de chercheurs.

Les chercheurs ont tenté d’entrer en contact avec plusieurs firmes de blockchain, par email, par téléphone et en personne, mais sans succès.

« Personne n’a voulu partager des données sur les résultats de programme, de processus MERL [monitoring, evaluation, research, and learning] ou de gestion adaptative pour le potentiel de renforcement », a écrit l’équipe de recherche. « Malgré tout le battage médiatique autour de la blockchain et comment elle assure la transparence de processus et d’opérations dans les environnements de faible niveau de confiance, l’industrie elle-même est opaque. À partir de là, nous avons déterminé que le manque de preuves à l'appui des allégations de valeur de la blockchain dans l'espace du développement international est une lacune critique pour les adoptants potentiels ».

Source : Gartner

Et vous ?

Que pensez-vous de l'argumentation de Gartner pour justifier un besoin de remplacement des implémentations actuelles de plateformes blockchain en entreprise ?

Voir aussi :

La demande d'ingénieurs blockchain est en forte croissance avec une augmentation de 517 % de 2018 à 2019, selon un rapport
Les dépenses mondiales en blockchain devraient atteindre 2,9 milliards de dollars en 2019, selon les prévisions d'IDC

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sergio_is_back
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 17:01
Donc si l'on résume :

  • Aucune implémentation de bockchain n'est actuellement en exploitation en production
  • Mais il faudrait remplacer les implémentations existantes


A croire que Gartner absorbe la totalité de la production de cannabis du Colorado !!!
7  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 18:10
A mon avis, Gartner carbure à autre chose et cela ne date pas d'aujourd'hui. Un peu comme le loup de Wall Street
3  0