Microsoft, avec son offre Azure, en position de force pour remporter le projet JEDI Cloud,
En concluant un accord avec les renseignements américains

Le , par Stan Adkens

143PARTAGES

7  0 

C’est dans quelques mois le dénouement du processus de passation de marchés dans le cadre du projet JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), qui a commencé en début d’automne dernier et qui a suscité l'intérêt de grandes entreprises technologiques telles que Microsoft, Amazon, Oracle, IBM et le service informatique de General Dynamics.

En effet, le Pentagone avait d'abord signalé un contrat à plusieurs fournisseurs sur le cloud computing, mais il est revenu sur sa décision en novembre dernier, en annonçant un contrat à un seul fournisseur. C’est cette option qui est maintenue jusqu’à présent, malgré la vague de contestations des concurrents et de certains observateurs. Le dénouement de la procédure est prévu pour le mois de septembre prochain.

C’est dans cette attente que Microsoft a conclu un accord potentiellement lucratif qui rend sa plateforme de cloud computing accessible à 17 agences de renseignement américaines, faisant de lui un concurrent sérieux dans la bataille pour le projet JEDI. C’est ce qu’ont récemment déclaré les dirigeants de Microsoft en déplaçant les systèmes informatiques des agences sur les applications Office 365 et en ajoutant certaines applications cloud manquantes, selon Washington Post.

En effet, Amazone Web Services est pressenti par les autres concurrents comme l’unique favori étant donné que c’est un seul candidat qui sera retenu et que pendant des années, Amazon qui fournit le cloud computing aux entreprises et aux agences gouvernementales a été le principal fournisseur de services cloud pour les agences de renseignement américaines grâce à un contrat de 600 millions de dollars avec la CIA.

Par ailleurs, dans une conférence d’explication tenue par les dirigeants du Pentagone pour tenter de rassurer les concurrents sur la transparence du processus d’appel d’offres, Tim Van Name, le directeur adjoint du service numérique de la défense, a promis que la concurrence sera ouverte et équitablen. L'information est fournie par The Washington Post qui ajoute, citant le Pentagone : « nous voulons la meilleure solution pour le département. Nous n'avons pas de favoris ». Ce qui s'ajoute à l’inquiétude des concurrents d’Amazon, car il est le seul qui détient un contrat de 600 millions de dollars avec la CIA.

Amazon pense que la question de monopole dans la gestion du cloud computing des services du gouvernement ne se pose pas, cela dans la mesure où il dispose d’une « communauté de partenaires » dans laquelle le gouvernement peut utiliser les produits d'autres sociétés aux côtés d'Amazon, offrant ainsi d’autres options aux utilisateurs.

Toutefois, cette mise à jour dans l’offre de Microsoft pourrait changer la position de favori de AWS et relancer les hostilités.

« C'est une grande victoire dans les perspectives de Microsoft », a déclaré Dana Barnes, vice-président de l'unité de défense de la compagnie. « C'est une sorte d'éveil en ce qui concerne les services du renseignement qu’ils ne peuvent pas constituer un unique cloud. »

Microsoft fournit, par ailleurs, depuis des années des programmes informatiques de base aux services renseignement américains sous contrat avec Dell, dont certains utilisent la technologie basée sur le cloud. Des centres de données répartis dans huit régions stockent déjà des données gouvernementales séparées de toute donnée commerciale, sur des plateformes conçues pour sécuriser différents niveaux de données classifiées.

Toute chose qui milite en faveur de Microsoft dans la course au JEDI. « En ce qui concerne Microsoft, cela montre que les renseignements ont confiance en notre cloud », a déclaré Barnes. « Si les renseignements peuvent faire confiance à nos services de cloud computing, alors le gouvernement fédéral et le département de la Défense le peuvent. »

Source : The Washington Post, The Hill

Et vous ?

Que pensez-vous de ce retournement de situation ?
Pensez-vous qu'Amazon Web Services va perdre sa position de favori ?
Ne pensez-vous pas que le département de la Défense à raison en choisissant de donner le marché au concurrent qui a plus de références et d’expériences en la matière ?

Voir aussi

USA : Trump s'en prend violemment à Amazon, l'accusant d'être à l'origine d'énormes pertes économiques aux États-Unis
Google aide le Pentagone à développer une IA pour analyser les vidéos capturées par drone, et certains de ses employés sont furieux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web