5G : la France dévoile son ambitieuse feuille de route pour un déploiement sur le territoire
L'Arcep prévient qu'être en retard n'est pas une option

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique, ont présenté lundi 16 juillet la feuille de route de la 5G avec le président de l’Arcep, Sébastien Soriano.

Les secrétaires d’État ont expliqué « qu’en faisant de de la 5G une priorité, nous préparons la France aux innovations de demain. Car elle permettra de developper des applications dans tous les secteurs industriels : la santé, en commandant des opérations chirurgicales à distance, les services, en connectant des objets à moindre frais énergétique, ou encore les transports.

« Avec cette feuille de route, nous fixons des objectifs ambitieux : dès 2020, les fréquences seront attribuées et les déploiements commerciaux devront concerner au moins une grande ville. En 2025, les axes de transports principaux seront couverts en 5G. Nous voulons faire de la France une terre d’accueil de premiers projets de déploiements mondiaux, de plateformes d’innovation permettant aux start-ups de tester leurs projets, en partenariat avec les grands groupes du numérique implantés en France.

« La réussite de la 5G est un enjeu stratégique pour que l’industrie française demeure une industrie d’innovation à l’échelle mondiale. Notre tissu industriel est une force pour développer des expérimentations dans tous les secteurs d’activité. La mobilisation de tous les acteurs privés et publics pour multiplier les projets pilotes partout sur le territoire, est indispensable pour remplir nos objectifs ».

Les avantages apportés par la 5G

La feuille de route souligne que la 5G va apporter

L’instantanéité

La 5G promet des débits perçus par l’utilisateur pouvant être jusqu’à 10 fois supérieurs à ceux de la 4G. La largeur de spectre utilisé représentera une nouveauté, dans la mesure où des bandes de fréquences allant de 80-100MHz à 1GHz de largeur seront utilisées lors des déploiements. Plus que le débit, dont les besoins sont en augmentation constante, c’est probablement en offrant la possibilité de garantir un niveau de performance sur les autres paramètres de communication que la 5G fera la différence. En étant divisée par 10, la latence, c’est-à-dire le délai de transmission de la communication, ouvre des perspectives de commande à distance d’objets de précision (robots, instruments chirurgicaux…) et d’interactivité, qui bouleverseront les usages

La fiabilité

La 5G offrira des communications ultra-fiables pour des communications critiques et de nouvelles applications, notamment grâce à une meilleure gestion des interférences, sources de perte de données.


La sobriété énergétique

La 5G offrira la possibilité de gérer de nombreux objets connectés avec une faible consommation énergétique. La 5G permettra entre autres d’émettre uniquement à l’endroit et au moment où cela est nécessaire, en adaptant la puissance d’émission à l’usage. Ce qui permet de prolonger considérablement la durée de vie des batteries et donc de connecter de très nombreux objets, dont le suivi peut ensuite être assuré pendant plusieurs années.

L’intelligence

La 5G reposera sur un réseau intelligent qui proposera des performances différentes, en fonction des usages ciblés (configuration en tranches ou « network slicing »), et pourra se reconfigurer dynamiquement. Ainsi, pour les besoins d’ultra haut débit, comme la vidéo 4K, 8K, 3D ou la réalité virtuelle, le réseau offrira un débit maximal et de grandes capacités. Pour gérer des objets connectés, le réseau concentrera ses ressources sur la gestion d’un grand nombre de connexions simultanées. Enfin, lorsque des communications ultra fiables, avec une très faible latence sont nécessaires, la performance maximale sera atteinte en réduisant le nombre de communications simultanées ou le débit.

La virtualisation

La flexibilité, ou capacité d’adaptation, qu’apportera le réseau intelligent 5G pourra être mise en place notamment grâce à la virtualisation d’un nombre important de composants réseaux et aux réseaux logiciels. Ces technologies visent une plus grande agilité dans le déploiement et le fonctionnement des infrastructures.

Une variété d’usages

La 5G trouvera des applications dans le domaine grand public, dans la continuité des usages permis par la 4G. La 5G pourrait ainsi démocratiser le streaming de vidéo 3D à 360 degrés, donner accès aux utilisateurs à une large quantité de contenus vidéo avec une qualité supérieure à la très haute définition (4K, 8K…) et permettre le développement d’applications de réalité virtuelle ou augmentée.

Surtout, dès l’horizon 2020, le saut de performances technologiques permis par la 5G devrait affecter de nombreux secteurs industriels : dans l’automobile, les transports, l’énergie, l’industrie du futur, les villes intelligentes, la télémédecine, l’agriculture, la sécurité publique, ou encore la réalité virtuelle.

Les premiers pas de la 5G en France

Des autorisations ont été attribuées à Belfort, Bordeaux, Douai, Grenoble, Lannion, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Sophia-Antipolis et Toulouse. Au-delà des projets déjà annoncés par les opérateurs, le gouvernement et l’Arcep annoncent aujourd’hui le déploiement de onze nouvelles expérimentations en Ile-de-France, vitrine importante au niveau international, incluant notamment plusieurs cas d’usages sur le véhicule connecté ou autonome : Des tests seront réalisés à l’autodrome de Linas/Montlhéry, en partenariat avec l’UTACCERAM.

Ces tests visent à explorer les usages rendus possibles par la 5G pour les services liés à la voiture connectée (transfert de données en mobilité, info-divertissement, groupement de véhicules ou platooning, capteurs étendus, etc.). Deux opérateurs prévoient des expérimentations dans ce cadre : Orange et Bouygues Telecom. Projet « 5G Véhicules Autonomes Saclay » impliquant Nokia, Vedecom et leurs partenaires, ayant pour objectif de fournir une couverture radio à des véhicules autonomes afin de couvrir les trajets péri-urbains, et de comparer les bénéfices des différentes technologies ITS G5, LTE et 5G.


