La guerre des GPS a démarré et plusieurs pays se dotent de leur propre système de navigation par satellites
Quelles retombées pour l'informatique ?

Le , par Olivier Famien

161PARTAGES

15  1 
Depuis de nombreuses années, le système de navigation par satellites également connu sous le nom GNSS pour Global Navigation Satellite System et abusivement appelé GPS est utilisé dans presque tous les domaines de la vie. Que vous utilisez des smartphones, des tablettes, des montres connectées, des véhicules modernes, des navires, des avions, des applications comme Google Maps, Facebook, Twitter etc., vous aurez impérativement besoin du système de navigation par satellites afin de déterminer votre position 3D (longitude, latitude et altitude/élévation), naviguer, ou fournir l’heure.

Pour un développeur, le GNSS s’avère utile en ce sens que son application pourra s’appuyer sur ce système de positionnement pour offrir par exemple des services personnalisés en fonction de la localisation de l’utilisateur. À un niveau plus élevé, un pays pourra s’en servir pour offrir de meilleurs services à sa population en fournissant des informations précises sur les accidents, la circulation routière, la navigation aérienne et maritime, la météo, la prévention contre les phénomènes naturels, etc. Le premier pays à avoir compris les enjeux de ce système est les États-Unis.

Depuis 1964, les États-Unis ont commencé à développer leur système de positionnement par satellites. Le premier système de positionnement par satellites a à avoir été mis au point par les États-Unis en 1964 est Transit. Il a été développé pour les besoins de l’armée américaine. À partir 1995, le système de 24 satellites est totalement opérationnel et en 2000 toutes les restrictions militaires sont levées et le système de positionnement devenu GPS s’ouvre au civil. Actuellement, les États-Unis détiennent le taux de couverture le plus élevé avec leur système de positionnement par satellites nommé GPS (Global Positioning System). Quasiment tous les pays dépendent du GPS composé pour l’heure de 31 satellites opérationnels dans la constellation GPS.


Pour les autres pays, cela présente un inconvénient de dépendre d’un pays tiers pour assurer des services stratégiques. Aussi, de nombreux pays ont commencé à déployer leur propre flotte de satellites pour ne plus dépendre du GPS. L’Union européenne par exemple a commencé depuis plusieurs années à bâtir son propre GNSS qu’elle a baptisé Galileo. Les deux premiers satellites opérationnels Galileo ont été lancés en 2011 puis deux autres ont suivi le pas en 2012. Depuis 2016, les premiers services de Galileo sont opérationnels. Et actuellement, la constellation Galileo compte 26 satellites dont 22 sont opérationnels. D’ici 2021, l’Europe compte lancer en tout 24 satellites opérationnels auxquels s’ajouteront six satellites de remplacement. Selon l’agence spatiale de l’Union européenne, Galileo présente l’avantage de fournir des informations de géolocalisation plus précise de l’ordre du mètre et demeure sous contrôle civil contrairement au GPS qui demeure sous le contrôle du ministère de la Défense américaine, le Pentagone. De même, Galileo serait compatible avec les systèmes de navigation américain (GPS) et russe (Glonass).

En plus du GPS qui assure une couverture mondiale avec sa constellation de satellites, nous avons également Glonass, le système de positionnement par satellites russe qui couvre entièrement la terre depuis quelques années (2011 en l’occurrence) avec 24 satellites en orbite terrestre. Pour les fabricants d’appareils de navigation, disposer d’une alternative au GPS sur toute la terre permettrait d’avoir des données de positionnement plus précises surtout lorsque les satellites GPS ne parviennent pas à fournir des résultats satisfaisants comme dans les villes où les bâtiments peuvent constituer une gêne.


Parmi les nations qui cherchent à s’affranchir du monopole des États-Unis dans ce domaine, il faut également compter la Chine. En effet, depuis 2000, la Chine a commencé à lancer ses satellites en orbite pour renforcer les capacités de son GNSS nommé Beidou. Actuellement, Beidou compte 17 satellites opérationnels et 2 autres en cours de déploiement. La Chine s’est fixé l’objectif de disposer de 35 satellites opérationnels d’ici 2020 afin d’assurer une couverture mondiale.

À côté de ces pays qui ont largement une avance dans le domaine des systèmes de navigation par satellites, nous avons également QZSS, le système japonais de positionnement par satellite qui est composé de 4 satellites opérationnels. QZSS vient compléter la constellation de satellites du GPS afin de fournir des informations de positionnement plus précises dans les zones urbaines et montagneuses où les signaux des satellites étaient obstrués par des bâtiments, des arbres et d’autres objets. D’ici 2023, le Japon envisage de faire passer le nombre de ses satellites à 7.

Enfin, nous avons du côté de l’Inde un système de navigation par satellites qui est en train d’être construit. Pour l’heure, l’Inde dispose de 7 satellites dans sa constellation NavIC.

Comme on peut le constater, l’hégémonie américaine en matière de GNSS est en train d’être contestée, non pas par les Russes uniquement, mais par plusieurs autres pays qui ne souhaitent plus être de simples spectateurs dans cette course.

En principe, avec la disponibilité de plusieurs GNSS, les avantages s’avèrent à plus d’un titre énormes dans la mesure où les fabricants ont maintenant une large palette de choix pour accompagner leurs produits. Toutefois, il est quand même bon de souligner que la Chine commence à imposer aux fabricants de smartphones locaux d’intégrer une puce de positionnement Beidou dans leurs appareils. La problématique que cela pourrait poser si cela était imposé à tous les fabricants est que les fabricants de téléphones comme Apple ou Google par exemple qui se targuent de concevoir un seul produit utilisable partout dans le monde seraient obligés d’adapter leurs appareils uniquement pour ce pays. Bien que cela ne soit pas impossible, cela pourrait engendrer des coûts supplémentaires et compliquer la tâche pour les fabricants.

Mais bien entendu, nous n’en sommes pas encore là et nous espérons que la diversité des systèmes de navigation n’apportera que du bien aussi bien pour les fabricants d’appareils que pour les utilisateurs.

Source : Site officiel sur le GPS, Alternatives au GPS

Et vous ?

Quels commentaires faites-vous de cette course aux systèmes de navigation par satellites ;?

Selon vous, quels pourraient être les avantages ou inconvénients pour le domaine informatique que de disposer de plusieurs systèmes de navigation par satellites avec une couverture mondiale ;?

Voir aussi

Des chercheurs mettent en œuvre une attaque efficace par usurpation de GPS et réussissent à tromper facilement les humains
Des chercheurs savent déterminer la localisation d’un possesseur de smartphone Android même lorsque le GPS est désactivé
Les entreprises utilisent la géolocalisation de smartphone pour aider les annonceurs, elles assurent que les données sont anonymes, est-ce le cas ;?
L’API de géolocalisation ne sera plus accessible pour des contextes non sécurisés à partir de Chrome 50 afin de mieux protéger ce type de données
La Commission européenne annonce le lancement de l’exploitation de Galileo, le système européen de positionnement par satellites concurrent du GPS

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ShigruM
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 25/12/2018 à 10:17
ce qui est important de préciser c'est que nos "gps" utilise l'agrégation de ces différents réseau satellites qui capter le signal le plus vite possible et aussi avoir la meilleur localisation.
nous utilisons as le gps, ou galileo ou glonass ou baidu mais les 4 en meme temps/parallel.

et sinon es ce que sa rapporte du pognons ? je crois que les fabriquant doivent payer une licence pour utiliser ces réseaux es ce rentable a long terme ou es ce une pure perte d'argent (d'un point de vue purement comptable)

j'ai vue que Galileo a permis en UE (grace a sa précision bien meilleur que les autres) l'emergence de nouveaux service et de nouvelles start up donc d'emploies.
0  2 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/12/2018 à 10:58
J'y vois le signe d'un monde multi-polaire qui se divisé. D'un point de vue technique un seul système est bien mieux cela évite les interférences, la multiplications des débris spatiaux et économise beaucoup d'argent. Un 2° se comprends assez pour améliorer la concurrence et donc la qualité/prix. J'aurais préféré que des alliances soient faites entre ces différents pays. Le seul but véritable est pour la pluspart de développer leur secteur spatial et le GPS est le principal débouché réellement commercial (avec internet) de l'espace. Le reste étant en pur perte économiquement parlant (je ne parle pas du côté scientifique non moins utile)
0  1 
Avatar de Steinvikel
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/12/2018 à 9:32
il y a énormément de métier qui peuvent grandement gagner à accéder à un système de positionnement précis en dehors du domaine spatial maritime ou aérien. Un exemple tout bête, la cartographie des fuites de canalisations qui sont actuellement odieusement imprécises... des cas d'usage comme celui-ci il y en a énormément, simplement ce sont rarement des utilités qui sont exposés au grand public pour mettre en avant la haute technicité du service GNSS.

Je ne comprend pas réellement les pouces rouges du premiers commentaire, s'ils expriment un désaccord sur le fait que nos récepteurs "GPS" fonctionne bien simultanément avec plusieurs GNSS. Pour info, c'est ce qui a permit d'éviter de devoir lancer des satellites de remplacement pour gagner en précision. Ainsi donc, on préfère faire fonctionner de concert plusieurs infrastructures GNSS différentes préexistante, pour gagner en performance, ce qui coûte bien moins cher que de construire des lanceurs et des satellites en plus de tout les incidents et imprévus que cela comporte, pour remplacer une seule constellation (infrastructure GNSS précise).

synthèse :
NB: la constellation japonaise n'est actuellement pas en mesure de fournir un positionnement "global" à l'échelle planétaire, c'est pourquoi je ne la liste pas en tant que GNSS.

// GNSS = Global Navigation Satellite System ...l'équivalent anglais pour : Système de positionnement par satellites
...GPS = USA, Galileo = UE, GLONASS (ГЛОНАС&#1057 = Russie, Beidou (北&#26007/COMPASS = Chine, IRNSS = Inde //
// SBAS = Satellite-Based Augmentation System
...qui comprend, entre autre : Europe -> EGNOS, USA -> WAAS, Russie -> SDCM, Japon -> MSAS & QZSS, Inde -> GAGAN, Chine -> BDSBAS & SNAS //
// GBAS = Ground-Based Augmentation System //
...
// ABAS = Aircraft-Based Augmentation System //
...

exemple d’application mobile :
OsmAnd (OpenStreeMap Automated Navigation Directions)(libre, GPLv3)
logiciel de "Système de positionnement par satellites" (GNSS) basé sur la cartographie lancé en 2004 OpenStreetMap (depuis 2012 ODbL, copyleft) fournissant fonction vélo, pédestre, et véhicule, + mode hors ligne

GPS Test (???)
compatible GNSS américain, russe, européen, chinois, et des systèmes d'amélioration (SBAS) dont le japonais QZSS
6 écrans de test :
1) force du signal de réception (SNR), pour chaques satellites connectés, la précision possible, statu du réseau GNSS
2) positionnement céleste des satellites, vue sur compas
3) sa position GNSS textuelle et graphique, celle du Soleil, et celle de la frontière (transition) jour/nuit
4) ?? Compass ??
5) position et allure, textuels
6) l'heure GPS, l'heure de la zone locale, heure de lever/coucher de Soleil de la zone
supporte les grilles de coordonnées : OSGB, UTM, MGRS, USNG, CH1903, Maidenhead
0  1 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web