La Commission européenne annonce le lancement de l'exploitation de Galileo
Le système européen de positionnement par satellites concurrent du GPS

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

7  0 
La Commission européenne a annoncé que Galileo, le système de positionnement par satellites, peut officiellement être exploité par les particuliers, les entreprises et les autorités publiques dès aujourd’hui, le 15 décembre 2016.

Bruxelles précise néanmoins que « la déclaration de services initiaux de Galileo signifie que les satellites et l’infrastructure au sol Galileo sont désormais opérationnels. Ces signaux seront très précis mais ils ne seront pas disponibles à tout moment. C’est pourquoi, au cours de la phase initiale, les premiers signaux Galileo seront utilisés en combinaison avec d’autres systèmes de navigation par satellite, tels que le GPS ».

Galileo commencera à offrir gratuitement, en liaison avec le GPS, les services suivants :
  • appui aux opérations d'urgence : aujourd'hui, il faut parfois des heures pour repérer une personne perdue en mer ou en montagne. Avec le service de recherche et de sauvetage (SAR – Search and Rescue), les personnes qui émettent un appel de détresse à partir d'une balise compatible avec Galileo peuvent désormais être retrouvées plus rapidement, car le temps de détection sera ramené à seulement dix minutes. Ce service devrait être ultérieurement amélioré par la notification à l'expéditeur de l'appel d'urgence qu'il a été localisé et que les secours arrivent ;
  • une navigation plus précise pour les citoyens : le service ouvert de Galileo offrira un service grand public gratuit de positionnement, de navigation et de synchronisation que peuvent utiliser les puces compatibles avec Galileo installées dans les smartphones et dispositifs de navigation embarquée. Un certain nombre de smartphones de ce type ont été mis sur le marché depuis l'automne 2016 et ils peuvent désormais utiliser les signaux pour fournir des positions plus précises. D'ici à 2018, Galileo sera également présent dans tous les nouveaux modèles de véhicules vendus en Europe, fournissant de meilleurs services de navigation à un large éventail d'appareils et permettant l'activation du système d'intervention d'urgence eCall. Les personnes utilisant des dispositifs de navigation dans les villes, où les signaux satellitaires sont souvent susceptibles d'être bloqués par les bâtiments de grande taille, bénéficieront en particulier de l'augmentation de la précision de positionnement offerte par Galileo ;
  • une meilleure synchronisation pour les infrastructures critiques : Galileo, par l'intermédiaire de ses horloges de haute précision, permettra une meilleure synchronisation des opérations bancaires et financières, des télécommunications et des réseaux de distribution énergétique tels que les réseaux intelligents, contribuant ainsi à une plus grande efficacité de leur fonctionnement ;
  • des services sûrs pour les pouvoirs publics : Galileo soutiendra également les autorités publiques telles que les services chargés de la protection civile, les services d'aide humanitaire, les agents des douanes et les forces de police par l'intermédiaire du service public réglementé. Il offrira un service particulièrement robuste et entièrement chiffré aux pouvoirs publics lors d'urgences nationales ou de situations de crise, telles que les attaques terroristes, afin d'assurer la continuité des services.

Le projet Galileo, après une phase de définition technique qui débute en 1999, est lancé le 26 mai 2003 avec la signature d'un accord entre l'Union européenne et l'Agence spatiale européenne chargée du segment spatial. Une des motivations principales du projet est de mettre fin à la dépendance de l'Europe vis-à-vis du système américain, le GPS.

Les tests de ce projet estimé à plusieurs milliards d’euros débutent fin 2005 grâce aux lancements des satellites précurseurs Giove-A et Giove-B en décembre 2005 et avril 2008. Les premiers satellites en configuration opérationnelle (FOC) sont lancés en août 2014. Au 18 novembre 2016, dix huit satellites ont été lancés mais deux d'entre eux ont été placés sur une orbite différente de l'orbite cible. Les premiers services de Galileo sont opérationnels depuis aujourd'hui, 15 décembre 2016

Galileo est aussi présenté comme un outil plus précis. Si les appareils GPS ont une précision de l’ordre du décamètre (10 mètres), le système européen, lui, calculera les positions à 5 mètres près : « Avant vous pouviez savoir dans quelle gare se trouvait votre train, maintenant vous pourrez savoir sur quel quai ! », a affirmé Jean-Yves Le Gall, directeur du Centre national d'études spatiales (Cnes).

À l’heure actuelle, il y a 18 satellites européens dans l’espace. Six autres vont être envoyés d’ici 2020 pour compléter le réseau. Enfin les six derniers envoyés seront là en dépannage, au cas où l’un des 24 autres aurait un problème.

Les smartphones, les systèmes de navigation embarqués dans les transports et autres objets connectés actuels disposent d’une puce GPS. Toutefois, pour profiter des services de Galileo, il faudra s’équiper d’une puce supplémentaire, apte à recevoir ses signaux. C’est ce sur quoi travaillent déjà trois entreprises européennes (une Suisse, une Néerlandaise et une Italienne). Les tests qu’elles ont réalisés avec l’Agence Spatiale Européenne (Esa) sont concluants. Les futurs appareils vont embarquer ces nouvelles puces afin qu’elles soient capables de recevoir à la fois les signaux Galileo et GPS. Selon Jean-Yves Le Gall, « le service sera totalement opérationnel d’ici 2020 ».

Pour le moment, étant donné que seuls les détenteurs d’un smartphone Aquaris X5 Plus du constructeur espagnol BQ possèdent un smartphone équipé de la puce interopérable avec le GPS, ils ne sont que quelques milliers à pouvoir bénéficier de la technologie européenne.

Source : Communiqué de presse Commission européenne, Le Monde

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Iradrille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/12/2016 à 7:12
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Galileo est aussi présenté comme un outil plus précis. Si les appareils GPS ont une précision de l’ordre du décamètre (10 mètres), le système européen, lui, calculera les positions à 5 mètres près : « Avant vous pouviez savoir dans quelle gare se trouvait votre train, maintenant vous pourrez savoir sur quel quai ! », a affirmé Jean-Yves Le Gall, directeur du Centre national d'études spatiales (Cnes).
Sans oublier le réel avantage de Galiléo : c'est maintenu par la communauté scientifique et non l'armée.
2  1 
Avatar de Dgamax
Membre actif https://www.developpez.com
Le 16/12/2016 à 9:58
Il y a déjà pas mal d'appareil qui combine le GPS et GLONASS (GPS Russe), si ils ajoutent ce système on aura une belle couverture
1  0 
Avatar de barbouzouk
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 15/12/2016 à 19:22
Samaritain ? hahahaha
0  0 
Avatar de TiranusKBX
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/12/2016 à 21:22
Depuis le temps que l'on en parle il est enfin en place !
Bon je vais attendre 2020 avant de changer mon vieux SonyZUltra pour un portable compatible
0  0 
Avatar de Jiji66
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/12/2016 à 4:23
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
15 ans de retard, à la louche, c'est ça ?
Oui c'est ça.
Comme en plus le seul fabriquant de puce Galiléo que je connaisse est suisse je ne suis pas sur que le prix soit des plus compétitifs.
0  0 
Avatar de Jiji66
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/12/2016 à 11:20
Citation Envoyé par Iradrille Voir le message
Sans oublier le réel avantage de Galiléo : c'est maintenu par la communauté scientifique et non l'armée.
Grosse erreur !!!
C'est exclusivement controle par les politiques et c'est normal.
La communaute scientique n'a aucun role a jouer sur la disponibilite ou non des differents services offerts ou commercialises
0  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/12/2016 à 14:52
Citation Envoyé par Jiji66 Voir le message
Oui c'est ça.
Comme en plus le seul fabriquant de puce Galiléo que je connaisse est suisse je ne suis pas sur que le prix soit des plus compétitifs.
Tant que le système ne marchait pas, l'intérêt de fabriquer ces récepteurs n'était pas flagrant, il faut dire.
0  0 
Avatar de pvincent
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/12/2016 à 8:50
Si les appareils GPS ont une précision de l’ordre du décamètre (10 mètres), le système européen, lui, calculera les positions à 5 mètres près
C'est incohérent avec les informations données dans l'article du Monde référencé:
Déjà, la précision est meilleure, dix fois supérieure à celle des Américains : moins d’un mètre contre dix mètres.
De toute façon, cette notion de précision est plus complexe, car elle peut être augmentée par des balises au sol. Toujours dans l'article précité:
Une sécurité indispensable pour les professionnels et les applications gouvernementales dans des secteurs comme la sécurité et la défense. Pour leurs besoins, la géolocalisation sera aussi beaucoup plus fine (proche du centimètre) que pour les services civils.
Il y a quelques années, des essais d’atterrissage automatique d'avions avec une précision de la localisation par satellite de 30cm ont déjà eu lieu.
0  0 
Avatar de TiranusKBX
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/12/2016 à 17:51
Citation Envoyé par pvincent Voir le message
Il y a quelques années, des essais d’atterrissage automatique d'avions avec une précision de la localisation par satellite de 30cm ont déjà eu lieu.
oui avec le concours de 8 signaux : 5 satellites et 3 balises au sol
0  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 15/12/2016 à 17:05
15 ans de retard, à la louche, c'est ça ?
0  1 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web