Dates clés de la 5G en France :
  • 2018 : Expérimentations et pilotes : identification des cas d’usages et collecte de données sur l’exposition
  • 2019 : Libération progressive des bandes de fréquences - Premières commercialisations de terminaux compatibles
  • 2020 : Attribution des fréquences et définition des obligations associées aux autorisations - Déploiement commercial de la 5G dans au moins une grande ville
  • 2025 : Couverture des axes de transport principaux

Pour Sébastion Soriano, « La 5G promet d’être une génération de rupture. Rupture par ses caractéristiques techniques mais surtout par les transformations qu’elle veut porter chez les “verticaux”. Parce qu’elle représente un enjeu majeur de compétitivité pour notre industrie, nos infrastructures et nos territoires, notre pays doit être au rendez-vous. Etre en retard sur la 5G n’est pas une option ».

Et de préciser « qu’au-delà des seules fréquences, un des enjeux de la 5G réside dans son appropriation par les acteurs économiques. Le guichet “pilotes 5G” ouvert par l’Arcep y répond : pour faciliter l’émergence des modèles économiques de demain, l’Arcep a ouvert en début d’année un guichet permettant d’attribuer des fréquences aux acteurs qui en font la demande pour expérimenter des cas d’usages en conditions réelles (ports, hôpitaux, entreprises, routes, villes connectés…). Les premiers cas d’usage voient désormais le jour, notamment autour du véhicule connecté. Tout est en place pour que le secteur puisse transformer l’essai ! »

Source : feuille de route 5G (en PJ)

Et vous ?

Que pensez-vous de cette feuille de route ?

Voir aussi :

La 3GPP jette les bases de la vraie 5G en finalisant la 5G SA, la version 15 de la norme, pas de véritables appareils compatibles 5G avant 2020 ?
Des PC dotés d'une connexion sans fil 5G pourraient faire leur apparition en 2019, grâce au partenariat d'Intel avec Dell, HP, Lenovo et Microsoft
Neutralité du net : l'Arcep identifie les terminaux mobiles comme étant l'un des maillons faibles d'un internet ouvert et propose des solutions
États-Unis : vers une nationalisation du réseau 5G à venir ? La manœuvre est envisagée pour contrer l'espionnage chinois
L'Arcep fait un état des lieux du déploiement de l'IPv6 en France, et note des disparités entre les opérateurs


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Uther Uther - Expert éminent https://www.developpez.com
le 17/07/2018 à 13:15
C'est sur que présenté comme ça, Ça vend du rêve. Le principal problème restera sans doute, comme pour les générations précédentes, celui de la vitesse de déploiement.

Sachant que d'après ce que j'ai compris, il faudrait doubler le nombre d'antennes pour une couverture égale, ça va poser encore plus de tensions qu'aujourd'hui. La puissance émise aura beau être bien inférieure, les opposants aux antennes relai n'en auront absolument rien à faire.
Avatar de adrien239 adrien239 - Membre averti https://www.developpez.com
le 17/07/2018 à 16:27
Je partage ce qui dit Uther....

Il y a souvent très loin de la coupe aux lèvres.

Le hasard a fait que n'ayant pas envie de mettre 800€ dans un portable et adepte depuis longtemps des écrans de plus de 6 pouces j'en suis contraint à racheter à l'étranger des vieux Mega 6.3 reconditionnés à des prix inférieurs à 100€ port compris...

Or lors d'un achat je me suis gourré dans ma commande et j'ai reçu un H+... ouh la catastrophe.... mdr

En fait la catastrophe annoncée n'a pas eu lieu puisque pour mon usage intensif qui comprend les usages habituels, téléphone, surf, mail, musique en ligne, GPS, mode modem et télévision ma foi tout fonctionne à l'identique de la 4G.

Tout cela pour dire que l'effort devrait porter en premier lieu sur la couverture à 100% mais un VRAI 100% de TOUT le territoire en H+, ce qui est TRÈS LOIN d'être le cas.

Car en itinérance on est très très très loin de la perfection : même pour une simple communication téléphonique et même en situation dégagée.

Après que pour des usages essentiels : santé, secours, urgences, professionnels on développe de la 5G c'est bien.

Mais au-delà de cet essentiel, l'autre essentiel c'est bien de porter un GROS coup d'amélioration sur le réseau ACTUEL
Avatar de Thorna Thorna - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 17/07/2018 à 18:37
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
5G : la France dévoile son ambitieuse feuille de route pour un déploiement sur le territoire,
l'Arcep prévient qu'être en retard n'est pas une option
Ha ha ha ha ha !
Etre en retard n'est pas une option... Et donc, opérateurs, investissez !
Alors imaginons par hasard un opérateur qui dispose de quelque argent et se dit qu'il faut y aller. Comme, par exemple, un certain opérteur historique pour la 4G, entre autres. Et là, soudain, tout le monde crie au loup: pas de concurrence, domination éhontée d'un seul parti, catastrophe pour le consommateur, les Règles pas respectées, etc. "Opérateur Untel, ralentissez et partagez !"
Donc, ok, allez-y pour la 5G, et vite fait en plus ! Mais surtout pas trop vite... ou alors mettez-vous d'accord avant ! Mais attention : un accord, mais pas une entente illégale !
Quelqu'un comprend quelque chose au fonctionnement de ce bouzin ?

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil