Les chefs d'entreprise US s'inquièteraient plus de la cybersécurité que d'une possible récession
à l'inverse de leurs homologues européens

Le , par Christian Olivier

73PARTAGES

13  0 
À cause de l’incertitude qui règne à l’heure actuelle sur les marchés, de nombreux observateurs pourraient penser qu’une récession est en marche et que cette situation constituerait la préoccupation majeure des responsables d’entreprise à travers le monde. Cependant, un nouveau sondage, baptisé C-Suite Challenge, mené chaque année à l’échelle mondiale par Conference Board indique qu’il n’en est rien.


Cette enquête a été réalisée auprès de 800 directeurs généraux et de plus de 600 autres dirigeants C-Suite, principalement aux États-Unis, en Asie et en Europe. Les participants ont analysé les principaux défis auxquels leur organisation est confrontée au cours de l’année à venir et dans l’avenir, ainsi que leurs stratégies pour y faire face. On a interrogé les DG ainsi que d’autres dirigeants C-Suite sur leurs préoccupations externes et internes pour 2019 concernant leur entreprise.

L’enquête C-Suite Challenge 2019 montre que les dirigeants d’entreprises sont particulièrement concernés par des problèmes tels que l’instabilité politique mondiale (la préoccupation externe numéro un des PDG en Europe, numéro trois à l’échelle mondiale) et le développement des leadeurs (la troisième préoccupation interne des PDG à l’échelle mondiale).

Les résultats de ce sondage révèlent aussi que les chefs d’entreprise considèrent la récession comme leur principale préoccupation externe pour 2019, alors qu’il y a tout juste un an, ils la voyaient plutôt comme une réflexion après coup, la classant au 19e rang de leurs préoccupations externes. D’une manière générale, les menaces qui pèsent sur le commerce mondial arrivent à la seconde place de ce classement. Les responsables d’entreprise ont, en outre, indiqué qu’attirer et retenir les talents était leur principale préoccupation interne.


Aux États-Unis, les PDG classent la cybersécurité au premier rang de leurs préoccupations externes pour 2019, alors qu’elle est classée 10e par les PDG en Chine. Signalons au passage que l’anxiété autour des technologies numériques se fait clairement sentir puisque les PDG voient la création de nouveaux modèles d’affaires comme leur deuxième préoccupation interne la plus importante à cause des technologies perturbatrices. Les contraintes imposées par la réglementation sur la protection des données personnelles sont telles que le RGPD arrive en 8e position des préoccupations majeures des PDG en Europe pour 2019, en 10e position à l’échelle mondiale.

En Chine, un meilleur alignement de la rémunération et des mesures incitatives sur le rendement des entreprises devient plus important en Chine à mesure que la pression salariale augmente. Il s’agit de la 2e préoccupation interne principale des chefs d’entreprise chinois pour 2019, devant la volatilité des flux de trésorerie, classée quatrième défi interne, qui reflète l’évolution rapide du financement des entreprises.

« ;Les résultats du sondage suggèrent qu’ils sont conscients de la nécessité de rester concentrés sur les forces perturbatrices à long terme qui ont une incidence sur leurs futurs plans de commercialisation ;», a déclaré Bart van Ark, coauteur du rapport et économiste en chef chez Conference Board. « ;Cette prise de conscience renforce la nécessité de poursuivre le développement de nouveaux modèles d’affaires, une stratégie qu’il serait tentant de négliger si et quand l’économie commencerait à ralentir ;», a-t-il ajouté.

D’après Rebecca Ray, coauteur du rapport, il n’est pas surprenant que les cadres supérieurs aient cité le talent comme l’un des principaux enjeux en 2019. Ces derniers « ;pensent que la pénurie de talents ne fera que s’aggraver au-delà de 2019, ce qui met en évidence pourquoi les organisations devraient constamment réexaminer la façon dont elles attirent et retiennent les meilleurs et les plus brillants. ;»

Une approche centrée sur la servitisation

En plus d’évaluer les préoccupations pour 2019, le sondage a également interrogé les PDG et autres dirigeants C-Suite sur leur vision de l’organisation future et la manière dont ils envisagent de réussir à l’horizon 2025. D’une manière générale, tous s’accordent à dire qu’ils doivent s’adapter à l’évolution du paysage de la clientèle, car le client de demain accordera plus de valeur à l’expérience d’utilisation d’un produit ou d’un service qu’au produit ou au service réel. Les deux tiers d’entre eux estiment dès lors qu’ils devront mettre l’accent sur la servitisation, en fournissant des services et des solutions qui complètent l’offre de produits traditionnels. Toutefois, ils semblent tous confiants quant à la capacité de leur organisation à prospérer d’ici 2025.

« ;Les PDG pressentent des changements fondamentaux dans les attentes et les préférences des futurs clients ;», a déclaré Chuck Mitchell, coauteur du rapport. « ;Ils voient l’importance de passer d’une approche centrée sur le produit à une approche de servitisation pour améliorer l’expérience client. Cette approche transforme les clients impliqués dans des transactions ponctuelles en “utilisateurs” qui recherchent une interaction continue avec les entreprises avec lesquelles ils traitent ;», ce qui élargit le champ des concurrents de façon inattendue, a-t-il précisé.

Signalons enfin que, dans l’ensemble, les PDG s’attendent à davantage de réglementation. Ils voient dans la recherche permanente d’un équilibre entre tentation de réduire les investissements à long terme pour améliorer les résultats à court terme et nécessité de rester compétitif à la reprise économique, la plus haute distinction en matière d’efficacité opérationnelle dans les années à venir.

Source : Conference Board

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Quelles sont les entreprises qui contribuent le plus aux projets open source ? Microsoft positionné en tête sur GitHub
Trolldi : quelle est la structure interne de votre entreprise ou groupe de travail ?
Après le mouvement #MeToo, la nouvelle règle des hommes en entreprise, éviter les femmes, qu'en est-il du domaine de l'informatique ?
BYOD : 85 % des entreprises autorisent l'accès à leurs données sur des appareils personnels, mais, craignent pour la sécurité et la confidentialité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 18/01/2019 à 12:32
Les chefs d'entreprise US s'inquièteraient plus de la cybersécurité que d'une possible récession en 2019
À l'inverse de leurs homologues européens
Je ne donnerai pas d'avis sur la situation aux USA, mais une chose est vraie: les dirigeants de société en Europe se foutent royalement des problèmes de cyber-sécurité.

Quand les organisations patronales organisent des forum sur la cyber-sécurité à destination des PME (qui représentent la très grande majorité des sociétés en Europe), l'évènement est rempli de commerciaux de boites informatiques qui cherchent à vendre leur services et on peut compter le nombre de dirigeants de PME (pour qui l'évènement est organisé) sur les doigts de la main d'un manchot...
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/01/2019 à 16:54
Au train où vont les choses et à la vue de la tournure des événements, s'il y a un domaine récent qui doit perdurer, il s'agit de la cyber sécurité. Dans 10 ans, ce sera toujours dans les médias.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web