Android célèbre son dixième anniversaire ! L'OS de Google a su s'imposer au fil des ans
Pour tourner sur la plupart des smartphones dans le monde

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Le 23 septembre 2008 a marqué le lancement de la version 1.0 d’Android. Alors que l’iPhone avait déjà pointé le bout de son nez depuis quelques mois, Google tentait de réagir face aux impressionnantes innovations d’Apple. Autant dire qu’en s’associant avec HTC, la société de Mountain View ne prenait pas la route de la facilité. Aussi, la première version commerciale d'Android a été lancée sur le HTC Dream avec les caractéristiques suivantes :
  • Téléchargement et mises à jour des applications via Android Market
  • Navigateur supportant les sites web en HTML et XHTML
  • Support de l’appareil photo
  • Support des dossiers d’applications
  • Accès aux serveurs e-mail POP3, IMAP4 et SMTP
  • Synchronisation de Gmail, Contacts et Google Agenda avec leurs applications dédiées
  • Google Maps avec Latitude et Street View pour utiliser le service de cartographie de Google, de recherche d’adresses et pour utiliser son téléphone comme un GPS
  • Synchronisation des contacts, mails et agenda
  • Recherche sur internet avec le moteur de recherche Google
  • Service de messagerie instantanée avec Google Talk
  • Envoi de SMS et de MMS
  • Lecteur multimédia pour lire ses fichiers audio et vidéo
  • Notifications dans la barre de statut, possibilité de personnaliser les sonneries, le vibreur et la LED
  • Synthèse vocale pour chercher un numéro
  • Possibilité de personnaliser le fond d’écran
  • Application YouTube
  • Autres applications incluses : alarme, calculatrice, menu d’appel, écran d’accueil, galerie photo et menu paramètres
  • Support du Wi-Fi et du Bluetooth

Le système d’exploitation mobile a été développé par Google et l’Open Handset Alliance. Android a connu plusieurs mises à jour depuis sa première version. Elles servent généralement à corriger des bogues, à améliorer l'aspect graphique ou encore à ajouter de nouvelles fonctionnalités. Dans l’ensemble, chaque version est développée sous un nom de code basé sur des desserts. Ces noms de codes suivent une logique alphabétique.


Lorsque Google a proposé son nouveau système d’exploitation, il était plein de promesses, mais il était le petit nouveau sur le marché. Il faut garder à l’esprit qu’à l’époque, Google cherchant à diversifier ses activités a lancé de nombreux projets dont plusieurs ont été fermés par la suite. Android Market, le précurseur de Google Play, ne proposait qu’une poignée d’applications. Le terminal évoluant sous la version 1.1 d’Android qui n’offrait ni de lecteur vidéo natif, ni de clavier virtuel. Il aura fallu Android 1.5 Cupcake pour que ce dernier arrive sur l’OS mobile de Google.

Le dixième anniversaire de son système d’exploitation coïncide avec la sortie d’Android 9 Pie.

Aujourd’hui, Android est l’OS de quasiment tous les smartphones qui ne proviennent pas d’Apple. Il était installé sur plus de 2 milliards de terminaux actifs à partir de 2017. Selon le baromètre StatCounter, en août 2018, Android s'est accaparé de 76,82 % des parts de marché, contre 20,45 % pour iOS.


Histoire d'Android

Android 1.6 Donut : avec un champ de recherche rapide, Donut met à la portée de tous des informations du monde entier. Mais Donut pose également les base pour adapter Android à toutes les formes et les tailles d'écran tandis qu'Android Market arrive à maturité.


Android 2.1 Eclair : avec Eclair viennent des fonds d'écrans animés réactifs au touché. Cette version apporte également Google Maps Navigation, un système de navigation qui propose des itinéraires détaillées de navigation s'appuyant sur les données Google Maps avec de nombreuses autres fonctionnalités comme une vue 3D, un guidage vocal et des informations sur la circulation. C'est également ici qu'arrive le précurseur de Ok Google : la reconnaissance vocale classique.

Android 2.2 Froyo : Froyo élargit les capacités des commandes vocales en permettant par exemple de faire des recherches. Froyo intègre le partage de connexion pour transformer votre téléphone en point d'accès Wi-Fi

Android 2.3 Gingerbread : l'expérience Android est plus simple et plus rapide, aussi bien pour les utilisateurs que pour les développeurs. Les jeux atteignent de nouveaux sommets, l'utilisation de la batterie est prolongée, une nouvelle catégorie d'applications émerge grâce à la compatibilité des technologies NFC.

Android 3.0 Honeycomb : avec Honeycomb, les utilisateurs peuvent dire au revoir à la nécessité d'avoir des boutons physiques d'accueil, de retour et de menu ; une nouvelle barre système propose des commandes de navigation sur l'écran des appareils Android.


Android 4.0 Ice cream sandwich : cette version place la barre encore plus haut en matière de personnalisation et offre aux utilisateurs davantage de contrôle. Par exemple, vous pouvez adapter l'écran d'accueil, définir la quantité de données consommée et partager instantanément du contenu quand vous le souhaitez. C'est avec cette version que les Widgets (qui intègrent un contenu d'application publiée directement sur l'écran d'accueil), les dossiers d'applications et la barre de favoris font leur apparition.

Android 4.1 Jelly Bean : cette version inaugure l'ère de l'assistance mobile personnalisée avec Google Now. Les notifications sont plus interactives et plusieurs comptes utilisateurs peuvent être configurés sur le même appareil.


Android 4.4 KitKat : Android vous permet de réaliser encore plus d'actions avec l'aide de la commande vocale. Par exemple, il suffit de prononcer le mot clé "Ok Google" pour lancer une recherche vocale, envoyer un SMS, obtenir un itinéraire ou même écouter de la musique

Android 5.0 Lollipop : cette version inaugure le Material Design, une nouvelle interface. Lollipop étant compatible avec de nombreux appareils, vous pouvez passer de votre smartphone à votre montre Android Wear puis à votre téléviseur Android TV et reprendre les activités où vous vous êtes arrêtés, qu'il s'agisse d'écouter de la musique, de parcourir des photos ou d'autres applications. Même vos recherches sont synchronisées.

Android 6.0 Marshmallow : cette version s'accompagne de Google On Tap, qui vous permet d'obtenir de l'aide sans quitter l'application ou le site Web dont vous vous servez. Il vous suffit d'appuyer de manière prolongée sur le bouton Accueil. Vous pouvez également spécifier les données que vous souhaitez partager avec des applications sur votre appareil. Il vous est possible de désactiver ces autorisations selon votre besoin.

La rançon de la gloire : les attaques en justice

Un succès qui lui a valu d'être attaqué en justice par Oracle en 2010. Pour rappel, après avoir racheté Sun Microsystems et hérité de Java en 2010, Oracle a poursuivi Google en justice estimant que le géant de Mountain View a violé des brevets et droits d’auteur relatifs à Java. Après un premier procès et beaucoup de rebondissements dans l’affaire, en mai 2016, un tribunal a jugé que la copie des API Java dans Android relevait bien du « fair use », et n’était donc pas illégale. Oracle a toutefois promis de faire appel pour faire annuler la décision rendue par le juge William Alsup de la Cour de district pour la Californie du Nord.

En octobre 2016, Oracle a donc saisi la Cour d’appel des États-Unis pour le circuit fédéral, une instance supérieure, dans une nouvelle tentative de gagner la cause, et la firme de Redwood City est sur la bonne voie. « L'usage des API Java par Google n'a pas été équitable », a statué la Cour, qui estime que Google les a utilisés dans un but commercial.

« Tout d'abord, le fait qu'Android soit gratuit ne rend pas non commerciale l'utilisation des API Java par Google. Donner aux clients gratuitement quelque chose qu'ils devraient normalement acheter peut constituer un usage commercial », peut-on lire dans le document de justice. La Cour d'appel ajoute que « le fait que Google puisse également avoir des motifs non commerciaux n'est pas pertinent en droit ». Elle estime ensuite que « si Google affirme que ses revenus proviennent de la publicité, pas d'Android, la commercialisation ne dépend de la façon dont Google gagne son argent. En effet, un avantage économique direct n'est pas requis pour démontrer une utilisation commerciale. » Et la preuve d’une utilisation commerciale, selon la Cour, pèse contre une utilisation qui relève du fair use.

La bataille entre Google et Oracle sur les API Java n'est pas encore achevée.

Source : Android

Et vous ?

Avez-vous déjà développé une application Android ? Pour quel(s) appareil(s) cible ?
La grande diversité de l'écosystème Android, notamment au niveau des versions qui existent, est-elle un frein ou un atout dans vos développements ?

Voir aussi :

Google publie la Preview finale de Flutter, son SDK mobile Android et iOS, la dernière étape majeure avant la publication de la version stable 1.0
La bêta de Chrome 70 est disponible et apporte le support du capteur d'empreintes sur Android et Mac pour les applications Web
Le mode à économie d'énergie de certains mobiles sous Android 9 Pie s'est activé automatiquement, suite à des tests internes de Google
Fortnite atteint les 15 millions de téléchargement sur Android sans être présent sur Play Store, peut-on se passer de la vitrine de Google ?
Google Wear OS reçoit une mise à jour massive et ressemble plus à Android, permettant aux utilisateurs de tirer le meilleur parti de leur temps


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de seedbarrett seedbarrett - Membre actif https://www.developpez.com
le 24/09/2018 à 15:41
Je me souviens également qu'ils mettaient beaucoup en avant le fait de pouvoir avoir accès à du contenu pour adulte, par rapport à l'apple store qui le permettait pas. Maintenant qu'ils sont là ils en veulent plus, c'est étonnant tout de même
Avatar de sebastiano sebastiano - Membre actif https://www.developpez.com
le 24/09/2018 à 16:13
Citation Envoyé par seedbarrett Voir le message
Je me souviens également qu'ils mettaient beaucoup en avant le fait de pouvoir avoir accès à du contenu pour adulte, par rapport à l'apple store qui le permettait pas. Maintenant qu'ils sont là ils en veulent plus, c'est étonnant tout de même
Je me souviens surtout d'un OS buggué à ses débuts, lent et au clavier virtuel peu réactif. Heureusement, ça a bien changé depuis. Les premières versions d'Android c'était vraiment une chienlit à utiliser.
Avatar de ShigruM ShigruM - Inactif https://www.developpez.com
le 24/09/2018 à 21:50
ce n'est que mon avis mais android m'a toujours donné un sentiment d'os pas fini/très mal codé.
j'étais avant sous windows mobiler 6.5, j'ai connu android 4.4, 6, 8.1 et aujourd'hui je suis android 9 (lineage os 16)

mais n’empêche étant habitué a utiliser des os desktop et aimant pas mal bidouiller je trouve quand même l'univers android très mal foutue.

déja pour rooter (avoir les droits administrateur) c'est très compliqué comme manipulation la ou sous des os comme ubuntu ou windows c'est très simple (windows mobiler 6.5 j'étais admin par défaut)
ensuite j'ai pas mal galérer pour virer les saloperies google intégré dans l'os (google pay par exemple il est bien caché celui la)
enfin la gestion des taches que je trouve inadapté à mon utilisation (applications qui se mettent "en veille" quand j'en ouvre une autre), meme si c'est pour économiser la batterie

bref comme je l'ai dis je suis habitué a un os desktop, sous windows mobiler 6.5 j'étais pas dérouter les applications fonctionnait comme n'importe quel application win32, j'avais un menu démarrer un stylet avec une émulation de souris au besoin...
android c'est pas mal d'habitude qui change et je ne n'aime pas forcément

j’espère qu'a terme android vas de desktopiser beaucoup plus, comme par exemple avoir une barre des taches et lancer des apps dans des fenêtres avec une du multitâche réel sans artifice et un bouton dans les paramètres de dev pour passer en root facilement.
et enfin j'attends des architecture arm une procédure de boot standardisé comme un bios/uefi par exemple... pour me débarrasser d'android à la première occasion et mettre un vrai linux desktop dessus comme j'aime.

maintenant je suis pas de mauvaise foi, j'ai conscience que ces limitation rende service à la plupart des utilisateurs comme pour économiser la batterie ou pour assurer leurs sécurité, mais voila il serait bien aussi de répondre aux besoins des power users.

typiquement android devrait pouvoir s'utiliser en mode pc portable/fixe, hors en 10ans toujours rien et c'est dommage je trouve surtout avec des smartphones aussi puissants voir plus que des cpu intels entré de gamme (celeron/pentium)
utiliser android avec un clavier et une souris en 2018 c'est juste une débilité sans nom temps l'ihm et les apps sont absolument pas conçue pour cela.

cela fait des années que j'attends que MS sorte un smartphone x86 sous windows ou bien un smartphone abordable et utilisable à la raspberry avec un vrai os dessus mais je pense que je peut toujours courir.

A quand la réel convergence des smartphones pc ? pour moi cela qui réussira sera le prochain roi du pétrole et les autres concurrents se ferons écraser.
Et non les solutions de machine virtuel de samsung ce n'est pas une solution c'est même un aveux d'échec d'android en mode pc

sinon android manque aussi pas mal d'applications de sécurité comme un pare feu par exemple, heureusement j'ai pu en installer 1 en étant root, avec aussi un adblocker tant qu'a faire.
avoir un pare feu natif paramétrable me semble pour moi cependant une évidence... comme pouvoir désinstaller n'importe quels applications préinstaller et composants systeme et avoir un gestionnaire de fichier pouvant aller dans les dossier de l'os comme /boot, /bin...etc.
Avatar de Volgaan Volgaan - Membre averti https://www.developpez.com
le 25/09/2018 à 9:31
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
enfin la gestion des taches que je trouve inadapté à mon utilisation (applications qui se mettent "en veille" quand j'en ouvre une autre), meme si c'est pour économiser la batterie
As-tu un exemple concret d'une situation où cela est gênant ? En principe, l'application se met simplement en pause pour reprendre aussitôt qu'elle a à nouveau le "focus". Si des traitements doivent être faits en arrière-plan, des mécanismes existent pour cela (charge au développeur de faire le nécessaire).

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil