Ubuntu 18.10 est disponible, embarque GNOME 3.30 pour une nouvelle apparence
Et s'installe plus vite grâce à l'algorithme de compression Zstandard

Le , par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités
Canonical a annoncé hier la sortie officielle de la version 18.10 de son système d'exploitation Ubuntu qui est déjà disponible en téléchargement. Cette nouvelle version baptisée « Cosmic Cuttlefish », se démarque par une installation plus rapide grâce à l'algorithme de compression des données sans perte Zstandard (Zstd), soutenu par Facebook, qui est activé par défaut. Comme vous le savez, cette version n'est supportée que pendant 9 mois. Elle n'est pas une LTS (Long Term Support) qui lui est supportée pendant cinq ans à l'instar de la version 18.04 sortie en avril dernier.

Nous vous présenterons quelques nouveautés de cette nouvelle version, Ubuntu 18.10, du système d'exploitation open source de Canonical. OpenSSL est mise à jour vers la version 1.1.1. Il prend en charge la norme TLSv1.3 récemment approuvée. Plusieurs applications (client et serveur) ont été autorisées à utiliser TLSv1.3 par défaut dans Ubuntu 18.10, et de nombreuses autres à venir dans la prochaine version, selon la note de version. L'ancienne version 1.0.2 d'OpenSSL est toujours disponible, mais il devrait être supprimé de la prochaine version d'Ubuntu. La version 18.10 d'Ubuntu est basée sur le kernel Linux 4.18, qui fournit une longue liste d’améliorations liées au matériel. Entre autre, nous pouvons citer déjà le support des puces AMD Radeon RX Vega M.


Ubuntu 18.10 prend aussi en charge les Raspberry Pi 3B et 3B+, le Snapdragon 845 de Qualcomm utilisé de plus en plus dans les smartphones haut de gamme, la manette Steam Controller, ainsi que des améliorations pour l’USB Type-C et le Thunderbolt. Canonical poursuit sa tradition d'intégration des solutions open source dans sa distribution Linux. Ainsi, on retrouve dans Ubuntu 18.10, Firefox et Thunderbird respectivement dans leurs versions 63 et 60. LibreOffice ne manque pas non plus à l'appel et est embarqué dans sa version 6.1.2. Bien d'autres outils open source sont embarqués dans Ubuntu 18.10 dans leur dernière version.

Ubuntu 18.10 est livré avec d'autres outils à jour dont les dernières versions de glibc 2.28, OpenJDK 11, boost 1.67, rustc 1.28 et une version mise à jour de GCC 8.2, python 3.6.7 par défaut, python 3.7.1, ruby 2.5.1, PHP 7.2.10, perl 5.26.2 et golang 1.10.4. Ubuntu 18.04 était censé arrivé avec un nouveau thème développé par Communitheme, mais finalement, c'est Ubuntu 18.10 qui est livré avec le nouveau thème renommé Yaru, qui est installé par défaut. Avec GNOME Shell en tant qu'environnement de bureau par défaut, Ubuntu 18.10 s'appuie sur GNOME 3.30 dont voici quelques nouveautés :

  • nouveaux écrans de connexion ;
  • une barre d’emplacement retravaillée dans Fichiers avec un bouton d’accès à Disques depuis les propriétés d’un dossier ;
  • la prise en charge par Disques de VeraCrypt et GFS ;
  • un panneau dédié aux périphériques Thunderbolt ;
  • boxes (machines virtuelles et connexions aux systèmes distants) prend en charge VNC et RDP, et permet d’importer des fichiers OVF/OVA ;
  • mode lecteur pour le navigateur web ;
  • nouvelle application Podcasts, au nom explicite ;
  • etc.

En gros, ces améliorations de GNOME 3.30 permettent d'exécuter simultanément plus d’applications sans rencontrer d’impact notable sur les performances. La commutation entre les fenêtres et espaces de travail est plus rapide, tandis que les animations sont maintenant plus fluides. Dans sa version 18.10, Ubuntu supporte désormais les scanners d’empreintes digitales. Cela signifie que si votre ordinateur est équipé d’un scanner d’empreintes digitales, vous pourrez déverrouiller votre système Ubuntu par empreintes digitales. Poursuivant ses efforts sur les packages Snap, Canonical apporte quelques améliorations utiles.

Ainsi les applications Snap prendront moins de temps pour se lancer. Avec le portail XDG, vous devriez pouvoir installer des Snaps en quelques clics à partir du site Snapcraft Store. On remarque que l’architecture 32 bit est progressivement abandonnée dans la famille Ubuntu. Déjà en septembre 2017, il était annoncé qu'Ubuntu ne va plus offrir d'image ISO desktop 32 bits à partir de la version 17.10. Et donc, Ubuntu GNOME par défaut ne fournit plus d’ISO 32 bits depuis la version 17.10 d’Ubuntu. Certaines variantes telles qu’Ubuntu MATE, Kubuntu, fournissent toujours une ISO 32 bits. Mais cela semble changer maintenant. Ubuntu MATE a annoncé qu’il n’y aurait pas d’image 32 bits pour Ubuntu MATE 18.10. Ubuntu Budgie et Kubuntu ont également annoncé qu’ils abandonnaient leur version 32 bits.

Configuration requise :

La configuration système minimum requise pour Ubuntu 18.10 est globalement la même que pour la version précédente. Pour exécuter Ubuntu, vous aurez besoin d’un ordinateur qui ont au moins les spécifications suivantes :

  • Processeur dual-core 2GHz ;
  • 2 Go de RAM minimum ;
  • 25 Go d’espace libre au moins sur le disque dur ;
  • Port USB (ou lecteur de DVD) pour l’installation.

Toutefois, si votre ordinateur ne respecte pas ces spécifications, vous pouvez toujours installer Ubuntu, mais vous risquez de rencontrer des problèmes de ralentissements, des erreurs, et autres. Pour contourner cela, vous avez la possibilité d'essayer une version plus légère d’Ubuntu, telle que Xubuntu, Ubuntu MATE ou XCFE.

Télécharger Ubuntu 18.10 (Cosmic Cuttlefish)

Source : Note de version, Liste de diffusion Ubuntu

Et vous ?

Les nouveautés dans cette version, Ubuntu 18.10, vous satisfont-elles ? Pourquoi ?
Avez-vous déjà testé cette version ? Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Ubuntu ne va plus offrir d'image ISO desktop 32 bits à partir de la version 17.10 dont la sortie est prévue au mois d'octobre

La nouvelle version d'Ubuntu 18.04 LTS est disponible, elle a été optimisée pour la sécurité, les conteneurs et l'intelligence artificielle

Une mise à jour du noyau Linux d'Ubuntu 18.04 cause un ralentissement du temps de démarrage sur quelques systèmes

L'image de base d'Ubuntu 18.04 LTS bat le record de légèreté dans l'offre de Canonical avec une taille de 28 mégaoctets

Canonical souhaite rendre Ubuntu 18.04 plus rapide au démarrage et détaille les nouveautés à venir sur Bionic Beaver


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de xarkam xarkam - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 20/10/2018 à 12:36
Je viens personnellement de passer sur KDE Neon. Les développeurs de KDE ont passés dernièrement leur distro. Sur Ubuntu 18.04.1
Ubuntu est très bien, mais pour moi Unity était une vrai plus value. (Tant pis pour ceux qui n’avaient pas le pc pour correctement l’utiliser.)
Ubuntu étant liée à Gnome pour sur DE, j’observe que plus cela va, plus Gnome se soustrait aux éléments de bases nécessaires pour un DE.
Je m’explique :
Tout à commencé par l’annonce de l’abandon des icones de systray basée sur l’ancien modèle. Très bien, mais le nouveau modèle introduit lors de la version 3 de Gnome place un boulevard d’espace entre les icones de systray. (ce qui rend aisé leur utilisation sur un périphérique mobile. Sur un pc, un telle espace entre est ridicule)

Ensuite est venu l’annonce de la suppression de la possibilité d’avoir des icones sur le bureau. Ok, mais les gens qui on tellement l’habitude d’au moins avoir la corbeille dessus sont totalement largués (remarquons au passage que Gnome2 l’a toujours permis)

Viens ensuite l’annonce de la suppression de pouvoir démarrer un programme ou script depuis nautilus et que la seule manière d’y arrive sera de créer un lanceur.
Donc tout ceux qui utilisent des scripts, notamment pour le développement doivent se taper la création d’un lanceur ou avoir un terminal ouvert en permanence.
De plus, impossible de tester un programme (genre peazip) sans se taper la création d’un lanceur.

