Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google et Facebook sous le coup de 4 accusations dans 4 pays pour avoir enfreint le RGPD
Quelques heures seulement après son entrée en vigueur

Le , par Stéphane le calme

272PARTAGES

13  0 
Google, Facebook, WhatsApp et Instagram sont accusées de forcer les utilisateurs à consentir à une publicité ciblée afin de pouvoir utiliser leurs services.

Le groupe de protection de la vie privée noyb.eu (None of Your Business), dirigé par l'activiste Max Schrems, a déclaré que les internautes ne disposaient pas d’un « libre choix ». Rappelons que, suite au scandale de Cambridge Analytica, Facebook a annoncé fin avril qu’il allait modifier sa politique de confidentialité en obligeant les utilisateurs de sa plateforme à accepter que certaines de leurs données ou activités soient collectées ou pistées en fonction de leurs interactions.

Dans un message qui a progressivement été diffusé à ses utilisateurs européens depuis la mi-mai, Facebook a entrepris de les présenter. Le message de Facebook commence comme suit :

« Svp, acceptez la mise à jour de nos conditions pour continuer à utiliser Facebook.

« Nous avons mis à jour nos conditions d’utilisation pour mieux expliquer nos services et ce que nous demandons de tous ceux qui utilisent Facebook.

« Nous vous avons facilité le contrôle de vos données, de votre vie privée, ainsi que de vos paramètres de sécurité au même endroit, ce que vous pouvez modifier en tout temps dans Paramètres. Nous avons également fait une mise à jour de notre politique d’utilisation des données ainsi que de notre politique relative aux cookies afin de refléter les nouvelles fonctionnalités sur lesquelles nous avons travaillé et pour vous expliquer un peu plus comment nous créons une expérience personnalisée pour vous ».

Google, pour sa part, a décidé de simplifier sa politique en matière de données personnelles.

« Nous avons amélioré la navigation et l’organisation de nos conditions d’utilisation pour faciliter la recherche, expliqué nos pratiques en détails et ajouté plus de détails sur les options dont vous disposez pour gérer les données personnelles collectées par nos services » avait alors expliqué William Malcolm, directeur de la protection de la vie privée chez Google.

Par exemple, la rubrique Mon Activité qui permet « d’activer ou désactiver l’historique des positions, l’activité sur le Web et les applications, l’historique des recherches YouTube et plus, sur tous les appareils connectés à votre compte ». Comme le veut la RGPD, Google a aussi amélioré la portabilité des données personnelles de ses utilisateurs. Google a ainsi mis en place le projet open source Data Transfer Project, qui permet de transférer aisément vos données d’un service à un autre.


Le problème ?

Le règlement général sur la protection des données est entré en vigueur depuis quelques heures. Il vient modifier la façon dont les données personnelles peuvent être collectées et utilisées. Même les entreprises basées en dehors de l'UE doivent suivre les nouvelles règles si elles proposent leurs services dans l'UE.

Les mesures prises par les plateformes ne sont apparemment pas suffisantes pour Maximilian Schrems, célèbre activiste autrichien. Aussi, dans ses quatre plaintes, noyb.eu soutient que les entreprises citées sont en infraction avec le RGPD parce qu'elles ont adopté une approche « à prendre ou à laisser ». Les plaintes ont été déposées par quatre citoyens de l'UE auprès de régulateurs locaux en Autriche, en Belgique, en France et en Allemagne.

Les analystes et les régulateurs s'attendaient à ce que les plaintes soient déposées peu après l'introduction de la loi, alors que les organisations et les défenseurs de la vie privée se disputent sur la façon dont la loi devrait être interprétée.


Pour Andrea Jelinek, présidente du Groupe de travail Article 29 sur la protection des données, la plainte de Maximilian Schrems tient debout. L’autrichien affirme que les procédures mises en place par Facebook et Google pour coller au RGPD ne respectent justement pas les principes de la réglementation. Soit vous acceptez que vos données soient collectées, soit vous êtes contraint de ne plus utiliser des services comme WhatsApp ou Instagram, explique-t-il au Financial Times.

Des amendes intimidantes

Certaines entreprises basées en dehors de l'UE ont temporairement bloqué leurs services à travers l'Europe pour éviter de tomber sous le coup de la nouvelle législation. D’autres ont décidé de cesser toutes leurs activités en Europe de façon définitive.

Les entreprises qui tombent sous le coup du RGPD peuvent être soumises à une amende de 20 millions d’euros ou à 4 % de leur chiffre d’affaires.

Facebook a déclaré dans un communiqué qu'il avait passé 18 mois à se préparer à s'assurer qu'il répondait aux exigences du RGPD.

Dans sa plainte, Maximilian Schrems réclame jusqu’à 4,4 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros) à Alphabet, la maison mère de Google et jusqu’à 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros) à Facebook. Pour établir ces montants, l’activiste s’est basé sur le chiffre d’affaires des deux entreprises. Google et Facebook ont fermement nié les accusations portées à leur encontre.

Source : BBC, FT

conditions d'utilisation des services Google
conditions d'utilisation des services Facebook

Voir aussi :

Facebook met à jour sa politique d'utilisation et oblige ses utilisateurs EU à accepter le pistage, sous peine de ne plus utiliser sa plateforme
Facebook va demander à ses utilisateurs d'accepter que certaines de leurs activités soient pistées, par souci de rentabilité
Le RGPD sème la panique sur le web : certaines entreprises envoient des courriels inutiles ou illégaux, des sites bloquent les européens
UK : à l'approche du RGPD, l'Université de Greenwich condamnée à une amende de 120 000 £ pour avoir exposé les données de 20 000 personnes
Microsoft présente ses solutions de conformité au RGPD, afin d'aider les entreprises à réduire les risques en matière de conformité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 11:09
Citation Envoyé par seikida Voir le message
Je crois vraiment qu'on est en face a de la mauvaise fois des europeens qui ne cherchent soient qu'a raller (car ils n'ont aucun autre but dans la vie les pauvres), soient a essayer d'avoir leur part du gateau sur les CA que tirent les geants.
Oui, on aimerait avoir notre part du gâteau, ça s'appelle les impôts. Et ça serait bien qu'ils les paient.
15  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 10:35
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Et pourquoi, ça pose problème, puisque j'en suis conscient et consentant ?
Pas forcément, Facebook collecte aussi les données des "non-users". Si tu vas sur une page qui contient un bouton j'aime, que tu sois connecté ou pas, utilisateur de facebook ou pas, facebook crée une empreinte numérique de ta connexion (ip, FAI, user-agent, adresse MAC, etc ...) et va gentiment ranger ta visite avec les autres.

Donc tu es fiché même sans être un utilisateur ni sans avoir accepté quoi que ce soit.

Pour ce qui est des utilisateurs consentants je suis plutôt d'accord avec toi, mais il faut reconnaitre que le problème de position dominante complexifie la question (aller sur un autre réseau social ok mais pour réseauter avec qui si tous mes contacts sont sur FB ?).
13  0 
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 12:09
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Je suis d'accord. Mais, on ne peut pas non plus demander aux entreprises d'accepter de ne plus faire de bénéfices parce que leurs utilisateurs n'ont pas envie de payer. Va chez un boucher, prend un rôti et 2 steacks, et part sans payer en expliquant que "non, j'aime pas leur politique publicitaire sur le trottoir" !
Si une entreprise choisi un business modèle bancale, à la limite du légale et se prend un retour de bâton quelques temps après elle ne peut s'en prendre qu'à elle même.

Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message

Déjà, cliquer sur une bouton "J'aime" de Facebook alors qu'on est pas utilisateur Facebook, faut être c..
Il n'y a pas besoin de cliquer ou que ce soit pour être choppé par un tracker.

Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message

Tu es fiché à partir du moment où tu vas sur internet. Ne pas en être conscient, c'est juste être idiot.
Tu es d'un mépris effarant. Si demain on découvre un composé chimique très nocif dans l'alimentation, est-ce que je pourrais te traiter d'idiot pour ne pas savoir que tel composant de formule chimique xyz provoque tel effet sur l'organisme?

Tout le monde ne comprend pas l'internet, comme tout le monde ne comprend pas d'autres sujets. On ne peut donc pas se protéger de tout, par manque de connaissance. La législation est là, en principe, pour nous protéger. Pour cela on donne notre voix à des représentants qui sont censé bosser les sujets. Si tu me rétorque lobbies, conflits d’intérêt, incompétences des députés, oui ça existe bien sur et il faut lutter contre.
13  1 
Avatar de kmedghaith
Membre averti https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 9:55
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Personnellement, je trouve la méthode de Google et Facebook tout à fait logique.
En gros, vous voulez utiliser nos services ? OK, voici les conditions. Si vous ne les acceptez pas, ben, alors n'utilisez pas nos services.

C'est pas comme si Google,Facebook les empêchaient de se nourrir, de boire ou de respirer. C'est juste des services web, il en existe d'autres qui font la même chose. Il suffit de changer de crémerie.
!
Justement, il n'y a pas que ca. A chaque fois que tu vas sur une page dans laquelle il y a un bouton "J'aime" de chez FB (ou autre), tes méta données (@ ip, taille écran, os, ...) sont collectées par FB et permettent de t'identifier en recoupant avec d'autres données, même si tu n'es pas connecté à FB en ce moment là. Et ca, ca pose vachement problème.
11  0 
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 10:25
Jon, on ne peut pas laisser les entreprises faire tout et n’importe quoi en se disant que les consommateurs feront le tri.
11  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 13:58
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Si c'est illégal, alors, c'est là-dessus que les associations devraient se battre.
Mais justement c'est le sujet du topic c'est ce qu'elles font

Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message

Mais, je pense que leur but n'est pas l'intérêt des utilisateurs, mais de se faire du pognon sur des gros poissons.
LQDN cherche à faire cracher les GAFAM pour leur propre bénéfice ? Arrête de penser c'est pas pour toi
8  0 
Avatar de Bono_BX
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 9:45
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Personnellement, je trouve la méthode de Google et Facebook tout à fait logique.
En gros, vous voulez utiliser nos services ? OK, voici les conditions. Si vous ne les acceptez pas, ben, alors n'utilisez pas nos services.

C'est pas comme si Google,Facebook les empêchaient de se nourrir, de boire ou de respirer. C'est juste des services web, il en existe d'autres qui font la même chose. Il suffit de changer de crémerie.
Oui et non : il y a effectivement d'autres services équivalents (et même meilleurs), mais il y a la classique position dominante. Dans ma précédente mission (chez un gros du e-commerce), on a eu un problème avec Google Shopping, à cause de leurs API qui comportaient un bug. Réponse de Google : "Oui, on est au courant, mais si vous passez par un autre service vous perdez 50% de visibilité, donc débrouillez-vous."

Google et Facebook sont des espaces de visibilité que l'on ne peut pas éviter. Pour que ta solution soit viable, il faudrait d'abord que les consommateurs changent massivement leurs habitudes. Perso, c'est fait pour Google, vive QWant pour la recherche et Lilo pour le mail ; pour Facebook, je me retrouve dans le même cercle vicieux : il faudrait que la majorité de mes amis changent, et ils ne sont pas forcément faciles à bouger !
8  1 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 13:54
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message

Déjà, cliquer sur une bouton "J'aime" de Facebook alors qu'on est pas utilisateur Facebook, faut être c..
Inutile de cliquer, il suffit d'afficher la page contenant le bouton like, FB va noter que ton empreinte a affiché le bouton like ayant pour id xyz sur l'url bidule.tld.

Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message

Tu es fiché à partir du moment où tu vas sur internet. Ne pas en être conscient, c'est juste être idiot.
C'est pas un argument ça Jon. C'est comme si tu disais "on risque sa vie en sortant son chien donc le code de la route est inutile".

C'est pas comme ça que ça marche. Il y a des règles et tu n'es pas "fiché" n'importe comment sur Internet ni par n'importe qui (sauf si tu fais n'importe quoi !). Ton FAI par exemple doit garder tes logs de connexion pendant un an (et encore une décision récente de la CJUE semble ramener cette durée à 14 jours). Les hébergeurs ont la même obligation je crois.

Là on parle d'un opérateur tiers chez lequel tu n'existes pas (tu n'as pas créé de compte et tu n'as pas accepté des conditions d'utilisations) qui enregistre des données à ton insu (tu n'as pas visité FB tu as visité bidule.com).

Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message

Personnellement, j'ai du mal à voir l'intérêt de "réseauter".
C'est ton problème, perso je n'ai ni FB, ni Twitter perso, ni gmail, je n'ai rien chez les GAFAM à part un twitter de veille techno. Mais ya plein de gens (une écrasante majorité) qui utilisent les réseaux sociaux. Et forcément ils vont là où leurs proches sont.
7  0 
Avatar de _champy_
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 28/05/2018 à 21:13
Si nous étions en dictature avec un usage réellement mal-honnête de nos données (emprisonnement de opposants politiques, discriminations economiques...), alors oui ce combat aurait un sens...
C'est la base du droit à l'oubli !!!!! Tu ne sait pas comment vas évoluer la situation politique, tu peut l'imaginer sur quelques années mais dans 60 ans tes données serons toujours la et tu pourras très bien être sous une dictature (de droite ou de gauche peut importe) !!!

Et si tu croit être à l'abri a cause de cette échelle de temps (tu seras mort) , tes enfants, tes petits enfants eu ne le serons pas !!! Il est très fréquent pour des dictateurs d'éliminer la descendance des dissidents.

Quand tu voit le poids que pèse as eux seul les outils télémétrique publicitaire, environ 90% du poids total sur certains sites (voir la news a se sujet sur développez), on peut en conclure que 90% de l'énergie utilisé pour faire vivre internet (le web pas le minage hein ) l'est en fait pour faire vivre les publicitaires. Quand on regarde les problèmes écologiques auquel notre génération est confronté c'est clairement criminel, ces gens devrais être punis très sévèrement.

Après le RGPD c'est clairement la grosse galère, sans expert , sans audit, impossible d'être sur que tu est dans les clous, du coup il y as des sous à faire et certaines boites vont en profiter.
6  0 
Avatar de kirby_blue
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 29/05/2018 à 10:42
On n'est bien d'accord. C'est donc aux consommateurs de changer, pour faire changer. Le temps que la majorité se comportera comme des moutons, nous serons tous tondus !
Il y a trois choses qui comptent dans l'Histoire :
1 : Le Nombre
2 : Le Nombre
et 3 : Le Nombre

Donc, si une majorité veut que Google & consort modifient leurs règles, alors ils changeront. Mais, ce n'est pas gagné !
Merci de croire encore au père Noël

Actuellement, la majorité des gens ne perçoivent pas l'utilisation de leurs données personnelles comme un problème. Il faudrait donc les éduquer dans ce sens. Les priorités de chacun étant ce qu'elles sont, il faudra probablement attendre quelques générations et une fameuse série de scandales à la Cambridge Analytica avant que tout le monde réalise ce qui se passe. Ça laisse aux GAFAM largement le temps de voir venir.

On peut aussi espérer que nos gouvernements fassent quelque chose. Le RGPD est un pas dans la bonne direction. Mais au niveau de l'enseignement et de l'éducation, je ne vois pas grand chose de concluant.

Idem pour la mise en place et la promotion d'alternatives libres. Déjà celles-ci n'existent que partiellement: par exemple il y a Qwant, Duckduckgo ou Lilo pour la recherche et le webmail, mais rien pour la vidéo (allez me faire croire que dailymotion
est toujours pertinent). C'est encore pire pour les réseaux sociaux ou la discussion instantanée car ces derniers nécessitent qu'absolument tous les utilisateurs migrent vers l'alternative. En plus plausible, on pourrait toujours rêver à des protocoles ouverts permettant à un concurrent de s'interconnecter avec les applications existantes. Mais à nouveau, sans volonté politique, on n'ira nulle part.

Bref, même si les initiatives de la Quadrature et de noyb.eu paraissent opportunistes, elles me semblent être un bon coup de pied dans la fourmilière nécessaire à l'évolution des mentalités. Les GAFAM pensaient qu'un formulaire de consentement leur permettrait de s'en tirer à moindre frais ? Trop facile ! C'est à force de gouttes d'eau comme celles-là que le verre finira par déborder
7  1