Google va facturer des frais de licence pour préinstaller YouTube, Docs et GMail sans Chrome et Search app
Dans les pays de l'UE pour se conformer

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
Google, la filiale d’Alphabet, vient d’annoncer un ensemble de mesures qu’elle prévoit de mettre en œuvre pour se conformer avec la législation de l’Union européenne. En effet, le 18 juillet dernier, la Commission européenne a donné 90 jours au géant technologique américain pour qu’il mette fin aux pratiques anticoncurrentielles auxquelles il se livrait au sein de l’UE sous peine de se voir infliger des amendes pouvant représenter jusqu’à 5 % du chiffre d’affaires journalier moyen mondial d’Alphabet.

Google fournit ses services et applications mobiles aux fabricants d’appareils compatibles sous forme d’offre groupée ou bundle. Trois d’entre eux avaient retenu l’attention de la Commission lors de l’examen de l’affaire antitrust impliquant Google : Google Play Store, Google Search et du navigateur Google Chrome. La Commission avait estimé que Google abusait de la position dominante d’Android pour préinstaller de manière systématique ses applications (en particulier Google Chrome et Google Search), en les incluant dans le pack de base requis pour le bon fonctionnement d’Android.


Dans son communiqué, la firme de Mountain View évoque principalement trois mesures qui devront entrer en application dès le 29 octobre prochain. Sa première annonce aborde les termes régissant la collaboration entre l’éditeur d’Android et ses partenaires, les fabricants de dispositifs compatibles :

« En premier lieu, nous mettons à jour les accords de compatibilité avec les fabricants d’appareils mobiles qui définissent la manière dont Android est utilisé pour développer des smartphones et des tablettes. À l’avenir, les partenaires Android qui souhaitent distribuer des applications Google peuvent également construire des smartphones et des tablettes non compatibles ou “forks” au sein de l’Espace économique européen (EEE) ».

En effet, jusqu’à présent, ces derniers n’avaient pas le droit de commercialiser des appareils offrant une expérience Android totale (synonyme de bundle complet d’applis et services Google) et en parallèle des appareils tournant sous un OS basé sur Android qui disposeraient d’un bundle personnalisé (Store, moteur de recherche…) différent de celui de Google.

La seconde annonce du groupe apporte des éclaircissements sur la manière dont l’entreprise compte régler le problème lié à Google Search et Google Chrome évoqué par la Commission européenne :

« En second lieu, les fabricants d’appareils pourront distribuer la licence de la suite d’applications mobiles Google séparément de Google Search ou du navigateur Chrome. Étant donné que la préinstallation de Google Search et de Chrome, ainsi que de nos autres applications, nous ont permis de financer le développement et la distribution gratuite d’Android, nous allons introduire un nouvel accord de licence payante pour les smartphones et les tablettes livrés dans l’EEE. Ainsi, Android restera libre et open source ».

En gros, l’entreprise va donner la possibilité d’éviter la préinstallation systématique de certaines de ses applications (Google Search et Google Chrome en l’occurrence) au sein de l’UE en proposant « des bundles payants aux normes de l’UE à la place de ses anciens bundles litigieux gratuits ». Cette disposition est confirmée dans la dernière annonce de la filiale d’Alphabet : « Troisièmement, nous proposerons des licences distinctes pour les applications Google Search et pour Chrome ».

Google précise d’ailleurs dans son communiqué qu’il proposera de nouveaux accords commerciaux à ses partenaires pour la préinstallation et l’intégration non exclusives de Google Search et de Google Chrome, les applications concurrentes pouvant être pré-installées parallèlement aux siennes.

Cette mise en conformité a été opérée en attendant la décision en appel de la Commission, sachant que les mesures annoncées par la firme de Mountain View peuvent être ajustées ou annulées en fonction du verdict final.

Source : Blog Google

Et vous ?

Quel analyse faites-vous des mesures de conformité annoncées par Google ?

Pensez-vous qu’on puisse dire, à la vue des mesures annoncées, que l’UE ou les consommateurs s’en sortent gagnants ? Pourquoi ?

La position dominante de Google pourrait-elle se voir renforcée avec la mise en application de ces mesures ? Pourquoi selon vous ?

Voir aussi

Google refuse un contrat de 10 milliards de dollars sur le cloud avec le Pentagone, évoquant des conflits avec ses valeurs
Google se résout à fermer la version grand public de Google+, après une faille de sécurité qui pourrait avoir affecté 500 000 comptes
Après Edge, c'est au tour de Firefox d'annoncer le support du format d'image WebP de Google, qui promet un Web plus rapide
Les versions 70 à 73 de Google Chrome ne prendront pas les certificats HTTPS Symantec en charge : des milliers de sites mis à mal


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de ALT ALT - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 17/10/2018 à 9:58
Tiens, ça m'avait échappé, à l'époque. Et pourtant...

Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
Une batterie amovible est relativement inutile. Son intérêt principal est de pouvoir changer la batterie n'importe quand. Sauf que le besoin le plus courant est de la changer une fois tous les 2 ou 3 ans.

L'important pour moi est que la batterie ne soit pas soudée et que le téléphone soit démontable/remontable sans tout péter...
N'est-ce pas précisément le principe de la batterie amovible ?
Avatar de AoCannaille AoCannaille - Membre émérite https://www.developpez.com
le 17/10/2018 à 11:49
Citation Envoyé par ALT Voir le message
Tiens, ça m'avait échappé, à l'époque. Et pourtant...

N'est-ce pas précisément le principe de la batterie amovible ?
Non, la batterie amovible, telle que présentée généralement, se fait sans outils, en 30 seconde : on enlève le clapet en le glissant, on déclipse la batterie très facilement et sans application, on remet la batterie très facilement et sans application et en remet le clapet les doigts dans le nez.
Et ça, c'est utile si tu changes souvent de batterie. Comme par exemple un photographe de marriage qui change 3 fois de batterie dans la soirée.

Concrètement, on a pas besoin de ça sur téléphone.
Ce que je dis, c'est qu'on doit avoir des téléphones qui se démontent facilement avec outils (genre des médiator etc.) et dont les clips fixateurs ne s'autodétruisent pas au premier démontage. et dont la batterie n'est pas soudée : elle peut être fixé à la carte mère par une vis ou deux, et le contact electrique se fait en général avec une nappe.
Changer la batterie se fait en 10 min, mais tout le monde peut le faire.
Avatar de ALT ALT - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 17/10/2018 à 14:44
Soit, alors comment qualifies-tu ce genre de batterie ?
Que je sache, avec ou sans outil, elle reste amovible, non ?
Même si c'est plus long à réaliser que sur certains équipements.
Avatar de AoCannaille AoCannaille - Membre émérite https://www.developpez.com
le 17/10/2018 à 15:07
Citation Envoyé par ALT Voir le message
Soit, alors comment qualifies-tu ce genre de batterie ?
Que je sache, avec ou sans outil, elle reste amovible, non ?
Même si c'est plus long à réaliser que sur certains équipements.
Pour moi, ça ne se qualifie pas de manière marketing encore.
On dit Amovible pour ce qu'on avait avant, inamovible pour ce que je décris plus haut et pour les batteries soudées.

Il faudrait dire démontable peut être, remplaçable?
Avatar de ALT ALT - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 17/10/2018 à 16:42

Inamovible convient très bien pour la batterie soudée ou dans un boîtier scellé.
Les autres, étant accessibles & échangeables, sont par définition amovibles (= « Qui peut être déplacé, éloigné, retiré. » [TLFI]).
Maintenant, si tu tiens vraiment à faire une différence entre les modèles, ça va être un poil compliqué, puisque la langue française n'a pas vraiment de mot à cet usage, à ma connaissance. À part, une expression du style « très facilement remplaçable »...

Bref, ça s'appelle faire des choses pas convenables à des diptères, en particulier de l'espèce musca domestica. Aussi je suggère d'interrompre cette discussion lexicologique, totalement hors sujet ici.
Avatar de AoCannaille AoCannaille - Membre émérite https://www.developpez.com
le 17/10/2018 à 17:20
Citation Envoyé par ALT Voir le message

Inamovible convient très bien pour la batterie soudée ou dans un boîtier scellé.
On est d'accord. C'est exactement ce que je dit. Une batterie dans un boitier scellé est une batterie inamovible. Même si elle n'est pas soudée.
Maintenant, si tu tiens vraiment à faire une différence entre les modèles, ça va être un poil compliqué, puisque la langue française n'a pas vraiment de mot à cet usage, à ma connaissance. À part, une expression du style « très facilement remplaçable »...
On est encore d'accord, c'est pourquoi je propose des termes pour ça. à ceci prés que ce n'est pas la batterie "trés facilement remplaçable" à qui il manque un terme, puisque celui-ci est juste "amovible". Il manque un terme pour les batteries non soudées dans un boitier scellé.

Bref, ça s'appelle faire des choses pas convenables à des diptères, en particulier de l'espèce musca domestica. Aussi je suggère d'interrompre cette discussion lexicologique, totalement hors sujet ici.
Je ne cautionne pas la zoophilie, mais si c'est ton truc et que les mouches sont consententes, je ne juge pas
Avatar de Patrick Ruiz Patrick Ruiz - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 20/10/2018 à 11:18
La suite d’applications Google va coûter aux équipementiers européens jusqu’à 40 $ par smartphone
Pour qu’Android puisse rester libre et open source

Le feuilleton se poursuit autour de Google et de son système d’exploitation pour plateformes mobiles (Android) après que la Commission européenne lui a infligé une amende de 4,3 milliards de dollars pour abus de position dominante. Plus tôt dans la semaine, la firme de Mountain View a annoncé qu’elle se conformerait en éclatant son pack d’applications. Désormais, les équipementiers pourront préinstaller Youtube, Docs, Gmail, Google PlayStore, etc. sans « s'encombrer » du navigateur (Google Chrome) et du célèbre moteur de recherche du géant de la Tech.

Il y a seulement que la firme de Mountain View s’appuyait sur les revenus publicitaires générés par ce tandem de services (Google Search et le navigateur) et ses autres applications pour financer le développement d’Android. Du coup, les équipementiers européens désireux de préinstaller les applications Google (en faisant fi du navigateur et du moteur de recherche) devront consentir à se plier à un accord de licence payant. D’après le géant de la recherche en ligne, la mesure est salvatrice : Android pourra rester libre et ouvert.

Grâce à une publication de The Verge, on a des détails sur les chiffres. D’après l’éditeur en ligne qui cite des documents confidentiels, Google va facturer aux équipementiers européens (qui feront le choix de cette liberté qui leur est offerte) une somme fonction du pays et de la densité de pixels du dispositif Android.

« Les pays de l'UE sont divisés en trois catégories, les frais les plus élevés étant appliqués pour le Royaume-Uni, la Suède, l’Allemagne, la Norvège et les Pays-Bas. Dans ces pays, un appareil ayant une densité de pixels supérieure à 500 ppi devrait payer des frais de 40 $ pour obtenir une licence de la suite d'applications de Google, selon les documents de tarification. Les appareils de 400 à 500 ppi paieraient des frais de 20 $, tandis que les appareils de moins de 400 ppi ne paieraient que 10 $. Dans certains pays, pour les téléphones bas de gamme, les frais peuvent être aussi bas que 2,50 $ par dispositif », indique The Verge.

En sus, les nouveaux accords de licence précisent que les équipementiers qui feront le choix de ne pas préinstaller Chrome (et le placer sur l’écran d’accueil) peuvent dire adieu aux revenus générés par la recherche. La firme de Mountain View s’était jusqu’ici appuyée sur cet incitatif pour amener les équipementiers à accorder un traitement de faveur à ses applications.


Le moteur de recherche et le navigateur font désormais l’objet d’un accord de licence distinct. D’après The Verge, ce dernier est de nature à casser les coûts pour les entreprises qui vont décider de préinstaller Google Chrome et Google Search, mais pas de détails chiffrés à ce sujet. D’après la publication de The Verge, ces nouvelles règles entrent en application dès le 1er février 2019.

En tant que consommateurs, les Européens se retrouvent à la croisée des chemins. Il faudra choisir entre céder sa vie privée pour obtenir des services de la firme de Mountain View ou payer pour en conserver d’importants pans. À chacun de se diriger vers l’OEM dont les choix colleront avec ses convenances.

Source : The Verge

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

De quel bord êtes-vous ? De ceux qui accepteront de céder leur vie privée pour bénéficier des services de Google ou de ceux qui payeront pour en conserver d’importants pans ?

Quel commentaire faites-vous de la décision de facturer les OEM pour maintenir Android libre et ouvert ?

Voir aussi :

Google refuse un contrat de 10 milliards de dollars sur le cloud avec le Pentagone, évoquant des conflits avec ses valeurs
Google se résout à fermer la version grand public de Google+, après une faille de sécurité qui pourrait avoir affecté 500 000 comptes
Après Edge, c'est au tour de Firefox d'annoncer le support du format d'image WebP de Google, qui promet un Web plus rapide
Les versions 70 à 73 de Google Chrome ne prendront pas les certificats HTTPS Symantec en charge : des milliers de sites mis à mal
Avatar de rawsrc rawsrc - Modérateur https://www.developpez.com
le 20/10/2018 à 16:03
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Il faudra choisir entre céder sa vie privée pour obtenir des services de la firme de Mountain View ou payer pour en conserver d’importants pans.
En fait, il n'y pas de choix. Quelque soit l'option choisie, ta vie privée tu peux t'asseoir dessus avec tes deux fesses.

La bonne blague ! Google, devenu incontournable va devenir payant pour se conformer aux lois européennes ma bonne dame. On va encore leur filer en plus des milliards net d'impôt (évidemment) et tout ça grâce à nos hommes politiques. Il faut ABSOLUMENT que nos handicapés cérébraux de dirigeants politiques se mettent d'accord pour arriver à imposer ces mastodontes comme il se doit.
Avatar de Stérilux Stérilux - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 20/10/2018 à 16:10
Qu’en pensez-vous ?
Que dès qu'un concurrent sérieux à android apparaîtra cette taxe disparaîtra.
Que cette taxe va peut-être inciter certains fabricants qui travaillent déjà sur leur propre système de les sortir pour être plus concurrentiel.

De quel bord êtes-vous ? De ceux qui accepteront de céder leur vie privée pour bénéficier des services de Google ou de ceux qui payeront pour en conserver d’importants pans ?
Payer en attendant qu'une alternative à android sorte (ce que j'attend avec impatience depuis un bon moment)

Quel commentaire faites-vous de la décision de facturer les OEM pour maintenir Android libre et ouvert ?
Que google entend bien profiter encore un moment de sa position dominante pour faire sa loi.
Avatar de nazoreen nazoreen - Membre actif https://www.developpez.com
le 25/10/2018 à 21:11
Citation Envoyé par Stérilux Voir le message
Que dès qu'un concurrent sérieux à android apparaîtra cette taxe disparaîtra.
Que cette taxe va peut-être inciter certains fabricants qui travaillent déjà sur leur propre système de les sortir pour être plus concurrentiel.

Payer en attendant qu'une alternative à android sorte (ce que j'attend avec impatience depuis un bon moment)

Que google entend bien profiter encore un moment de sa position dominante pour faire sa loi.
Il y avait une très bonne alternative, Microsoft Windows 10 Mobile, mais les développeurs (indés et proprios comme SnapChat), ayant foi en leur pensée unique sonnante et trébuchante, ont préféré saborder cette alternative en ne développant pas d'application… C'est avant tout les développeurs que je blâme, pas Google car ce dernier ne fait que jouer avec les règles du système, c'est malheureux mais ça s'appelle du business !

Le problème a toujours été le pognon !
Contacter le responsable de la rubrique Accueil