Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'industrie de la mémoire du Japon en déclin au profit des conglomérats étrangers
Les ingénieurs à la recherche d'un meilleur traitement salarial

Le , par Stan Adkens

142PARTAGES

15  0 

Toshiba est à l’origine de la révolution des supports d’enregistrement les faisant passer de la bande magnétique à la mémoire flash, support de stockage électronique non volatile à semi-conducteurs. Le conglomérat a développé une mémoire flash de type EEPROM (Erasable Programmable Read-Only Memory) en 1984 et mis au point, en 1987, la toute première puce de mémoire flash NAND au monde. Ce qui a fait de la société la première entreprise au monde à développer une mémoire flash NAND, ouvrant la voie aux smartphones des décennies plus tard.

Pour rappel, la mémoire flash NAND est une mémoire de masse à semi-conducteurs réinscriptible, à l’image de la mémoire vive, mais à la différence que les données qu’elle stocke ne disparaissent pas lors d'une mise hors tension. C’est une mémoire de type EEPROM.

A la base de cette prouesse mondiale, il y a l’équipe du département de la mémoire de Toshiba créée dans les années 1980 avec un budget annuel insignifiant de centaines de milliers de dollars qui ne l’a pas empêché d’ouvrir la voie à l'application pratique de la mémoire flash, sous la direction de Masuoka. Fujio Masuoka est un ingénieur japonais dont la photo figure, au Computer History Museum de la Silicon Valley, parmi celles des ingénieurs qui ont façonné la révolution informatique tels que Steve Jobs, Bill Gates et d'autres.

Sous la direction de Masuoka, l'équipe a examiné de près les structures et les matériaux des circuits, travaillant dur. Leurs efforts ont été largement récompensés par l'activité mémoire de Toshiba, selon Nikkei. Et aujourd’hui, cette mémoire est indispensable au fonctionnement de la multitude des smartphones permettant aux utilisateurs de prendre des photos et d'écouter de la musique. Le département de la mémoire de Toshiba en était devenu le joyau de la société qui lui permettait de réaliser des bénéfices d'exploitation de plus de 400 milliards de yens (3,63 milliards de dollars) par an, selon Nikkei.

Mais en dessous de la photo de Masuoka, au Computer History Museum de la Silicon Valley, il est noté « a inventé la mémoire, mais se sent oublié. » Masuoka « a inventé la mémoire flash en travaillant pour Toshiba en 1984. L'idée de Masuoka a été louée, pas Masuoka », selon la légende de la photo. « Insatisfait de l’échec de Toshiba dans la récompense de son travail, Masuoka a démissionné pour devenir professeur à l'Université de Tohoku. »

L'histoire de l'ingénieur est, non seulement le début du départ des ingénieurs du département de mémoire de Toshiba, mais également un avertissement sévère pour les décideurs politiques japonais et les entreprises qui luttent pour maintenir la position du Japon en tant qu'acteur majeur de haute technologie.

L’ingénieur, qui a démissionné en 1994 suite à sa nomination à un poste honorifique, après ces brillants résultats, n’a pas profité des bénéfices de ses recherches. Une décennie plus tard, Masuoka a déposé une plainte contre Toshiba, exigeant 1 milliard de yens en compensation pour son travail dans le développement de la mémoire flash afin de continuer les recherches : « Je veux juste poursuivre la recherche et le développement, les ingénieurs japonais doivent être récompensés. » Répondait-il à ceux qui le traitaient de gourmand.

Au Japon, les ingénieurs qui sont à l’origine des brevets sont mal récompensés. Ils bénéficient juste d’un bonus en espèce, les brevets revenant à l’employeur. Les collaborateurs de Masuoka ont déserté le département un à un. Et la fuite des compétences, vers des sociétés qui traitent mieux les ingénieurs, a atteint le secteur de la puce des autres sociétés japonaises telles que Hitachi, NEC, Sony en 1990, selon Nikkei.

Les entreprises comme Samsung, Huawei et autres sont passées à la haute technologie aidées par l'exode des compétences japonaises


Dans les années 2000, Toshiba a revu à la hausse les bonus versés aux développeurs de nouveaux brevets à 100 000 yens et a commencé à proposer une rémunération plus élevée pour les ingénieurs, rémunération qui reste tout de même inférieure aux normes internationales. Les départs se sont poursuivis surtout avec l’avènement des chasseurs de têtes qui recrutent activement des compétences de Toshiba depuis l'année dernière, au profit des conglomérats tels que Samsung, Huawei, en payant un salaire annuel de 10 millions de yens ou plus. Par ailleurs, Toshiba a abandonné le projet de Masuoka au profit d’une équipe internationale d'acheteurs dirigée par la société américaine de capital-investissement, Bain Capital. Néanmoins, Toshiba reste dans le capital à hauteur de 40 %.

Ce départ en grande masse des ingénieurs du secteur de la mémoire de Toshiba et d’autres sociétés japonaises, attirés par les entreprises étrangères, va à l’encontre des efforts de protection de l’industrie nationale de la mémoire menés par le gouvernement.

Source : Nikkei

Et vous ?

Que pensez-vous du traitement accordé aux ingénieurs inventeurs au Japon ?
Une politique gouvernementale pour freiner l’exode des cerveaux peut-elle être convaincante sans des salaires attrayants ?
Les entreprises japonaises peuvent-elles rattraper leur retard technologique sur leurs concurrents étrangers tels que Huawei, Samsung…?
La France est-elle à l'abri d'un tel exode, dans les domaines tels que l'IA ?

Voir aussi

Toshiba est en difficulté financière avec une perte de 4,8 milliards $ en neuf mois, Apple envisagerait une offre sur les mémoires de Toshiba
Rachat des branches Toshiba : Foxconn aurait fait appel à Apple, Microsoft et Google, pour soutenir son offre d'acquisition des activités de puce

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/05/2018 à 15:04
@Ryu : la french tech recrute en masse. Je ne sais pas si c'est juste un effet de mode ou si certains acteurs vont survivre et grossir, mais dans le deuxième cas, oui, il y a de l'avenir en France.

Sinon, plus généralement, on retrouve là un problème corporate universel : les managers savent se vendre, pas les ingénieurs. Donc ils sont mieux traités. Les managers passent du temps à se faire bien voir des propriétaires, bien plus que les ingénieurs. Et les ingénieurs, furieux qu'on ai pas reconnu leur talent, claquent la porte. Et le propriétaire ne sait même pas qui est ce type qui a démissionné - alors que c'est lui qui a porté le produit de la boite. Parceque le type en question ne savait pas se vendre, ou ne passait pas son temps à ça.

Je n'ai pas de solution. Il me parait évident qu'un propriétaire ne peut pas connaitre toute sa boite quand elle est grosse, et évident aussi qu'un talent technique aura moins tendance qu'un talent managérial à faire sa propre pub interne. Tout simplement parceque la culture nécessaire pour être un bon ingénieur s'y oppose.
5  0 
Avatar de VivienD
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 9:15
Le marché du travail est un marché comme un autre; cela implique concurrence et loi de l'offre et de la demande. Quand un employé n'est pas récompensé à la hauteur de sa contribution envers son entreprise, il y a donc de (très) fortes chances qu'il aille voir ailleurs; quand un candidat sent qu'il ne sera pas récompensé à la hauteur de sa possible contribution envers sa future entreprise, il y a aussi de (très) fortes chances qu'il aille voir ailleurs; quand, enfin, une personne sent qu'il ne sera jamais récompensé à la hauteur de sa possible contribution envers toute entreprise d'une région, il y a de (très) fortes chances qu'il aille voir ailleurs. La France ne l'a décidemment pas compris et apparemment la culture industrielle et entrepreneuriale japonnaise souffre de la même tare.

Citation Envoyé par koyosama Voir le message
[...]

Pourquoi l'AI, pourquoi pas dans les autres domaines. On a les chances, les français ont pas les couilles de partir et surtout les visas vers les pays sont difficiles à avoir. On a un pays qui a bien glandé au niveau des accords internationaux. Mais on a pas mal de truc. [...]
Nul besoin de visa pour émigrer de la France tout en restant dans l'Union Européenne; je n'en ai jamais eu besoin pour émigrer en Allemagne.

Citation Envoyé par koyosama Voir le message
[...] Ensuite les français ne parlent que français la plupart du temps, donc c'est compliqué pour lui de partir à l'aventure. Mais pour l'Ai, ouais clairement elle n'est pas à l'abri. On a détruit le monde scientifique, maintenant on va faire de même avec les autres domaines d'excellence. [...]
Dans notre domaine, le monolinguisme légendaire des Français se fait de plus en plus rare; le bilinguisme français-anglais y est même devenu la norme. Si tu veux voir du monolinguisme majoritaire, va d'abord voir chez les anglophones.
D'autre part, je te rejoins sur ce que tu dis sur l'IA et le monde scientifique. La France n'investit clairement pas assez et n'est en aucun cas assez attractive ne serait-ce que pour entretenir le rêve de pouvoir faire concurrence aux grands bénéficiaires de la fuite des cerveaux. En revanche, je voudrais savoir ce que tu entends par "autres domaines d'excellence".

Citation Envoyé par koyosama Voir le message
[...] Faites un sondage sur le nombre de gens qui ont travaillé ou vécu à l'étranger plus d'un an et ceux pour le travail et non des études sont pas nombreux du tout. On aime bien entretenir quand même le myth du gars qui part à l'étranger alors que personne ne le fait vraiment. Allez faire un tour dans les pays de l'est ou en Pologne, en Italie, là il y a un exode ...
Je suis donc une licorne...
4  0 
Avatar de koyosama
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 3:37
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

Que pensez-vous du traitement accordé aux ingénieurs inventeurs au Japon ?
Non la culture japonaise corporate est trop forte. Même depuis l'étranger, on le reconnait à 50 kilomètre, c'est le gars qui se tort le dos juste pour demander une chaise .

Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

Une politique gouvernementale pour freiner l’exode des cerveaux peut-elle être convaincante sans des salaires attrayants ?
Nous, on l'a aussi, les autres pays l'ont aussi et pour que dalle. C'est pas une politique qu'il faut c'est une culture change des entreprises.
Je me rappelle que Rakuten avait demandé à tout ces salariés de parler que anglais. Ce que je veux dire, c'est qu'il faudra le même courage des autres corporations japonaises.

Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

Les entreprises japonaises peuvent-elles rattraper leur retard technologique sur leurs concurrents étrangers tels que Huawei, Samsung…?
Tout de suite, non, demain, non. Peut-être dans 15 ans. Le japon a fait son temps, elle va se reposer comme les autres vielles nations.

Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

La France est-elle à l'abri d'un tel exode, dans les domaines tels que l'IA ?
Pourquoi l'AI, pourquoi pas dans les autres domaines. On a les chances, les français ont pas les couilles de partir et surtout les visas vers les pays sont difficiles à avoir. On a un pays qui a bien glandé au niveau des accords internationaux. Mais on a pas mal de truc. Ensuite les français ne parlent que français la plupart du temps, donc c'est compliqué pour lui de partir à l'aventure. Mais pour l'Ai, ouais clairement elle n'est pas à l'abri. On a détruit le monde scientifique, maintenant on va faire de même avec les autres domaines d'excellence. Faites un sondage sur le nombre de gens qui ont travaillé ou vécu à l'étranger plus d'un an et ceux pour le travail et non des études sont pas nombreux du tout. On aime bien entretenir quand même le myth du gars qui part à l'étranger alors que personne ne le fait vraiment. Allez faire un tour dans les pays de l'est ou en Pologne, en Italie, là il y a un exode ...
2  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 11:24

Que pensez-vous du traitement accordé aux ingénieurs inventeurs au Japon ?
Une politique gouvernementale pour freiner l’exode des cerveaux peut-elle être convaincante sans des salaires attrayants ?
Les entreprises japonaises peuvent-elles rattraper leur retard technologique sur leurs concurrents étrangers tels que Huawei, Samsung…?
La France est-elle à l'abri d'un tel exode, dans les domaines tels que l'IA ?
  • C'est la vie "moderne".
  • Si ils se sentent bien dans leurs environnement familiale et travail, aucun besoin qu'ils changent. Réaliser des projets persos ou réaliser des projets ambitieux liés aux travails, il y a parfois des obstacles. L'opulence de "richesse" ne peut-être vécu que si on en a le temps. Trouver ce temps est parfois plus simple à dire qu'a faire, surtout dans un milieu de forte compétitivité.
  • Elles sont en retards ? Les concurrentes sont en avances ? Donc au final, aucune idée de cela. Mais je pense que c'est très proche du domaine de la "recherche scientifique", et pas simplement un assemblage primitif de choses existantes.
  • Aucune idée de cela, mais l'avenir et les " métiers modernes " sont belles et bien là.
0  0 
Avatar de ShigruM
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 22:26
je ne pense pas que la France soit comparable au Japon. D'un point de vue économique déjà le Japon est sur le point de s'effondrer. La population vieillis trop si bien beaucoup d'expert prédise la fin des japonais dans un avenir assez proche (faute d'assez de reproduction)

Maintenant concernant la compétitivité a l'échelle mondial, je ne peut évidement pas faire le comparatif entre un salarié en France et la Somalie par exemple mais en 20158 un salarié Français coûte aussi cher/moins cher que au Japon, en Corée (du sud) ou même en Pologne.
La chine aussi voit sa masse salariale augmenté (pas encore au niveau français mais assez pour que la délocalisation soit moins intéressante qu'il y'a 10ans)

du coup en 2018 qu'es ce qui se passe ?
je me veut optimiste en voyant que les entreprises délocalise plus trop et préfère finalement payer un peu plus cher en France que de se risquer a du low cost africain/roumain/tailladais, le jeu n'en vaut plus la chandelle.
C'est notamment le cas dans les usines qui étonnement revienne ne France depuis ces 2 dernières années, faut dire que les usines sont très automatisé de nos jours alors la masse salariale est plus très importante.

Les japonais on fait leurs temps, ce pays vas surement disparaitre ou en tous cas sera peuplé par d'autres peuples (africains ?)
Meme sort avec la chine qui paye sa politique de l'enfant unique trop agressive, la population vas pas mal décroître dans les années à venir.
L’Allemagne contourne actuellement le probleme en important des turcs

Donc aujourd'hui j'ai encore confiance a la France qui maintenant son taux de natalité stable, très important pour assurer la relève de la population active.
Bon pour la Japon je n'y ai jamais travaillé mais en tous cas les conditions de travail m'ont l'air bien moins favorable qu'en France, journée de travail visiblement très longue et très difficile pour un salaire pas meilleur.
J’émets des doutes/de grosse réverve sur le fait que l'herbe est plus verte ailleurs que la France. Je n'ai pas la prétention de dire que la france est le meilleurs pays au monde pour travailler, mais j'ai la prétention d'affirmer que c'est l'un des meilleurs, quand l'on compare le coût de la vie et les avantages (secu, école gratuite...) les pays anglo-saxons réputé pour leurs salaire me semble intéressant uniquement si on est jeune en bonne santé et sans enfants.
Maintenant d'autres pays peuvent sembler plus intéressant comme la Suisse, le Danemark ou la Suède, mais je ne considère pas les USA ou le royaume Unis comme plus intéressant que la France en tous cas.

je considère le salaire comme secondaire (dans une limite acceptable), le milieu dans lequel moi et ma famille vivont me semble plus important.
Mais en France au dessus de 3000€ je privilégie le confort de vie qu'a essayer de gratter 100€ de plus par moi.
2  3 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/05/2018 à 13:07
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
je ne pense pas que la France soit comparable au Japon.
Il n'est pas question de comparer les 2 pays, mais de se demander si les ingénieurs Français font fuir la France comme les ingénieurs Japonais fuient le Japon.

Il y a des pays de l'UE dans lesquels tellement de jeunes se sont barré, qu'ils ont fait baisser les statistiques du chômage chez les jeunes.
En Espagne, l'inquiétant exode des jeunes diplômés
Incapable d'offrir à ses jeunes diplômés des conditions de travail décentes et à la hauteur de leurs qualifications, l'Espagne voit ses forces vives fuir vers d'autres pays. Elle aura pourtant besoin de ces exilés pour relever son économie.
L'exode des diplômés se poursuit en Grèce
Une croissance d'un peu plus 1,5 % pour la Grèce cette année, la meilleure performance économique depuis la crise de 2008. Il est temps, parce qu'une partie de la population est éreintée par les plans d'austérité successifs. La Grèce y perd aussi ses diplômés.
Italie : le grand exode des jeunes
En un an, il sont près de 100 000 jeunes, souvent diplômés, à avoir quitté le pays en raison du fort taux de chômage.
La France doit se préparer à l’émigration de ses cerveaux

Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
D'un point de vue économique déjà le Japon est sur le point de s'effondrer. La population vieillis trop si bien beaucoup d'expert prédise la fin des japonais dans un avenir assez proche (faute d'assez de reproduction)
Ouais la situation économique du Japon est catastrophique, en même temps Shinzō Abe n'arrête pas de faire des QE...
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
je me veut optimiste en voyant que les entreprises délocalise plus trop et préfère finalement payer un peu plus cher en France que de se risquer a du low cost africain/roumain/tailladais, le jeu n'en vaut plus la chandelle.
Je ne sais pas où vous avez vu ça, parce qu'il y a des grosses entreprises qui ont pour objectif 2019 de n'utiliser que des prestataires hors de France.

Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
Les japonais on fait leurs temps, ce pays vas surement disparaitre
Ouais c'est triste...
Ils ne font plus d'enfant parce que la situation est trop déprimante.
Aujourd'hui les gens sentent que l'avenir sera pourri, c'est pas le baby boom au début des 30 glorieuses "Youpie il va y avoir de la vraie croissance chaque année !", l'économie mondial est en récession, mais un système capitaliste ne peut pas être en récession, donc on bricole pour faire croire qu'il y a une croissance de 1%.
Comment le trafic de drogue vient gonfler la croissance en France

Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
Donc aujourd'hui j'ai encore confiance a la France qui maintenant son taux de natalité stable, très important pour assurer la relève de la population active.
Du boulot en France dans l'avenir ?
J'ai du mal à me l'imaginer.
Quel emplois seraient créé ?

Là pour le moment on en train de supprimer des emplois et l'automatisation qui arrive ne va rien arranger...
Jusqu'à ce qu'il y ait une mode du fait main et de l'artisanat.
Il devrait y avoir beaucoup d'avenir dans les métiers manuels.
2  3 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/05/2018 à 15:37
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
@Ryu : la french tech recrute en masse. Je ne sais pas si c'est juste un effet de mode ou si certains acteurs vont survivre et grossir, mais dans le deuxième cas, oui, il y a de l'avenir en France.
1. En pourcentage du nombre total de personne qui pourraient être active en France ça représente combien ? (est-ce que la "french tech" va employer 15 millions de français ?)
2. Comme vous dites, ce n'est pas dit que ça tienne dans le temps...
3. La masse des français ne peut pas bosser dans la tech (bon alors les managers et les commerciaux aiment peut être manger dans des restaurants donc ça fera du boulot pour servir les gros chefs, mais c'est pas ça qui va sauver les Français)

Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
Et les ingénieurs, furieux qu'on ai pas reconnu leur talent, claquent la porte.
Peut être que les managers se servent d'eux et se foutent de leur gueule et qu'en plus ils sont mal payé.

Mais le problème ce n'est pas le développeur qui rage quit sont entreprise.
Le problème ce sont les gens qui ne trouvent pas de travail, car il n'y a pas de travail.
Du coup on supprime des acquis sociaux, on diminue les aides sociales, on privatise les services, etc.

Je ne suis pas optimiste face au futur.
Je vois mal comment ça pourrait bien ce passer...
Pour moi il n'y a aucune bonne nouvelle.
La situation économique est catastrophique et la chute s’accélère.

Comme je l'ai déjà dis, le plein emploi c'est "Donnez moi une augmentation sinon j'irais trouer mieux ailleurs" avec du chômage c'est "Je suis obligé d'accepter les pires conditions de travail sinon je me retrouve au chômage", les gros patrons sont bien content qu'il y ait autant de chômage.

En plus nous sommes peut être très proche d'une crise économique plus dur que celle de 2008.
Wait & Bleed.
0  3