Effet RGPD : Facebook révèle ses principes de confidentialité pour la première fois
Pour vous aider à choisir quelles données partager et avec qui

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
La directrice des opérations de Facebook, Sheryl Sandberg, a annoncé la semaine dernière que la société va créer un nouveau centre de confidentialité qui va regrouper les paramètres du réseau social en un seul endroit. Eh bien, Facebook vient de publier ses principes de confidentialité pour la première fois et envisage encore de déployer des vidéos éducatives pour aider les utilisateurs à contrôler les accès à leurs informations. C'est ce qu'a annoncé aujourd'hui Erin Egan, Chief Privacy Officer du numéro un des réseaux sociaux.

Ces nouvelles mesures prises par Facebook s'inscrivent dans le cadre d'un plan de préparation à l'entrée en vigueur du RGPD le 25 mai. Visant à donner aux Européens plus de contrôle sur leurs informations et la manière dont les entreprises les utilisent, le Règlement général sur la protection des données (RGPD) est la plus grande révision des règles de confidentialité des données personnelles depuis la naissance d'Internet. Il prévoit une pénalité pouvant aller jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires annuel global ou 20 millions d'euros (en fonction du montant qui sera le plus élevé) pour les entreprises qui seront en violation de la loi. Sont notamment concernées par ce règlement les industries qui recueillent une grande quantité de données sur leurs clients, des entreprises technologiques aux assureurs et aux banques.

Facebook est donc l'une des premières cibles du RGPD, d'autant plus que l'entreprise est déjà confrontée à plusieurs enquêtes de la part des autorités de protection des données (DPA) de certains pays l'UE, sur l'utilisation des données des utilisateurs et le suivi des activités en ligne. Et pour les décisions qui ont déjà été rendues dans les différents pays, Facebook a d'ailleurs été trouvé en violation de la vie privée des utilisateurs ; les DPA ayant constaté que le géant américain collecte et utilise de manière illégale les données de ses utilisateurs, mais également des non-utilisateurs. Facebook est même accusé en Allemagne, dans le cadre d'une enquête antitrust, de profiter de sa position dominante pour extorquer des données personnelles aux utilisateurs. Mais dans chacun des cas, la firme de Mark Zuckerberg s'est réfugiée sous les lois européennes actuelles en la matière qui visiblement ne semblent pas être adaptées au contexte actuel ; ce qui justifie d'ailleurs la mise en place du RGPD.


Pour revenir aux principes de confidentialité publiés par Facebook, lesquels sont distincts des termes et conditions d'utilisation convenus lors de l'ouverture d'un compte, il s'agit de donner aux utilisateurs plus de contrôle sur leur confidentialité, mais aussi leur donner la possibilité de décider quelles informations partager, et avec qui. « Nous savons que Facebook est avant tout une plateforme d’échange, mais tout le monde n’a pas envie de tout partager avec tout le monde, même avec nous. Il est important que vous ayez des choix concernant la manière dont vos données sont utilisées », a écrit Egan dans un billet de blog.

Les principes de confidentialité de l'entreprise consistent également à aider les utilisateurs à comprendre comment leurs données sont utilisées, à garantir la sécurité de ces informations, à améliorer constamment les nouveaux contrôles et à rendre des comptes aux régulateurs. « En plus de contrôles complets de confidentialité, nous testons rigoureusement la sécurité des données de nos produits. Nous rencontrons également des régulateurs, des législateurs et des experts dans le monde pour avoir leur avis sur nos pratiques et politiques de données », explique l'entreprise.

Toutes ces informations – y compris la politique d'utilisation des données, les paramètres pour permettre aux utilisateurs de contrôler les publicités qui leur sont présentées ou encore gérer leur confidentialité – sont regroupées en un seul endroit sur la page Privacy Basics de Facebook. D'après Facebook, à compter de ce lundi, les utilisateurs seront invités à travers leurs fils d'actualités à vérifier leurs paramètres de confidentialité, pour s'assurer qu'ils sont d'accord avec les données qu'ils partagent et les personnes avec qui elles sont partagées.

