Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Équateur affirme avoir été touché par 40 millions de cyberattaques
Depuis qu'il a livré Julian Assange aux autorités britanniques

Le , par Christian Olivier

416PARTAGES

11  0 
L’Équateur aurait subi 40 millions de cyberattaques depuis qu’il a permis à la police britannique de contraindre le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, à quitter son ambassade à Londres, a rapporté l’Agence France-Presse (AFP).

Patricio Real, vice-ministre de l’Équateur des technologies de l’information et de la communication, a confié que les attaques ont commencé peu après l’arrestation d’Assange le 11 avril 2019 par des agents du service de police métropolitain (MPS). Elles avaient principalement pour origine les États-Unis, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Roumanie, la France, l’Autriche, le Royaume-Uni et l’Équateur et le Brésil. Javier Jara, sous-secrétaire du Département de l’administration électronique du ministère des Télécommunications, a déclaré à ce propos que son pays avait subi des attaques volumétriques qui ont bloqué l’accès à Internet à la suite de « ;menaces émanant de groupes liés à Julian Assange ;».


Les attaques volumétriques représentent une forme d’attaque par déni de service distribué (DDoS) dans laquelle les attaquants inondent les serveurs de requêtes afin de les surcharger et d’empêcher les utilisateurs légitimes d’y accéder : l’attaquant utilise le botnet pour générer un trafic important et engorger la cible.

Les 40 millions de cyberattaques évoquées précédemment correspondent au nombre cumulé de tentatives automatisées de perturbation ayant affecté les systèmes cibles (les sites Web du ministère des Affaires étrangères, de la banque centrale, du bureau du président Lenin Moreno, des autorités fiscales et de nombreux autres sites Web gouvernementaux). Mais aucune institution n’a signalé de tentative réussie de vol ou de destruction de données.

Julian Assange, fondateur de l’organisme international à but non lucratif Wikileaks, avait à l’origine demandé et obtenu l’asile à l’ambassade de l’Équateur à Londres en 2012. Mais à cette époque, les autorités britanniques cherchaient à extrader Assange vers la Suède où elles enquêtaient sur deux affaires distinctes — une agression sexuelle et un viol — impliquant ce dernier. Assange cherchait à présenter les allégations comme un prétexte pour obtenir son extradition vers les États-Unis, où il ferait l’objet de poursuites pour avoir divulgué des secrets gouvernementaux et militaires.

Les autorités suédoises ont par la suite abandonné l’enquête, mais le Royaume-Uni a continué à demander son arrestation pour avoir refusé de verser une caution. Assange est resté à l’ambassade équatorienne au fil du temps, usant apparemment de la patience de l’Équateur. L’ambassade aurait interrompu son accès à Internet en 2018 pour ingérence politique présumée, Moreno ayant qualifié Assange de « ;problème hérité ;» de son prédécesseur, Rafael Correa.


En fin de compte, les États-Unis ont accusé Assange d’avoir conspiré avec Chelsea Manning, celui qui a été à l’origine de la fuite de données sensibles en rapport avec les opérations de l’armée US en Irak pour le compte de WikiLeaks, pour tenter de pirater le réseau informatique protégé du Département US de la Défense (le Secret Internet Protocol Network, SIPRNet). Cette tentative aurait échoué, mais Manning a finalement fourni à Wikileaks des centaines de milliers de dossiers gouvernementaux qui ont été publiés en 2010. Ceux-ci allaient de câbles diplomatiques à d’autres données impliquant le personnel militaire américain en Irak et en Afghanistan dans la dissimulation de victimes civiles, la torture, des bavures ayant débouché sur la mort de journalistes… qui ont humilié le gouvernement américain.

Source : AFP

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Voici l'acte américain d'accusation contre Julien Assange, le fondateur de Wikileaks, arrêté par la police britannique à l'ambassade d'Equateur
Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, arrêté par la police britannique à l'ambassade d'Equateur à Londres où il s'était réfugié

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 22/07/2019 à 21:16
il encourt la peine de mort et 175 ans de prison
Dans quel ordre ?
9  0 
Avatar de BleAcheD
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 23/07/2019 à 10:17
De quoi faire peur à ceux qui seraient tentés de faire comme lui.
5  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/07/2019 à 10:38
T'imagines si ca avait été en Russie...ca aurait fait la une des journaux. Là, tout le monde s'en cogne !

Ca me rappel l'affaire Vanunu.
5  0 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 26/06/2020 à 11:51
Bonjour,

Qu'en pensez-vous ?
1) Les USA et les autres organisations dans le viseur de Wikileaks se font en malin plaisir à faire porter le chapeau à Julian Assange ... Puis pourquoi s'en priver quand ils ont déjà une tartine ?

2) Comme dans l'affaire Snowden , ici on cherche un "bouc émissaire".

3) Manque de bol Julian Assange a collaboré avec des membres genre de Anonymous, la encore les USA veulent leur peau ... Argument de plus pour enfoncer Julian Assange.

4) Quand on voit tout le linge sale et les secrets révélés, on comprend que CIA, NSA,FBI ... soient fou de rage ... en même temps les activités révélés ni espionnages c'est open bar et pas tout rose non plus.

L’hôpital se moquerait il de la charité ?
5  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/10/2020 à 12:31
Ils vont demander au MI6 de leur fournir du Novitchok, le poison mortel qui ne tue personne, et accuser les russes
6  1 
Avatar de fredinkan
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/05/2019 à 14:27
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
snip
Fleur en plastique est un troll (et qui fait rire lui) bien connu des vieux du site et toi tu cours...
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/05/2019 à 8:10
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Que pensez-vous du cas Assange ?
C'est quelqu'un qui s'est sacrifié pour partager des vérités.
Il n'a pas donné interprétation, il a donné toutes les sources et démerdez-vous.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Quel commentaire faites-vous de la position des USA ?
Les USA veulent être dur avec les lanceurs d'alerte pour refroidir ceux qui voudraient faire pareil.
C'est difficile d'avoir le courage de Snowden ou Assange quand on sait ce qu'on risque.
4  1 
Avatar de markham
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 22/07/2019 à 23:25
interview a voir pour comprendre ce que sont réellement les usa pour les puissances étrangères:

3  0 
Avatar de callo
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/07/2019 à 11:45
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Dans quel ordre ?
Bah, mis à mort puis sa tombe enchaînée pendant 175 ans
3  0 
Avatar de cdusart
Membre actif https://www.developpez.com
Le 23/07/2019 à 12:39
Pour ceux qui se pose la question de savoir comment il a vécu à l’ambassade et aussi pourquoi il a fini par en être expulsé:
https://edition.cnn.com/2019/07/15/politics/assange-embassy-exclusive-documents/index.html

Et pour ceux qui ne comprennent pas l'ironie de ce qui en train de se passer, je vous conseille de lire ça (ou n'importe quel article parlant de l'opinion du DoJ d'Obama sur la question d'Assange) :
https://www.thebigsmoke.com.au/2019/04/15/obama-declined-to-charge-julian-assange-suddenly-he-broke-the-law/
Pour résumé, L'administration Obama a reconnu publiquement qu'il ne poursuivrait pas Assange parce que liberté de la presse, puis Assange a fait tout son possible pour aider la campagne de Trump, puis Trump est élu, puis l'administration Trump décide que la liberté de la presse osef et décide de poursuivre Assange.

Et une question qui me taraude depuis longtemps, pourquoi Assange est-il considéré comme un lanceur d'alerte ?
Il administre un site ayant pour vocation de donner de la voix à des lanceurs d'alerte (et accessoirement des pirates informatiques) mais cela fait-il réellement de lui un lanceur d'alerte ?

Si on prend par exemple une définition du terme lanceur d'alerte :
Définition de Francis Chateauraynaud et Didier Torny :
C'est "une personne ou un groupe qui estime avoir découvert des éléments qu'il considère comme menaçants pour l'homme, la société, l'économie ou l'environnement et qui de manière désintéressée décide de les porter à la connaissance d'instances officielles, d'associations ou de médias, parfois contre l'avis de sa hiérarchie."
4  1