Linux 5.0 est disponible en version stable
Avec l'ajout du système de chiffrement Adiantum et la prise en charge des fichiers d'échange par Btrfs

Le , par Olivier Famien

286PARTAGES

19  0 
La version stable de Linux 5.0 vient de sortir. Si en général, passer à un numéro de version radicalement différent dans la gestion du cycle de vie des logiciels signifie généralement ajouter des améliorations majeures à la nouvelle version éditée, cette règle n’a pas trouvé sa place dans la nouvelle version 5.0 du noyau Linux qui est maintenant disponible. Selon les déclarations de Linus Torvalds, cette numérotation « ;5.0 ;» qui a été attribuée « ;ne signifie rien de plus que le fait que les nombres 4.x ont commencé à devenir assez gros pour que je sois à court de doigts et orteils ;» pour continuer à compter.

Toutefois, si la numérotation de la nouvelle version du noyau Linux n’obéit pas une règle bien précise et ne fait rien de plus que rendre Linus heureux, il ne faut pas non plus croire qu’elle est dénuée de nouvelles fonctionnalités ou d’améliorations intéressantes.

Dans cette 5e version majeure du noyau Linux, un clin d’œil a été fait à la gestion des tâches écoénergétiques sur les appareils téléphoniques via le planificateur des tâches. Cette nouvelle fonctionnalité de planification écoénergétique permet au planificateur des tâches de prendre des décisions qui réduiront la consommation d’énergie sur les plates-formes SMP asymétriques, telles que le déclenchement initial des tâches vers les processeurs les plus écoénergétiques. Elle s’avère importante, car dans la pratique, elle permet d’obtenir une meilleure gestion de l’alimentation des téléphones utilisant les processeurs big.LITTLE d’ARM.

Toujours au niveau des appareils à faible consommation énergétique, une amélioration a été apportée dans la gestion du chiffrement du système de fichiers Linux. En effet, cette version ajoute la prise en charge d’Adiantum, un système de chiffrement différent de l’algorithme AES. Pour les personnes extérieures à l’environnement Linux, il faut savoir qu’Adiantum a été développé pour fournir un chiffrement du système de fichiers sur les appareils Android bas de gamme dépourvus du chiffrement AES (Advanced Encryption Standard). Il est avantageux, car sur ARM Cortex-A7, le chiffrement Adiantum pour les messages de 4096 octets est environ 4 fois plus rapide que le chiffrement AES-256-XTS ;; et le déchiffrement est environ 5 fois plus rapide que ce dernier. Il convient de préciser toutefois que le chiffrement Adiantum est disponible pour l’outil de gestion du chiffrement fscrypt et non ecryptfs.


À côté de ces deux fonctionnalités destinées aux appareils écoénergétiques, cette version 5.0 du noyau Linux intègre également le support d’affichage FreeSync d’AMD. Selon certains utilisateurs, FreeSync est de loin la plus importante fonctionnalité AMDGPU parue depuis longtemps. À noter que FreeSync est une technologie de synchronisation adaptative pour les écrans LCD prenant en charge une fréquence de rafraîchissement dynamique, afin de fournir une faible latence de contrôle et une expérience de visionnement fluide. Couplé à la version 19.0 de la bibliothèque Mesa3D, le noyau Linux 5.0 peut maintenant prendre en charge FreeSync/VESA Adaptive-Sync à travers les connexions DisplayPort. Cette fonctionnalité qui manquait dans le pilote AMD pour Linux est maintenant disponible.

Comme autres améliorations, cette nouvelle version du noyau Linux inclut également la prise en charge du contrôleur de ressources cpuset dans cgroupv2, le nouveau système de groupe de contrôle unifié de Linux. Le contrôleur cpuset fournit un mécanisme permettant de contraindre le placement des tâches du processeur et du nœud de mémoire vers les seules ressources spécifiées dans les fichiers d’interface cpuset du groupe de contrôle en cours d’une tâche. Cette fonctionnalité est utile dans la mesure où elle pourrait permettre d’améliorer les performances globales sur les systèmes NUMA de grande taille en plaçant des tâches sur des sous-ensembles de taille appropriée avec un processeur et une mémoire judicieusement placés pour réduire les accès mémoire et les conflits de nœuds.

Au nombre des améliorations introduites dans le nouveau noyau Linux, l’on peut maintenant également citer le support des fichiers d’échange dans Btrfs. Depuis des décennies, le système de fichiers Btrfs a supprimé le support des fichiers d’échange en raison de corruptions potentielles. Cependant, maintenant que les restrictions appropriées sont en place, les mainteneurs du noyau ont restauré la prise en charge des fichiers d’échange par le système de fichiers Btrfs. Et pour ce faire, le fichier d’échange doit être entièrement alloué en tant que « ;nocow ;» sans compression sur le périphérique concerné.

Enfin, nous avons l’ajout de binderfs, un pseudo-système de fichiers pour le pilote Android Binder IPC. Ce système de fichiers liant permet d’exécuter plusieurs instances d’Android.

Au-delà de ces améliorations majeures, nous avons également de nombreux nouveaux pilotes et autres améliorations, notamment au niveau des systèmes de fichiers, de la gestion de la mémoire, de la couche de blocs, de la virtualisation, du chiffrement, du réseau, des architectures X86, BRAS, PowerPC, RiscV, des pilotes, etc.

Source : Linux Kernel Mailing List

Et vous ?

Avez-vous testé la nouvelle version du noyau Linux ;? Quels commentaires en faites-vous ;?

Quelles sont les fonctionnalités que vous aimez le plus ou le moins dans cette nouvelle version de noyau Linux ;?

Voir aussi

Controverse autour de Linux 4.17 : la dernière mouture du kernel supporte Speck, un algorithme de chiffrement rejeté par l'ISO
Linus Torvalds annonce la disponibilité de la version 4.18 du noyau Linux : un aperçu des fonctionnalités qui ont été ajoutées
Le noyau Linux 4.19 est disponible : Tour d'horizon des nouveautés qui accompagnent cette version LTS
Linus Torvalds annonce la disponibilité de la version 4.20 du noyau Linux Juste avant Noël
Si Linux a de la peine à s'imposer sur le desktop c'est à cause de la fragmentation de l'écosystème, d'après Linus Torvalds
Le noyau Linux fait le ménage dans sa base de code et devient plus léger, faut-il donc passer à la version 5.0 ? Linus Torvalds aborde le sujet

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Steinvikel
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/03/2019 à 0:59
Les drivers amdgpu ne sont pas nouveaux dans Linux, il est plus que bienvenu que FreeSync y soit maintenant intégré.
Je suppose que puisque les drivers "amdgpu" présents dans le noyau sous forme de blobs propriétaires (opaques donc), l'implémentation FreeSync l'est également.

C'est dommage qu'actuellement, aucun iGPU ne possède de driver libre (corrigez-moi si je me trompe)... c'est le seul obstacle à l'utilisation "facile" de Linux "déblobisé" tel que Linux-libre. =/
Ce serait un grand pas en avant pour l'entrée et milieu de gamme.
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 20:19
La version 5.1 du noyau Linux est disponible, optimise les E/S asynchrones
et apporte d’autres nouvelles fonctionnalités

Environ deux mois après la publication de la version 5.0 du noyau du système d’exploitation Linux, Linus Torvald vient de publier la version 5.1. Cette version du noyau apporte quelques améliorations aux opérations asynchrones, le mode Fast Boot d’Intel est activé par défaut dans le pilote graphique sur les processeurs Skylake et plus récent et le noyau 5.1 de Linux élargit encore un peu plus le support des plateformes ARM.

La version stable 5.0 du noyau Linux a été publiée en mars 2019. Dans cette 5e version majeure du noyau Linux, un accent était mis sur la gestion des tâches écoénergétiques sur les appareils téléphoniques à travers le planificateur des tâches. Cette nouvelle fonctionnalité de planification écoénergétique permet au planificateur des tâches de prendre des décisions qui réduiront la consommation d’énergie sur les plateformes SMP asymétriques, telles que le déclenchement initial des tâches vers les processeurs les plus écoénergétiques. Elle s’avère importante, car dans la pratique, elle permet d’obtenir une meilleure gestion de l’alimentation des téléphones utilisant les processeurs big.LITTLE d’ARM.

Cette version 5.0 du noyau Linux a également apporté le support d’affichage FreeSync d’AMD. Selon certains utilisateurs, FreeSync est de loin la plus importante fonctionnalité AMDGPU parue depuis longtemps. À noter que FreeSync est une technologie de synchronisation adaptative pour les écrans LCD prenant en charge une fréquence de rafraîchissement dynamique, afin de fournir une faible latence de contrôle et une expérience de visionnement fluide. Couplé à la version 19.0 de la bibliothèque Mesa3D, le noyau Linux 5.0 peut maintenant prendre en charge FreeSync/VESA Adaptive-Sync à travers les connexions DisplayPort. Cette fonctionnalité qui manquait dans le pilote AMD pour Linux est depuis cette version disponible.


Dans la nouvelle version du noyau Linux, la version 5.1, on compte également quelques nouvelles fonctionnalités, beaucoup d’amélioration et certains correctifs de bogues. L’une des améliorations les plus notables concerne l’activation par défaut de Fast Boot d’Intel dans le pilote graphique pour les processeurs Skylake et plus récent. Fast Boot est une fonctionnalité du BIOS qui réduit la durée de démarrage de l’ordinateur. Si Fast Boot est activé, le démarrage depuis un réseau, un lecteur optique et des périphériques amovibles est désactivé et les périphériques vidéo et USB (clavier, souris, lecteurs) ne sont pas disponibles avant le chargement du système d’exploitation. Cela signifie que Fast Boot ne charge que ce qui est nécessaire, supprimant au passage les tressautements de l’image.

