Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Y a-t-il une corrélation entre diplôme et succès en tant que développeur de logiciels ?
Un acteur de la sphère donne son avis

Le , par Patrick Ruiz

196PARTAGES

8  0 
De façon traditionnelle, pour exercer en tant que développeur, il faut suivre le parcours classique d’une formation diplômante en informatique. Si l’on n’est pas de ce bord alors on est soit un autodidacte, soit issu d’une formation intensive – ce que l’on appelle communément bootcamp. Laquelle de ces voies assure de connaître du succès en tant que développeur ? Swizec Teller, développeur full stack et auteur de bouquins orientés développement en JavaScript s’est exprimé sur la question.

La liste des alternatives à la formation classique est susceptible d’être étendue. Comme Swizec Teller, on peut avoir un vécu du type « chauve-souris » avec, de façon cumulée, des formations classiques non achevées et des expériences en autodidacte, ce qui permet d’avoir une vue nuancée sur la question. « Vous n’avez pas besoin de diplôme en informatique pour avoir du succès en tant que développeur de logiciels », a-t-il déclaré à la suite d’autres acteurs de la sphère qui estiment que l’algorithmique, les arbres binaires, etc. c’est des notions bonnes pour passer des entrevues de sélection, mais inutiles sur le terrain.


Swizec Teller a cumulé cinq années d’études universitaires sans diplôme de fin de formation, mais a collaboré avec MasterCard, Commerzbank, Google, Mashable et Lyft entre autres comme il le souligne sur son site web personnel.

Le développeur reconnaît toutefois aux formations classiques un certain apport. « J’ai fait face à des problèmes auxquels je ne pouvais apporter de solutions et ce n’est que plus tard que j’ai réalisé qu’ils sont triviaux avec des années supplémentaires de cours en informatique. Avant d’assister à ces derniers, je ne savais même pas ce qu’il fallait rechercher pour trouver des ressources utiles », a-t-il ajouté. Suivre une formation classique a donc son importance et devrait, d’après le développeur, se faire « pendant le temps nécessaire pour acquérir la capacité à rechercher l’information utile par soi-même. »

« Les formations classiques vous permettent d’obtenir la plus importante des aptitudes dont vous avez besoin : un squelette de connaissances ; une carte si vous préférez. Avec une carte vous pouvez trouver votre chemin. Vous savez où se trouvent les vides. Vous savez où trouver les ressources nécessaires. Vous savez quels sont les bons termes de recherche. Vous disposez d’un grossier squelette, d’un aperçu de votre domaine et vous pouvez remplir les vides à votre guise », a-t-il écrit et d’ajouter que « c’est la première chose qui manque aux autodidactes. Ils ont connaissance de tous les petits détails, mais ne peuvent percevoir une situation comme un tout. »

Quant à ce qui est des bootcamps, il faut dire qu’ils sont prisés des personnes qui migrent d’un autre domaine vers celui de l’informatique. Le but de ces programmes est de pouvoir former dans un délai de plusieurs semaines à quelques mois, des développeurs capables de faire face aux défis de la programmation, et répondre efficacement à la demande des entreprises. On peut imaginer à propos de ces dernières qu’il s’agit de « faire voir les arbres aux apprenants, mais pas la forêt » comme l’a souligné Swizec Teller. Toutefois, d’après de récents chiffres de Statista, le nombre de personnes issues de ces cursus ne cesse d’aller croissant en Amérique du Nord et au Canada depuis 2013, l’explication étant que ces profils permettent de résoudre le déficit entre les offres d’emploi en informatique et le nombre de demandeurs disponibles. La reconnaissance des employeurs n’est-elle pas le premier pas vers le succès pour ceux et celles issus de ces créneaux non diplômants ?


Sources : medium, site web Swizec

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Le fait de posséder un diplôme en informatique assure-t-il d’avoir du succès en tant que développeur de logiciels ?

La capacité à apprendre par soi-même est-elle le facteur le plus déterminant pour avoir du succès dans cette sphère ?

Comment avez-vous appris à développer ? Quels sont les facteurs qui ont le plus contribué à ce que vous gagniez en reconnaissance auprès de vos différents employeurs ?

Voir aussi

Trolldi : comment avoir du succès en tant que développeur web ?

Comment avez-vous appris à développer ? Êtes-vous passé par le parcours classique d'une formation diplômante en informatique ou autrement ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de palnap
Membre actif https://www.developpez.com
Le 01/05/2018 à 16:43
Sauf qu'en France y a pas le choix... Pour brasser un minimum de $$$ il faut avoir minimum bac +5 avec préférence école d'ingé même en étant médiocre
15  0 
Avatar de onilink_
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 01/05/2018 à 18:03
qui estiment que l’algorithmique, les arbres binaires, etc. c’est des notions bonnes pour passer des entrevues de sélection, mais inutiles sur le terrain.
J'ai arrêté de lire a partir d'ici, je crois qu'y a pas grand chose a dire sur ça vu le niveau de pissage de code.
Personnellement, j'utilise énormément de structures de données complexes et "algorithmes" (partitionnement de l'espace, recherche binaire, etc) comme il dit (en fait je comprend pas trop comment il veut faire quoi que ce soit sans algorithmes, le simple fait de faire une bête condition ou boucle EST un algorithme...).
Pourtant je n'ai pas finis ma licence, mais y a un moment il ne faut pas se voiler la face.
La différence entre un bon et un mauvais programmeur, c'est avant tout la "culture" informatique dans son domaine.
Et par culture j'entends de très, très nombreuses choses.

Dans le domaine du jeu vidéo tout du moins savoir écrire du code est comparable a savoir lire et écrire pour un auteur écrivain, ce ne sera PAS du tout suffisant.
Il faut une connaissance minimale des mathématiques (vecteurs, trigonométrie, matrices, distances, ...), physique, algorithmique (partitionnement, pathfinding, savoir ce qu'est la complexité algorithmique, savoir utiliser les algorithmes comme qsort etc).
Il est nécessaire d'avoir une très bonne connaissances de toutes les structures de données (sans savoir forcement les implémenter de zéro, même si ça peut aider a la compréhension) générales.

Bien sur, tout dépend du domaine. Mais un développeur avec une grande connaissance et culture informatique aura un recul qui lui permettra quoi qu'il arrive d'écrire du meilleur code qu'une personne désintéressé qui "fait juste son taf".

Même si j'ai trouvé mon cursus en licence peu utile vu que j'étais un autodidacte depuis le lycée, je pense que ça reste une bonne chose pour montrer, justement ce qu'il existe (on a vu, rapidement, tout ce dont je parlais ci dessus au moins).
Un diplôme n'est qu'une base, mais au moins ça peut guider les moins curieux.

Pour donner un petit exemple non exhaustif de ce que j'utilise dans mon jeu:
- Partitionnement simple pour l'optimisation des entités
- k-d tree pour délimiter les zones (salles, donjons) et stocker les blocs événementiels (utilisés par le level designer)
- Automate cellulaire pour le moteur de lumière (et plus tard la diffusion de la température)
- Intégration de verlet et contraintes pour la physique des lianes, cordes, et objets qui "pendent"
- Raytracing pour détecter si une entité peut infliger des dégâts a une autre (pour éviter qu'elle tape a travers des murs)
- Des vecteurs absolument partout, de la trigonométrie, du cross product (très utile pour la corde ninja)...
- Perlin/Simplex noise pour de la génération procédurale de terrain, ou pour déterminer le temps (force du vent, de la pluie)
- Finite State Machines pour les entités
- A* adapté a un jeu de plateforme (donc avec gravité) pour le pathfinding des monstres (sachant que le jeu a en plus des slopes, ce n'est pas du tout trivial)
- Calculs de probabilités pour déterminer la rareté des loot, des monstres

Penser que l'on peut faire quoi que ce soit juste en sachant écrire du code, c'est se fourrer le doigt dans l'œil jusqu'au coude, et surtout ne jamais rien faire de concret (j'imagine qu'il existe des emplois nobrain ou il y a juste a suivre des directives et convertir tout ça en conditions et boucles, mais ce genre de "programmation" me semble totalement automatisable dans un futur proche, et surtout pas du tout intéressante pour le développeur...).
12  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/05/2018 à 19:09
"Y a-t-il une corrélation entre diplôme et succès en tant que développeur de logiciels ?"

Il va du métier de développeur comme de tous les métiers: La qualité du collaborateur ne dépend pas de ses diplômes mais de son expérience et de son état d'esprit.

Tout mec diplômé qui a un peu d'esprit critique vous le dira: "On trouve le même pourcentage d'imbéciles chez les diplômés comme dans n'importe quel autre groupement humain... Il y a autant de nigauds chez les médecins que dans le BTP"
7  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/05/2018 à 9:44
En France, les seuls développeurs autodidactes ou qui ne sont pas allés jusqu'au BAC+5 que je connaisse qui ont pu développer une expertise reconnue et valorisée sont tous devenus indépendants.

La raison est qu'en France, tout est basé sur les grilles de salaires qui sont directement liées au diplôme et cela reste vrai même après 20 ans de carrière ce qui est totalement débile.
Du coup, en raison de leur "faible" diplôme, ils se retrouvaient bloquer dans leur évolution au sein de l'entreprise (qu'il s'agisse d'ESN ou de clients finaux).
Pour être libre et avoir des revenus en phase avec leur niveau, il n'y a que le statut d'indépendant.

Donc oui, il est possible d'avoir du succès en France en tant qu'expert en dev/conception sans avoir un BAC+5 mais ça demande pas mal d'investissement pour se créer un capital de crédibilité de départ avec une solide réputation pour se constituer un réseau.
Alors qu'avec un BAC+5, même si c'est con, on nous accorde une légitimité de fait de notre diplôme et c'est donc plus simple et rapide.
Ca ne veut absolument pas dire qu'un BAC+5 est plus doué qu'un autodidacte passionné mais les à priori en France ont la vie dure.
7  0 
Avatar de datalandia
Bot Troll en alpha-test https://www.developpez.com
Le 01/05/2018 à 16:50
pas besoin de diplôme pour devenir pisseur de code en effet

mais pour aller plus loins il faut faire des études. L'informatique c'est pas que pisser du code. C'est des mathématiques et du génie logiciel, qui a déjà regardé un algorithme de compression ? c'est pas juste des boucle for, c'est un gros travail porté sur les maths.
De meme que développé un site web c'est ultra simple, mais pour faire de la sécurité la aussi sa passe par les mathématiques.
9  3 
Avatar de 23JFK
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 01/05/2018 à 23:43
Comme l'a dit palnap.

Y a pas besoin mais... Comme, en France, les recruteurs éliminent tous les profils sans diplômes bac+N, A moins de travailler pour soi, il n'y a pour ainsi dire aucune chance de faire ses preuves en tant que développeur sans un diplôme dans ce pays. Et cela empire d'année en année alors même que les formations sont en retard chronique sur les techno récentes.
6  0 
Avatar de Mrsky
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/05/2018 à 7:54
Un autodidacte devra toujours faire un effort supplémentaire pour montrer patte blanche, c'est chiant mais c'est comme ça. Que ce soit par des recommandations, de la contributions à de l'open-source, des publications, des projets perso, ou je ne sais quoi, il faudra que sur le papier votre profil soit intéressant.

La "bonne nouvelle" c'est que assez peu de gens font ces efforts donc pas besoin non plus de faire des trucs incroyables qui vont vous prendre tout votre temps libre.
5  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/05/2018 à 10:45
Citation Envoyé par palnap Voir le message
Sauf qu'en France y a pas le choix... Pour brasser un minimum de $$$ il faut avoir minimum bac +5 avec préférence école d'ingé même en étant médiocre
Ouais ça fait super chier...
C'est un des gros défauts de la France.
Une personne compétente mais sans diplôme gagne toujours moins qu'une personne incompétente avec diplôme.
Il faudrait un système qui fonctionne au mérite et si t'es bon tu grades et tu gagnes plus.
Je connais des gars sans diplôme qui bossent dans le monde de l'informatique et ils se font éxploiter, ils bossent à fond et ne gagnent rien. (mais heureusement pour contre balancer il y a des gens avec un doctorat qui ne sont pas très bien payé :p)

Les diplômes ça ne veut pas dire grand chose...
4  0 
Avatar de sergio_is_back
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 02/05/2018 à 11:38
Citation Envoyé par 23JFK Voir le message
Comme l'a dit palnap.

Y a pas besoin mais... Comme, en France, les recruteurs éliminent tous les profiles sans diplômes bac+N, A moins de travailler pour soi, il n'y a pour ainsi dire aucune chance de faire ses preuve en tant que développeur sans un diplôme dans ce pays. Et cela empire d'année en année alors même que les formations sont en retard chronique sur les techno récentes.
Non pas que...
En France les PME n'ont pas forcément les moyens de se payer des chasseurs de têtes et des recruteurs, beaucoup, même des grosses (50 et plus) recrutent
par le bouche à oreille, les connaissances, le réseau des collaborateurs... Après tout dépend ce que l'on vise en terme de carrière, une grande entreprise ? J'ai
déjà donné pendant presque 10 ans, c'est plus mon truc, travail trop segmenté, cadre étouffant, etc... même si la paye est quelques fois meilleure (encore que)

Petite structure : moins exigeante sur les diplômes, travail plus varié (on touche à tout), responsabilités, autonomie, possibilité d'avoir un poids sur l'orientation du projet, sur les
choix de techno, bref c'est plus valorisant... même si la paye est quelques fois inférieure (encore que)
4  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 07/05/2018 à 11:02
Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
le fait de faire travailler des salariés diplômés ne garantit pas la réussite d'un projet ; c'est mieux mais ce n'est pas une raison sinequanone
Je ne pense pas du tout que le fait que les membres de l'équipe soient diplômés donnent de meilleures chances à la réussite d'un projet ou même dire que cela soit meilleurs d'une quelconque façon que ce soit.
Ce qu'il faut, c'est une équipe compétente, motivée, complémentaire et surtout, qui sachent travailler ensemble.

Le diplôme ne garantit aucun de ces 4 points.
Ca rassure au moment de l'embauche et ça permet de ranger les gens dans les cases des grilles de salaires mais c'est tout.
Rien à voir avec la compétence, la motivation et le savoir être.

Y a des tas d'exemple où l'ont connaît des amateurs bien meilleurs que des pro et c'est valable en info et pour presque tous les domaines.
Je connais d'excellents cuisiniers dans mon entourage (dont mon épouse) et c'est dingue le nombre de resto où je ne vais plus car j'y mange nettement moins bien qu'à la maison (y compris des resto qui se disent de "haute qualité artisanale" où je paye une blinde pour être déçu à la fin).
4  0