Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Voici l'acte américain d'accusation contre Julien Assange, le fondateur de Wikileaks,
Arrêté par la police britannique à l'ambassade d'Equateur

Le , par Stéphane le calme

487PARTAGES

24  0 
Dans une note d'information du service métropolitain de Police de Londres, nous avons appris que :

« Julian Assange, 47 ans, a été arrêté aujourd'hui, jeudi 11 avril, par des agents du service de police métropolitain (MPS) à l'ambassade d'Equateur, Hans Crescent, SW1, sur mandat délivré par le tribunal de première instance de Westminster le 29 juin 2012, pour défaut de remise au tribunal.

Il a été placé en garde à vue dans un commissariat central de Londres où il restera avant d'être présenté dès que possible devant le tribunal de première instance de Westminster.

Le service de police métropolitain de Londres avait le devoir d'exécuter le mandat au nom du tribunal de première instance de Westminster et a été invité à l'ambassade par l'ambassadeur à la suite du retrait de l'asile par le gouvernement équatorien. »

Sajid Javid – secrétaire d’État à l’intérieur – a tweeté : « près de 7 ans après être entré à l'ambassade de l'Equateur, je peux confirmer que Julian Assange est maintenant en garde à vue et qu'il fait face à la justice au Royaume-Uni. Je tiens à remercier l’équateur pour sa coopération et le service de police métropolitain pour son professionnalisme. Personne n'est au-dessus de la loi. »


D’après ce que rapporte le quotidien américain Washington Post, les autorités britanniques ont arrêté le fondateur de WikiLeaks en réponse à une demande d'extradition des États-Unis après que l'Équateur a annulé son asile à son ambassade à Londres. Sur son compte Twitter, Jennifer Robinson – avocat de Julian Assange – confirme : « Assange a été arrêté non seulement pour violation des conditions de sa mise en liberté sous caution, mais aussi à la suite d'une demande d'extradition américaine. »


Petit rappel

Rappelons que Chelsea Elizabeth Manning, née Bradley Edward Manning, avait été à l'origine de la fuite de données sensibles en rapport avec les opérations de l'armée américaine en Irak pour le compte de WikiLeaks.

Trois ans après son arrestation, l'ex-analyste du renseignement a été jugé, comme il l'a souhaité, devant le colonel Denise Lind, et non par un jury militaire.

Il avait envoyé au site de Julian Assange des télégrammes diplomatiques et des vidéos de combats et fait face à 22 chefs d'accusation parmi lesquels collusion avec l'ennemi (en l'occurrence Al-Qaïda), crime passible de la prison à vie.

Il n’a reconnu sa culpabilité que pour 10 d'entre eux dont la possession et la diffusion d'informations classées secrètes sur l'Irak et l’Afghanistan.

Lors de l'audience préliminaire qui s'est tenue en février 2013, Manning a expliqué vouloir exposer la « soif de sang » des militaires et leur « mépris pour la vie humaine » durant ces deux guerres. Il avait notamment transmis une vidéo montrant l’attaque menée en Irak, en 2007, par un hélicoptère américain en train de tirer sur des civils dont deux photographes de Reuters.

« J'assume l'entière responsabilité de mes actions. J'avais le sentiment d'accomplir quelque chose qui me permettrait d'être en paix avec ma conscience » avait-il déclaré fièrement.


Quels sont les chefs d’accusation à l’encontre de Julien Assange ?

Les États-Unis ont dévoilé un acte d'accusation à l'encontre de Julian Assange, accusant le fondateur de WikiLeaks de conspirer pour voler des dossiers secrets du gouvernement.

Dans l'acte d'accusation, le gouvernement affirme qu'Assange a travaillé avec Chelsea Manning pour obtenir des documents classifiés. Les procureurs ont déclaré que Manning avait accédé à des fichiers gouvernementaux classifiés, les avait fournis à Assange et avait ensuite collaboré avec Assange pour tenter de déchiffrer le mot de passe d'un réseau gouvernemental classé.

L'acte d'accusation décrit les communications entre Manning et Assange à partir du printemps 2010. WikiLeaks a par la suite publié une cache importante des télégrammes du département d'État, et Manning a été inculpé. Elle a été condamnée à une peine de prison, mais sa peine a été commuée par le président Obama. Le mois dernier, elle a de nouveau été emprisonnée pour avoir refusé de témoigner au sujet de WikiLeaks.

Les procureurs ont également affirmé qu'Assange avait activement encouragé Manning à consulter des dossiers, disant à un moment donné que « les yeux curieux ne sont jamais asséchés, d’après mon expérience »..

Actuellement, Assange est accusé d'avoir accéder sciemment à un ordinateur, sans autorisation, pour obtenir des informations qui ont été déterminées par le gouvernement américain comme protégé contre toute divulgation non autorisée pour des raisons de défense nationale et relations publiques. Notamment des documents relatifs à la défense nationale classées "Secret Défense" avec des raisons de penser que, si de telles informations étaient révélées, cela pourrait être utilisé pour faire du tort aux États-Unis. Il est également accusé de complot en vue de commettre une intrusion dans un ordinateur. Il risque jusqu'à 5 ans de prison.

Sur l'acte d'accusation, il est indiqué que « le but principal du complot était de faciliter l'acquisition puis la transmission par Manning d'informations classifiées relatives à la défense nationale des États-Unis afin que WikiLeaks puisse les propager publiquement sur son site Web ».

Le gouvernement pourrait porter des accusations supplémentaires contre Assange à une date ultérieure.

La réaction de l'EFF

« Bien que l'acte d'accusation de Julian Assange porte sur une tentative présumée de briser un mot de passe - une tentative qui n'a apparemment pas réussi - il s'agit encore, à la base, d'une attaque contre la publication de documents divulgués et de l'acte le plus récent d'une tentative qui s'étend sur presque dix ans de punir une personne qui a donné l'alerte et l'éditeur du document qui s'y trouve. Plusieurs parties de l'acte d'accusation décrivent un comportement journalistique très courant, comme l'utilisation du stockage dans le Cloud ou le fait de recevoir sciemment des informations classifiées ou de censurer des informations d'identification concernant une source. D'autres parties rendent suspects les outils logiciels libres courants comme Linux et Jabber. Et bien que nous soyons soulagés que le gouvernement n'ait pas choisi d'inclure aujourd'hui des accusations fondées sur la publication, si Assange est effectivement extradé, le gouvernement peut émettre des actes d'accusation de substitution. Il ne devrait pas le faire. Les fuites sont un élément essentiel de la libre circulation de l'information qui est essentielle à notre démocratie. Les reportages sur les fuites de documents, y compris les reportages sur des informations classifiées, constituent un rôle essentiel du journalisme américain.»

Sources : acte d'accusation (au format PDF), EFF.

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SimonDecoline
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 11/04/2019 à 22:53
Je n'ai pas trop suivi l'affaire mais si j'ai bien compris, des gouvernements violent les droits de l'homme, espionnent, corrompent, etc et le problème c'est le gars qui publie des documents qui le prouvent ? En tout cas, l'Equateur semble avoir bien changé depuis le départ de Rafael Correa...
13  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/04/2019 à 11:31
J'adore ce fil.

D'un coté, il y a "c'est un héros! il est dans notre camp! il faut le sauver!"

De l'autre, il y a "c'est un salaud! il est dans l'autre camp! il doit payer!"

On va aller loin, comme ça
12  0 
Avatar de r0d
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/04/2019 à 17:54
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
Comme toujours, il y a le légal d'un coté et l’éthique de l'autre.

Dans chaque pays, divulguer des informations classifiées est passible de poursuites, rien donc d'exceptionnel ici.
En fait, selon moi, le gros du problème se situe plutôt du côté légal que du côté éthique.

Assange n'est pas américain, il n'a même jamais mis les pieds aux USA il me semble. Assange est Australien.
Or, s'il est interdit pour un américain de divulguer des données classifiées, un état ne peut dicter ses règles à un citoyen étranger, concernant des actes qui ne sont pas produit sur son sol.
Ce qui est en train de se passer avec le cas Assange c'est : un pays (les USA) juge un étranger pour un acte qu'il a commis à l'étranger.
C'est comme si demain la justice française demandait aux USA de leur livrer un journaliste américain parce qu'il a publié un article révisionniste dans la gazette de son patelin, afin de le juger et de l'emprisonner en France (le révisionnisme est interdit en France mais pas aux USA).

En fait, quand il y a un litige entre pays, il faut passer par la cours pénale internationale.
Donc, ce qui se joue dans cette histoire, c'est que les USA sont en train de nous dire qu'ils font ce qu'ils veulent où ils veulent.
On peut penser ce qu'on veut d'Assange, de WikiLeaks, des lanceurs d'alerte etc, mais il y a des règles de droit international, et qu'un pays se permettre de les enfreindre aussi facilement est embarrassant.
11  0 
Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 22/07/2019 à 21:16
il encourt la peine de mort et 175 ans de prison
Dans quel ordre ?
9  0 
Avatar de MiaowZedong
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/04/2019 à 13:05
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
et si c'était vraiment un violeur, qui cri au complot pour échapper aux poursuites ? t'y a pensé a cette hypothèse ? t'en dit quoi ? on s'en fou, de la fille, il a dénoncé des pratique scandaleuses est ça c'est bien ?
Le hic, c'est qu'il n'est pas accusé de viol (selon les définitions Britannique, Française, Européene ou internationale). L'un des chefs d'accusation se traduit litérallement par "viol au degré mineur", soit. Mais à la base les deux femmes sont allées à la police pour l'obliger à faire un dépistage de MST et c'est ensuite que les autorités Suédoises ont passé leurs témoignages au peigne fin pour en sortir le maximum d'éléments équivoques et formuler des chefs d'accusations en utilisant des lois Suédoises qui sont carrément misandres et non-conformes aux droits de l'homme—des choses comme refuser d'utiliser un préservatif dans une relation consensuelle devenant criminelles, mais uniquement pour le partenaire masculin.

Quand tu lis le résumé des témoignages
, il en ressort que c'est sans doute un salaud coureur de jupons (et nul au lit ) mais il n'est pas question de viol.
8  0 
Avatar de disedorgue
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/04/2019 à 15:26
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
J'adore ce fil.

D'un coté, il y a "c'est un héros! il est dans notre camp! il faut le sauver!"

De l'autre, il y a "c'est un salaud! il est dans l'autre camp! il doit payer!"

On va aller loin, comme ça
Bah, quand on voit ce qu'est devenu Jésus, l'un des premiers lanceur d'alerte de l'histoire...
7  1 
Avatar de BleAcheD
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 23/07/2019 à 10:17
De quoi faire peur à ceux qui seraient tentés de faire comme lui.
5  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/07/2019 à 10:38
T'imagines si ca avait été en Russie...ca aurait fait la une des journaux. Là, tout le monde s'en cogne !

Ca me rappel l'affaire Vanunu.
5  0 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 26/06/2020 à 11:51
Bonjour,

Qu'en pensez-vous ?
1) Les USA et les autres organisations dans le viseur de Wikileaks se font en malin plaisir à faire porter le chapeau à Julian Assange ... Puis pourquoi s'en priver quand ils ont déjà une tartine ?

2) Comme dans l'affaire Snowden , ici on cherche un "bouc émissaire".

3) Manque de bol Julian Assange a collaboré avec des membres genre de Anonymous, la encore les USA veulent leur peau ... Argument de plus pour enfoncer Julian Assange.

4) Quand on voit tout le linge sale et les secrets révélés, on comprend que CIA, NSA,FBI ... soient fou de rage ... en même temps les activités révélés ni espionnages c'est open bar et pas tout rose non plus.

L’hôpital se moquerait il de la charité ?
5  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/10/2020 à 12:31
Ils vont demander au MI6 de leur fournir du Novitchok, le poison mortel qui ne tue personne, et accuser les russes
6  1