Mark Zuckerberg remet en cause le bien-fondé du chiffrement des communications
Qui, selon lui, entrave la lutte contre la désinformation et la haine

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
Mark Zuckerberg a récemment publié sur son réseau social Facebook un billet dans lequel il semble remettre en cause le bien-fondé de l’usage du chiffrement pour les besoins relatifs à la protection de la vie privée et à la confidentialité des échanges sur les plateformes comme Facebook ou WhatsApp. Cette « pratique protectionniste ciblant avant tout l’intérêt du consommateur » serait, d’après le DG de Facebook, difficilement compatible avec la lutte contre la désinformation et la haine sur Internet.

« Donner la parole aux gens est au cœur de notre mission. Mais nous avons aussi la responsabilité d’assurer la sécurité des gens. Le chiffrement accroit la protection de la vie privée et la sécurité des personnes, mais rend plus difficile la lutte contre la désinformation et la haine à grande échelle », a expliqué le PDG de Facebook dans sa publication.

Le chiffrement de bout en bout est disponible par défaut sur la plateforme WhatsApp depuis 2016. Cette technologie a par la suite été implémentée sur Facebook Messenger, même si dans ce cas, elle doit être activée manuellement par l’utilisateur. Lorsqu’elle est active, elle garantit la confidentialité des échanges, de sorte que seuls les participants d’une discussion ont accès aux contenus échangés.

Les jours sont-ils comptés pour la confidentialité des communications sur Facebook et WhatsApp ?

À ce stade, les réelles intentions de Mark Zuckerberg demeurent encore floues, car ce dernier n’a pas vraiment précisé sa pensée dans son discours. Ainsi, lorsqu’il déclare par exemple que « bon nombre des décisions les plus difficiles auxquelles nous sommes confrontés impliquent des compromis difficiles entre des principes auxquels nous tenons profondément », rien ne permet de déterminer la nature des valeurs et des compromis auxquels il fait allusion.

Jusqu’à présent, les attaques de front contre l’usage du chiffrement pour préserver le secret absolu des communications sur Internet se faisaient surtout au nom de la lutte antiterroriste, comme en témoignent les interventions régulières des responsables du FBI et des Five Eyes. C’est probablement la première fois que la lutte contre désinformation et la haine sur Internet est citée comme argument pouvant justifier une réflexion sur le bien-fondé de l’usage du chiffrement par le grand public.

Autre sujet à débat évoqué par le DG de Facebook : « le fait d’exiger la vérification des publicités et des pages rend l’ingérence électorale plus difficile, mais il crée aussi des obstacles pour les dissidents et les petits groupes moins bien financés qui participent à ces débats ». Là encore, Mark Zuckerberg se demande quelle serait l’attitude adéquate à adopter.

Rien ne dit que le chiffrement sur Facebook et WhatsApp sera, au final, une victime collatérale des orientations actuelles et futures de la réflexion de Mark Zuckerberg. Mais les années à venir seront à suivre avec attention.

Source : Facebook

Et vous ?

Que pensez-vous des propos de Zuckerberg ?
D’une manière générale, quelle est votre point de vue sur le chiffrement ?
Le chiffrement aurait-il contribué à faire de plateforme telles que Whatsapp ou Messenger des terreaux fertiles pour la diffusion de rumeurs et la désinformation, selon vous ?

Voir aussi

Facebook annonce une série de modifications importantes dans l'utilisation de ses API dans l'optique d'améliorer la confidentialité sur sa plateforme
Facebook vous espionne-t-il vraiment ? En tout cas pas grâce à votre microphone d'après des déclarations de l'entreprise

Facebook décide de mettre à jour sa politique de confidentialité en prélude à la mise en place du GDPR en Europe, d'après un communiqué

Zuckerberg auditionné par des commissions du Congrès US sauront-ils rester impartiaux sachant qu’ils ont reçu des dons de Facebook ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de FatAgnus FatAgnus - Membre actif https://www.developpez.com
le 11/09/2018 à 10:38
Mark Zuckerberg a fait une petite erreur dans son discours, il fallait lire :

Le chiffrement accroît la protection de la vie privée et la sécurité des personnes, mais la vie privée est le business model de Facebook, ce qui rend plus difficile pour Facebook le vol massif d'informations de nos utilisateurs, donc la croissance des bénéfices de Facebook.
Avatar de Vyrob Vyrob - Membre régulier https://www.developpez.com
le 11/09/2018 à 10:41
Le chiffrement accroit la protection de la vie privée et la sécurité des personnes, mais rend plus difficile la lutte contre la désinformation et la haine à grande échelle
Je vois absolument pas le rapport.
Avatar de Mrsky Mrsky - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 11/09/2018 à 10:48
Je sais que c'est pas constructif et je m'en excuse, cependant je n'ai pas d'autres mots que "LOL".
Avatar de Itachiaurion Itachiaurion - Membre habitué https://www.developpez.com
le 11/09/2018 à 12:27
Citation Envoyé par Vyrob Voir le message
Je vois absolument pas le rapport.
Le rapport c'est qu'a leur échelle, l'équivalent du terme terroriste c'est "haine" et "désinformation" on est a la limite des mots fourre tout pour dénoncé ce qui ne leur plais pas en l'occurence la vie privée des gens qui est depuis longtemps leur gagne pain.

Faut le comprendre aussi, FaceBook est en difficulté depuis un moment donc faut relancer la machine a fric en accédant a plus de de données a vendre et donc plus de devises engrangée.

Pour résumé un énième discours imbécile contre le chiffrement baser sur des arguments fallacieux tel que "ça protège le terroriste/désinformateur/commentaire haineux" alors que dans le fond ça protège surtout tout le monde et ceux qui n'ont pas les moyens ou les compétences de s'organisé un semblant de vie privé.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil