Facebook vous espionne-t-il vraiment ? En tout cas pas grâce à votre microphone
D'après des déclarations de l'entreprise

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Le Wall Street Journal a récemment publié un article expliquant comment Facebook choisit quelles publicités ciblées diffuser aux utilisateurs, et ce sans les espionner à travers le micro de votre téléphone.

L'article publié dans le Wall Street Journal s'intitule « Facebook vous espionne vraiment, mais pas par le micro de votre téléphone ». L'article décrit un phénomène que beaucoup de gens ont prétendu éprouver, notamment parler d'un produit ou d'une destination à un ami, et peu de temps après recevoir des annonces pour le produit ou des vols bon marché à la destination dont ils ont discuté.

Rappelons qu’en 2014, Facebook a annoncé une fonctionnalité qui pouvait se servir du microphone de votre machine pour identifier les chansons que vous écoutez ou les émissions télévisées que vous regardez. Pour ce faire, il suffit d’appuyer sur « Statut » dans son fil d’actualité ou sur « Publier un message » dans son journal, de lancer le microphone de son dispositif et d’attendre qu’une correspondance soit trouvée.

Ceci a conduit beaucoup de personnes à croire que Facebook accède aux microphones du téléphone des utilisateurs pour écouter les conversations afin de déterminer quelles publicités leur montrer. Nous pouvons citer entre autres Kelly Burns, une professeure dans une université de South Florida qui a déclaré en mai 2016 que « je ne pense pas que les gens réalisent à quel point Facebook piste ce que nous faisons en ligne. Tout ce que vous faites sur votre téléphone, Facebook le surveille. »

« Les gens sont accros à Facebook ainsi qu’à leur téléphone », a-t-elle déclaré. « Notre attention ne dure pas plus que deux secondes. Les gens sont toujours en train de fouiller dans leur téléphone pour voir ce qui se passe. Chaque fois que vous vous servez d’un téléphone, toutes les informations que vous mettez dans votre téléphone ou regardez sur votre téléphone sont accessibles par Facebook » a-t-elle continué.

Toutefois, l’entreprise avait précisé que « Facebook ne se sert pas des données audio tirées du microphone pour informer les annonceurs ou faire remonter des histoires sur le fil d’actualité d’une quelconque façon ». Et de rappeler que « les entreprises sont en mesure de distribuer des publicités pertinentes en fonction des intérêts des utilisateurs, des informations démographiques, mais certainement pas via une collecte de données audio. »

Cette fois-ci, l’entreprise affirme ne pas posséder les ressources pour analyser les flux audio de milliards d'utilisateurs.

Antonio Garcia Martinez, ancien directeur des produits de ciblage publicitaire sur Facebook, a déclaré au Wall Street Journal que cette analyse des données « aurait même épuisé les ressources de la NSA ». L'ancien directeur des opérations de Facebook, Sandy Parakilas, est allé dans le même sens que Martinez qui a avancé que Facebook « aurait besoin de comprendre le contexte de ce que vous dites – pas seulement écouter les mots ».

Il semble donc que Facebook n'écoute pas les utilisateurs via leurs microphones. Cela ne veut pas dire qu’ils sont particulièrement opposés à cette idée, mais cela souligne simplement une perte de temps et de ressources pour l'entreprise. Sans parler du fait qu'ils ont déjà d'autres moyens de savoir exactement ce qu'il faut faire de la publicité pour leurs utilisateurs.


L'auteur de l'article de WSJ, Joanna Stern, a inclus l'exemple de Facebook affichant des publicités pour Sudafed au moment où elle a demandé à son mari d'en acheter pour elle, car elle souffrait d'un rhume. Stern a pensé que Facebook avait écouté sa conversation avec son mari afin de suggérer une publicité pour le médicament, mais après enquête, Stern a découvert que la société de médias sociaux avait utilisé une autre forme de suivi pour déterminer quelles publicités devraient être affichées. En effet, Stern s’était déjà rendue dans un magasin pour y acheter des articles et elle a enregistré son numéro de téléphone afin d'obtenir des points de fidélité. Une fois qu'elle l'a fait, les informations sur ses achats ont été collectées par un collecteur de données tiers.

Johnson & Johnson, qui produit Sudafed, a ensuite payé ce collecteur de données pour obtenir des informations sur les achats de Stern. Cela inclut les détails de sa carte de fidélité tels que son nom, son numéro de téléphone, son adresse e-mail, etc., ce qui signifie que la carte de fidélité de Stern pourrait facilement être liée à son profil Facebook. Sur la base de ces informations, et d'autres informations obtenues auprès de ceux qui ont acheté des produits similaires à Stern, Johnson & Johnson a choisi de cibler ses publicités Facebook sur des adultes de 25 à 54 ans ayant acheté Sudafed ou une marque concurrente.


Grâce à son application et si certains paramètres sont activés, Facebook a également accès à vos informations de localisation puisque l’application lui permet d’avoir une idée générale du mouvement des utilisateurs et des habitudes d'achat. Si un utilisateur passe beaucoup de temps dans un magasin spécifique, il se peut qu'il voie plus d'annonces sur Facebook lui rappelant d'y faire ses achats. Sur iPhone, pour désactiver ce paramètre, il suffit d'aller dans Paramètres> Paramètres du compte> Emplacement et désactiver le suivi de l'emplacement et l'historique des positions. Cela devrait empêcher Facebook de suivre numériquement chacun de vos mouvements.

Facebook surveille également les applications sur lesquelles vous passez le plus de temps afin de déterminer quelles annonces proposer. Il s'agit d'une autre solution facile pour les utilisateurs iOS qui doivent simplement accéder à Paramètres> Confidentialité> Publicité> et activer Limiter le suivi des annonces. Les utilisateurs d'Android peuvent accéder à Paramètres> Google> Annonces> Désactiver la personnalisation des annonces.

Le porte-parole de Facebook, Joe Osborne, a commenté le suivi des informations de l'entreprise en disant : « Lorsque le ciblage publicitaire est bien utilisé, il améliore la publicité. C'est la raison pour laquelle nous développons nos outils de ciblage de manière à ne pas partager les informations personnelles des utilisateurs avec les annonceurs et à contrôler les annonces qu'ils voient. »

Source : WSJ

Et vous ?

Cela vous surprend-il ?
Que pensez-vous de cette stratégie de Facebook visant à diversifier ses outils de profilage ?

Voir aussi :

Facebook réfute les accusations de collecte secrète des données audio des utilisateurs par son application pour diffuser des publicités ciblées
Facebook incarnerait-il le Big Brother dont George Orwell parlait dans son roman 1984 ? Quelques éléments de réponse


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Neckara Neckara - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 09/03/2018 à 15:54
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
L'article publié dans le Wall Street Journal s'intitule « Facebook vous espionne vraiment, mais pas par le micro de votre téléphone ».
Ah, bah s'ils ne se servent pas du micro pour nous espionner, c'est bon alors.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Toutefois, l’entreprise avait précisé que « Facebook ne se sert pas des données audio tirées du microphone pour informer les annonceurs ou faire remonter des histoires sur le fil d’actualité d’une quelconque façon ». Et de rappeler que « les entreprises sont en mesure de distribuer des publicités pertinentes en fonction des intérêts des utilisateurs, des informations démographiques, mais certainement pas via une collecte de données audio ».
On ne peut malheureusement que leur faire confiance/croire sur parole à ce niveau là... et personnellement, je ne leur fait pas trop confiance.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Cette fois-ci, l’entreprise affirme ne pas posséder les ressources pour analyser les flux audios de milliards d'utilisateurs.
Tout s'explique, c'est pas qu'ils ne veulent pas et qu'ils ont une éthique, c'est juste qu'ils n'ont actuellement pas encore suffisamment de ressources pour le faire, on est sauvé.

Sans aller jusqu'à analyser... peuvent-ils déjà les stocker, en vue d'une analyse future/ciblée ?
Avatar de informatiz67000 informatiz67000 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 09/03/2018 à 16:32
Il faut être naïf pour imaginer que Facebook ne nous espionne pas. Ils ne font que ça, récoltent des informations sans limitent et les revendent aux plus offrants.

Après, j'utilise Facebook, il n'y a pas de problème, mais certaines personnes me font parfois rire quand on entend ce qui se dit à droite à gauche concernant la sécurité des informations sur Facebook
Avatar de transgohan transgohan - Expert éminent https://www.developpez.com
le 09/03/2018 à 16:57
Envoyez moi vos codes bancaire par email ou courrier afin qu'ils soient au chaud.
Mais ne vous inquiétez pas, je vous assure, je vous jure, que jamais je ne les utiliserai.
Avatar de informatiz67000 informatiz67000 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 09/03/2018 à 17:01
C'est vraiment ça ! C'est comme avec le VPN Onavo Protect

Les gens se plaignent qu'ils les espionnent alors que les gens sont sur Facebook et se font espionner au quotidien.

C'est fou quand même la naïveté parfois ...
Avatar de weed weed - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 11/03/2018 à 15:31
Je ne suis pas sur que les gros utilisateurs de facebook se plaignent. Ils se moquent complètement qu'on les épionnent. Ils se disent de toute facon, je vais me faire espionner tot ou tard et puis de toute facon, on me propose un service gratos, c'est normal que l'on récupère des infos sur moi.

Pour limiter, la récolte des données, il faut utiliser la version web. Facebook a beaucoup moins la main sur notre téléphone.

Après Google n'est pas beaucoup mieux, voir pire si l'on est connecté aux Play Store.
Avatar de Neckara Neckara - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 11/03/2018 à 15:41
Sans être connecté sur Facebook, avec tous les boutons de "like", "partagez", "connectez-vous via Facebook", ils peuvent nous suivre à la trace sur Internet.
Avatar de weed weed - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 11/03/2018 à 15:47
Il y a uBlcok Origin, Ghostery comme extention/addons sous Firefox sinon je ne l'ai pas fait, il y a le fichier host pour rajouter des listes toutes faites.

EDIT : sur mon téléphone, j'utiise également ce type d'extension sous Firefox for Android
Avatar de loupblanx loupblanx - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 13/03/2018 à 17:29
Pour en avoir été le témoin direct, il y a vraiment des coïncidences douteuses. Discuter de l'actualité ou d'un problème personnelle qu'on ne partage qu'avec sa compagne, dans une voiture, et voir une publicité en lien s'afficher quelques minutes après sur son mur, je ne vois pas comment ils seraient assez bons pour faire un croisement de donnée d'une carte de fidélité, ou d'une localisation, quand l'origine de la discussion provient de la radio. Mais bon c'est ma parole contre la leur...
Avatar de Neckara Neckara - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 13/03/2018 à 17:46
Vous seriez étonné tout ce qu'on peut déduire avec quelques données.

Par exemple, il est possible de déterminer si une femme est enceinte à partir de sa liste de course. De même qu'il est possible de savoir qui est infidèle, malade, manifestant, à partir de positions de voitures.

En allant plus loin, il est possible d'établir des profils, des corrélations, et d'avoir des résultats statistiques : e.g. 30% des personnes ayant achetée une corde ont aussi acheté un tabouret. De là, on peut en déduire beaucoup de chose.

Par exemple avec la tranche d'âge, la localisation, les achats, on peut en déterminer la situation économique du ménage, et estimer son orientation politique. Et ainsi les émissions de radios qu'ils sont susceptibles de regarder.

Certaines choses sont aussi tout simplement dues au hasard. On mésestime d'ailleurs souvent la taille de l'échantillon (i.e. nombre de prédictions/coïncidences échouées).
Avatar de loupblanx loupblanx - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 13/03/2018 à 19:26
Vous avez raison et je suis bien au fait, c'est mon domaine d'activité mais je ne suis pas dans le secret des dieux or si je pense qu'ils ne le font pas de manière permanente, je pense qu'il y a eu une période définie entre 2014 et 2016, durant laquelle une expérience aurait pu être menée.

Ils l'ont déjà fait : filtrage d'actualités qu'ils avaient déployé sur quelques jours pour observer les comportements des utilisateurs. Le siège de FB est à Palo Alto, lieu célèbre pour ses théories sur la communication. Et le niveau de leur ingénieur est sans commune mesure, donc, au conditionnel, sans tomber dans la théorie du complot, et en connaissances des contraintes techniques, des responsabilités, et de mon humble avis je pense que ce n'est pas à écarter d'un coup de communiqué de presse.

Il reste une infime probabilité, mais existante malgré tout, que cela se soit déjà fait.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Vous seriez étonné tout ce qu'on peut déduire avec quelques données.

Par exemple, il est possible de déterminer si une femme est enceinte à partir de sa liste de course. De même qu'il est possible de savoir qui est infidèle, malade, manifestant, à partir de positions de voitures.

En allant plus loin, il est possible d'établir des profils, des corrélations, et d'avoir des résultats statistiques : e.g. 30% des personnes ayant achetée une corde ont aussi acheté un tabouret. De là, on peut en déduire beaucoup de chose.

Par exemple avec la tranche d'âge, la localisation, les achats, on peut en déterminer la situation économique du ménage, et estimer son orientation politique. Et ainsi les émissions de radios qu'ils sont susceptibles de regarder.

Certaines choses sont aussi tout simplement dues au hasard. On mésestime d'ailleurs souvent la taille de l'échantillon (i.e. nombre de prédictions/coïncidences échouées).
Contacter le responsable de la rubrique Accueil