Allemagne : les précommandes de jeux et autres produits high-tech sans date de sortie bientôt interdites
Suite à une plainte des consommateurs

Le , par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités
L’Allemagne pourrait interdire les précommandes pour les produits high-tech dont la date de sortie n’est pas explicitement énoncée au grand public. En 2016, Düsseldorf Consumer, un groupe de défense des consommateurs a porté plainte contre Samsung pour une précommande de Samsung Galaxy S6. Selon le groupe, les éléments d'informations dans la commande en ligne du smartphone étaient incorrects. Les juges chargés de l’affaire ont notifié que la pratique de la précommande viole le devoir légal d’informations du vendeur. Le tribunal régional supérieur de Munich qui était chargé de l'affaire a statué que les précommandes sur des produits dont la date de sortie n’est pas encore connue sont illégales. En conséquence, lors de la commande en ligne, les clients doivent savoir de façon précise avant le clic sur le bouton d'achat la date à laquelle les produits seront livrés au plus tard.


Les précommandes sont très fréquentes pour les jeux et produits high-tech. Cela permet parfois de financer le développement du produit à mettre à la disposition du public. Grâce à la précommande, Lily Robotics, une marque de drone basée en Californie avait réussi à collecter près de 34 millions de dollars pour le financement de la production de ses drones. La précommande permet aussi aux industriels de jauger le marché avant de lancer un produit. En 2017 par exemple, après l'échec de son Note 7, Samsung a lancé des précommandes pour le Galaxy Note 8 et en a reçu près de 400 000 en 24 heures en Corée du Sud seulement. Cet engouement autour du Note 8, qui avait surpris les dirigeants de Samsung, leur a permis d'avoir une idée de l'intérêt que portent les clients qui avaient été déçus du Note 7.

Bien que les précommandes peuvent être utiles pour les entreprises, elles ne le sont pas toujours pour les clients. Commander un produit non encore disponible n'est pas sans risque pour le client. En 2017, la startup Lily Robotics n'a pu livrer son drone à ses clients après avoir déjà reçu 60 000 précommandes. « Durant les quelques derniers mois, nous avons essayé de sécuriser le financement afin d’entrer dans la phase de production et livrer nos premières unités, mais nous n’avons pas réussi à faire cela. En conséquence, nous sommes profondément attristés de vous informer qu’on va liquider l’entreprise et offrir des remboursements aux clients », disaient dans un mail adressé aux clients, Antoine Balaresque et Henry Bradlow, fondateurs de Lily Robotics. La start-up a fait l'objet d'une poursuite dans laquelle elle a été accusée d’avoir eu recours à la publicité mensongère et des pratiques trompeuses pour promettre un produit qu'elle n'était pas en mesure de livrer.

Les avis sur cette pratique de précommande restent mitigés. Pour certains, les annonces de précommande sont parfois trompeuses et mensongères. Pour d'autres, c'est plutôt une pratique qui se justifie, car elle permet de préparer la clientèle à l'arrivée d'un nouveau produit. Quoi qu'il en soit, en Allemagne, les industriels devront préciser la date de sortie de leurs produits avant de lancer leurs précommandes.

Sources : Eurogamer, Heise

Et vous ?

Que pensez-vous de cette nouvelle mesure en Allemagne ?

Voir aussi

La vérité sur la conception de jeux amateurs

L'histoire derrière la faillite de Lily Robotics, la start-up qui a collecté 34 millions $ sans parvenir à livrer les drones promis à ses clients

Il n'existe aucun lien entre les jeux vidéo et le comportement violent selon une étude de l'université de York

Est-ce rentable de créer des jeux vidéo en tant que développeur indépendant ? Partager votre expérience

Logiciels de création de jeux


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de earhater earhater - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 23/07/2018 à 10:59
Je vois deux choses :

* Le système de pré-commandes pour un produit que l'on sait qu'il va sortir (par exemple un téléphone).
* Le système de financement participatif ou l'on aide le développement d'un produit (par exemple un jeu en alpha sur steam) et que l'on sait que l'on va potentiellement jamais voir le produit terminé.

Le second cas serait-t-il illégal ?
Avatar de shadowmoon shadowmoon - Membre émérite https://www.developpez.com
le 23/07/2018 à 11:20
Citation Envoyé par earhater Voir le message
Je vois deux choses :

* Le système de pré-commandes pour un produit que l'on sait qu'il va sortir (par exemple un téléphone).
* Le système de financement participatif ou l'on aide le développement d'un produit (par exemple un jeu en alpha sur steam) et que l'on sait que l'on va potentiellement jamais voir le produit terminé.

Le second cas serait-t-il illégal ?
Non, car sur les principales plateformes qui présentent des projets avec financement participatif, dans les conditions d'utilisation, la personne ou l'entreprise en charge du projet doit mentionner au moins une date prévisionnelle pour la mise sur le marché / lancement du produit.

D'autres dates prévisionnelles de mise sur la marché / lancement peuvent être annoncées si des objectifs de financement secondaires existent.

De plus, toujours d'après les conditions d'utilisation, les contributeurs sont remboursés si l'objectif initial n'est pas atteint ou si le produit n'est jamais fabriqué.

De mémoire, la(es) date(s) prévisionnelle(s) peut(vent) être repoussée(s) un certain nombre de fois avant d’être obligé de déclarer l’abandon du projet.

[edit] Après chacun doit savoir faire preuve de bon sens, et pour reprendre ton exemple, ne pas (trop) investir dans un jeu vidéo dont la sortie de l' "apha" est prévue dans 5 ans, la "beta" dans 7 et la "release" dans 9 ans. [/edit]
Avatar de sinople sinople - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 23/07/2018 à 11:47
L'article, et la décision de justice, parle d'un produit Samsung. On est donc pas trop dans la catégorie kickstarter...

Je suppose que c'est l'absence de date/délai qui pose problème (et non pas la non tenue de ces derniers). Car les retards sur les délais de livraison sont déjà réglés par la loi (en tout cas c'est le cas en Suisse) comme par la possibilité d'annuler la vente ou la demande d'un dédommagement dans certains cas. Mais comme ces cas doivent être justifié (preuve d'un préjudice pour le client à cause du retard, retard suffisamment grand pour être dans la catégorie foutage de guele...), si on a pas une date de référence "écrite" quelque part ça pose problème.

La question de l'application de ces lois sur les financements participatifs, plus particulièrement les conditions mises en place par la plateforme par rapport à la loi, restent intéressantes.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil