Des scientifiques ont connecté le cerveau de 3 personnes pour partager leurs pensées
Et ceci pourrait être élargi à plus de personnes et via le Web

Le , par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités
En 2014, Ray Kurzweil, alors directeur de l'ingénierie chez Google, figurait parmi les membres du CIO Network, une conférence organisée par « The Wall Street Journal » autour de l’innovation et des nouvelles technologies. Connu pour son attachement aux nanotechnologies et ses nombreuses prédictions sur notre futur, il avait été interviewé lors de la conférence et n’avait pas manqué de livrer sa propre vision du futur basée sur ses prédictions. En effet, il prédisait que des millions, voir des milliards de nanorobots investiront nos corps pour nous maintenir en bonne santé, améliorer notre système immunitaire et enfin rendre accessible notre cerveau dans le Cloud.

En 2017, c'est le géant américain du réseau social, Facebook, qui avait annoncé qu'il travaillait sur une interface cerveau-machine permettant d’interagir avec une application de messagerie par voie cérébrale. L'annonce a été faite par Regina Dugan, alors responsable du groupe Building 8 chargé de concevoir les systèmes matériels du futur chez Facebook. Elle disait que le géant des réseaux sociaux travaillait sur des capteurs permettant de lire les ondes cérébrales.

Il faut préciser que récemment, c'est Neuralink, une entreprise américaine de biotechnologie spécialisée en neuro-ingénierie, qui dit être en train de travailler activement sur un projet qui vise à développer des neuroprothèses pouvant être utilisées comme des interfaces cerveau-machine à très haut débit afin de connecter le cerveau humain et des ordinateurs via des implants cybernétiques et de permettre à l’esprit humain de s’interfacer avec des gadgets et des programmes.


Et bien, une équipe de neuroscientifiques vient de révéler à la face du monde les résultats de leur recherche. Un système baptisé « BrainNet », permet d'établir une connexion cérébrale « à trois voies » pour permettre à trois personnes de partager leurs pensées et donc, de pouvoir jouer à un jeu de style Tetris, un jeu vidéo de puzzle. L'équipe pense que cette expérience pourrait être étendue pour connecter des réseaux entiers de personnes et estime que leur expérience pourrait être menée à une plus grande échelle dans l’optique de connecter des réseaux entiers de personnes, même sur le Web.

« Nous présentons BrainNet qui, à notre connaissance, est la première interface directe dite cerveau-cerveau, non invasive pour une résolution collaborative de problèmes […]. L’interface permet à trois sujets humains de collaborer et de résoudre une tâche en utilisant une communication directe de cerveau à cerveau », annoncent-ils. Le système fonctionne grâce à l’utilisation d’une combinaison d’électroencéphalogrammes (EEG) qui repose sur la mesure de l'activité électrique du cerveau, et de stimulation magnétique transcrânienne (TMS), dans laquelle les neurones sont stimulés à l’aide de champs magnétiques.

En plus de donner accès à de nouvelles méthodes de communication, BrainNet pourrait permettre d’en apprendre plus sur le fonctionnement du cerveau humain à un niveau plus profond. Au cours de l'expérience, deux personnes étaient connectés à l'EEG alors qu'ils jouaient à un jeu de type Tetris. À chaque nouveau bloc, les participants devaient décider si celui-ci devait ou non subir une rotation. Pour signifier leur décision, ils devaient regarder vers l'une des deux lumières LED clignotant de part et d'autre de l'écran, l'une à une fréquence de 15 Hz (pas de rotation) et la seconde à une fréquence de 17 Hz (rotation), résultant en des signaux neuronaux distincts, mesurables par l'EEG.

Ces choix étaient ensuite transmis au troisième joueur grâce à l'appareil de TMS, capable de générer des phosphènes (un phénomène interne à l’œil qui se traduit par la sensation de voir une lumière ou par l'apparition de tâches dans le champ visuel) dans l'esprit du sujet. Ce dernier avait alors pour tâche de tourner le bloc ou non en fonction des instructions reçues. Bien entendu, durant cette tâche, le troisième participant n'avait pas accès à l'écran de jeu et devait donc se fier aux consignes de ses collaborateurs.

Sur cinq groupes différents de trois personnes, les chercheurs ont atteint une précision moyenne de 81,25 %, un résultat prometteur pour une première expérience. Leur étude doit encore être soumise à un comité de validation pour relecture, mais si leurs résultats se révèlent viables et reproductibles avec un plus grand nombre de sujets, c'est tout un nouveau pan de la communication qui pourrait voir le jour dans un futur proche.

Les internautes, réagissant sur la question, ont plutôt exprimé leur inquiétude sur les différentes conséquences sociales de l’application d'un tel système. Ils sont pour la plupart contre l'utilisation ou l'expérimentation de BrainNet surtout à une plus grande échelle. Pour eux, cela causera plus de mal que de bien de savoir ce que l'autre pense de soi surtout que parfois, la pensée « négative » peut ne pas forcément conduire à l'action.

Cependant, pour les scientifiques, BrainNet pourrait aider à mettre en commun nos ressources mentales afin de tenter de résoudre des problèmes majeurs. « Nos résultats soulèvent la possibilité de futures interfaces cerveau à cerveau permettant la résolution coopérative de problèmes par des humains, utilisant un "réseau social" de cerveaux connectés », explique l’équipe de recherche.

Source : Résultat de l'étude

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Quelles pourraient être les conséquences d'un tel système selon vous ?
Croyez-vous à un réseau social de cerveaux connectés ? Pourquoi ?

Voir aussi

Des nanorobots pour rendre disponible nos cerveaux dans le Cloud ? Nouvelle prédiction de Ray Kurzweil, directeur de l'ingénierie chez Google

Facebook travaille sur une interface cerveau-machine pour lire les pensées et utiliser des applications de messagerie et de réalité augmentée

Neuralink, le projet d'Elon Musk pour qu'un cerveau humain interagisse directement avec un PC et l'Homme fusionne avec l'IA, aberration ou fiction ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de zoonel zoonel - Membre régulier https://www.developpez.com
le 07/10/2018 à 21:58
je vois absolument pas en quoi ils on "partagés leurs pensées", ou alors on peut aussi dire que je "partage mes pensées" tous les jours avec mes collègues, amis, famille... (parfois avec la parole, parfois avec des gestes, parfois avec l'absence de parole , ...)

Si je résume l'article: des sujets choisissent de regarder entre 2 lumières clignotantes à différentes fréquences, ce qui à pour effet de modifier l'activité cérébrale de façon perceptible et différenciable par des egg afin de stimuler le cerveau d'un autre participant pour lui faire voire des tâches pour qu'il sache quel était la lumière regardée au départ.
Donc nulle part on a affaire à la pensée des participants, on se sert juste de leur cerveau comme chemin de communication.

Maintenant ce que j'en pense c'est que j'aime pas trop l'idée de me prendre des décharges dans le cerveau ni de devoir fixer un stimuli aussi invasif pour faire passer mes messages. Je préfère largement un truc plus passif qui par exemple détecte le mouvement de l'œil et retransmette ce sur quoi l'œil c'est fixé, soit sur écran soit si je dois me prendre des décharges sur le bras ou autre (et encore, si ça se généralise comment réagiraient nos muscles/ notre épiderme si ils étaient sollicités constamment par des micro décharges, pour le cerveau je préfère même pas y penser)).
Avatar de ShigruM ShigruM - Inactif https://www.developpez.com
le 07/10/2018 à 23:14
il est important de maîtrisé les stimuli du cerveau, en soit cette recherche est intéressante.
Mais le but c'est pas de partager ces pensé, mais plutôt de pouvoir piloter un corps artificiel par la pensée.
L'etre humain n'étant qu'un sac de viande qui pourrie, il est urgent de vite évoluer vers un corps en métal et le cerveau protéger dans un coquons en titane.

La première des raisons c'est que l’être humain n'a pas la vie assez longue et cela limite son évolution, un exemple tous bête c'est que le savoir qu'avait Wernher von Braun pour aller sur la lune aujourd'hui la Nasa l'a oublier, si les briants scientifiques allemands était immortel (verner von braun, einstein...) aujourd'hui on roulerais sur mars en voiture volante.

la transmission du savoir a ces limites, retrouver du savoir perdu prends énormément de temps et mobilise beaucoup de ressource. Un exemple tous bête c'est le passage de l'antiquité au moyen age, du savoir perdu qu'il a fallu attendre plus de 1000ans pour enfin le retrouver
et le stocker n'est en aucun cas une solkution, déja parcequ'il faut comprendre ce savoir ce qui prend du temps et aussi ce stockage il faut aussi perdre du longtemps pour pouvoir lire son support
récemment la Nasa a du trouver un tres vieux pc encore fonctionnel pour lire une bande magnétique/disquette (je sais plus) des années 70 acheter à un prix d'or.
imaginer un développeur avec 40ans d'expérience... bof il connait pas grand chose et imaginer maintenant un développeur avec 100 vans d'expérience, il aurait connu la 1ere machine de Turing, rien avoir niveau savoir/retour d'expérience.

tous sa pour dire qu'on ne plus aujourd'hui demander à un jeune de 16ans d'apprendre en 5 années d'étude 2000ans de savoir accumuler, même dans un domaine ultra précis cela deviens de plus en plus difficile. j'ai appeler cela la limite civilisationnel
Avatar de Jon Shannow Jon Shannow - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 08/10/2018 à 9:01
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Les internautes, réagissant sur la question, ont plutôt exprimé leur inquiétude sur les différentes conséquences sociales de l’application d'un tel système.
Personnellement, ce sont plutôt les conséquences sur la santé des sujets qui me préoccupent. Comment, à long terme, le cerveau humain réagit à des stimuli extérieurs ?
Avatar de ShigruM ShigruM - Inactif https://www.developpez.com
le 08/10/2018 à 9:08
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Personnellement, ce sont plutôt les conséquences sur la santé des sujets qui me préoccupent. Comment, à long terme, le cerveau humain réagit à des stimuli extérieurs ?
les neurones communiquent entre eux par de l’électricité, le cerveau envoie de l'électricité a nos yeux, muscles, tous notre corps, je ne pense pas que cela soit d'un quelconque danger.
Je n'ai jamais vue d'étude (sérieuse) qui disait que c’était mauvais pour le cerveau.
Tant que les tensions envoyer sont du meme niveau que celle de notre cerveau évidement, sinon cela fait comme le film la ligne verte
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 08/10/2018 à 11:14
Ca sent la marque de la bête ces nanobots.

Avec le pouvoir de tuer à distance tous ceux qui n'accepteront pas l'image de la bête.

Qu'ils se garent les nanobots où je pense.
Avatar de Ecthelion2 Ecthelion2 - Membre actif https://www.developpez.com
le 08/10/2018 à 11:30
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
Ca sent la marque de la bête ces nanobots.

Avec le pouvoir de tuer à distance tous ceux qui n'accepteront pas l'image de la bête.

Qu'ils se garent les nanobots où je pense.

Il faut lire l'article entier avant de poster des commentaires bibliques promettant l'apocalypse, en l'occurrence, il n'est pas question de nanobots mais d'une méthode non-intrusive justement, donc strictement rien à voir...

La partie sur les nanobots, fait juste partie d'une liste d'exemples sur quoi des entreprises travaillent, mais il n'en est pas question dans ce système "BrainNet".
Avatar de Advaxendayi Advaxendayi - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 08/10/2018 à 11:31
personnelent, Je ne pense pas que ça pourra servir grand chose parce que ce réseau ne va pas augmenter l'expertise aux cerveaux concernés mais va condanser en un tout le savoir des considérés.

je remarque même que quelques conséquences facheuses pourront poursuivre les parties en cas de séparation ou de suspension de réseau du fait qu'elles auront perdu leur equilibre pendant tout ce temps passé en connexion.
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre expert https://www.developpez.com
le 08/10/2018 à 12:02
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Personnellement, ce sont plutôt les conséquences sur la santé des sujets qui me préoccupent. Comment, à long terme, le cerveau humain réagit à des stimuli extérieurs ?
Notamment sur la santé mentale. Je n'ai pas idée de l'impact, à court ou à long terme, de l'utilisation d'une interface cerveau à cerveau sur l'équilibre physiologique (un stimuli externe ne risque-t-il pas d'être interprété comme un stimuli interne ?). À moins de passer par une interface tierce.
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 08/10/2018 à 16:45
Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
Il faut lire l'article entier avant de poster des commentaires bibliques promettant l'apocalypse, en l'occurrence, il n'est pas question de nanobots mais d'une méthode non-intrusive justement, donc strictement rien à voir...

La partie sur les nanobots, fait juste partie d'une liste d'exemples sur quoi des entreprises travaillent, mais il n'en est pas question dans ce système "BrainNet".
Mais ils travaillent quand même sur les nanobots...
Tu crois qu'ils ne vont pas les injecter dans le corps à un moment ou un autre?!

J'avais lu qu'ils pourraient se trouver dans les simples pilules de médicament!
Une fois ingéré vas-y pour les détruire, aussi minuscule qu'ils sont.

L'apocalypse arrivera de toute façon, même pour ceux qui n'y croient pas.
Avatar de ShigruM ShigruM - Inactif https://www.developpez.com
le 08/10/2018 à 16:53
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
Mais ils travaillent quand même sur les nanobots...
Tu crois qu'ils ne vont pas les injecter dans le corps à un moment ou un autre?!

J'avais lu qu'ils pourraient se trouver dans les simples pilules de médicament!
Une fois ingéré vas-y pour les détruire, aussi minuscule qu'ils sont.

L'apocalypse arrivera de toute façon, même pour ceux qui n'y croient pas.
si sa peu aider les handicapé ou bien guérir/ralentir Alzheimer, je pense pas que se soit l'apocalypse mais un chouette truc.
ce n'est qu'un outil les nanobots, on peut après en faire ce que l'on veut.

Pour ma part, entre vive 20ans avec l’Alzheimer ou 10ans avec ce médoc mais avec un cerveau fonctionnel mon choix serait vite fait, c'est peu comme les chimio pour guérir de certains cancer, c'est très toxique mais si sa peu prolonger ton espérance de vie dans de meilleurs condition c'est bon a prendre, enfin je crois.

vouloir jeter a la poubelle a cause d’aprioris
Contacter le responsable de la rubrique Accueil