Facebook, Google, Microsoft et Twitter lancent un projet open source de portabilité des données
Pour des transferts directs entre plateformes

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
À l'heure actuelle, une grande partie des produits et services en ligne que nous utilisons n'interagissent pas de manière cohérente et intuitive. Les informations hébergées sur une plateforme ne peuvent pas être transférées facilement et en toute sécurité vers d'autres services. C’est pour changer cette donne que 4 gros d’Internet initient un projet de transfert des données. L’initiative est open source et destinée à rendre le processus le plus fluide possible entre plateformes.

Microsoft, Facebook, Twitter et Google en sont les initiateurs, mais il semble que le déclic soit parti de Mountain View. L’idée de portabilité des data fait suite à la création d’un Front de libération (des données) par des ingénieurs de Google. Elle est empruntée du service Takeout de la firme de Mountain View. En s’appuyant sur ledit service – devenu Download Your Data, les utilisateurs peuvent transférer leurs contenus vers Dropbox, Box, Microsoft OneDrive et Google Drive, ce, sans qu’il soit nécessaire de passer par l’étape intermédiaire de création d’une archive.


« Déplacer vos données entre deux services peut s’avérer compliqué parce que chacun repose sur une conception qui lui est propre et utilise des types de données qui peuvent requérir des contrôles de la vie privée particuliers », écrit Facebook. « La portabilité des données entre services est un concept simple, important et un challenge technologique hautement complexe », écrit Microsoft. La généralisation de l’idée Takeout n’est donc pas une mince affaire. Toutefois, sur le long terme, elle a le mérite de coller avec l’esprit du règlement général sur la protection des données (RGPD). L’initiative porte également les germes d’une concurrence plus accrue entre les plateformes. En effet, il deviendra plus aisé pour un utilisateur d’abandonner un service pour un autre. Faisant suite au scandale Cambridge Analytica, une telle manœuvre se justifierait pour des utilisateurs désireux de quitter Facebook pour une alternative open source et sans pistage.

D’un point de vue technique, ce projet vise à amener les participants à faire usage de modèles de données communs. Dans ces conditions, chaque fournisseur de services cloud n’aura qu’à mettre sur pied et maintenir une API qui permet la prise en charge desdits formats. L’approche permettra le transfert direct de contacts, photos, courriels, tâches, calendriers, musique, etc. entre plateformes. Ce qu’il faut bien souligner à ce propos c’est qu’il s’agit de catégories de données susceptibles d’être subdivisées en types. Playlists et vidéos pourront par exemple découler de musique en tant que type de data à transférer.


Le projet en est encore à ses balbutiements. Les entreprises ont néanmoins donné la possibilité de le jauger en observant la démonstration du serveur local qui accompagne les autres ressources disponibles.

Sources : billet Google, site du projet

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?

D’après-vous pourquoi les autres acteurs d’Internet gagneraient à suivre cette mouvance ? Qu’est-ce qui pourrait justifier la posture opposée ?

Voir aussi :

Google dévoile Data Studio, un outil de visualisation de données et de génération de rapports, disponible en version gratuite

Google présente officiellement son API Data Loss Prevention qui aide les entreprises à protéger et réguler les données sensibles


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de tanaka59 tanaka59 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 22/07/2018 à 13:56
Va retrouver 3 camps :

Les mammouths : Amazon , Google , Facebook , Microsoft , Twitter , Apple .

Les "gros alternatifs " étrangers : Yandex , Kontakty , Rambler , Rediffmail , Baidu , QQ.com

Puis les clopinettes des sociétés européennes. A l'heure à ou des sociétés comme Laposte FR propose laposte.net , Deutsch Post propose deutschpost.de , idem au luxembourg avec post.lu , Poste Italiane propos poste.it ... pourquoi ne pas fédérer l'ensemble des acteurs postaux européens pour récupérer la clientèle des gros mammouth ?

A L'heure actuelle seul laposte.fr propose un webmail accèssible à tous . Impossible d'ouvrir une adresse mail chez deutsch post ou poste.it ?

Idem si les opérateurs télécoms européens ne veulent plus être à la merci des opérateurs us ... Vodafone , Orange , Telecom Italia , Telefonica , Deutsch telekom ont intérêt à prendre leur par du gâteau . Juste pour rappel Sprint à avaler T mobile US et le français Altice a du mal à percer aux US.

On voit que Google impose son dictate sur les applications d'envois de SMS. En répliquant les opérateurs européens peuvent piquer de clientèle ou bien avoir leur mot à dire sur tel ou tel projet IT/TECH .

On va bien voir la tronche de Google quand des internautes diraient , " je me sauve de Google pour aller chez Yandex" .

Perso je fais plus confiance à Yandex qu'a Google ...

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil