RGPD : la Quadrature du Net et 12 000 internautes déposent des plaintes à la CNIL
Pour attaquer les GAFAM en recours collectif

20PARTAGES

11  0 
En France, la Quadrature du Net, association française de défense des internautes, a profité de l’entrée en application du règlement européen, qui prévoit une d’action collective. L’association de défense des internautes a déposé ce lundi 28 mai des plaintes auprès de la CNIL contre Google (Gmail, YouTube, Search), Apple, Facebook, Amazon et LinkedIn (Microsoft), les accusant d’exploiter de manière illégale les données personnelles de leurs usagers.

« Voilà six semaines que nous avons lancé notre campagne pour vous inviter à rejoindre nos plaintes contre les GAFAM. Et ces six semaines ont suffi à réunir plus de 12 000 d'entre vous autour de ces plaintes collectives ! Pour comparer, en une année entière, celle de 2017, la CNIL a été saisie de 8 360 plaintes individuelles », a indiqué l’association.

Mais ce n’est pas la CNIL qui instruira ces dossiers. Son rôle consistera à dispatcher ces recours dans les États européens, en tenant compte de la localisation du quartier général pour l’Europe de chaque entreprise du web qui est attaqué.

En effet, la Quadrature rappelle que : « D'ici un mois au mieux, la CNIL devrait rendre une première décision pour répartir les différentes plaintes entre les autorités de plusieurs États européens. C'est désormais la règle avec le règlement général sur la protection des données (RGPD) : si une entreprise collecte des données sur plusieurs pays, les CNIL de tous ces pays doivent collaborer pour trouver une décision commune (ce qui évite le forum shopping, et pourrait donc être une assez bonne nouveauté si tout se passe bien). La CNIL d'un de ces États (celui où l'entreprise a le centre de ses activités dans l'Union européenne) est ainsi désignée « autorité chef de file » et est chargée de conduire l'instruction et d'animer cette coopération ».


Si l’association vise 12 services au total, elle a décidé de procéder par salves pour des raisons stratégiques et de ne cibler que 7 services pour le moment : trois de Google (Gmail, YouTube et Google Search), Facebook, Amazon, Apple et LinkedIn. La seconde salve va viser deux propriétés de Facebook (WhatsApp et Instagram), deux de Microsoft (Outlook et Skype) et une de Google (Android)

L’association explique que l’autorité irlandaise, qui va probablement réceptionner toutes les plaintes à l’exception de celle dirigée contre Amazon (qui ira au Luxembourg), « ayant déjà pas mal à faire avec les instructions en cours contre les nombreux GAFAM qu'elle surveille habituellement, il nous a semblé plus sage de ne pas immédiatement la submerger de toutes nos plaintes : mieux vaut obtenir de bonnes décisions ciblées et faire jurisprudence le plus rapidement possible ».

« Nous avons donc choisi d'ouvrir le feu en attaquant 7 des 12 services initialement visés, et d'attendre un peu de voir comment les choses évoluent avant de lancer la procédure contre les 5 services restants (Whatsapp, Instagram, Android, Outlook et Skype). La procédure de coopération entre les CNIL européennes prendra de bien nombreux mois : inutile de se précipiter dès le début », poursuit l’association.

Les plaintes, qui rassemblent les noms de près de 12 000 personnes, sont accessibles en ligne et la Quadrature insiste sur le fait qu’elles sont librement réutilisables par n'importe qui voulant s'en inspirer pour attaquer des GAFAM ou tant d'autres.

Source : La Quadrature du Net

Voir aussi :

Facebook met à jour sa politique d'utilisation et oblige ses utilisateurs EU à accepter le pistage, sous peine de ne plus utiliser sa plateforme
Facebook va demander à ses utilisateurs d'accepter que certaines de leurs activités soient pistées, par souci de rentabilité
Le RGPD sème la panique sur le web : certaines entreprises envoient des courriels inutiles ou illégaux, des sites bloquent les européens
UK : à l'approche du RGPD, l'Université de Greenwich condamnée à une amende de 120 000 £ pour avoir exposé les données de 20 000 personnes
Microsoft présente ses solutions de conformité au RGPD, afin d'aider les entreprises à réduire les risques en matière de conformité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 9:17
Personnellement, je trouve la méthode de Google et Facebook tout à fait logique.
En gros, vous voulez utiliser nos services ? OK, voici les conditions. Si vous ne les acceptez pas, ben, alors n'utilisez pas nos services.

C'est pas comme si Google,Facebook les empêchaient de se nourrir, de boire ou de respirer. C'est juste des services web, il en existe d'autres qui font la même chose. Il suffit de changer de crémerie.

C'est un peu comme si ces gens portaient plainte contre Renault (marque au hasard) parce qu'ils n'aiment pas le logo sur leur voiture ! Ben, fallait pas prendre une Renault, y d'autres marques de voitures !
Avatar de Bono_BX
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 9:45
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Personnellement, je trouve la méthode de Google et Facebook tout à fait logique.
En gros, vous voulez utiliser nos services ? OK, voici les conditions. Si vous ne les acceptez pas, ben, alors n'utilisez pas nos services.

C'est pas comme si Google,Facebook les empêchaient de se nourrir, de boire ou de respirer. C'est juste des services web, il en existe d'autres qui font la même chose. Il suffit de changer de crémerie.
Oui et non : il y a effectivement d'autres services équivalents (et même meilleurs), mais il y a la classique position dominante. Dans ma précédente mission (chez un gros du e-commerce), on a eu un problème avec Google Shopping, à cause de leurs API qui comportaient un bug. Réponse de Google : "Oui, on est au courant, mais si vous passez par un autre service vous perdez 50% de visibilité, donc débrouillez-vous."

Google et Facebook sont des espaces de visibilité que l'on ne peut pas éviter. Pour que ta solution soit viable, il faudrait d'abord que les consommateurs changent massivement leurs habitudes. Perso, c'est fait pour Google, vive QWant pour la recherche et Lilo pour le mail ; pour Facebook, je me retrouve dans le même cercle vicieux : il faudrait que la majorité de mes amis changent, et ils ne sont pas forcément faciles à bouger !
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 9:55
Citation Envoyé par Bono_BX Voir le message
Oui et non : il y a effectivement d'autres services équivalents (et même meilleurs), mais il y a la classique position dominante. Dans ma précédente mission (chez un gros du e-commerce), on a eu un problème avec Google Shopping, à cause de leurs API qui comportaient un bug. Réponse de Google : "Oui, on est au courant, mais si vous passez par un autre service vous perdez 50% de visibilité, donc débrouillez-vous."

Google et Facebook sont des espaces de visibilité que l'on ne peut pas éviter. Pour que ta solution soit viable, il faudrait d'abord que les consommateurs changent massivement leurs habitudes. Perso, c'est fait pour Google, vive QWant pour la recherche et Lilo pour le mail ; pour Facebook, je me retrouve dans le même cercle vicieux : il faudrait que la majorité de mes amis changent, et ils ne sont pas forcément faciles à bouger !
On n'est bien d'accord. C'est donc aux consommateurs de changer, pour faire changer. Le temps que la majorité se comportera comme des moutons, nous serons tous tondus !
Il y a trois choses qui comptent dans l'Histoire :
1 : Le Nombre
2 : Le Nombre
et 3 : Le Nombre


Donc, si une majorité veut que Google & consort modifient leurs règles, alors ils changeront. Mais, ce n'est pas gagné !
Avatar de kmedghaith
Membre averti https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 9:55
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Personnellement, je trouve la méthode de Google et Facebook tout à fait logique.
En gros, vous voulez utiliser nos services ? OK, voici les conditions. Si vous ne les acceptez pas, ben, alors n'utilisez pas nos services.

C'est pas comme si Google,Facebook les empêchaient de se nourrir, de boire ou de respirer. C'est juste des services web, il en existe d'autres qui font la même chose. Il suffit de changer de crémerie.
!
Justement, il n'y a pas que ca. A chaque fois que tu vas sur une page dans laquelle il y a un bouton "J'aime" de chez FB (ou autre), tes méta données (@ ip, taille écran, os, ...) sont collectées par FB et permettent de t'identifier en recoupant avec d'autres données, même si tu n'es pas connecté à FB en ce moment là. Et ca, ca pose vachement problème.
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 10:01
Et pourquoi, ça pose problème, puisque j'en suis conscient et consentant ?
C'est comme ceux qui fument. On leur dit que c'est mauvais pour leur santé, ils en sont conscients, ils prennent le risque. C'est s'ils viennent se plaindre qu'ils ont choppé un cancer à cause du tabac, qu'il y a un problème. Faut assumer ses choix. Dans le cas du tabac, l'autre problème c'est que ces personnes vont couter cher à la société, mais c'est un autre débat.
Avatar de Bono_BX
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 10:07
Citation Envoyé par kmedghaith Voir le message
Justement, il n'y a pas que ca. A chaque fois que tu vas sur une page dans laquelle il y a un bouton "J'aime" de chez FB (ou autre), tes méta données (@ ip, taille écran, os, ...) sont collectées par FB et permettent de t'identifier en recoupant avec d'autres données, même si tu n'es pas connecté à FB en ce moment là. Et ca, ca pose vachement problème.
Alors pour ça, il y a une extension Firefox qui bloque ce genre de cochonnerie. Et puis en plus ça permettra de dégager un autre malware made in Google : Chrome (ok, je suis un peu extrême).
Sinon, il y a des trucs genre Ghostery qui permettent de bloquer les trackers, il me semble (j'avoue que je ne suis pas sûr pour les boutons "J'aime".
Avatar de seikida
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 10:21
J'adore ca:
« Nul utilisateur ne peut se voir refuser l’accès à un service [...]
au motif qu’il n’a pas consenti [...] à un traitement de ses données
à caractère personnel [...] non nécessaire à la fourniture du service.
»
Source: article 8, §1 bis, de la version du règlement « ePrivacy »
adoptée le 23 octobre 2017)

En gros, la GAFA (Google, Facebook et compagnie) ne peuvent meme pas empecher l'inscriptions les gens qui refusent d'accepter leur conditions.
C'est du gros n'importe quoi !!!

Imaginons que vous aillez creer un site dont le bussiness model est la revente des donnees de ses membres. Il est normal que si un utilisateur souhaite utiliser le service, accepte par la meme occasion que ses donnees soient revendu.

A l'heure actuelle, il est de mauvaise fois de dire que l'on ne sait pas que Google, Facebook, Twitter utilisent et revendent leurs donnees personnelles de ses utilisateurs.
Leur bussiness model est ainsi fait ! Pourquoi les europeens cherchent ils a les em...der ?
Personne n'oblige les gens a utiliser Google Search, il y a Qwant par exemple.

Au lieu de faire cette loi a la c..n, ils devraient investir dans la publicite pour informer les gens. Une pub du genre "ATTENTION FACEBOOK, GOOGLE, ETC.. COLLECTENT VOS DONNEES POUR LES REVENDRE DONC NE LES UTILISER PAS"

Je crois vraiment qu'on est en face a de la mauvaise fois des europeens qui ne cherchent soient qu'a raller (car ils n'ont aucun autre but dans la vie les pauvres), soient a essayer d'avoir leur part du gateau sur les CA que tirent les geants.
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 10:25
Jon, on ne peut pas laisser les entreprises faire tout et n’importe quoi en se disant que les consommateurs feront le tri.
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 10:35
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Et pourquoi, ça pose problème, puisque j'en suis conscient et consentant ?
Pas forcément, Facebook collecte aussi les données des "non-users". Si tu vas sur une page qui contient un bouton j'aime, que tu sois connecté ou pas, utilisateur de facebook ou pas, facebook crée une empreinte numérique de ta connexion (ip, FAI, user-agent, adresse MAC, etc ...) et va gentiment ranger ta visite avec les autres.

Donc tu es fiché même sans être un utilisateur ni sans avoir accepté quoi que ce soit.

Pour ce qui est des utilisateurs consentants je suis plutôt d'accord avec toi, mais il faut reconnaitre que le problème de position dominante complexifie la question (aller sur un autre réseau social ok mais pour réseauter avec qui si tous mes contacts sont sur FB ?).
Avatar de kirby_blue
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 10:42
On n'est bien d'accord. C'est donc aux consommateurs de changer, pour faire changer. Le temps que la majorité se comportera comme des moutons, nous serons tous tondus !
Il y a trois choses qui comptent dans l'Histoire :
1 : Le Nombre
2 : Le Nombre
et 3 : Le Nombre

Donc, si une majorité veut que Google & consort modifient leurs règles, alors ils changeront. Mais, ce n'est pas gagné !
Merci de croire encore au père Noël

Actuellement, la majorité des gens ne perçoivent pas l'utilisation de leurs données personnelles comme un problème. Il faudrait donc les éduquer dans ce sens. Les priorités de chacun étant ce qu'elles sont, il faudra probablement attendre quelques générations et une fameuse série de scandales à la Cambridge Analytica avant que tout le monde réalise ce qui se passe. Ça laisse aux GAFAM largement le temps de voir venir.

On peut aussi espérer que nos gouvernements fassent quelque chose. Le RGPD est un pas dans la bonne direction. Mais au niveau de l'enseignement et de l'éducation, je ne vois pas grand chose de concluant.

Idem pour la mise en place et la promotion d'alternatives libres. Déjà celles-ci n'existent que partiellement: par exemple il y a Qwant, Duckduckgo ou Lilo pour la recherche et le webmail, mais rien pour la vidéo (allez me faire croire que dailymotion
est toujours pertinent). C'est encore pire pour les réseaux sociaux ou la discussion instantanée car ces derniers nécessitent qu'absolument tous les utilisateurs migrent vers l'alternative. En plus plausible, on pourrait toujours rêver à des protocoles ouverts permettant à un concurrent de s'interconnecter avec les applications existantes. Mais à nouveau, sans volonté politique, on n'ira nulle part.

Bref, même si les initiatives de la Quadrature et de noyb.eu paraissent opportunistes, elles me semblent être un bon coup de pied dans la fourmilière nécessaire à l'évolution des mentalités. Les GAFAM pensaient qu'un formulaire de consentement leur permettrait de s'en tirer à moindre frais ? Trop facile ! C'est à force de gouttes d'eau comme celles-là que le verre finira par déborder
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web