Les entreprises utilisent la géolocalisation de smartphone pour aider les annonceurs.
Elles assurent que les données sont anonymes, est-ce le cas ?

Le , par Stéphane le calme

142PARTAGES

14  0 
À quelle fréquence activez-vous la géolocalisation de votre mobile ?
Une entreprise, dont le nom n’a pas été divulgué, a reçu des informations sur les déplacements des utilisateurs depuis plusieurs applications lancées sur des smartphones. Le New York Times, qui assure avoir examiné une base de données contenant un échantillon d’informations rassemblées en 2017 sur plus d’un million de téléphones, avance que les allées et venues des propriétaires sont enregistrées à une grande fréquence à leur insu. Ces données permettent de placer sur une carte des points qui permettent de suivre les déplacements d’une personne, ainsi que les temps passés à tel ou tel endroit.

Citation Envoyé par NYT
Les millions de points sur la carte tracent des autoroutes, des rues adjacentes et des pistes cyclables - chacune suivant le chemin d'un utilisateur anonyme de téléphone portable.

Un chemin permet de suivre une personne d’une maison située à l’extérieur de Newark vers une maison de Planning familial située à proximité, où elle est restée plus d’une heure. Un autre représente une personne qui voyage avec le maire de New York pendant la journée et retourne à Long Island la nuit.

Un autre encore quitte une maison dans le nord de l'État de New York à 7 heures du matin et se rend dans une école secondaire à une trentaine de kilomètres, restant jusqu'à la fin de l'après-midi chaque jour d'école. Une seule personne a fait ce voyage: Lisa Magrin, une enseignante de mathématiques âgée de 46 ans. Son smartphone l'accompagne.

Bien que l’identité de Magrin n’ait pas été divulguée dans ces registres, le Times a facilement pu la relier à ce point.

L’application l’a suivie alors qu’elle se rendait à une réunion Weight Watchers et au bureau de son dermatologue pour une procédure mineure. Elle a suivi sa randonnée avec son chien et s’est installée chez son ex-petit ami, une information qu’elle a trouvée dérangeante.

« C’est difficile de découvrir ces détails intimes que vous ne voulez pas que les gens sachent », a déclaré Magrin, qui a autorisé le Times à examiner ses données de localisation.

Comme de nombreux consommateurs, Magrin savait que les applications pouvaient suivre les mouvements des personnes. Mais comme les smartphones sont devenus omniprésents et que la technologie est devenue plus précise, une industrie de surveillance des habitudes quotidiennes des gens s’est répandue et est devenue de plus en plus intrusive.

Un secteur en plein essor

Au moins 75 entreprises reçoivent des données de localisation précises et anonymes de la part d'applications dont les utilisateurs autorisent l’accès à leurs données de localisation pour pouvoir obtenir des informations locales, météorologiques ou d'autres informations relatives aux endroits où ils se trouvent, indique le New York Times. Plusieurs de ces entreprises prétendent pister jusqu'à 200 millions d'appareils mobiles aux États-Unis. La base de données examinée par le Times - un échantillon d’informations rassemblées en 2017 et détenues par une entreprise - révèle les voyages effectués par des personnes avec des détails surprenants. Le Times note même une précision de quelques mètres et, dans certains cas, des mises informations transmises plus de 14 000 fois par jour.


Ces sociétés vendent, utilisent ou analysent les données pour répondre aux besoins des annonceurs, des points de vente au détail et même des fonds de couverture en quête d'informations sur le comportement des consommateurs. C’est un marché en plein essor, avec des ventes de publicité ciblée par emplacements atteignant 21 milliards de dollars cette année. IBM s’est lancé dans l’industrie en achetant les applications de Weather Channel. Le réseau social Foursquare s’est transformé en une société de marketing de localisation. Goldman Sachs et Peter Thiel, le cofondateur de PayPal, sont parmi les principaux investisseurs dans les start-ups de localisation.

Les informations fournies à l’utilisateur pour l’inciter à autoriser la collecte sont volontairement floues

Les entreprises déclarent s'intéresser aux modèles, et non aux identités révélées par les données sur les consommateurs. Elles notent que les informations collectées par les applications sont liées non pas au nom ou au numéro de téléphone d'une personne, mais à un identifiant unique. Mais ceux qui ont accès aux données brutes peuvent toujours identifier une personne sans consentement. Ils peuvent suivre une personne qu’ils connaissent en repérant un téléphone qui passe régulièrement du temps à son domicile. Ou bien, en sens inverse, ils pourraient associer un nom à un point anonyme en indiquant où l'appareil passait la nuit et en utilisant des enregistrements publics pour déterminer qui y vivait.


Le Times a constaté que les explications fournies par les personnes qui sont invitées à donner leur autorisation sont souvent incomplètes ou trompeuses. Une application peut indiquer aux utilisateurs qu'accorder l'accès à leur emplacement les aidera à obtenir des informations sur le trafic, sans toutefois mentionner que les données seront partagées et vendues. Cette divulgation est souvent enterrée dans une vague politique de confidentialité.

« Les informations de localisation peuvent révéler certains des détails les plus intimes de la vie d’une personne : que vous ayez consulté un psychiatre, que vous vous soyez rendu à un centre des alcooliques anonymes, avec qui est-ce que vous entretenez une relation amoureuse », a déclaré le sénateur Ron Wyden, démocrate de l’Oregon, qui a proposé des projets de loi pour limiter la collecte et la vente de telles données, qui sont largement non réglementées aux États-Unis.

« Ce n’est pas bien d’entretenir le flou sur la façon dont les données des consommateurs sont vendues et partagées et de les laisser ensuite incapables de faire quoi que ce soit », a-t-il ajouté.

Source : NYT

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Le smartphone est-il devenu l'outil de pistage par excellence ?
Êtes-vous surpris par de telles allégations du NYT qui prétend qu'il est possible de désanonymiser les données relatives aux emplacements des propriétaires de smartphones ?
À quelle fréquence activez-vous la géolocalisation de votre mobile ? La désactivez-vous aussitôt après vous en être servi ?

Voir aussi :

Un agent de la DGSI mis en examen pour avoir vendu des informations sur le darknet, jusqu'à dévoiler votre vie complète (RIB, géolocalisation, etc.)
Confidentialité : l'API Grindr continue d'exposer l'emplacement de ses utilisateurs, ainsi que d'autres informations de profil y compris le statut VIH
Des dizaines d'applications iOS regroupant des millions d'utilisateurs ont transmis des données de localisation, sans en informer les utilisateurs
Des chercheurs savent déterminer la localisation d'un possesseur de smartphone Android même lorsque le GPS est désactivé
Google Maps va vous permettre de partager votre emplacement en temps réel avec vos proches, pendant la durée qui vous convient

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/12/2018 à 10:44
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Qu'en pensez-vous ? Le smartphone est-il devenu l'outil de pistage par excellence ?
Oui le smartphone est l'outil de pistage par excellence !
Il possède un micro, 2 caméras, un capteur GPS, il est connecté à internet.
On peut désactiver le capteur GPS et les données mobiles.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
À quelle fréquence activez-vous la géolocalisation de votre mobile ? La désactivez-vous aussitôt après vous en être servi ?
Je l'activais juste pour utiliser Google Maps, mais maintenant je la laisse activé en permanence, alors que ça ne me sert à rien...
1  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web