La suite d'applications Google va coûter aux équipementiers européens jusqu'à 40 $ par smartphone
Pour qu'Android puisse rester libre et open source

Le , par Patrick Ruiz

208PARTAGES

14  0 
Le feuilleton se poursuit autour de Google et de son système d’exploitation pour plateformes mobiles (Android) après que la Commission européenne lui a infligé une amende de 4,3 milliards de dollars pour abus de position dominante. Plus tôt dans la semaine, la firme de Mountain View a annoncé qu’elle se conformerait en éclatant son pack d’applications. Désormais, les équipementiers pourront préinstaller Youtube, Docs, Gmail, Google PlayStore, etc. sans « s'encombrer » du navigateur (Google Chrome) et du célèbre moteur de recherche du géant de la Tech.

Il y a seulement que la firme de Mountain View s’appuyait sur les revenus publicitaires générés par ce tandem de services (Google Search et le navigateur) et ses autres applications pour financer le développement d’Android. Du coup, les équipementiers européens désireux de préinstaller les applications Google (en faisant fi du navigateur et du moteur de recherche) devront consentir à se plier à un accord de licence payant. D’après le géant de la recherche en ligne, la mesure est salvatrice : Android pourra rester libre et ouvert.

Grâce à une publication de The Verge, on a des détails sur les chiffres. D’après l’éditeur en ligne qui cite des documents confidentiels, Google va facturer aux équipementiers européens (qui feront le choix de cette liberté qui leur est offerte) une somme fonction du pays et de la densité de pixels du dispositif Android.

« Les pays de l'UE sont divisés en trois catégories, les frais les plus élevés étant appliqués pour le Royaume-Uni, la Suède, l’Allemagne, la Norvège et les Pays-Bas. Dans ces pays, un appareil ayant une densité de pixels supérieure à 500 ppi devrait payer des frais de 40 $ pour obtenir une licence de la suite d'applications de Google, selon les documents de tarification. Les appareils de 400 à 500 ppi paieraient des frais de 20 $, tandis que les appareils de moins de 400 ppi ne paieraient que 10 $. Dans certains pays, pour les téléphones bas de gamme, les frais peuvent être aussi bas que 2,50 $ par dispositif », indique The Verge.

En sus, les nouveaux accords de licence précisent que les équipementiers qui feront le choix de ne pas préinstaller Chrome (et le placer sur l’écran d’accueil) peuvent dire adieu aux revenus générés par la recherche. La firme de Mountain View s’était jusqu’ici appuyée sur cet incitatif pour amener les équipementiers à accorder un traitement de faveur à ses applications.


Le moteur de recherche et le navigateur font désormais l’objet d’un accord de licence distinct. D’après The Verge, ce dernier est de nature à casser les coûts pour les entreprises qui vont décider de préinstaller Google Chrome et Google Search, mais pas de détails chiffrés à ce sujet. D’après la publication de The Verge, ces nouvelles règles entrent en application dès le 1er février 2019.

En tant que consommateurs, les Européens se retrouvent à la croisée des chemins. Il faudra choisir entre céder sa vie privée pour obtenir des services de la firme de Mountain View ou payer pour en conserver d’importants pans. À chacun de se diriger vers l’OEM dont les choix colleront avec ses convenances.

Source : The Verge

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

De quel bord êtes-vous ? De ceux qui accepteront de céder leur vie privée pour bénéficier des services de Google ou de ceux qui payeront pour en conserver d’importants pans ?

Quel commentaire faites-vous de la décision de facturer les OEM pour maintenir Android libre et ouvert ?

Voir aussi :

Google refuse un contrat de 10 milliards de dollars sur le cloud avec le Pentagone, évoquant des conflits avec ses valeurs
Google se résout à fermer la version grand public de Google+, après une faille de sécurité qui pourrait avoir affecté 500 000 comptes
Après Edge, c'est au tour de Firefox d'annoncer le support du format d'image WebP de Google, qui promet un Web plus rapide
Les versions 70 à 73 de Google Chrome ne prendront pas les certificats HTTPS Symantec en charge : des milliers de sites mis à mal

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/10/2018 à 16:03
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Il faudra choisir entre céder sa vie privée pour obtenir des services de la firme de Mountain View ou payer pour en conserver d’importants pans.
En fait, il n'y pas de choix. Quelque soit l'option choisie, ta vie privée tu peux t'asseoir dessus avec tes deux fesses.

La bonne blague ! Google, devenu incontournable va devenir payant pour se conformer aux lois européennes ma bonne dame. On va encore leur filer en plus des milliards net d'impôt (évidemment) et tout ça grâce à nos hommes politiques. Il faut ABSOLUMENT que nos handicapés cérébraux de dirigeants politiques se mettent d'accord pour arriver à imposer ces mastodontes comme il se doit.
Avatar de Stérilux
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 20/10/2018 à 16:10
Qu’en pensez-vous ?
Que dès qu'un concurrent sérieux à android apparaîtra cette taxe disparaîtra.
Que cette taxe va peut-être inciter certains fabricants qui travaillent déjà sur leur propre système de les sortir pour être plus concurrentiel.

De quel bord êtes-vous ? De ceux qui accepteront de céder leur vie privée pour bénéficier des services de Google ou de ceux qui payeront pour en conserver d’importants pans ?
Payer en attendant qu'une alternative à android sorte (ce que j'attend avec impatience depuis un bon moment)

Quel commentaire faites-vous de la décision de facturer les OEM pour maintenir Android libre et ouvert ?
Que google entend bien profiter encore un moment de sa position dominante pour faire sa loi.
Avatar de nazoreen
Membre actif https://www.developpez.com
Le 25/10/2018 à 21:11
Citation Envoyé par Stérilux Voir le message
Que dès qu'un concurrent sérieux à android apparaîtra cette taxe disparaîtra.
Que cette taxe va peut-être inciter certains fabricants qui travaillent déjà sur leur propre système de les sortir pour être plus concurrentiel.

Payer en attendant qu'une alternative à android sorte (ce que j'attend avec impatience depuis un bon moment)

Que google entend bien profiter encore un moment de sa position dominante pour faire sa loi.
Il y avait une très bonne alternative, Microsoft Windows 10 Mobile, mais les développeurs (indés et proprios comme SnapChat), ayant foi en leur pensée unique sonnante et trébuchante, ont préféré saborder cette alternative en ne développant pas d'application… C'est avant tout les développeurs que je blâme, pas Google car ce dernier ne fait que jouer avec les règles du système, c'est malheureux mais ça s'appelle du business !

Le problème a toujours été le pognon !
Avatar de tralloc
Membre actif https://www.developpez.com
Le 26/10/2018 à 10:06
Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
En fait, il n'y pas de choix. Quelque soit l'option choisie, ta vie privée tu peux t'asseoir dessus avec tes deux fesses.

La bonne blague ! Google, devenu incontournable va devenir payant pour se conformer aux lois européennes ma bonne dame. On va encore leur filer en plus des milliards net d'impôt (évidemment) et tout ça grâce à nos hommes politiques. Il faut ABSOLUMENT que nos handicapés cérébraux de dirigeants politiques se mettent d'accord pour arriver à imposer ces mastodontes comme il se doit.
Si... tu as le choix.
Personnellement je l'ai fais, je n'ai plus de portable
Avatar de domi65
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/10/2018 à 11:23
Google va facturer aux équipementiers européens (qui feront le choix de cette liberté qui leur est offerte)
Si c'est facturé, ce n'est pas offert ! ;-)
Avatar de bk417
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/10/2018 à 13:25
Votre question de choix est mal rédigée.

Même si tous les services de Google sont pré-installés, je peux les désactiver si je veux.
Même si les services de Google ne sont pas pré-installés, je peux les installer si je veux.

L'utilisateur a le choix, sortez-vous les doigts du c** on n'est pas dans le monde Apple, on a encore la main sur nos terminaux à ce que je sache.
Avatar de ALT
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 26/10/2018 à 15:15

bk417 : Tu peux (au moins sur les anciennes versions d'Android) ne pas utiliser une application préinstallée, mais tu ne peux pas la désactiver, encore moins la désinstaller !
Exemples : Chrome, Maps, Actualités, Movie Studio, PlayFilms, Play Musique, &c.
Et ça, ça encombre un SSD.
J'ai pourtant essayé. Même sur ma dernière tablette achetée cette année, je me coltine toujours les applications préinstallées. Car ce sont celles qui ne proposent pas l'option désinstallation quand on les sélectionne.
Ou alors, il faudra m'expliquer comment faire.
Avatar de candide02
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/10/2018 à 16:24
Citation Envoyé par imikado Voir le message


Par contre la situation de Microsoft Windows...
ben oui c'est la principale question : j'en ai marre d'android, je ne veux pas d'Apple , mais je veux un portable simple comme un PC sous W10, Alors Monsieur Microsoft tu dors ?
Avatar de Marsupi68
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 29/10/2018 à 12:19
"En sus, les nouveaux accords de licence précisent que les équipementiers qui feront le choix de ne pas préinstaller Chrome (et le placer sur l’écran d’accueil) peuvent dire adieu aux revenus générés par la recherche. La firme de Mountain View s’était jusqu’ici appuyée sur cet incitatif pour amener les équipementiers à accorder un traitement de faveur à ses applications.
".
Si ça c'est pas un abus, je ne vois pas ce que cela peut-être.
Avatar de Patrick Ruiz
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 20/03/2019 à 8:28
Google va demander aux utilisateurs d’Android en Europe quel navigateur et moteur de recherche ils veulent
Comme applis sur leurs mobiles

La nouvelle est tombée il y a peu par le biais de Kent Walker – responsable de l’équipe juridique mondiale de Google. Quelques extraits de la communication …

Citation Envoyé par Google
Sur les téléphones Android, vous avez toujours été en mesure d'installer n'importe quel moteur de recherche ou navigateur de votre choix, ce, indépendamment de ce qui est pré-installé sur le téléphone. En fait, un utilisateur typique de smartphone Android installera de façon générale environ 50 applications supplémentaires sur son appareil mobile.

Après la décision de la Commission européenne en juillet 2018, nous avons modifié le modèle de licence pour les applications Google que nous créons pour les téléphones Android, créant de nouvelles licences distinctes pour Google Play, le navigateur Google Chrome et Google Search. Ce faisant, nous avons maintenu la liberté pour les fabricants de téléphones d'installer n'importe quelle autre application à côté d'une appli Google.

Désormais, nous allons également faire plus pour nous assurer que les propriétaires de téléphones Android ont la maîtrise du large éventail de choix de navigateurs et de moteurs de recherche disponibles en téléchargement sur leurs téléphones. Il s'agira de demander aux utilisateurs d'appareils Android existants et nouveaux en Europe quel navigateur et quelles applications de recherche ils souhaiteraient utiliser.

La communication de la firme de Mountain View laisse supposer que l’entreprise prévoit de trouver une formule pour proposer des listings de navigateurs et de moteurs de recherche pendant l’utilisation d’un appareil mobile. On verra bien comment le géant de la Tech procède le moment venu. Quant à ce qui est des motivations derrière la manœuvre, Google se veut clair : « il s’agit de supporter le choix et la compétition en Europe. »

L’annonce de Google se fait dans un contexte antérieur à l’amende de 4,3 milliards infligée par la Commission européenne pour abus de position dominante avec son système d’exploitation pour appareils mobiles – Android. L’UE a ouvert une procédure d’examen formelle contre le géant de la recherche en ligne après le dépôt, en mars 2013, d’une plainte par FairSearch – un lobby soutenu par des entreprises qui estiment être désavantagées par la domination de Google sur le marché des moteurs de recherche.

La Commission devait porter une attention particulière sur les services de recherche générale sur Internet, les systèmes d’exploitation mobiles intelligents sous licence, mais aussi les boutiques d'applications en ligne pour le système d'exploitation mobile Android. Dans sa conclusion préliminaire livrée en avril 2016, la Commission soulignait que Google viole les règles de concurrence de l’UE en abusant de sa position dominante par l’imposition de restrictions aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de réseaux mobiles.

À l’issue de son enquête, Bruxelles est arrivé à la conclusion que les fabricants qui souhaitaient préinstaller Google Play Store sur leurs appareils étaient forcés par Google à préinstaller également Google Search et d'en faire leur moteur de recherche par défaut sur ces appareils. Par ailleurs, ceux qui souhaitaient préinstaller Google Play Store ou Google Search devaient également préinstaller le navigateur Chrome de la firme de Mountain View. C’est ainsi que Google a procédé pour que son moteur de recherche et son navigateur soient préinstallés sur la grande majorité des appareils vendus dans l’espace économique européen (EEE).

En Russie, Google est, depuis avril 2017, rendu à l’ouverture d’Android aux autres moteurs de recherche et applications préinstallées proposées par des concurrents. La manœuvre fait suite à l’ouverture, en février 2015, d’une enquête antitrust suite au dépôt d’une plainte par Yandex – le plus important et le plus utilisé des moteurs de recherches sur le réseau web russophone.

Source : Google

Et vous ?

Quel commentaire faites-vous de cette annonce de Google ?

Quelles propositions en termes de navigateurs et moteurs de recherche aimeriez-vous voir Google faire ?

Voir aussi :

Google use de sa position dominante pour faire pression sur ses concurrents selon un rapport de la FTC rédigé en 2013

Antitrust : Bruxelles sur le point d'infliger une lourde amende à Google pour abus de position dominante avec Android

4,3 milliards d'euros ! C'est l'amende infligée à Google par la Commission européenne pour abus de position dominante avec Android

La suite d'applications Google va coûter aux équipementiers européens jusqu'à 40 $ par smartphone pour qu'Android puisse rester libre et open source
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web