Projet de loi des finances 2019 : le gouvernement accorde 15 postes supplémentaires à la CNIL
Pour mieux gérer son activité relative au RGPD

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Depuis le 25 mai 2018, le RGPD est entré en vigueur sur le territoire de l’Union européenne. Il s’agit d’un ensemble de directives qui visent à accroître la protection des personnes concernées par un traitement de leurs données à caractère personnel d’une part, et la responsabilisation des acteurs de ce traitement d’autre part. Entre la date d’adoption (14 avril 2014) et celle de mise en application, les entreprises ont eu quatre ans pour s’y préparer.

Pourtant, nombreuses sont celles qui n’ont pas encore réussi à s’y conformer. Certaines ont même choisi de bloquer leurs utilisateurs européens par peur des lourdes sanctions prévues dans le RGPD.

Le RGPD s’accompagne aussi d’une augmentation de la charge de travail de la Commission nationale de l’informatique et des libertés. « On a plus de 8 000 plaintes qui sont enregistrées tous les ans. Depuis le nouveau cadre juridique, nous avons une augmentation de nos plaintes de 56 % », révélait le 19 septembre Isabelle Falque-Pierrotin, la présidente de la CNIL.

C’est la raison pour laquelle, dans le projet de loi de finances 2019, le gouvernement a annoncé qu'il autorise la CNIL à créer 15 postes en plus, notamment pour faire face au règlement général sur la protection des données (RGPD) :

« Sensible aux enjeux relatifs aux données personnelles, le Gouvernement a, depuis 2015, sanctuarisé les effectifs de la CNIL malgré les efforts de maîtrise de la masse salariale de l’État. Cet effort se poursuit en 2019, avec un projet de loi de finances accordant à la CNIL 15 emplois supplémentaires et, ainsi, les moyens d’assumer ses nouvelles missions. La CNIL connaît une augmentation constante de son activité, illustrant une réelle prise de conscience collective des risques et des droits inhérents à la place sans cesse croissante du numérique dans la société. Par ailleurs, l’application en mai 2018 du règlement général sur la protection des données (RGPD) renforce le besoin d’un accompagnement complet et adapté de la CNIL à chaque secteur d’activité ».

Néanmoins, il convient de noter que le budget de la CNIL n’a pas connu une grande évolution, malgré le fait que l’État a pris conscience du fait que les nouvelles technologies occupent une place prépondérante dans tous les pans de la société.

En effet, depuis 2011, le budget oscille entre 15 et 17 millions d’euros, avec un pic observé en 2015 et 2016, années pendant lesquelles la CNIL a bénéficié d’un budget de plus de 18 millions d’euros.


Evolution du budget de la CNIL depuis l’an 2000

Dans son rapport annuel, nous pouvons constater que les effectifs de la CNIL ont été en légère hausse. La Commission a rapporté 198 emplois en 2018, contre 192 en 2015, 195 en 2016 et 198 en 2017.


Ces recrutements viendront donc épauler une CNIL en première ligne sur les enjeux du RGPD, que ce soit pour accompagner les entreprises, par exemple en mettant à disposition des outils pour évaluer sa conformité, gérer les tentatives d’escroquerie et réceptionner les nombreuses plaintes.

Source : projet de loi des finances 2019, CNIL (rapports annuels), budget de la CNIL

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Biométrie sur le lieu de travail : la CNIL lance une consultation publique sur le futur règlement type, dans l'environnement professionnel
La CNIL met en demeure les entreprises Teemo et Fidzup, car leurs applis de tracking publicitaire pistent illégalement les utilisateurs
RGPD : la Quadrature du Net et 12 000 internautes déposent des plaintes à la CNIL, pour attaquer les GAFAM en recours collectif
La CNIL a présenté son rapport d'activité sur l'année 2017, la Commission note une augmentation de 59 % de son audience
Compteur Linky : La CNIL juge que le consentement des clients n'est pas recueilli dans des conditions conformes


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Stan Adkens Stan Adkens - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 26/09/2018 à 6:06
La France enregistre une hausse de 64 % des plaintes relatives à la vie privée depuis le RGPD
Témoignant que les citoyens se sont appropriés le RGPD

Le CNIL, (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) constate une forte augmentation du nombre de plaintes des particuliers depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), faisant de 2018 une année record des plaintes. Ceci montre que le gouvernement français n’a pas eu tord en accordant 15 postes supplémentaires à l’institution engagée dans la protection des données personnelles et dans la préservation des libertés individuelles dans le monde numérique. Le RGPD s’accompagnant d’une augmentation de la charge de travail de la CNIL, Falque-Pierrotin, la présidente de l’institution évoquait déjà, le 19 septembre, « nous avons une augmentation de nos plaintes de 56 % ».

La CNIL, organisme indépendant français chargé de veiller à ce que la loi sur la confidentialité des données soit appliquée à la collecte, au stockage et à l'utilisation des données personnelles, a publié, le mardi dernier, son premier bilan quantitatif 4 mois après l’entrée en vigueur du RGPD qui a mis à jour les règles de protection des données régionales et introduit des sanctions beaucoup plus élevées en cas de violation de la vie privée.


Le bilan fait état d’un bond significatif du nombre des plaintes des particuliers. Selon la CNIL, « depuis le 25 mai dernier, la CNIL a reçu 3 767 plaintes contre 2 294 plaintes sur la même période en 2017, qui constituait déjà une année record. Cela représente une augmentation de 64 % ». Cette hausse, selon la CNIL, est le signe que les citoyens se sont fortement appropriés du RGDP. La CNIL met cet intérêt des citoyens pour le nouveau règlement à l’actif du coup de projecteur médiatique important récemment sur la protection des données : RGPD, Cambridge Analytica, etc.

La Quadrature du Net et l’association Noyb sont les deux organisations qui ont adressé des plaintes collectives à l’organisme. Les plaintes de la Quadrature du Net concernaient Google, Amazon, Facebook, LinkedIn et Apple tandis que celles de Noyb concernait Google. Par ailleurs, 200 plaintes transfrontalières soulevant des questions sur le consentement en général sont en traitement actuellement en coopération par les autorités de protection européennes, la France étant autorité concernée pour une majorité de ces plaintes.

Au niveau de l’Union, la coopération entre autorités de protection de données est bien engagée, rapporte le bilan factuel de la CNIL. Par exemple, « la plateforme informatique de coopération entre autorités de protection « IMI » est effective depuis le 25 mai ; », selon la CNIL. L’organisme soutient également qu’au-delà du cadre des instruments institutionnels mis en place, les autorités de protection européennes entretiennent de très nombreux échanges informels notamment entre les services des différents organismes qui leur permettent des gains de temps dans l’instruction des dossiers.

Il y a également une prise de conscience du côté des professionnels qui s’approprient progressivement la règlementation régionale. Ceci se traduit par la désignation d’un délégué de protection de données par 24 5 00 organismes, soit 13 000 délégués contre 5000 correspondants informatiques et libertés avant le RGPD. Egalement, plus de 600 notifications de violations de données ont été reçues, concernant environ 15 millions de personnes depuis l’entrée en vigueur du règlement. Les professionnels ont, également, effectué 3 millions de visites sur le site de la CNIL et téléchargé 150 000 fois le modèle de registre simplifié proposé par la CNIL depuis le 25 mai dernier.

Le cadre de travail des autorités européennes de protections de données continue de s’améliorer. La CNIL prépare, depuis septembre, une proposition qui permettra d’établir un cadre exigeant et protecteur concernant dans le cadre de la biométrie. 3 « référentiels » relatives à la gestion clients et prospects, les ressources humaines et les vigilances sanitaires seront proposés, également, par la CNIL.

Aussi, pour familiariser les populations et les collectivités locales avec les principes fondamentaux du RGPD, l’autorité française compte proposer un MOOC ainsi que des fiches pratiques.

La France n’est pas le seul pays de l’Union où le nombre de plaintes a augmenté depuis le 25 mai dernier. Le Royaume-Uni et l’Irlande ont déjà enregistré des hausses de plaintes dans le cadre de la protection de la vie privée.

Source : Premier Bilan de la CNIL

Et vous ?

Que pensez-vous de ce bilan de la CNIL ?
Pensez-vous que le RGDP est définitivement l’instrument qui va rendre la vie privée meilleure en Europe ?

Voir aussi

Facebook dévoile ses plans pour lutter contre les fausses actualités, l'entreprise assure de prendre le problème au sérieux
Ingérence électorale : Facebook et Twitter ont comparu devant le Congrès US, pour défendre les améliorations sécuritaires apportées à leurs services
La loi visant à lutter contre les fake news s'intéresse désormais à la manipulation des infos, la proposition a été rebaptisée et réécrite en partie
Internet des Objets et respect de la vie privée peuvent-ils aller de pair ? Eve Maler livre son analyse de la question
Droit à l'oubli : droit à la vie privée ou censure de la liberté d'expression, qu'en pensez-vous ?
Avatar de Coriolan Coriolan - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 26/11/2018 à 16:40
RGPD : la CNIL a enregistré une augmentation de 34 % des plaintes en 2018
Les Français sont-ils devenus plus sensibles à la protection des données ?

Depuis le 25 mai, le RGPD est entré en vigueur sur le territoire de l’Union européenne. Il s’agit d’un ensemble de directives qui visent à accroître la protection des personnes concernées par un traitement de leurs données à caractère personnel d’une part, et la responsabilisation des acteurs de ce traitement d’autre part. Entre la date d’adoption (14 avril 2014) et celle de mise en application (cette année), les entreprises ont eu quatre ans pour s’y préparer.


La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a publié en septembre un premier bilan faisant état des lieux. L’organisme indépendant public a déjà constaté une hausse significative des plaintes relatives à la vie privée. Cette hausse, selon la CNIL, est le signe que les citoyens se sont fortement appropriés du RGPD. La CNIL a mis cet intérêt des citoyens pour le nouveau règlement à l’actif du coup de projecteur médiatique important récemment sur la protection des données : RGPD, Cambridge Analytica, etc.

Six mois après l’entrée en vigueur du RGPD, la CNIL a publié à nouveau un rapport. On y apprend que l’organisme a reçu cette année 9700 plaintes, soit une hausse de 34 % de plus qu’en 2017 sur la même période. Sur ces plaintes, 6000 ont été reçues après le 25 mai. Cette hausse peut être expliquée par la sensibilité de plus en plus accrue des Français à la protection des données notamment après l’entrée en application du RGPD.

« On constate, dans le cadre de l’instruction de ces plaintes, qu’elles sont l’occasion, pour les organismes mis en cause, de repenser leur organisation notamment au regard de l’information des personnes et des modalités d’exercice des droits, comme le droit d’accès. En effet, les organismes reçoivent énormément de demandes de droit d’accès notamment, ce à quoi ils n’étaient manifestement pas assez préparés, » a écrit la CNIL dans un communiqué.

Du côté des professionnels, la CNIL a reçu 1000 notifications de violation de données, soit environ 7 par jour depuis le 25 mai. Un autre chiffre important, 32 000 organismes ont désigné un délégué à la protection des données (personnes physiques ou morales) ; ce qui représente 15 000 DPO contre 5 000 CIL (correspondants informatique et libertés) avant le RGPD. Le site de la CNIL a connu aussi une hausse importante de son trafic (7 millions de visites contre 4,4 millions en 2017), preuve une fois encore de l’intérêt porté à la nouvelle réglementation.

Afin d’accompagner les professionnels, la CNIL a informé avoir élaboré de nouveaux outils de régulation permis par le RGPD ou la loi modifiée. L’organisme prévoit aussi de lancer un MOOC et un plan d’accompagnement des collectivités locales en 2019, cette stratégie vise à assurer une diffusion plus large des principes RGPD.

Autres faits notables, la Quadrature du Net et l’association Noyb sont deux organisations qui ont adressé des plaintes collectives à la CNIL. Les plaintes de la Quadrature du Net ont concerné Google, Amazon, Facebook, LinkedIn et Apple tandis que celle de Noyb a visé Google. Privacy International, une ONG anglaise, a saisi la CNIL également concernant 7 entreprises procédant à de la collecte à grande échelle de données en ligne.

Au niveau de l’Union européenne, la CNIL a informé que les autorités de protection européennes traitent actuellement en coopération 345 plaintes transfrontalières, ce qui veut dire que la coopération entre les autorités de protection de données est bien engagée. La CNIL est concernée par 187 cas et autorité chef de file pour 15 cas. Ces plaintes soulèvent notamment des questions sur le consentement, a expliqué la CNIL.

Source : CNIL

Et vous ?

Que pensez-vous de ce bilan des six premeirs mois du RGPD ?
Pensez-vous que le RGPD est l’instrument qui va définitivement rendre la vie privée meilleure en Europe ?
Pensez-vous que les Français sont devenus plus sensibles à la protection des données ?

Voir aussi

France : dès 2019, les bureaux de tabac pourront vendre des « coupons » de bitcoin permettant de créditer des portefeuilles électroniques
Europe : Google veut jouer la carte de la transparence pour les publicités à caractère politique, pour protéger les élections de mai 2019
Facebook ne compte pas payer l'amende de 565 000 € que lui a infligé l'ICO pour le scandale Cambridge Analytica
RGPD : le réseau social allemand Knuddels.de condamné à payer une amende de 20 000 € pour avoir stocké des mots de passe en clair
Avatar de marsupial marsupial - Membre expert https://www.developpez.com
le 26/11/2018 à 20:02
L'objectif n'étant pas à mon avis de verbaliser, je pense que le bilan est positif. Plus qu'une prise de conscience des utilisateurs, je pense que le RGPD offre plus de latitudes aux organisations non-gouvernementales ou gouvernementales de porter plainte devant les instances nationales et/ou européennes afin de défendre les données à caractère privé.
Il n'empêche que la menace d'amende donne une recrudescence de visites sur le site de la CNIL et la nomination de DPO.

Donc pour ma part, le bilan à tirer de cette loi au bout de 6 mois est satisfaisant même s'il reste beaucoup à faire : sans donner de coups de baton, la grande partie des entreprises s'y plie.
Avatar de Coeur De Roses Coeur De Roses - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 26/11/2018 à 22:59
Logique que les français soit plus sensible avec toutes les affaires de transgressions envers les données sortie en 2018, particulèrement Facebook. Nous sommes des informaticiens avertis sur developpez. Mais le grand public pas forcément commence à le devenir aussi et commence à prendre ces précautions plus qu'avant. Ils ont compris qu'une partie des entreprises possèdant leur données ne les respectait pas du tout.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web