Le sujet du moment chez Gnome porte sur l’abandon de la thèmisation de gnome. Les arguments avancés parlent de thèmes gtk qui cassent le rendu d’applications. Personnellement, c’est aux développeurs de thèmes de mettre leur attention là-dessus. Je trouve que c’est argument tendancieux et est utilisé pour faire encore moins de développement sur Gnome.

Beaucoup de créateurs font savoir leur mécontentement si une telle décision devait être prise.

Nous savons tous que Gnome manque de ressources, mais ne vient-il pas de recevoir une certaine somme en donation ?
Plus les années passe, plus les développeurs de Gnome nous annoncent que telle ou telle fonctionnalités n’est pas importante pour l’utilisation que nous faisons de nos machines.

Du coup, Canonical se retrouve obligé de patcher Gnome pour rester par exemple sur une veille version de nautilus ou encore d’ajouter des extensions pour suppléer aux suppressions apportée dans la base de Gnome.
En tant qu’utilisateur, j’estime ne pas à avoir à jouer avec des extensions pour ajouter des fonctionnalités de base à un DE.

Du coup, je me suis tourné vers KDE depuis l’annonce de l’utilisation d’Ubuntu 18.04 pour fournir KDE Neon.
Tout n’est pas non plus rose chez KDE, mais il est de loin, le DE qui offre un maximum de possibilités.

Source sur la thèmisation de Gnome : https://www.omgubuntu.co.uk/2018/10/...-themes-broken
Avatar de JPLAROCHE JPLAROCHE - Membre actif https://www.developpez.com
le 22/10/2018 à 8:11
Bonjour
tout à fait d'accord avec toi.
c'est pour cela que je me suis tourné vers XFCE

il est dommage qu'il n'y ait pas de remonter significative pour répondre à ce problème de DE qui quand même n'est pas quelque chose d'isolée. Avoir un DE ne veux pas dire être un arriérer et ne pas ce contenter de tablette .... À MOINS QUE Gnome ne veuille pas que l'on utilise la plateforme dans le domaine professionnel !!!!!! je pousse le bouchon un peut loin mais ????
@bientôt
Avatar de luigifab luigifab - Membre du Club https://www.developpez.com
le 23/10/2018 à 10:02
C'est rigolo ça, car j'utilise le thème Human sur Gnome 2 puis Mate <= 1.12 depuis ~2009, je n'ai pas encore eu de problème de thème cassé...
Le problème ne serait-il pas tout simplement Gnome 3 ?
Avatar de CaptainDangeax CaptainDangeax - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 26/10/2018 à 9:30
De mon coté, je n'ai jamais compris l'intérêt de Unity, même avec des pc suffisamment puissants. J'ai toujours trouvé que Unity est un DE orienté tactile, et moi j'utilise un PC avec un clavier et une souris. Gnome3 est triste comme un jour sans pain. Et j'ai quitté KDE lors du passage de la version 3.5 à la version 4. D'abord les paramètres de réactivité de la V4 que j'avais testé donnaient un semblant de manque de réactivité et ensuite, les distros essayées ne disposaient pas de la possibilité de déposer des icones sur le bureau, mais dans une fenêtre nommée desktop.
Je me suis donc tourné vers LinuxMint et depuis le début, Cinnamon me convient parfaitement, avec son menu démarrer bien rangé, sa bonne réactivité et ses thèmes reposants pour les yeux.
Quant à réinstaller la dernière distro tous les 9 mois, j'ai autre chose à faire. LinuxMint suit les LTS avec mise à jour tous les 2 ans, ce qui me convient parfaitement aussi.
Avatar de Mhadysydney Mhadysydney - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 26/10/2018 à 20:36
Le seul changemet qui m'a semblé anormal avec les nvelles versions d'Ubuntu c'est l'abandon de Unity. Je prefère ce DE que Gnome dans toute ces versions.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil