Analyse prédictive criminelle : la police surveille au Canada les comportements négatifs
à travers une base de données des risques

Le , par Jonathan

65PARTAGES

14  0 
La technologie a fait des progrès gigantesques ces dernières années et tout porte à croire que ce n'est pas près de s'arrêter de sitôt. Comme tout autre utilisateur de cette technologie, les services de police dans le monde s'en servent afin d'améliorer leur efficacité dans l'exercice de leurs fonctions. Surtout qu'avec la complexification de la nature des crimes au cours de ces dernières décennies, on a pu se rendre compte de l'inefficacité des méthodes traditionnelles utilisées par la police pour interpeller les acteurs malveillants.

Ces avancées technologiques permettent de réaliser des choses qui relevaient jusqu'ici de la science-fiction comme lorsqu'on apprenait en octobre dernier que la police anglaise veut utiliser l'IA pour empêcher les crimes violents avant qu'ils ne se produisent comme dans le film Minority Report. Et ce n'est pas tout puisque à en croire Motherboard, la police canadienne surveille les comportements négatifs des gens à travers une base de données de risques.

Principaux facteurs de risques à Ontario d'après un rapport de 2017

Etant donné qu'au Canada la police, les services sociaux et les travailleurs de la santé, utilisent des bases de données partagées, il a été constaté par Motherboard que certaines informations provenant de ces bases de données ont été utilisées par les provinces d'Ontario et Saskatchewan pour constituer une base de données de suivi axée sur les risques. Cela fait partie d'une approche collaborative du maintien de l'ordre appelée modèle Hub, qui associe les flics, le personnel scolaire, les travailleurs sociaux, les travailleurs de la santé et le gouvernement provincial. Ce constat a été fait sur la base de documents obtenus auprès du ministère de la sécurité communautaire et des services correctionnels d'Ontario.

D'après Motherboard, les informations contenues dans cette base de données indiquent si une personne consomme de la drogue, a été victime d'une agression ou vit dans un quartier jugé comme étant négatif. Des responsables des provinces de Saskatchewan et d'Ontario affirment que les données de cette base de données sont dépersonnalisées grâce à la suppression des détails tels que les noms de personnes et les dates de naissance. Les personnes dont les informations sont contenues dans cette base de données sont celles considérées comme susceptibles de devenir des criminels ou des victimes de préjudice. Ces informations sont collectées et ajoutées à la base de données lorsqu'une personne est évaluée pour une intervention rapide destinée à réduire ses niveaux de risque. Les interventions peuvent aller d’une simple discussion à une hospitalisation ou une arrestation forcée.

Catégories de risque provincial par occurrence d'après un rapport de 2017

Une enquête menée par Motherboard a révélé qu'en 2017, les enfants âgés de 12 à 17 ans constituaient le groupe d'âge le plus fréquemment ajouté à la base de données dans plusieurs régions d'Ontario et que certaines interventions avaient été effectuées sans consentement. Les autorités peuvent se passer de consentement si elles estiment qu'une personne présente un haut risque de subir un préjudice. Dans certains cas, des enfants âgés d’à peine six ans ont fait l’objet d’une intervention. Lisa Longworth, une analyste faisant partie de ce programme et travaillant auprès de la police provinciale d'Ontario, a déclaré à Motherboard que les interventions étaient un outil permettant aux policiers de prendre des mesures dans des situations où ils auraient été impuissants à intervenir.

On est donc là en plein dans l'univers du film Minority Report puisque les pratiques sont les mêmes. Des individus sont appréhendés avant même d'avoir commis un délit, seulement il ne s'agit plus de science-fiction, mais de réalité. Beaucoup voient en ce type de surveillance, une violation des droits fondamentaux des personnes à la liberté et à la sécurité de leur personne. Et pour d'autres, il ne s'agit de rien de plus que d'un moyen contribuant à rendre ce monde plus sûr.

Source : Motherboard

Et vous ?

Que pensez-vous de cette surveillance ?
Pensez-vous qu'on devrait se fier à un tel système ?

Voir aussi :

UK : pas moins de 14 postes de police utilisent un logiciel de prédiction de la criminalité, d'après un rapport de Liberty Human Rights
UK : la police veut utiliser l'IA pour empêcher les crimes violents avant qu'ils ne se produisent, comme dans le film Minority Report
Le Conseil d'État valide la création d'un mégafichier rassemblant les données personnelles des Français, les recours contre le fichier TES rejetés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/03/2019 à 16:40
Il faudrait utiliser la même technique en France pour arrêter les gilets jaunes avant même qu'ils ne cassent un magasin ou qu'ils les taguent avec "Juden"
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/03/2019 à 19:15
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Il faudrait utiliser la même technique en France pour arrêter les gilets jaunes avant même qu'ils ne cassent un magasin ou qu'ils les taguent avec "Juden"
Pas besoin de logiciel prédictif, c'est sans doute un antisioniste qui trouvait cela rigolo.
Avatar de Edrixal
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/03/2019 à 10:16
Citation Envoyé par Jonathan Voir le message
Que pensez-vous de cette surveillance ?
Pensez-vous qu'on devrait se fier à un tel système ?
Le principe même de Minority Report est de dire que l'on ne peut pas ce fier au système. Je pense que ça répond aux deux questions.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web