S’agissant toujours de technologie d’Intel apportée à cette version du noyau, on note le support du HDCP 2.2 et de GVT (Graphics Virtualization Technology) de Coffee Lake. Coffee Lake est le nom de code d’Intel pour le second raffinement de nœud de processus 14 nm après Broadwell, Skylake et Kabylake. Les graphiques intégrés sur les puces Coffee Lake permettent la prise en charge de la connectivité DP 1.2 à HDMI 2.0 et HDCP 2.2. Coffee Lake prend en charge de manière native la mémoire DDR4-2666 MHz en mode double canal lorsqu'il est utilisé avec les processeurs Xeon, Core i5, i7 et i9, la mémoire DDR4-2400 MHz en mode double canal lorsqu'il est utilisé avec les processeurs Celeron, Pentium et Core i3 et LP DDR3-2133 MHz de mémoire lorsqu'il est utilisé avec les processeurs mobiles.

Le noyau Linux 5.1 apporte quelques améliorations au support des plateformes ARM avec notamment un nouveau pilote graphique DRM pour Komeda et la prise en charge du SoC Bitmain (deux cœurs A53 et un cœur RISC-V). Seule la partie ARM est terminée pour l’instant et le support de RISC-V progresse partiellement. Pour les processeurs ARM, la configuration 64 bits par défaut dans le noyau reconnaît maintenant 256 cœurs maximum. Une décision faisant suite à la progression continue du nombre de cœurs dans les Socs. La valeur pouvant être modifiée.

Autrement dit, le SoC Bitmain BM1880 comprend un processeur ARM Cortex-A53 double cœur, un sous-système RISC-V simple cœur et un sous-système de processeur Tensor. Mais avec l'état initial pour Linux 5.1, seuls les cœurs A53 sont activés pour le moment. Le BM1880 est commercialisé comme un “TPU de bord” capable de fournir des performances de 1TOPS@INT8, un processeur monocœur RISC-V capable d’atteindre 1 GHz, et optimisé pour un apprentissage en profondeur avec une consommation de seulement 2,5 Watts. À noter que le BM1880 est fabriqué par Bitmain, une société chinoise qui a commencé à concevoir des ASIC pour l'extraction de Bitcoins avec Antminer et d'autres produits. La société s’est également lancée dans des projets d’intelligence artificielle et d’apprentissage en profondeur.

Pour accélérer les systèmes d'exploitation, il existe des E/S asynchrones. Cela permet aux applications d'effectuer d'autres tâches jusqu'à ce qu'une fonction d'écriture en arrière-plan soit disponible. Le noyau se charge de notifier l'application. Un développeur du noyau, Jens Axboe, introduit maintenant une nouvelle variante appelée io_uring qui vise à augmenter la vitesse des tâches de lecture et d'écriture asynchrones et à leur permettre de mieux évoluer. Il existe également une bibliothèque d’espace utilisateur qui permet aux développeurs de se familiariser avec les principales fonctionnalités de io_uring.

Plusieurs autres changements interviennent aussi au niveau de la sécurité et en particulier pour les variantes 2 et 4 de la faille Spectre. Ce sont essentiellement de petites améliorations de performances résultant d’optimisations sur le code d’atténuation. Enfin, il existe d’autres fonctionnalités telles que la nouvelle interface d'E/S, la prise en charge du processeur AI Goya de Habana Labs et un nouveau support amélioré pour la prise en charge d'ACPI (Advanced Configuration and Power Interface), une norme pour réduire la consommation d’énergie d’un ordinateur.

Notons que l’ACPI (soit en français « interface avancée de configuration et de gestion de l’énergie ») est une norme très répandue dans les ordinateurs personnels et codéveloppée par Hewlett-Packard, Intel, Microsoft, Phoenix et Toshiba. Le but de cette norme est de réduire la consommation d’énergie d’un ordinateur en mettant hors tension certains éléments comme lecteurs CD-ROM, disques durs, écran, etc. Pour cela, une interface a été spécifiée qui permet au système d’exploitation d’envoyer des signaux à ces différents périphériques matériels (il faut que ces périphériques prennent en charge l’ACPI également). Cette interface permet aussi au matériel d’envoyer des signaux au système d’exploitation, par exemple lorsque l’utilisateur appuie sur le bouton de mise en route sur le clavier ou que le modem reçoit un appel.

Source : Linus Torvalds

Et vous ?

Que pensez-vous des nouvelles fonctionnalités apportées à la version 5.1 du noyau Linux ?
Quelles autres fonctionnalités souhaiteriez-vous avoir dans la prochaine version du noyau ?

Voir aussi

Linux 5.0 est disponible en version stable avec l'ajout du système de chiffrement Adiantum et la prise en charge des fichiers d'échange par Btrfs

Ubuntu 19.04 (Disco Dingo) est publié avec la version 5.0 du noyau Linux et est plutôt perçu comme une mise à jour qu'une version majeure

Le noyau Linux fait le ménage dans sa base de code et devient plus léger. Faut-il donc passer à la version 5.0 ? Linus Torvalds aborde le sujet

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web