Facebook surpris en train de bloquer les histoires d'AP et de Guardian sur sa violation massive de données,
Touchant 50 millions d'utilisateurs

Le , par Stan Adkens, Chroniqueur Actualités
Les problèmes du géant des réseaux sociaux vont en s’empirant, c’est le moins qu’on puisse dire. De la violation des données privées des utilisateurs avec son corolaire de révélations des partages de données utilisateurs avec les entreprises étrangères à la révélation selon laquelle les numéros de téléphone fournis pour plus de sécurité et de confidentialité sur les comptes utilisateur Facebook seraient utilisés par les annonceurs avec le consentement de Facebook, le réseau social n’a aucun répit depuis plus d’un an. Il fait l’objet de plusieurs enquêtes, notamment une nouvelle enquête de la SEC (US Securities and Exchange Commission) sur les déclarations de Facebook concernant Cambridge Analytica.


Comme cela ne suffisait pas, Fight For The Future a rapporté, le vendredi dernier, que Facebook a été surpris en train de bloquer automatiquement les articles d’Associated Press et de Guardian sur la toute dernière et la plus importante violation massive de données utilisateur que le réseau social ait connu.

En effet, dans l'après-midi du mardi 25 septembre, les ingénieurs de Facebook ont découvert un problème de sécurité touchant près de 50 millions de comptes. Un correctif était déjà disponible le jeudi suivant et le vendredi dernier, Facebook a révélé que l’attaque a compromis près de 50 millions de comptes Facebook permettant de prendre le contrôle des utilisateurs. Facebook a rapporté que les attaquants ont exploité une vulnérabilité du code de Facebook ayant affecté la fonctionnalité « View As », qui permet aux utilisateurs de voir à quoi ressemble leur propre profil. Les pirates ont dérobé des jetons d’accès Facebook qui leur ont permis ensuite de prendre le contrôle des comptes utilisateurs. Cependant, le problème a été résolu avec le correctif.

Toutefois, après l’annonce de Facebook, l’étonnement des internautes fut grand le vendredi dernier, lorsque les informations, selon lesquelles Facebook empêcherait la publication des articles de Guardian et d’ d’Associated Press concernant la compromission des 50 millions de comptes Facebook, ont commencé a circulé sur Twitter, selon Fight For Furture.


Après une telle violation massive, les internautes sont habitués à s’attendre à des publications qui expliquent l’événement dans les détails. Mais, ils ont été surpris de constater que toute publication de ces deux articles était empêchée automatique par Facebook avec la mention « Nous avons supprimé ce post car il ressemble à du spam et ne suit pas nos normes de commuty ». Néanmoins, les articles ont pu être partagés sur Twitter par certains utilisateurs.

Un tweet a annoncé ensuite, après plus d’une heure, que le blocage sur Facebook a été résolu en suggérant que « cette histoire s’est répandue tellement de façon virale que le seuil de détection du spam a été dépassé ». Facebook a confirmé la suggestion dans un poste sur son réseau social. Le fait qu'un grand nombre de personnes voulaient partager la même histoire aurait fait que les systèmes de Facebook l’ont signalée comme spam.


Facebook, dont les efforts dans l’amélioration de la protection des données des utilisateurs n’ont pas convaincu jusqu’à présent, est encore impliqué dans une nouvelle violation qui risquent de donner raison aux groupes de défense des libertés civiles et des droits numériques qui demandent depuis longtemps à des sociétés de technologie telles que Facebook de minimiser la quantité de données stockées sur leurs utilisateurs.

Le vendredi dernier, après la publication de la violation, Facebook a apporté ensuite des détails sur la rocambolesque violation de données qui a été découverte en début de cette semaine par les ingénieurs de facebook. Selon Pedro Canahuati, vice-président de l’ingénierie, de la sécurité et de la confidentialité, la vulnérabilité était le résultat de l’interaction de trois bogues distincts :

« Premièrement : « View As » est une fonctionnalité de confidentialité qui permet aux gens de voir à quoi ressemble leur propre profil comme quelqu'un d'autre. « View As » devrait être une interface en lecture seule. Cependant, pour un type de compositeur (la boîte qui vous permet de publier du contenu sur Facebook), en particulier la version qui permet aux gens de souhaiter un joyeux anniversaire à leurs amis, « View As » fournit de manière incorrecte l’opportunité de poster une vidéo.

Deuxièmement : une nouvelle version de notre téléchargeur vidéo (l'interface qui serait présentée à la suite du premier bogue), introduite en juillet 2017, a généré de manière incorrecte un jeton d'accès doté des autorisations de l'application mobile Facebook.

Troisièmement : lorsque le téléchargeur de vidéo est apparu dans le cadre de « View As », il a généré le jeton d'accès non pas pour vous en tant que lecteur, mais pour l'utilisateur que vous recherchiez. »

Selon Fight For The Future, pour éviter pareille violation massive de données utilisateur à l’avenir « les entreprises doivent minimiser la quantité de données qu'elles collectent et être tenues responsables lorsqu'elles mettent des personnes en danger. C’est la seule chose qui les empêchera de collecter autant de données en premier lieu. »

Source : Fight For The Future

Et vous ?

Que pensez-vous de cette affaire de censure ?
Pensez-vous que le blocage n’était pas intentionnel de la part de Facebook ?

Voir aussi

Un hacker dit qu'il va supprimer en direct la page Facebook de Zuckerberg, dans une attaque prévue pour ce dimanche
Avez-vous donné à Facebook votre numéro de téléphone pour plus de sécurité et de confidentialité? Il l'a utilisé pour des annonces publicitaires
Google et Facebook s'engagent à suivre le code européen de bonnes pratiques contre la désinformation, Bruxelles attend de voir les résultats
Fake news : la Commission de l'UE crée un groupe d'experts de haut niveau et lance une consultation publique, pour lutter contre le phénomène
Facebook, Google et d'autres plateformes tous unis au sein du Trust Project, pour plus de transparence sur les actualités qui circulent sur le Web


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Itachiaurion Itachiaurion - Membre habitué https://www.developpez.com
le 01/10/2018 à 10:02
"l’étonnement des internautes fut grand le vendredi dernier, lorsque les informations, selon lesquelles Facebook empêcherait la publication des articles de Guardian et d’ d’Associated Press concernant la compromission des 50 millions de comptes"
Franchement? Il y en a que ça étonne? Je ne suis pas sur FaceBook mais rien de tout cela m'étonne, même en usant de l'excuse de spam, je ne vois pas comment des journaux pourrais spammer en ne postant que 2-3 article lié a cette énorme faille. Le spam en l’occurrence c'est en général concernant un utilisateur qui poste plein de message, pas plein d'utilisateur qui veulent relayer une information importante aux autres. Ce qui m'étonne c'est qu'il y est encore des gens qui pense que Facebook est un bisounours tout gentil. J’espère au moins qu'ils on prit contact avec les 50 millions ou plus (j'avais entendu qu'il pouvais y avoir 40 millions de compromissions en plus) pour s'excuser.
Avatar de a028762 a028762 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 01/10/2018 à 10:46
Il n'y a plus qu'à attendre que Facebook rachète Twitter
Avatar de Coriolan Coriolan - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 01/10/2018 à 22:23
Facebook : la faille de sécurité aurait possiblement affecté 90 millions de comptes
et exposé les données des utilisateurs pendant au moins 14 mois

C’est une autre déroute de Facebook qui pourrait avoir des conséquences énormes. Après avoir informé qu’une faille a permis une fuite de données de 50 millions de comptes, le réseau social est revenu avec plus de détails techniques sur ce problème de sécurité.

Tout d’abord, Facebook a admis que le bogue aurait potentiellement exposé les données des utilisateurs pendant au moins 14 mois. Quant au nombre des utilisateurs affectés, il pourrait atteindre jusqu’à 90 millions de comptes au lieu des 50 millions annoncés auparavant.


Mais comment en est-on arrivé là ? Facebook a révélé que les hackers ont exploité une combinaison de trois bogues qui a permis aux hackers de s’emparer de jetons d’accès attribués à des dizaines de millions de comptes d’utilisateurs. Grâce à ces jetons, les attaquants ont été en mesure de se connecter aux comptes Facebook sans avoir besoin de connaître leurs mots de passe, permettant au passage aux hackers de mettre la main sur les informations privées, photos et vidéos des utilisateurs.

Pire encore, cette fuite affecte aussi les sites et applications tiers connectés à chaque compte Facebook.

Cette attaque aurait eu aussi un impact sur les sites et applications tierces connectés à chaque compte Facebook piraté. En vraisemblance, une fois les hackers ont accès aux comptes d’utilisateurs, ils peuvent se connecter dans les sites et applications liés à chaque compte.

Dans une première note de sécurité, Facebook a expliqué que les attaquants ont abusé la fonctionnalité « Aperçu du profil en tant que » proposée par Facebook en juillet 2017. Cette fonctionnalité censée améliorer la confidentialité des utilisateurs a permis aux hackers de s'emparer des jetons d’accès.

Cette vulnérabilité a été le résultat de trois différents bogues :

Premièrement : la fonctionnalité “Aperçu du profil en tant que” est censée permettre aux utilisateurs de visualiser leur profil en tant que quelqu’un d’autre. Cependant, pour un type de compositeur (la zone qui permet de poster du contenu sur Facebook), plus spécifiquement la version qui permet aux gens de souhaiter un bon anniversaire à leurs amis, cette fonctionnalité a incorrectement permis de poster une vidéo.

Deuxièmement :
une nouvelle version de l’uploader de vidéo (l’interface présentée en raison du premier bogue), introduite en juillet 2017, a généré de manière erronée un jeton d’accès qui a les permissions de l’application mobile de Facebook.

Troisièmement : quand l'uploader vidéo apparaît à partir de “Aperçu du profil en tant que”, il a généré un jeton d’accès non pas pour vous, mais pour l’utilisateur que vous avez cherché.

« C’est cette combinaison de ces trois bogues qui est devenue une vulnérabilité : en utilisant la fonctionnalité ‘Aperçu du profil’, le code n’a pas supprimé le compositeur qui laisse les gens vous souhaiter un bon anniversaire ; l’uploader de vidéo générait un jeton d’accès alors que cela ne devait pضs avoir lieu ; et quand le jeton d’accès était généré, il n’était pas pour vous, mais la personne cherchée. Il [jeton] était alors disponible dans une page HTML, où il pouvait être extrait par les attaquants et exploité pour se connecter en tant qu’un autre utilisateur, » a écrit Pedro Canahuati, Vice-président de l’Ingénierie, Sécurité et Confidentialité chez Facebook.

En lisant cette description de la vulnérabilité, on se rend compte que chaque compte de Facebook a été menacé d’être piraté. Néanmoins Facebook estime que seulement 50 millions de comptes ont été réellement « directement affectés ». Une autre 40 millions de comptes ont été soumis à une réinitialisation des jetons d’accès en tant que mesure de précaution. Facebook a informé avoir comblé la faille et avoir déconnecté la totalité des 90 millions d’utilisateurs pour invalider leurs jetons d’accès. Si votre compte a été déconnecté seul récemment, vous savez maintenant que ça fait partie des mesures prises par Facebook.

Lors d’une conférence de presse tenue vendredi, Facebook a noté avoir identifié la vulnérabilité après avoir remarqué mardi un pic suspect de l’activité des utilisateurs. L’attaque a été d’une grande échelle a informé l’entreprise. Après des investigations, le réseau social s’est rendu compte que des hackers ont exploité l’API du site pour automatiser le processus de collecte des données d’utilisateurs à partir de leurs profils.

Même les comptes de Zuckerberg et Sheryl Sandberg (COO de Facebook) ont été affectés. Facebook a informé avoir contacté les autorités et corrigé la faille.

Il n’est pas clair qui est à l’origine de cette attaque ; lors de la même semaine, un hacker a dit qu’il va supprimer en direct la page Facebook de Zuckerberg. Une chose qui a poussé certains à lier les deux faits. Néanmoins, Facebook assure qu’il n’existe aucune relation entre la fuite et ce hacker présumé.

Cette attaque est la dernière d’une série d'événements qui ont terni l’image du réseau social auprès du grand public. En mars, le quotidien américain New York Times et britannique The Guardian ont publié des informations relatives à une campagne de manipulation orchestrée par l’entreprise Cambridge Analytica, une société spécialisée dans l’analyse de données (data mining), ِce scandale dit Facebook-Cambridge Analytica ou la fuite de données Facebook-Cambridge Analytica renvoie aux données personnelles de 87 millions d'utilisateurs Facebook que la société Cambridge Analytica a commencé à recueillir dès 2014.

Source : facebook

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Votre compte Facebook a-t-il été affecté par cette faille ?

Voir aussi

Près de 50 millions de comptes Facebook affectés par une faille de sécurité considérée comme étant la plus importante de l'histoire du réseau social
Facebook surpris en train de bloquer les histoires d’AP et de Guardian sur sa violation massive de données touchant 50 millions d’utilisateurs
Un hacker dit qu'il va supprimer en direct la page Facebook de Zuckerberg, dans une attaque prévue pour ce dimanche
Avatar de Marco46 Marco46 - Modérateur https://www.developpez.com
le 01/10/2018 à 22:35
En résumé : Explosion combinatoire des cas de tests -> catastrophe.

Quand c'est trop gros, c'est trop gros !
Avatar de Bill Fassinou Bill Fassinou - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 01/10/2018 à 23:26
Facebook pourrait écoper d'une amende de 1,63 Md$ US pour le piratage des 50 millions de comptes utilisateurs
dont il a été récemment victime

Le 28 septembre dernier, Facebook a révélé que près de 50 millions de comptes Facebook ont ​​été compromis par une attaque dont les auteurs ont réussi à prendre le contrôle des comptes. La brèche de sécurité a été, selon les dires de l’entreprise, découverte le mardi 25 septembre et colmatée deux jours plus tard. L’entreprise a pris l’engagement de notifier aux utilisateurs concernés que leurs comptes avaient été affectés par l’attaque. Quelques heures après la révélation de Facebook, les internautes ont commencé à s’étonner de ne pas voir de publications portant sur cette violation sur les pages de médias informatifs tels que Guardian et Associated Press.


Très vite, une rumeur selon laquelle Facebook bloquerait toute publication de ces deux pages en rapport avec cette violation a commencé à circuler. Dans une tentative de justification, Facebook a expliqué que cela était dû au trop grand nombre de posts sur le sujet. Tellement de gens en ont parlé que le seuil du spam a été atteint, ce qui a entraîné un blocage systématique de toute nouvelle publication sur le sujet, selon les dires de l’entreprise.

On se demandait sûrement tous à quel moment interviendrait une sanction liée à l’application du RGPD. Eh bien, on pourrait ne pas avoir à attendre longtemps. En effet, une amende pourrait bien tomber sur la table pour Facebook dans les semaines à venir. Laquelle amende pourrait s’élever jusqu’à 1,63 milliard de dollars. Le dossier est toujours en instance d’étude au sein de la Commission irlandaise de protection des données, la principale autorité européenne de réglementation de la confidentialité sur Facebook.

La Commission a annoncé avoir demandé plus d’informations sur la nature et l’ampleur de la violation ainsi que sur les résidents européens affectés. De plus, elle s’est déclarée « préoccupée par le fait que cette violation ait été découverte la semaine dernière et ait affecté plusieurs millions de comptes mais que Facebook ne soit toujours pas capable d’en préciser la nature et les risques pour les utilisateurs ». Une porte-parole de Facebook a déclaré dimanche dernier que l’entreprise répondrait volontiers à toutes les questions que le régulateur irlandais pourrait se poser.

La procédure d’enquête en cours s’appesantira probablement sur la question de savoir si Facebook a pris les mesures appropriées en matière de protection de données avant l’attaque. Il faudra donc déterminer si la réussite de l’attaque n’est pas en partie due à un laxisme de la part de Facebook. Ceci sera l’un des premiers réels tests de l’application du RGPD. Mais, on peut déjà remarquer que les menaces d’amendes colossales qu’a instaurées le RGDP ont déjà réussi à modifier la manière dont les grandes entreprises gèrent les cas de violations. Le public et les autorités sont mis au courant dans des délais bien plus courts que ceux auxquels ces mêmes entreprises nous avaient habitués avant l’entrée en vigueur du RGPD.

Le but des réglementations ne devrait pas être de taxer les entreprises si violemment qu’elles frôleraient la banqueroute. C’est la substance des avis des internautes sur le sujet. Ils expliquent qu’il faudrait peut-être freiner un peu les amendes afin de ne pas asphyxier les entreprises, puisque l’objectif final du RGPD, c’est d’amener ces entreprises à modifier leur comportement vis-à-vis des utilisateurs.

Source : The Wall Street Journal

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Facebook surpris en train de bloquer les histoires d'AP et de Guardian sur sa violation massive de données, touchant 50 millions d'utilisateurs

Près de 50 millions de comptes Facebook affectés par une faille de sécurité considérée comme étant la plus importante de l'histoire du réseau social

Un hacker dit qu'il va supprimer en direct la page Facebook de Zuckerberg, dans une attaque prévue pour ce dimanche

Avez-vous donné à Facebook votre numéro de téléphone pour plus de sécurité et de confidentialité? Il l'a utilisé pour des annonces publicitaires

Google et Facebook s'engagent à suivre le code européen de bonnes pratiques contre la désinformation, Bruxelles attend de voir les résultats
Avatar de Matthieu76 Matthieu76 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 02/10/2018 à 10:52
Tu te fais pirater, tu payes une amende! Je comprends pas trop le principe....
Avatar de Sodium Sodium - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 02/10/2018 à 13:05
Tu te fais pirater, tu payes une amende! Je comprends pas trop le principe....
Je n'ai pas suivi l'affaire, mais si le piratage est dû à un manque de rigueur dans sécurité du système, il est logique de faire payer une amende si la faille a donné accès à des données personnelles.
Avatar de BabarG BabarG - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 02/10/2018 à 17:01
Votre article est fort intéressant et apporte des éléments pertinents sur la faille et ses conséquences.

Toutefois, je trouve dommage que vous gachiez votre message avec une formulation inadaptée et fausse:

C’est la substance des avis des internautes sur le sujet.
Votre argument est un appel à la popularité pour jusitifier un point de vu. Le point de vu "les amendes liées à la RGPD sont trop importantes" peut être défendu ou contredit. Toutefois l'appel à la popularité pour justifier l'argumentaire est fallacieux.
En plus d'être fallacieux cet argument vous fait passez à côté de toutes justifications et vous ne donnez aucun fait pour étailler cette théorie "amendes trop importantes".

J'espère qu'on aura l'occasion de lire vos prochains articles sans un argumentaire fallacieux en conclusion.
Avatar de GordonFreeman GordonFreeman - Membre averti https://www.developpez.com
le 02/10/2018 à 17:31
Simple remarque mais je pense que ce serait plutôt pas mal dans ce genre de cas que ce soit les personnes lésées qui profitent de cette amende.

Au final, les personnes affectées par ce problème voient leurs données dans la nature et n'ont aucune forme de compensation.

Raisonnement utopique je sais bien, mais il fait bon rêver des fois....
Avatar de Stan Adkens Stan Adkens - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 03/10/2018 à 9:38
Les pirates seraient en train de vendre des identifiants de connexion à Facebook sur le marché obscur du Web pour environ 3 $
Selon un rapport

Selon un rapport des nouvelles recherches de Money Guru, les données utilisateurs volées par les pirates lors de la dernière attaque contre Facebook seraient en train d’être vendues sur le « dark Web » à des prix dérisoires.

En effet, le mardi 25 septembre, les ingénieurs de Facebook ont remarqué des activités suspectes sur le réseau social qui se sont révélées comme étant une attaque par la suite. Jeudi, un correctif était déjà disponible. L’attaque qui a permis aux pirates de prendre le contrôle des comptes des utilisateurs a compromis près de 50 millions de comptes Facebook. Ces informations ont été rendues publiques le matin du vendredi dernier par le géant des réseaux sociaux, lui-même.

La violation de sécurité, considérée comme la plus importante de l’histoire de Facebook, a permis au pirates de voler des « jetons d’accès ». Ces « jetons d’accès » leur ont permis de prendre le contrôle total du compte de la victime, y compris de se connecter à des applications tierces utilisant le login de Facebook. Cette violation a été rendue possibles grâce à trois bogues dont les deux premiers ont été introduits par la fonctionnalité « View As », qui permet à un utilisateur de voir son profil comme les autres le voit et le troisième par un outil de téléchargement de vidéos introduit en juillet 2017.

Selon deux personnes familières avec l’enquête, les attaquants auraient pu accéder à des applications telles que Spotify, Instagram et des centaines d'autres applications permettant aux utilisateurs de se connecter à leurs systèmes via Facebook. Cette attaque dont le nombre de victimes pourrait atteindre 90 millions au lieu des 50 millions de comptes compromis annoncés par Facebook, n’a pas épargné les comptes du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg et celui de Sheryl Sandberg, la chef des opérations chez Facebook. Une quantité inestimable de données a certainement été extraite de ces dizaines de millions de comptes que les pirates ont eu le temps d’exploiter, même si Facebook n’avait pas encore la mesure de l’étendue de l’attaque, le vendredi dernier.


New York Post, a rapporté les résultats des recherches selon lesquelles des pirates seraient en train de vendre des identifiants de connexion à Facebook pour seulement 2,60 dollars sur le marché obscur du Web. Le rapport de l’étude de Money Guru est apparu quelques heures seulement après que la violation ait été rendue publique par Facebook. Selon New York Post, les recherches portaient sur la disponibilité des identifiants de connexion à la vente pour les 26 comptes en ligne les plus utilisés.

Selon le rapport, les identifiants de connexion à des boites électroniques font partie des données volées lors de l’attaque et seraient également mis en vente sur le dark Web et n’importe quel internaute disposant d’un navigateur et des adresses Web appropriés pourrait y accéder facilement.

New York Post rapporte même que les données financières ont été piratées et seraient en train d’être, également, bradées. Pour seulement 14 USD, des informations sur les cartes de crédit pourraient être obtenues par des fraudeurs et avec seulement 19,50 USD, des informations sur les cartes de débit seraient vendues.

Par ailleurs, les études ont révélé que, théoriquement, 972 dollars suffiraient pour obtenir l’intégralité de l’identité en ligne d’une personne, à savoir, des identifiants d’accès à des comptes d’achat en ligne, à des services de divertissement et à des profils de médias sociaux, a rapporté New York Post. Des informations personnelles telles que les adresses personnelles et les numéros de téléphone seraient comprises dans les données que les pirates ont volées et mises en vente.

Selon le rapport de Money Guru, « Bien que le montant volé à une victime de fraude au Royaume-Uni soit souvent relativement petit, 39 % des cas aboutissent à 326 dollars ou plus. » « Les données ONS (Office Nationale des Statistiques) du Royaume-Uni montrent également que, dans près de 25 % des cas, ce montant peut varier entre 653 et 52 200 dollars. », a-t-il ajouté.

Le rapport s’inquiète également pour les internautes : « Le fait que des fraudeurs puissent dépenser moins de 750 £ pour avoir la possibilité d'accéder à des dizaines de milliers de personnes est une pensée effrayante. »

L’attaque historique dont les conséquences ne sont qu’en leurs débuts, qui est arrivée à un moment où Facebook fait face à des critiques croissantes sur des questions telles que l’ingérence électorale étrangère aux États-Unis, les discours de haine et la confidentialité des données privées suite au scandale Cambridge Analytica, a suscité, dès le vendredi dernier, des réactions dans le milieu des législateurs américains.

« Il s’agit là d’un autre indicateur qui montre que le Congrès doit prendre des mesures pour protéger la vie privée et la sécurité des utilisateurs des médias sociaux », a déclaré dans un communiqué le sénateur démocrate Mark Warner. « Une enquête approfondie devrait être menée rapidement et rendue publique afin que nous puissions mieux comprendre ce qui s'est passé ».

Par ailleurs, du côté de l’Europe, une amende européenne dont le montant pourrait s’élever jusqu’à 1,63 milliard de dollars serait à l’étude et pourrait tomber dans les semaines à venir, vu la tournure que prend la situation.

Source : New York Post

Et vous ?

Que pensez-vous de l’ampleur de cette attaque ?
Avez-vous un compte Facebook ? Que comptez-vous faire après ce nouveau rebondissement dans la dernière attaque contre Facebook ?

Voir aussi

Avez-vous donné à Facebook votre numéro de téléphone pour plus de sécurité et de confidentialité? Il l'a utilisé pour des annonces publicitaires
Les données des utilisateurs continuent d'être piratées et mal utilisées, les consommateurs recherchent de meilleures alternatives
Facebook révèle avoir partagé les données de ses utilisateurs avec des dizaines d'entreprises, dans un nouveau rapport remis au Congrès US
Scandale Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg comparaît devant le Parlement européen, voici l'essentiel de l'audience
Cambridge Analytica s'offre à 18 000 potentiels acquéreurs et reçoit 4 offres, personne ne semble intéressé après le scandale Facebook
Contacter le responsable de la rubrique Accueil