Publicité en ligne : l'autorité française de la concurrence pourrait lancer une enquête contentieuse
Visant Google et Facebook comme en Allemagne

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
D'après le quotidien Reuters, Google et Facebook sont ciblés par l’autorité française de la concurrence alors qu'elle a annoncé mardi étudier l’opportunité d’ouvrir une enquête contentieuse dans la publicité en ligne. Cette décision fait suite à une étude de deux ans sur le secteur ; laquelle a révélé des pratiques problématiques de certains acteurs du marché.

« Nous avons vu beaucoup d’acteurs se plaindre de comportements sur le marché », a expliqué la présidente de l’autorité Isabelle de Silva lors d’une conférence de presse. Il s'agit notamment d'accusations de couplage, d’exclusivité, d’effet de levier, de discriminations, de freins à l’opérabilité et de restrictions en matière d’accès et d’exploitation des données.

Dans son enquête, le gendarme de la concurrence a interrogé une cinquantaine d’annonceurs, une soixantaine de fournisseurs de services et une quinzaine d’éditeurs. Isabelle de Silva explique que l'étude menée par l’autorité n’était pas de nature contentieuse, mais les éléments recueillis pourront éventuellement l’amener à déclencher une enquête. À propos, une décision serait prise dans un délai de quelques mois.

Depuis 2016, Internet est devenu en France le premier support de publicité pour les annonceurs, devant la télévision, grâce à un taux de croissance élevé. En 2017, le taux de croissance est passé à 12 %, valorisant ainsi le marché de la publicité en ligne à 4,1 milliards d’euros, selon des chiffres de la profession. Le problème est qu'il y a un gros déséquilibre dans le partage de la valeur du marché : les éditeurs, notamment les sites de médias, ne toucheraient que 40 % des dépenses des annonceurs, au profit de quelques entreprises intermédiaires.

« Si l'on prend la photographie en 2018 du marché, ce qui ressort très fortement c’est les positions écrasantes de Google et Facebook », a souligné la présidente de l'autorité de la concurrence. Cela indique que les deux géants américains sont visiblement les cibles, même si Isabelle de Silva précise qu'ils n'ont pas été les seuls visés par les critiques recueillies lors de l’étude.


Rappelons que ce n'est pas la seule enquête du genre qui pourrait menacer les géants américains de la publicité en ligne. Le mois dernier, le régulateur allemand de la concurrence a ouvert une enquête sur le secteur de la publicité en ligne qui cible particulièrement Facebook et Google. Cette enquête fait suite à des préoccupations selon lesquelles un manque de transparence et une position « importante » occupée par Google et Facebook pourraient fausser les conditions du marché.

Certains acteurs du marché jugent que ces deux entreprises ont mis en place des systèmes fermés qui rendent plus difficile pour les annonceurs de mesurer de manière indépendante la couverture ou l'impact de leurs annonces et qui permettraient également à ces géants de la publicité en ligne de favoriser leurs propres produits sur leurs plateformes. Des inquiétudes concernant l'accès aux données des consommateurs et leur utilisation ont également été soulevées. Facebook et Google ont un accès exclusif à des volumes de données particulièrement importants, par exemple en raison d'une interaction directe avec les utilisateurs. Cela leur donne donc d'énormes avantages qui, selon les plaintes, pourraient fausser la concurrence sur le marché. À ce stade, il s'agit encore d'une enquête préliminaire, mais l'Office allemand des cartels pourrait ensuite ouvrir une enquête sectorielle complète en fonction des résultats de son enquête initiale.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Que trouvez-vous illégal dans le fait que Facebook et Google aient des positions écrasantes dans la publicité en ligne ?

Voir aussi :

Le régulateur antitrust allemand ouvre une enquête sur le secteur de la publicité en ligne, Facebook et Google ciblés pour leur position dominante
Allemagne : Facebook accusé d'abus de position dominante dans la manière de collecter les données personnelles de ses utilisateurs
Facebook : un tribunal allemand déclare illégale l'utilisation des données privées, après une plainte d'un défenseur des droits des consommateurs


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil