IBM publie une application d'automatisation de décision basée sur le langage Elm
Est-il adapté pour la création de GUI modernes ?

Le , par Jonathan, Chroniqueur Actualités
IBM, la multinationale américaine spécialisée dans les technologies de l'information, comme toutes les autres entreprises IT, se bat continuellement pour rester compétitive. En octobre dernier, la société entame l’acquisition de Red Hat pour 33,4 milliards de dollars et plus tôt dans la même année, IBM annonçait un chiffre d'affaires de 19,07 milliards de dollars US, soit une hausse de 5 % boostée par l'activité Cloud et les services. Et pour continuer dans cette lancée, la société démarre cette année avec la sortie d'un nouveau produit.

En effet, IBM vient de lancer une application reposant sur Elm nommée Decision Composer. Créé en 2012 par Evan Czaplicki, Elm est un langage de programmation fonctionnel qui permet de créer des interfaces graphiques (GUI) pour le web ainsi que des jeux. Son implémentation initiale cible HTML, CSS et JavaScript, mais les outils se sont étendus avec désormais un REPL, un gestionnaire de paquets, un débogueur ainsi qu'un installateur Windows et Mac.

Decision Composer est donc un outil gratuit d'automatisation des décisions intuitif et basé sur le cloud, il vous aide à découvrir l'essentiel des règles métier et d'IBM Operational Decision Manager. Cet outil basé sur la norme DMN, permet essentiellement aux utilisateurs métier de modéliser et d'appliquer des décisions complexes via des outils graphiques et des artefacts lisibles par l'homme au lieu de code. Les décisions sont ensuite compilées en artefacts exécutables, puis déployées en exécution pour être utilisées dans d'autres applications ou services.


La majeure partie de l'application est construite sur une technologie existante et les composants du produit ODM. Le serveur s'appuie sur des API Java pour de nombreuses choses (analyse, validation, compilation, etc.). Le fait d’avoir utilisé Elm pour développer cette application a permis de se rendre compte de certaines choses. Par exemple le fait que ce langage soit assez simple et que la prise en main puisse s’avérer être très facile pour des personnes ayant des connaissances de base, bien qu’il présente comme seul problème la non-maturité de son outillage.

Elm peut opérer assez facilement avec du JavaScript et les développeurs ont pu s’en rendre compte en intégrant de gros composants dans le DOM virtuel Elm et interagir avec eux via des ports. Cela fonctionne, mais il est recommandé de faire attention au DOM virtuel lorsque vous utilisez JS natif. Ne touchez pas aux nœuds vdom qui contiennent votre DOM natif, assurez-vous de bien détruire les objets. Tout cela nécessite du travail et de l'attention, et les bugs peuvent être assez difficiles à détecter.

Tout ceci n’est qu’une partie de ce que peut accomplir cette nouvelle application basée sur Elm qui lui, n’est pas encore bien connu du grand public. Quoi qu’il en soit, grâce à cette application, les développeurs peuvent appeler les décisions aussitôt qu'elles sont créées, à partir de n'importe quelle application d'entreprise, cloud ou mobile. Et pour les novices en matière de règles de métier, ils pourront trouver toute l’aide dont ils auront besoin grâce à des tutoriels et vidéos qui les guideront dans la création et l'édition de décisions simples.

Nombreux restent sceptiques à l'idée de savoir si Elm est vraiment approprié pour le développement d'applications de ce genre quand on connait le niveau de complexité qu'on peut y retrouver. Bien que les développeurs de ce langage essaient de rassurer sur sa robustesse en prenant comme exemple le fait qu'IBM s'en soit servi pour développer Decision Composer, plusieurs autres développeurs ne semblent toujours pas enclins à se tourner vers ce langage.

Source : elm

Et vous ?

Connaissez-vous le langage Elm ?
Est-ce un langage adapté pour la création d'interfaces graphiques complexes et modernes ?
Sinon, quels langages utilisez-vous pour cela ?

Voir aussi :

Q1 2018 : IBM annonce un chiffre d'affaires de 19,07 milliards de dollars US, soit une hausse de 5 % boostée par l'activité Cloud et les services
IBM vient de prouver que les ordinateurs quantiques peuvent faire des choses impossibles pour les ordinateurs classiques
IBM entame l'acquisition de Red Hat pour 33,4 milliards de dollars, pour, contre, indifférent, quel est votre avis sur cette acquisition ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web