France : le gouvernement envisagerait de donner plus de pouvoir à l'ANSSI pour mieux contrôler Huawei
Sans déclarer ouvertement la guerre à la Chine

Le , par Jonathan

207PARTAGES

14  0 
Fondée par Ren Zhengfei, ancien officier de l’Armée de libération du peuple, l'entreprise Huawei est désormais le deuxième fabricant mondial de smartphones, après le Sud-Coréen Samsung. Cette entreprise est depuis quelque temps dans le collimateur des grandes puissances telles que les États-Unis et certains de ses alliés en raison de soupçons pesant sur elle. En effet, il lui est reproché une possible collaboration avec le gouvernement chinois dans le but d'espionner ou saboter des réseaux de télécommunications étrangers. Et le mois dernier après l'arrestation d'un dirigeant de Huawei dans le cadre d'une enquête, un responsable technique européen avait fait savoir que l'Europe devrait se méfier de cette entreprise.

Les États-Unis sont allés jusqu'à demander à leurs alliés de boycotter les équipements télécoms du Chinois Huawei. Certaines puissances n'ont pas suivi le mot d'ordre, mais d'autres l'ont fait et la France semble elle aussi être en train de prendre des mesures assez subtiles pour contrôler Huawei.

En effet, le gouvernement français souhaite limiter le déploiement de l'équipementier télécoms chinois Huawei et pense profiter de la loi Pacte pour y parvenir. Pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit du projet de loi relatif au Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises. Il souhaite répondre à des enjeux et obstacles que rencontrent très souvent, pour ne pas dire quotidiennement, les entreprises françaises. Cette loi a été votée par l'Assemblée nationale en première lecture en octobre dernier.


L'une des mesures que voudrait donc prendre la France consisterait en une extension du pouvoir d'agrément de l'agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI). En clair, le gouvernement français souhaite faire passer un amendement anti-Huawei en se servant de la loi Pacte sans déclarer ouvertement la guerre à la Chine. Cet amendement a été présenté le 16 janvier 2019 lors d'une réunion à Bercy regroupant des entreprises françaises et organismes gouvernementaux du secteur technologique. Avec cet amendement, les opérateurs devront fournir leur plan avant de déployer de nouveaux équipements et les autorités auront ensuite deux mois pour valider ou pas le matériel. Le gouvernement pourra donc désormais par le biais de l'ANSSI, limiter le déploiement de Huawei dans le pays en prétextant effectuer des contrôles sur ses produits et par la suite, les invalider sans que cela ne passe pour une censure ciblée.

Jusqu'à présent en France, les opérateurs ne peuvent installer sur leurs réseaux que des équipements qui ont été préalablement approuvés par l'ANSSI. En donnant donc plus de pouvoir à cette agence, le gouvernement lui permettra d'avoir un contrôle plus poussé sur un éventail beaucoup plus large de produits des différents fabricants tels que Nokia, Ericsson ou encore bien évidemment Huawei. L'ANSSI sera donc en mesure d'effectuer des contrôles et d'interdire si nécessaire les produits Huawei qui seront désormais installés, mais également ceux installés lors des précédentes générations mobiles (3G, 4G).

Il s'agit donc là d'une manœuvre assez subtile du gouvernement français pour garder le contrôle sur l'entreprise chinoise en faisant peser la responsabilité sur les opérateurs télécoms français. D'ailleurs ces opérateurs qui s'opposent à cet amendement, s'inquiètent sur les répercutions que cela pourrait avoir comme le fait que la France pourrait prendre du retard dans la 5G.

La stratégie du gouvernement est rusée, mais peut-être pas la plus adaptée. Il serait probablement plus judicieux d'opter pour une autre alternative, mais encore faudrait-il qu'elle soit adaptée au contexte de la France.

Source : Les Echos

Et vous ?

Que pensez-vous de cet amendement visant à donner plus de pouvoir à l'ANSSI?
Quelle(s) mesure(s) proposeriez-vous à la place ?

Voir aussi :

L'Europe doit se méfier de Huawei, dit un responsable technique européen après l'arrestation d'un dirigeant de Huawei dans le cadre d'une enquête
Voici 6 raisons pour lesquelles Huawei donne aux États-Unis et à ses alliés des cauchemars en matière de sécurité informatique
Huawei a été accusé d'avoir triché sur les tests de plusieurs flagships en se servant d'un « mode performance » pour booster ses appareils

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Thomasa21
Membre actif https://www.developpez.com
Le 23/01/2019 à 18:31
La France pense sérieusement que la chine ne verra pas que c'est le gouvernement qui est derrière cet amendement ? pourquoi se comporter aussi lâchement ? pourquoi la France ne donne t'elle pas ouvertement sa position vis-à-vis de Huawei comme l'ont fait les USA ?
Avatar de grigric
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 25/01/2019 à 15:00
ca s'appelle de la politique, c'est tout un métier pour ne pas froisser son voisin :o)
Avatar de ymoreau
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/01/2019 à 15:31
Ils ne précisent pas sur quoi repose les contrôles, mais sans raison technique valable je ne vois pas en quoi ce serait subtil d'invalider un produit Huawei et pas un autre, c'est assez flagrant.
Autre question que je me pose, à quel point le gouvernement peut mettre la pression sur l'organisme, et pourrait donc faire interdire des produits open-source ou trop cryptés qui ne lui conviennent pas ?
Avatar de Thomasa21
Membre actif https://www.developpez.com
Le 27/01/2019 à 16:10
Ils ne précisent pas sur quoi repose les contrôles, mais sans raison technique valable je ne vois pas en quoi ce serait subtil d'invalider un produit Huawei et pas un autre, c'est assez flagrant.
Justement, la chine se rendra facilement compte de ce stratagème sauf qu'elle tiendra pour responsable l'organisme en question puisqu'il est supposé être indépendant. A mon avis c'est dans cette optique que la France a envisagé les choses

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web