Google obtient l'approbation de la FCC pour ses capteurs d'interaction
Qui utilisent un radar pour suivre les mouvements de la main

Le , par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités
Soli est un capteur d'interaction qui utilise un radar pour suivre les mouvements de la main. C'est un projet de Google qui a été dévoilé cette semaine par l’équipe Advanced Technology and Project du géant américain. La technologie des capteurs Soli fonctionne en émettant des ondes électromagnétiques dans un faisceau. Les objets dans le faisceau dispersent cette énergie, renvoyant une partie de celle-ci vers l'antenne du radar. Les propriétés du signal réfléchi, telles que l'énergie, le retard temporel et le décalage de fréquence, capturent des informations détaillées sur les caractéristiques et la dynamique de l'objet, notamment la taille, la forme, l'orientation, le matériau, la distance et la vitesse.

« Soli suit et reconnaît les gestes dynamiques exprimés par de fins mouvements des doigts et de la main. Pour ce faire, avec un capteur à puce unique, nous avons développé un nouveau paradigme de détection radar avec du matériel, des logiciels et des algorithmes personnalisés. Contrairement aux capteurs radar classiques, Soli ne nécessite pas une bande passante importante ni une résolution spatiale élevée. Nos principes de détection fondamentaux reposent sur la résolution de mouvement en extrayant des changements subtils dans le signal reçu au fil du temps. En traitant ces variations temporelles du signal, Soli peut distinguer des mouvements complexes des doigts et des formes de main déformantes dans son champ », peut-on lire sur le site du projet.


« L’architecture logicielle de Soli consiste en un pipeline de reconnaissance de gestes généralisé, indépendant du matériel et capable de fonctionner avec différents types de radar. Le pipeline implémente plusieurs étapes d'abstraction du signal : des données radar brutes aux transformations du signal, en passant par les fonctionnalités d'apprentissage automatique fondamentales et abstraites, la détection et le suivi, les probabilités de geste et enfin les outils d'interface utilisateur pour interpréter les contrôles de geste. Le SDK Soli permet aux développeurs d’accéder facilement à notre pipeline de reconnaissance des gestes et de le développer. Les bibliothèques Soli extraient des signaux en temps réel du matériel radar, générant des transformations de signal, des données de position et de mouvement de haute précision, ainsi que des étiquettes et des paramètres de gestes, à des cadences de 100 à 10 000 images par seconde ».

La Federal Communications Commission (FCC) a annoncé lundi dans une ordonnance qu'elle accorderait une dérogation à Google pour faire fonctionner les capteurs Soli à des niveaux de puissance supérieurs à ceux actuellement autorisés. Car, pour elle, ces capteurs pourraient servir « l'intérêt public en fournissant des fonctionnalités innovantes de contrôle des appareils utilisant la technologie des gestes de la main sans contact ». La FCC a aussi déclaré que ces capteurs pourraient être également utilisés à bord des avions. Les applications potentielles de Soli sont multiples. Google annonce que la puce peut être intégrée dans des environnements portables, des téléphones, des ordinateurs, des voitures et des périphériques IdO. Soli peut s'adapter sur une puce et consomme peu d'énergie, selon Google. Il n’est pas affecté par la lumière et fonctionne avec la plupart des matériaux.

La FCC a déclaré que le capteur Soli capture le mouvement dans un espace tridimensionnel à l'aide d'un faisceau radar afin de permettre un contrôle sans contact de fonctions ou d'éléments pouvant bénéficier aux utilisateurs souffrant de troubles de la mobilité ou de la parole. Google indique que le capteur peut permettre aux utilisateurs d’appuyer sur un bouton invisible situé entre le pouce et l’index ou sur un cadran virtuel qui tourne en frottant le pouce contre l’index. La société affirme que « même si ces contrôles sont virtuels, les interactions sont physiques et réactives », car les réactions sont générées par la sensation haptique de contact des doigts.

En mars 2018, Google a demandé à la FCC d'autoriser son radar Soli de détection de mouvement interactif à courte portée à fonctionner dans la bande de fréquences de 57 à 64 GHz à des niveaux de puissance conformes aux normes de l'Institut européen des normes de télécommunication. Cependant, Facebook a fait part à la FCC que les capteurs Soli, fonctionnant dans la bande du spectre à des niveaux de puissance plus élevés, pourraient avoir des problèmes d'interférence avec d'autres technologies. Après des discussions, Google et Facebook fini par trouver un terrain d'entente et ont ​​conjointement déclaré à la FCC en septembre dernier qu’elles convenaient que les capteurs pourraient fonctionner à des niveaux de puissance supérieurs à ceux actuellement autorisés sans interférence, mais à des niveaux inférieurs à ceux proposés antérieurement par Google.

La FCC a même déclaré que des appareils basés sur la puce Soli peuvent être utilisés à bord des avions, mais doivent être conformes aux règles de la Federal Aviation Administration, une agence gouvernementale chargée des réglementations et des contrôles concernant l'aviation civile aux États-Unis, régissant les appareils électroniques portables.

Sources : Reuters, Soli

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Le cimetière Google : on y voit la liste d'une trentaine de services de Google arrêtés et les raisons pour lesquelles ils le sont

Google lance en bêta-test son service de streaming de jeux vidéo via Chrome, Project Stream va inaugurer le jeu Assassin's Creed Odyssey d'Ubisoft

Facebook, Google et d'autres plateformes tous unis au sein du Trust Project, pour plus de transparence sur les actualités qui circulent sur le Web


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web