Sources : The Guardian, Principes de confidentialités de Facebook

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Un premier pas acceptable vers le respect de la vie privée des utilisateurs de Facebook ?
Qu'attendez-vous concrètement de Facebook en matière de protection des données ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 19/04/2018 à 18:48
Facebook prévoit de retirer 1,5 milliard de ses utilisateurs de la portée du RGPD,
en modifiant ses clauses d'utilisation

Si le RGPD va limiter ce que les entreprises peuvent faire avec les données, notamment celles qui sont transmises en ligne, des citoyens de l’Union européenne, le réseau social Facebook a apporté des changements pour que cette couche de protection ne s’étende pas à la plus grande part de ses utilisateurs.

Comme Reuters le rappelle, les membres de Facebook à l'extérieur des États-Unis et du Canada sont actuellement régis par des conditions d'utilisation convenues avec le siège international de l'entreprise en Irlande.

Le mois prochain, Facebook prévoit de restreindre ces conditions d’utilisation uniquement aux utilisateurs européens, ce qui signifie que 1,5 milliard de membres en Afrique, en Asie, en Australie et en Amérique latine ne seront pas couverts par le Règlement général de protection des données de l'Union européenne.

Une décision stratégique que Facebook a confirmée mardi à Reuters, montrant que le numéro un des réseaux sociaux souhaite réduire son exposition au GDPR, lequel permet aux régulateurs européens d'imposer des amendes aux entreprises pour avoir collecté ou utilisé des données personnelles sans le consentement des utilisateurs.

Cela élimine une énorme responsabilité potentielle pour Facebook, car la nouvelle loi de l'UE prévoit des amendes allant jusqu'à 4 % du revenu annuel global pour les infractions, ce qui dans le cas de Facebook pourrait signifier des milliards de dollars.

Le changement intervient alors que Facebook est surveillé par les régulateurs et les législateurs de par le monde depuis le scandale relatif à Cambridge Analytica.

Le changement affecte plus de 70 % des 2 milliards de membres de Facebook. En décembre, Facebook comptait 239 millions d'utilisateurs aux États-Unis et au Canada, 370 millions en Europe et 1,52 milliard d'utilisateurs ailleurs.


Facebook, comme beaucoup d'autres entreprises technologiques américaines, a établi une filiale irlandaise en 2008 et a profité des faibles taux d'imposition des sociétés du pays, acheminant à travers elle les revenus de certains annonceurs à l'extérieur de l'Amérique du Nord. Cette filiale est soumise à la réglementation appliquée par l'Union européenne de 28 pays.

Facebook a déclaré que ce changement n'a pas d'implications fiscales.

Dans un communiqué remis à Reuters, Facebook a minimisé l'importance du changement des conditions de service, déclarant qu'il prévoyait de mettre à la disposition du reste du monde les contrôles et les paramètres de confidentialité que l'Europe obtiendrait dans le cadre du GDPR.

« Nous appliquons les mêmes protections de confidentialité partout, que votre accord soit avec Facebook Inc ou Facebook Ireland », a déclaré la société.

Qu'est-ce que cela implique ?

En pratique, le changement signifie que les 1,5 milliard d'utilisateurs concernés ne pourront pas déposer de plainte auprès du commissaire irlandais à la protection des données ou devant les tribunaux irlandais. Au lieu de cela, ils seront régis par des lois américaines plus clémentes en matière de protection de la vie privée, a déclaré Michael Veale, chercheur en politique technologique à l'University College London.

Facebook aura plus de marge de manœuvre dans la façon dont il gère les données sur ces utilisateurs, a déclaré Veale. Certains types de données, tels que l'historique de navigation, par exemple, sont considérés comme des données personnelles en vertu du droit de l'UE, bien qu’elles ne soient pas protégées aux États-Unis, a-t-il expliqué.

Plus tôt ce mois-ci, le directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré à Reuters que son entreprise va appliquer « globalement » le droit de l'UE sur l’ensemble de ses déclinaisons, sans pour autant préciser quelles parties seraient éludées.

L'Irlande n'aurait pas été au courant

En effet, un responsable irlandais, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a déclaré ne pas savoir que Facebook envisageait de transférer des responsabilités aux États-Unis ou de diminuer la présence de Facebook en Irlande, où le réseau social cherche à recruter plus de 100 nouveaux employés.

Facebook a publié une version révisée des modalités de service il y a deux semaines, et elles devraient entrer en vigueur le mois prochain.

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de cette stratégie ?
Avatar de Christian Olivier Christian Olivier - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 20/04/2018 à 11:47
Facebook va demander à ses utilisateurs d’accepter que certaines de leurs activités soient pistées
Par souci de rentabilité

Suite au scandale de Cambridge Analytica, Facebook devrait très bientôt modifier sa politique de confidentialité en obligeant les utilisateurs de sa plateforme à accepter que certaines de leurs données ou activités soient collectées ou pistées en fonction de leurs interactions.


« ;Tout le monde, quel que soit l’endroit où il se trouve, sera invité à examiner des informations importantes sur la façon dont Facebook utilise leurs données et à faire des choix concernant la [protection de] leur vie privée sur Facebook ;», a indiqué l’entreprise sur son blog. Et l’entreprise d’ajouter : « ;Vous avez le choix de nous laisser ou non accéder à ces données. Vérifiez les informations de votre profil et retirez tout ce que vous ne voulez pas partager. ;»

Concrètement, l’utilisateur pourra accepter ou modifier les paramètres de certaines fonctionnalités proposées sur le réseau social, notamment celles impliquant le suivi de ses activités, l’accès à tout ou partie de ses données ou l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par le biais des « ;fenêtres d’autorisation ;». Ces dernières affichent plusieurs paragraphes de texte explicatif et des boutons permettant de modifier les options ou d’accepter les conditions sans modification.


Un bouton « ;accepter et continuer ;» mis en évidence par sa couleur bleue pourra être activé sur ces fenêtres d’autorisation, lorsque l’utilisateur souhaite poursuivre son interaction. Un second bouton « ;gérer la configuration des données ;» est présent sur la même fenêtre, mais il ne devrait pas être possible de refuser les conditions proposées. Les utilisateurs seraient dès lors contraints d’accepter les conditions d’utilisations du service et sa nouvelle politique de confidentialité. Une manière peut-être pour l’entreprise de donner à ses utilisateurs l’illusion du contrôle de ses données ;?


La firme devrait également proposer des outils améliorés pour consulter, supprimer et télécharger les données qu’elle recueille. Elle devrait aussi limiter certaines fonctions disponibles sur sa plateforme lorsque celle-ci est utilisée par des mineurs.

La firme de Menlo Park estime ces mesures nécessaires afin de garantir un niveau de rentabilité acceptable pour ses opérations, sachant que la majeure partie de ses revenus sont tirés de la publicité et que le ciblage des annonces publicitaires sur sa plateforme s’avèrerait être le principal catalyseur de la croissance de ses revenus. Elle a d’ailleurs précisé qu’il est impossible d’échapper ou de bloquer complètement la publicité ciblée sur sa plateforme.

Rob Sherman, responsable adjoint de la sécurité chez Facebook, a déclaré à ce propos que le réseau social commencerait cette semaine à solliciter la permission de ses utilisateurs européens pour diverses utilisations de Facebook, tout en insistant sur le fait qu’à la base, « ;Facebook est un service financé par la publicité ;». Il a par conséquent a tenu à préciser que « ;toutes les publicités sur Facebook sont ciblées dans une certaine mesure, ce qui est également vrai pour la publicité hors ligne. ;» Il terminera en rappelant que « ;les gens peuvent choisir de ne pas être sur Facebook s’ils le désirent. ;»

Ces nouvelles mesures devraient notamment permettre au géant technologique américain d’aligner sa politique de confidentialité aux nouvelles exigences européennes en matière de protection des données qui seront prochainement introduites avec l’entrée en vigueur de la directive RGPD. En outre, elles devraient permettre aux utilisateurs de limiter l’accès à certains types de données utilisées habituellement pour cibler les publicités.

Source : Independent, Newsroom Facebook, Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de ces nouvelles mesures ?
Quel regard portez-vous sur le réseau social Facebook depuis les révélations de l’affaire Cambrigde Analytica ?

Voir aussi

Facebook va déployer de nouveaux outils pour donner aux utilisateurs plus de contrôle de leur vie privée en préparation à l'entrée en vigueur du RGPD
Facebook prévoit de retirer 1,5 milliard de ses utilisateurs de la portée du RGPD, en modifiant ses clauses d'utilisation
Avatar de Mercenary Developer Mercenary Developer - Membre habitué https://www.developpez.com
le 20/04/2018 à 13:48
... C'est qu'effectivement « ;les gens peuvent choisir de ne pas être sur Facebook s’ils le désirent ;».
Avatar de LSMetag LSMetag - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 20/04/2018 à 14:27
J'ai bien sûr tout refusé. Je ne quitte pas Facebook avant d'être sûr que je puisse effacer mes données. Si ça se trouve, si tu n'as plus de compte, tu ne peux plus le faire.
Avatar de Namica Namica - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 20/04/2018 à 19:27
Citation Envoyé par Mercenary Developer Voir le message
... C'est qu'effectivement « ;les gens peuvent choisir de ne pas être sur Facebook s’ils le désirent ;».
NON.
Même les non-membres de FB sont pistés et profilés par FB par le biais des plugins sociaux qui affublent une majorité de sites.
Avatar de JackIsJack JackIsJack - Membre habitué https://www.developpez.com
le 21/04/2018 à 7:35
Facebook vous piste ?
Oh mon dieu vous allez recevoir de la publicité pertinente et adapté à vos envies !
Qu'on appelle la police : rendez leur la publicité neutre !
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 10:51
Facebook a mis à jour sa politique d'utilisation et oblige ses utilisateurs européens à accepter le pistage,
sous peine de ne plus utiliser sa plateforme

Suite au scandale de Cambridge Analytica, Facebook a annoncé fin avril qu’il allait modifier sa politique de confidentialité en obligeant les utilisateurs de sa plateforme à accepter que certaines de leurs données ou activités soient collectées ou pistées en fonction de leurs interactions.

« ;Tout le monde, quel que soit l’endroit où il se trouve, sera invité à examiner des informations importantes sur la façon dont Facebook utilise leurs données et à faire des choix concernant la [protection de] leur vie privée sur Facebook ;», indiquait alors fin avril l’entreprise sur son blog. Et d’ajouter : « ;Vous avez le choix de nous laisser ou non accéder à ces données. Vérifiez les informations de votre profil et retirez tout ce que vous ne voulez pas partager. ;»

Dans un message qui est progressivement diffusé à ses utilisateurs européens depuis quelques jours déjà, Facebook a entrepris de les présenter.

Le message de Facebook commence comme suit :

« Svp, acceptez la mise à jour de nos conditions pour continuer à utiliser Facebook.

« Nous avons mis à jour nos conditions d’utilisation pour mieux expliquer nos services et ce que nous demandons de tous ceux qui utilisent Facebook.

« Nous vous avons facilité le contrôle de vos données, de votre vie privée, ainsi que de vos paramètres de sécurité au même endroit, ce que vous pouvez modifier en tout temps dans Paramètres. Nous avons également fait une mise à jour de notre politique d’utilisation des données ainsi que de notre politique relative aux cookies afin de refléter les nouvelles fonctionnalités sur lesquelles nous avons travaillé et pour vous expliquer un peu plus comment nous créons une expérience personnalisée pour vous ».


Les conditions relatives à sa « politique de données » avancent que « Nous utilisons les informations que nous avons sur vous - y compris des informations sur vos intérêts, actions et connexions - pour sélectionner et personnaliser les annonces, offres et autres contenus sponsorisés que nous vous montrons ».

Concrètement, l’utilisateur pourra accepter ou modifier les paramètres de certaines fonctionnalités proposées sur le réseau social, notamment celles impliquant le suivi de ses activités, l’accès à tout ou partie de ses données ou l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par le biais des « ;fenêtres d’autorisation ;». Ces dernières affichent plusieurs paragraphes de texte explicatif et des boutons permettant de modifier les options ou d’accepter les conditions sans modification.

Un bouton « ;accepter et continuer ;» mis en évidence par sa couleur bleue pourra être activé sur ces fenêtres d’autorisation, lorsque l’utilisateur souhaite poursuivre son interaction. Un second bouton « ;gérer la configuration des données ;» est présent sur la même fenêtre, mais il ne devrait pas être possible de refuser les conditions proposées. Les utilisateurs seraient dès lors contraints d’accepter les conditions d’utilisations du service et sa nouvelle politique de confidentialité ou de renoncer à utiliser le réseau social.

L’entreprise propose également des outils améliorés pour consulter, supprimer et télécharger les données qu’elle recueille. Elle devrait aussi limiter certaines fonctions disponibles sur sa plateforme lorsque celle-ci est utilisée par des mineurs.

Pour Facebook, ces mesures sont nécessaires afin de garantir un niveau de rentabilité acceptable pour ses opérations, sachant que la majeure partie de ses revenus sont tirés de la publicité et que le ciblage des annonces publicitaires sur sa plateforme s’avèrerait être le principal catalyseur de la croissance de ses revenus. L’entreprise a d’ailleurs précisé qu’il est impossible d’échapper ou de bloquer complètement la publicité ciblée sur sa plateforme.

Cette nouvelle politique intervient la veille de la mise en application du RGPD en Europe qui entrera en vigueur dès le 25 mai.

Pour Johnny Ryan, « Facebook joue à un dangereux " chicken game " avec les régulateurs. La lecture d'une décision récente du tribunal de première instance de Bruxelles montre à quel point c'est dangereux pour l'entreprise ». Le chicken game est un modèle de conflit opposant deux joueurs dans la théorie des jeux - un domaine des mathématiques qui s'intéresse aux interactions des choix d'individus (appelés "joueurs" qui sont conscients de l'existence de ces interactions.

Source : Johnny Ryan, Facebook

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Facebook va déployer de nouveaux outils pour donner aux utilisateurs plus de contrôle de leur vie privée en préparation à l'entrée en vigueur du RGPD
Facebook prévoit de retirer 1,5 milliard de ses utilisateurs de la portée du RGPD, en modifiant ses clauses d'utilisation
Les utilisateurs de Facebook aux États-Unis semblent ne pas être disposés à abandonner le réseau social, malgré le scandale C.A
Facebook envisage d'effectuer des dépenses colossales pour mieux contrôler les publicités politiques, bien plus que les revenus qu'il va en retirer
Facebook licencie un ingénieur qui aurait abusé de son accès privilégié aux données privées des utilisateurs pour traquer les femmes en ligne
Avatar de Pierre Fauconnier Pierre Fauconnier - Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 12:52
Citation Envoyé par Rapmerd3ur Voir le message
Je n'utilise plus Facebook depuis une vingtaine d'années. C'est triste de voir qu'il est devenu un site Internet.
Facebook a été créé en 2004 (et en plus, tu es collégien...)...
Avatar de seikida seikida - Membre actif https://www.developpez.com
le 11/05/2018 à 2:27
Facebook met à jour sa politique d'utilisation et oblige ses utilisateurs EU à accepter le pistage
Sous peine de ne plus utiliser sa plateforme
J'ai envie de dire que Facebook a raison de le faire.
Tout "le monde" utilisent Facebook en sachant tres bien que ce dernier collecte les donnees et s'en sert (c'est son bussiness modele).
Il faudrait tout s'implement que Facebook affiche sur son formulaire d'inscription un bouton a cocher "J'accepte que Facebook me piste et revente les infos qu'il aura collecte sur moi a des tiers personnes"
En faisant ca, personne ne pourra dire "Ah mais je ne savais pas" et Facebook sera tranquille !
Il ne faut pas se voiler la face, meme en faisant ainsi ils auront quand meme des inscriptions donc qu'est ce qu'ils attendent?

Aujourd'hui pour exister en tant qu'individu Facebook est presque une necessite ... c'est bien triste mais c'est vrai.
Et c'est une obligation si tu as une societe (tu en a besoin si tu souhaites avoir une bonne visibilite).

("tout le monde" = une grande partie des gens)
Avatar de Namica Namica - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 11/05/2018 à 8:48
Citation Envoyé par seikida Voir le message
...
Il faudrait tout s'implement que Facebook affiche sur son formulaire d'inscription un bouton a cocher "J'accepte que Facebook me piste et revente les infos qu'il aura collecte sur moi a des tiers personnes"
...
C'est nettement insuffisant. Il faut encore détailler quelles sont les données collectées, les buts poursuivis, etc.
Voir RGPD : Un guide pratique pour les développeurs
Contacter le responsable de la rubrique Accueil