Le système de gestion des applications conteneurisées Kubernetes passe en version 1.10
Et s'accompagne de fonctionnalités de stockage (en bêta)

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
L’équipe responsable du développement de Kubernetes a annoncé la Kubernetes 1.10, « notre première version de 2018 ». Pour rappel, Kubernetes est un système open source permettant d'automatiser le déploiement, la montée en charge et la gestion des applications conteneurisées.

« La version d'aujourd'hui continue de faire progresser la maturité et l'extensibilité de Kubernetes. Cette nouvelle version stabilise les fonctionnalités dans trois domaines clés, notamment le stockage, la sécurité et la mise en réseau. Les ajouts notables dans cette version comprennent l'introduction de fournisseurs d'informations d'identification kubectl (alpha) externes, la possibilité de basculer le service DNS vers CoreDNS au moment de l'installation (bêta) et le déplacement de Container Storage Interface (CSI) et de volumes locaux persistants vers la bêta », explique l’équipe.

Stockage - CSI et le stockage local passent en version bêta

Le Storage Special Interest Group (SIG), qui a la charge de travailler sur de multiples fonctionnalités relatives au stockage sur Kubernetes, indique la disponibilité de la version bêta de Container Storage Interface (en alpha depuis la version 1.9 de Kubernetes). CSI vient simplifier l’ajout de volumes supplémentaires à Kubernetes. En effet, pour réaliser cette opération avant, il fallait recompiler le binaire de Kubernetes. Aussi, l'installation de nouveaux plug-ins volumiques est maintenant aussi simple que le déploiement d'un pod (un pod est un élément atomique à déployer dans Kubernetes. Il est composé dans ensemble de conteneurs et volumes interconnectés).

Cela permet aux fournisseurs de stockage tiers de développer leurs solutions de manière indépendante en dehors du code de base de Kubernetes. Cela continue le fil de l'extensibilité au sein de l'écosystème Kubernetes.

Il est également évoqué le stockage local persistant « non partagé », c’est-à-dire la possibilité de monter des volumes de stockage locaux comme volumes Kubernetes permanents, qui passent en version bêta. Cela signifie des performances supérieures et des coûts réduits pour les systèmes de fichiers distribués et les bases de données.

Cette version inclut également de nombreuses mises à jour des volumes persistants. Kubernetes peut automatiquement empêcher la suppression des Persistent Volume Claims utilisés par un pod (à noter qu’il s’agit là d’une version bêta) et empêcher la suppression d'un volume persistant lié à un Persistent Volume Claims (également en phase bêta). Cela permet de s'assurer que les objets API de stockage sont supprimés dans le bon ordre.


Pour rappel, un volume Kubernetes est :
  • un dossier, pouvant contenir des données ;
  • accessible par tous les conteneurs d’un pod.

Concernant le Persistent volume claim (PVC), le principe est de séparer la déclaration d’un volume persistant de son pod. On déclare d’abord les volumes persistants avec un processus spécifique, puis on rattache le pod à un volume disponible avec le persistent volume claim.

Sécurité - Fournisseurs de justificatifs externes (alpha)

Kubernetes, qui est déjà très extensible, gagne un autre point d'extension dans la version Kubernetes 1.10 avec des fournisseurs d'informations d'identification externes kubectl (alpha). Les fournisseurs de cloud et autres développeurs de plateformes peuvent désormais publier des plug-ins binaires pour gérer l'authentification de services IAM de fournisseurs cloud spécifiques ou intégrer des systèmes d'authentification internes non pris en charge dans l'arborescence, tels qu'Active Directory. Cela complète la fonctionnalité Cloud Controller Manager ajoutée en version Kubernetes 1.9.

En clair, la Kubernetes Command Line Interface ou Kubectl CLI, qui sert à effectuer des tâches de maintenance et d'administration courantes dans Kubernetes, peut désormais accepter des plug-ins binaires pour gérer l'authentification des services tiers des fournisseurs de cloud et de Active Directory.

Mise en réseau - CoreDNS en tant que fournisseur DNS (version bêta)

La possibilité de passer le service DNS à CoreDNS au moment de l'installation est maintenant en version bêta. CoreDNS comporte moins de parties mobiles : il s'agit d'un seul exécutable et d'un seul processus, et il prend en charge des cas d'utilisation supplémentaires.

Chaque Special Interest Group (GIS) au sein de la communauté continue de fournir les améliorations, les correctifs et les fonctionnalités les plus demandés pour leurs domaines de spécialité respectifs.

Source : Kubernetes

Et vous ?

Utilisez-vous Kubernetes ? Quelles sont les fonctionnalités qui vous intéressent le plus ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de blbird blbird - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 29/03/2018 à 18:42
Alors pour ma part, quand je lis un article comme ca, je ne sais même pas de quoi on parle dès le début.

Un petit résumé du sujet en question aurait été vraiment bien.
Avatar de SQLpro SQLpro - Rédacteur https://www.developpez.com
le 04/04/2018 à 10:50
En gros Kubernetes permet le portage de serveur hébergés sous forme de conteneurs aussi bien dans le cloud que dans une infrastructure physique interne. Il facile la configuration, le déploiement, l'utilisation et l'évolution des plateformes de service. Il est grandement utilisé conjointement à Docker.

Pour information Microsoft investit beaucoup dans les technologies de Docker et Kuberntes.

A +