Une ville américaine suspend la délivrance de nouveaux permis d'exercer comme mineur de cryptomonnaies
Pour une durée de 18 mois

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
Le maire de la ville de Plattsburgh dans l’État de New York a introduit un texte de loi portant suspension de la délivrance de nouveaux permis d’exercer comme mineur de monnaies cryptographiques dans le cadre d’une réunion tenue au début de ce mois. Le magazine Vice rapporte que ce dernier a été approuvé à l’unanimité par les membres du conseil municipal jeudi dernier. La mairie n’accepte pas de nouvelles demandes de permis d’exercer dans cette filière pour 18 mois ; de même, les requêtes en cours d’examen sont mises en stand by pour la même durée.

Cette décision fait suite à des plaintes relatives aux changements survenus sur les factures mensuelles d’électricité des résidents de la ville. Le minage de monnaies cryptographiques – l’activité qui consiste à mettre des ressources informatiques (puissance de calcul) à profit pour générer des jetons – est reconnu comme étant extrêmement énergivore. Une étude de Digiconomist parue sur cette plateforme en novembre 2017 fait état de ce que l’énergie consommée par une transaction en bitcoins – la toute première des monnaies cryptographiques – équivaut à celle de huit foyers en un jour. Le site PowerCompare a pour sa part mis en lumière le fait que le réseau Bitcoin a consommé plus d’énergie que 160 pays sur une année dans une autre étude publiée sur cette plateforme en décembre 2017.


La ville de Plattsburgh est attractive pour le coût de la facture d’électricité de 50 % en dessous de la moyenne étasunienne. Les particuliers déboursent 4,5 centimes par KWh d’énergie (contre 10 centimes par KWh en moyenne sur l’ensemble des États-Unis) ; les entreprises industrielles paient même deux fois moins avec une facture qui s’élève à 2 centimes par KWh, une mesure mise sur pied pour attirer le plus grand nombre à venir s’installer dans la localité ; un état de choses qui attire de plus en plus de mineurs de monnaies cryptographiques.

La recrudescence des activités de minage a conduit la ville à dépasser la capacité de 104 mégawatts par mois fournie par son barrage hydroélectrique en janvier. Résultat, les habitants se sont retrouvés avec 100 à 200 $ d’excédents sur leurs factures pour rétribuer les entreprises du marché ouvert qui ont fourni l’excédent d’énergie électrique nécessaire.

Il faut souligner à nouveau que le texte de loi ne vise que les nouvelles entreprises désireuses de faire partie de ce paysage. Les anciennes continueront d’exercer, d’où la période d’une année et demie pour tester des solutions de sortie de la crise. Une première approche voudrait que les mineurs paient les excédents sur la facture globale ; le maire envisage également de revoir le coût du KWh à la hausse en ce qui concerne les entreprises qui exercent dans le minage. Les parties prenantes à ces échanges ne devraient pas avoir de difficultés à trouver un terrain d’entente puisque les mineurs sont plus qu’enclins à coopérer.

Sources

Site Web de la mairie de Plattsburgh

Motherboard

Votre opinion

Que pensez-vous globalement du minage de monnaies cryptographiques au vu des enjeux climatiques actuels ?

Quelle solution préconiseriez-vous en tant que représentant d’entreprise de minage de monnaies cryptographiques ? Payer l’excédent sur la facture globale ou accepter que le coût du KWh soit revu à la hausse ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 17/03/2018 à 9:19
Je considère le cryptominage comme un gaspillage de ressources. Il serait préférable de les utiliser pour un but plus noble et moins vénal tel que la recherche scientifique. Au delà des enjeux climatiques, nous sommes plus de 7 milliards sur Terre et en juillet nous aurons consommé ce que la planète peut fournir en une année. Ce qui veut dire qu'une grande partie de la population est privée d'accès à l'énergie et à l'eau avec ce que cela implique comme conséquences. Utiliser ces ressources pour remédier à cet état de fait serait bien plus judicieux afin d'éviter nombre de conflits. Personnellement, les enjeux sont tellement importants que je ne serai pas un patron pratiquant le cryptominage ou alors avec une technologie moins gourmande en ressources fossiles. L'uranium est limité également même s'il y en a pour plus longtemps que le pétrôle et le gaz.

J'investirai plus ces ressources dans les énergies vertes ou renouvelables en optimisant de manière rationnelle leur exploitation.
Avatar de CoderInTheDark CoderInTheDark - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 19/03/2018 à 22:31
Je pense surtout que le cryptage monopolise des ressources pour rien.
Pas seulement l'électricité, les matières premières pour fabriquer des ordinateurs qui ne servent que à cela.
Quand je pense à la pénurie de GPU à cause de ça. arfffffff
Le monde tourne à l'envers

Je me demande si à un moment il y aura plus de mineurs que d'utilisateurs.

Je propose de brancher les vélos de fiteness sur les datacenters
Les calories sont une matière première quasi inépuisable aux us.
J'ai moi même un portefeuille à investir, qui se réduit certe.

Bon je vais au coin
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 20/03/2018 à 10:25
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Que pensez-vous globalement du minage de monnaies cryptographiques au vu des enjeux climatiques actuels ?
Ça dépend de la source de l'énergie, si c'est du nucléaire ou du renouvelable ça ne change rien au climat.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Quelle solution préconiseriez-vous en tant que représentant d’entreprise de minage de monnaies cryptographiques ? Payer l’excédent sur la facture globale ou accepter que le coût du KWh soit revu à la hausse ?
Le prix du kWh devrait être plus élevé pour les mineurs de monnaies.

Récemment j'ai vu une vidéo avec 2 économistes qui parlaient de cryptomonnaie :

J'ai trouvé ça intéressant.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil