Google cède le contrôle opérationnel de Kubernetes à la communauté
Qui devra désormais supporter les coûts d'infrastructure cloud du projet

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Kubernetes est un système open source pour automatiser le déploiement, la mise à l'échelle et la gestion des applications conteneurisées. Conçu à l'origine par Google, son développement a été confié à la fondation open source Cloud Native Computing Foundation (CNCF), ce qui a permis aujourd'hui à la technologie d'orchestration de conteneurs de gagner rapidement en maturité, grâce aux contributions des géants de la technologie (comme AWS, Oracle, IBM, Microsoft, Alibaba et VMware) et bien d'autres entreprises importantes.

Certains concurrents de Google se sont mêmes appropriés Kubernetes en lui accordant une place de premier choix dans leurs infrastructures cloud et technologies développeur. Si l'on prend l'exemple de Microsoft, en plus de contribuer au projet Kubernetes, la firme de Redmond développe des logiciels pour faciliter l'utilisation de la technologie d'orchestration de conteneurs par les développeurs. En effet, outre le fait que Microsoft a rejoint la Cloud Native Computing Foundation l'année dernière pour accélérer le déploiement et l'adoption de Kubernetes, notons que c'est Brendan Burns, co-créateur de Kubernetes, qui dirige maintenant les projets de conteneurs d'Azure. Microsoft a également fait l'acquisition de Deis, une entreprise à la base de plusieurs outils Kubernetes open source. Tout cela témoigne de l'importance qu'accorde Microsoft à la technologie qui est devenue rapidement le standard de facto pour l'orchestration de conteneurs.

Poursuivant son intégration avec Kubernetes, Microsoft a également lancé une nouvelle version d'Azure Container Service (ACS) qui se concentre désormais sur Kubernetes. Cette version a été d'ailleurs lancée sous l’acronyme AKS au lieu d’ACS. Le « K » ici a été mis pour Kubernetes, en vue d'indiquer la nouvelle orientation de la firme de Redmond. À cela, s'ajoute entre autres l'annonce de Microsoft, au mois de juin, de la disponibilité de Visual Studio Kubernetes Tools en préversion. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un ensemble d'outils qui visent à simplifier l'expérience Kubernetes pour les développeurs Visual Studio.

L'ironie est que même Docker, qui propose un outil concurrent, a annoncé le support natif de Kubernetes. Ce qui signifie que les développeurs et les responsables d’infrastructures peuvent maintenant créer des applications avec Docker puis les tester et les déployer en toute transparence en utilisant Docker Swarm ou Kubernetes. Bref, tout cela indique de Kubernetes a beaucoup gagné en maturité et s'est imposé en tant que leader dans son domaine.


Partant de ce constat, Google estime que Kubernetes et sa communauté sont assez matures et donc a décidé de céder le contrôle opérationnel du projet aux membres contributeurs. En effet, jusqu'à présent, Google hébergeait pratiquement toutes les ressources cloud qui supportaient le projet. L'infrastructure de test CI/CD, les téléchargements de conteneurs et d'autres services tels que le DNS, étaient tous exécutés sur Google Cloud Platform (GCP). Avec la maturité de la communauté Kubernetes, Google va maintenant lui transférer tout cela. Toutefois, pour assurer la continuité du projet, Google offre 9 millions de dollars de crédits Google Cloud à la Cloud Native Computing Foundation (CNCF) pour l'aider à poursuivre son travail sur l'orchestrateur de conteneurs. Ces crédits seront répartis sur trois ans et visent à couvrir les coûts d'infrastructure liés au développement, aux tests et à la distribution du logiciel Kubernetes.

« En témoignage de la maturité de Kubernetes, nous sommes impatients de passer à l'étape suivante et d'ouvrir les ressources cloud du projet Kubernetes aux contributeurs. Nous finançons cette opération avec une subvention de 9 millions de dollars de crédits cloud, réparti sur trois ans, pour couvrir les coûts d'infrastructure », explique William Denniss, Product Manager de Google Kubernetes Engine. « En plus du réseau mondial et de la capacité de stockage requise pour desservir tous ces téléchargements de conteneurs, une grande partie de cette subvention sera consacrée au financement de tests de mise à l’échelle, qui impliquent régulièrement 150 000 conteneurs sur 5000 serveurs virtuels », dit-il dans un communiqué.

Entre les lignes, on peut lire que Google veut maintenant que les autres contributeurs supportent les coûts d'infrastructure du projet Kubernetes. Il s’agit en effet, comme le note William Denniss, de « partager les responsabilités opérationnelles de Kubernetes avec les contributeurs au projet ». Il estime en fait que « tous les aspects d’un projet open source mature, y compris son infrastructure de test et de distribution, doivent être maintenus par les développeurs. » Ainsi, « au cours des prochains mois, toutes les opérations du projet seront transférées aux membres du projet Kubernetes (incluant de nombreux Googlers), qui prendront en charge les tâches opérationnelles quotidiennes telles que les tests et les builds, ainsi que la maintenance et l'exploitation du dépôt d'images et de l'infrastructure de téléchargement. »

Pour Dan Kohn, directeur exécutif du CNCF, « l’important don financier de Google à la communauté de Kubernetes contribuera à ce que le rythme constant d’innovation et d’adoption du projet se poursuive sans relâche ». Il se dit également ravi de voir Google Cloud mettre la gestion des projets de test et d’infrastructure de Kubernetes entre les mains de contributeurs, ce qui rend le projet non seulement open source, mais également « ouvertement géré, par une communauté ouverte. »

Sources : Google Cloud, CNCF

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision de Google ?
Va-t-elle encore accélérer le développement et l'adoption de Kubernetes ?
Utilisez-vous le logiciel d'orchestration dans vos développements ou déploiements d'applications ?
Comment le trouvez-vous par rapport à ses alternatives ?

Voir aussi :

Titus, la plateforme de gestion de conteneurs de Netflix codée en Java, désormais open source : une alternative à Kubernetes ou Docker Swarm ?
Le système de gestion des applications conteneurisées Kubernetes passe en version 1.10, et s'accompagne de fonctionnalités de stockage (en bêta)
Microsoft lance la première préversion de Visual Studio Kubernetes Tools pour simplifier l'expérience Kubernetes pour les développeurs Visual Studio
Docker annonce le support de la technologie de conteneur rivale Kubernetes et va donner à ses clients un autre choix que son outil Docker Swarm
Microsoft rejoint la Cloud Native Computing Foundation comme membre Platinum, pour accélérer le déploiement et l'adoption de Kubernetes


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil