La chambre des Lords donne au Parlement britannique la possibilité de bloquer le Brexit
En l'absence d'un accord avec Bruxelles

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Le Brexit pourrait-il être remis en cause ? C’est en tout cas une option que semble envisager la chambre des Lords britannique (la chambre haute du Parlement du Royaume-Uni, en quelques sortes l'équivalent du Sénat) qui a adopté, ce lundi 30 avril 2018, un amendement au projet de loi sur le Brexit offrant au Parlement la possibilité « de suggérer de nouvelles négociations », voire de décider d'un maintien dans l'Union européenne en l'absence d'accord avec Bruxelles. Une proposition qui a été adoptée par 335 voix contre 244.

Pour rappel, jusque-là, le gouvernement conservateur de Theresa May avait indiqué qu'il laisserait le Parlement voter sur l'accord de séparation, tout en affirmant qu'en cas de rejet, la seule option resterait une sortie sans accord. C’est cette option qu'entend désormais empêcher ce nouvel amendement.

Notons néanmoins que le texte doit revenir dans les prochaines semaines devant la chambre basse (la chambre des communes du Royaume-Uni, en quelques sortes les députés), qui l'avait adopté en janvier et qui pourraient donc modifier ou supprimer cet amendement.


Keir Starmer, le secrétaire du Brexit, a qualifié le vote de « moment extrêmement important dans la lutte pour s'assurer que le Parlement joue un rôle approprié dans les négociations sur le Brexit et que nous évitions une situation sans issue ».

Le chef des démocrates libéraux au sein de la chambre des Lords, Dick Newby, a déclaré que l'amendement « met le Parlement dans le siège du conducteur ». D’ailleurs, au cours du débat, Douglas Martin Hogg, l’un des signataires, a déclaré à ses pairs que la clause était « conçue pour faire en sorte que l'avenir de notre pays soit déterminé par le Parlement et non par les ministres ».

Concernant les options du Parlement face à Bruxelles, il a déclaré qu’une situation de « take it or leave it » (à prendre ou à laisser) ne constitue pas un véritable choix. « Cela ne nous donne pas le contrôle. Agir de la sorte reviendrait à imposer des décisions ministérielles au Parlement par la contrainte », a-t-il dit, en le qualifiant de « dictature élective d'une nature particulièrement flagrante ».

S’exprimant après le vote, Lord Callanan, un ministre du Département de la sortie de l'Union européenne, a déclaré que l'amendement « affaiblirait la main du Royaume-Uni dans nos négociations avec l'UE en donnant au Parlement des pouvoirs sans précédent et qui pourrait alors contraindre le gouvernement à aller dans la direction de leur prédilection avec les négociations - y compris essayer de garder le Royaume-Uni dans l'UE indéfiniment ».


En effet, l'amendement appelle les ministres à demander l'approbation du Parlement, à l’image du processus existant au niveau de l'UE, où les dirigeants approuvent le mandat de l'équipe de négociation de Michel Barnier.

Les élus en faveur du Brexit ont estimé que cet amendement mine fondamentalement le gouvernement. D’ailleurs, le secrétaire du Brexit, David Davis, a estimé que :

« Tout d’abord, l'amendement voudrait sécuriser un vote pour le Parlement avant même la fin des négociations. Ceci est, franchement, absurde - parce que RIEN dans cette négociation n'est accepté tant que TOUT n'est pas convenu.

« Ensuite, il exige des votes spécifiques par des échéances artificielles qui, si elles ne sont pas respectées, donneraient au parlement le pouvoir de microgérer le gouvernement sur la façon de mener ces négociations ».

Pour lui, ce changement donnerait à la Commission européenne « une incitation claire à retarder les négociations ou à présenter des propositions inacceptables ».

Les conséquences du Brexit sur le marché de l’IT ?

Cas de l’industrie du jeu

L’année dernière, le cabinet d’études Ukie a livré son analyse sur la santé de l’industrie du jeu vidéo en Grande-Bretagne dans son ensemble. Face aux problématiques qui ont suivi le Brexit (les talents - développeurs internationaux -, les marchés - incertitude quant aux futures relations commerciales avec l’UE -, les données - comment traiter celles d’utilisateurs hors de la Grande-Bretagne ? -, le financement - l’industrie a profité de financements européens comme Creative Europe), près de la moitié des entreprises dans le secteur ont envisagé de délocaliser une partie, voire toutes leurs activités, à l’extérieur des frontières britanniques. À ce propos, 23 % d’entre elles ont même été approchées par d’autres entités dans des pays comme l’Allemagne, le Canada, la France, l’Espagne, les États-Unis, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande.

Source : The Sun, BBC

Et vous ?

Que pensez-vous de cet amendement ?
Partagez-vous l'appréhension de David Davis qui craint de voir Bruxelles s'en servir pour maintenir la Grande-Bretagne en UE ?
Êtes-vous pour ou contre le Brexit ?
Êtes-vous pour ou contre le Frexit ?

Voir aussi :

Brexit : 40 % des entreprises britanniques de jeux vidéo envisagent de délocaliser une partie ou toutes leurs activités, d'après une enquête
Les citoyens britanniques pourraient perdre leurs domaines en .eu après le Brexit, d'après un communiqué de la Commission européenne


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de scandinave scandinave - Membre averti https://www.developpez.com
le 01/05/2018 à 10:53
Encore une entourloupe semblable au traité de Lisbonne. Les peuples vote mais le gouvernement pas outre. "Ahh bah désolé, on doit resté, on à pas trouvé d'accord satisfaisant". Qu'on ne vienne plus me dire qu'on est en démocratie.
Avatar de Aurelien Plazzotta Aurelien Plazzotta - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 01/05/2018 à 11:12
Les puissants du monde n'ont aucune envie qu'un pays recouvre sa souveraineté nationale, ça pourrait faire des émules...

Leur histoire d'efffondrement économique et de retraits massifs de capitaux n'est que de la poudre aux yeux pour décourager les états provinces de l'UE de recouvrer leur liberté comme les britanniques.
A la base, un traité qui n'inclut aucune condition de sortie ne peut etre QUE DE L'ENTOURLOUPE...
Avatar de Etre_Libre Etre_Libre - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 01/05/2018 à 11:15
Le peuple a voté avec un quasi 50/50 ; on peut pas dire que le Brexit soit un choix unanime, loin de là...
Avatar de datalandia datalandia - Bot Troll en alpha-test https://www.developpez.com
le 01/05/2018 à 11:32
l'ue est une bonne chose, c'est ce qui nous unis face aux forces du mal extérieure qui cherchent a nous détruire.
L'UK la bien compris mais pour pas perdre la face, trouve un prétexte pour rester, mais nous ne sommes pas dupe, l'ue lui offre un bouclier très avantageux
Avatar de Neckara Neckara - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 01/05/2018 à 11:51
Ce n'est pas non-plus comme si certains promoteurs du brexit avaient délibérément mentis lors des débats puis avaient fuit leurs responsabilités une fois leur victoire acquise…
Ni même que certains votants ont votés le brexit pour faire pression sur l'UE sans penser une seule seconde que le brexit l'emporterait.
Avatar de sevyc64 sevyc64 - Modérateur https://www.developpez.com
le 01/05/2018 à 12:13
Citation Envoyé par scandinave Voir le message
Encore une entourloupe semblable au traité de Lisbonne. Les peuples vote mais le gouvernement pas outre. "Ahh bah désolé, on doit resté, on à pas trouvé d'accord satisfaisant". Qu'on ne vienne plus me dire qu'on est en démocratie.
Citation Envoyé par Etre_Libre Voir le message
Le peuple a voté avec un quasi 50/50 ; on peut pas dire que le Brexit soit un choix unanime, loin de là...
Oui, le "leave" a été majoritaire, avec 51.9% des votes exprimés. Avec une participation à 72.2%, cela fait 37,5% des inscrits pour le "leave". Si on ramène ça à l'ensemble de la population, incluant les non inscrits, on va être pas loin des 30%

Et oui, c'est ça la démocratie dans les pays modernes, une minorité de personne décide démocratiquement pour l'ensemble d'un peuple. Et bien souvent ensuite, ceux sont justement ceux qui ne sont pas aller voter qui sont les premiers à se plaindre.

Quant aux politiques, ensuite, ce qu'ils en font du vote ....

De toute façon, un référendum est certainement la plus mauvaise des armes démocratique, car dans 99% des cas, on ne vote pas pour répondre à la question posée, mais on vote pour ou contre les personnages qui portent les arguments. Dans 99% des cas, le référendum n'est pas une consultation du peuple, mais un vote de confiance ou de défiance envers, souvent, l'équipe en place
Avatar de datalandia datalandia - Bot Troll en alpha-test https://www.developpez.com
le 01/05/2018 à 16:54
Citation Envoyé par sevyc64 Voir le message
De toute façon, un référendum est certainement la plus mauvaise des armes démocratique, car dans 99% des cas, on ne vote pas pour répondre à la question posée, mais on vote pour ou contre les personnages qui portent les arguments. Dans 99% des cas, le référendum n'est pas une consultation du peuple, mais un vote de confiance ou de défiance envers, souvent, l'équipe en place
non le référundum et une bonne chose, le probleme c'est l'abstention.
Si on forcait les gens a voter a coup d'ammende, peut etre que le peuple qui rale aurait enfin le candidat qu'il souhaite au pouvoir et la bonne décision pour le référundum.
Sans abstention, il y'aurait pu avoir 70% de brexit 30% pourt rester en UE ou inverssement

Si Mr White avait gagné (j'ai dit interdire l'absention pas le vote blanc, il faut le prendre en compte), alors peut etre que la question et mal posé et donc refaire un référendum sous un autre aspect, vous voulez rester en UE mais qu'es ce qui vous fais chier le plus en UE : immigration, optimisation fiscale,...etc par ordre de priorité et ensuite faire pression a bruxelle pour booter les réfugiées et sonner les cloche a l’Irlande, malte,...etc.
Avatar de BenoitM BenoitM - Membre expert https://www.developpez.com
le 01/05/2018 à 17:58
Citation Envoyé par datalandia Voir le message
non le référundum et une bonne chose, le probleme c'est l'abstention.
Si on forcait les gens a voter a coup d'ammende, peut etre que le peuple qui rale aurait enfin le candidat qu'il souhaite au pouvoir et la bonne décision pour le référundum.
Sans abstention, il y'aurait pu avoir 70% de brexit 30% pourt rester en UE ou inverssement

Si Mr White avait gagné (j'ai dit interdire l'absention pas le vote blanc, il faut le prendre en compte), alors peut etre que la question et mal posé et donc refaire un référendum sous un autre aspect, vous voulez rester en UE mais qu'es ce qui vous fais chier le plus en UE : immigration, optimisation fiscale,...etc par ordre de priorité et ensuite faire pression a bruxelle pour booter les réfugiées et sonner les cloche a l’Irlande, malte,...etc.
Un referudum sur un truc aussi abstrait que oui/non à l'UE c'est débile.
On ne sait même pas les conséquences du non...
Finalement le RU va sortir de quelles politique de l'UE? Ils va rester dans lesquelles?
Il va quitter Erasmus? Il va quitter l'ESA? Il va quitter la recherche européen? ect
Avatar de sevyc64 sevyc64 - Modérateur https://www.developpez.com
le 01/05/2018 à 18:19
Citation Envoyé par datalandia Voir le message
non le référundum et une bonne chose, le probleme c'est l'abstention.
Si on forcait les gens a voter a coup d'ammende, peut etre que le peuple qui rale aurait enfin le candidat qu'il souhaite au pouvoir et la bonne décision pour le référundum.
Sans abstention, il y'aurait pu avoir 70% de brexit 30% pourt rester en UE ou inverssement
Relis ce que j'ai écrit. Dans le cas du référendum, ce n'est pas vraiment l'abstention le principal problème.

Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
Un referudum sur un truc aussi abstrait que oui/non à l'UE c'est débile.
On ne sait même pas les conséquences du non...
Tout à fait, il est impossible de répondre à cette question, car on ne connait pas les conséquences de l'une ou l'autre des décisions et surtout les différences pour l'avenir si l'une ou l'autre des réponses est choisi.
Et on ne peut pas compter sur les politiques pour nous expliquer car au final même eux n'en savant pas plus que nous.

Surtout quand les dit-politiques, pour le cas de la France, les plus acharnés à prôner la sortie de l'UE sont eux-mêmes membres et actifs du justement parlement européen. Beau paradoxe que de contribuer à faire vivre et fonctionner une institution que l'on prétend pourtant vouloir quitter car dysfonctionnante. D'autant plus beaux, que les concernés ne veulent absolument pas quitter cette place dorée, qui se battent à chaque élection pour garder le siège.

Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
Finalement le RU va sortir de quelles politique de l'UE? Ils va rester dans lesquelles?
Il va quitter Erasmus? Il va quitter l'ESA? Il va quitter la recherche européen? ect
C'est justement tout l'enjeu des accords en cours de négociation. Quels avantages souhaite-on conserver et quel prix on est prêt à y mettre, à quels avantages est-on prêt à renoncer. Et comment arriver à minimiser le montant des "dommages et interets" que nous réclame l'institution pour notre départ.
Car, oui, le Royaume-Unis (ou devrait-on dire seulement l'Angleterre ? car d'union il n'y en a pas eu sur ce vote) s'était imaginé quitter l'Europe et tous les inconvénients quelle impose mais en continuant à en bénéficier de tous les avantages et surtout sans quasiment rien débourser.
Avatar de joublie joublie - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 01/05/2018 à 19:40
Extrait :
Citation Envoyé par datalandia Voir le message
ce qui nous unis face aux forces du mal extérieure qui cherchent a nous détruire.
Chouette ! On dirait du George Walter Bush ou du Ronald Reagan, c'est dire le remarquable niveau de perspicacité, sans parler des fautes de français grosses comme des mézonds.
Au moins dans Star wars c'était divertissant, le Bien contre le Mal et autres âneries pour gamin de cinq ans.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil