Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Bouygues, Free, Orange et SFR dépenseront 3 milliards d'euros sur 3 ans pour déployer massivement la 4G
Et assurer une meilleure couverture réseau

Le , par Christian Olivier

194PARTAGES

1  0 
Matignon a récemment annoncé avoir obtenu, sur proposition de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), un accord d’investissement s’étalant sur trois ans avec les quatre opérateurs de téléphonie mobile qui opèrent sur le territoire français, à savoir Bouygues Télécom, Free, Orange et SFR.

Cet accord devrait permettre d’améliorer de manière significative la couverture réseau et la qualité du service fourni aux consommateurs. Il prévoit notamment que les opérateurs de téléphonie mobile français mettent sur la table 3 milliards d’euros environ pour déployer un réseau 4G et s’assurer qu’il n’y aura plus de lacunes dans la couverture réseau (« ;des zones blanches ;») d’ici 2020.

Pour ce faire, chaque grand opérateur se serait engagé à investir plus rapidement et de manière plus conséquente pour renforcer les infrastructures de téléphonie (antennes, pylônes ou autres). L’État aurait demandé à chaque opérateur de fournir jusqu’à « ;5000 installations supplémentaires ;».

En parallèle, chacun d’eux devrait s’atteler à assurer une couverture réseau efficiente sur les principales voies de transport, et en particulier sur les 30 ;000 km de voies ferrées incluant les lignes de TER. SFR, Orange, Free et Bouygues Télécom devront également mutualiser certains de leurs équipements pour en finir avec les « ;zones blanches ;».

« ;Nous allons faire en trois ans ce que nous avons fait jusqu’ici en quinze ans pour déployer la téléphonie mobile ;», a assuré Julien Denormandie, le secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, avant d’ajouter : « ;je veux en finir avec le je ne capte pas, je te rappelle ;» ;!

Il a poursuivi en affirmant : « ;jusqu’à présent, on considérait comme “couvert” un village où un opérateur était présent, mais sans se soucier de sa qualité de service ;! Demain, il devra fournir un service de bonne qualité. Grâce à notre accord, il n’y aura plus de “zones blanches”, identifiées par les élus locaux, où des Français vivent sans avoir accès à une téléphonie de qualité ;».

En juillet 2017, les réseaux 4G de SFR, Bouygues Telecom, Orange et Free Mobile couvraient respectivement 74 %, 70 %, 69 % et 47 % de la population dans les zones de faible densité (chiffres Arcep). Denormandie a déclaré que le nouveau plan de déploiement triennal devrait apporter la couverture 4G à plus de 10 ;000 villes et villages actuellement desservis par des réseaux 2G ou 3G.

Interrogé sur la part de financement de l’État, le secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires a tenu à préciser : « ;pas un seul centime ne proviendra du budget ;» ;! En contrepartie, l’administration Macron devrait prolonger les licences d’exploitation attribuées à ces opérateurs de télécom au lieu de tenir une nouvelle vente aux enchères, abandonnant ainsi les revenus futurs. Il faut rappeler que la dernière vente aux enchères de fréquence qui a eu lieu en 2015 avait permis à l’État d’engranger 2,8 milliards d’euros.

« ;L’ensemble du deal est contraignant, avec des obligations assorties de sanctions, et non de simples engagements ;», a expliqué Julien Denormandie qui semble convaincu que les opérateurs tiendront leurs promesses.

Source : Reuters, JDD

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Ces mesures vous paraissent-elles suffisantes pour que les Français bénéficient d'une meilleure couverture réseau ?

Voir aussi

Macron veut une loi contre les fake news en période électorale l'accès à Facebook ou Twitter pourrait-il être bloqué en cas de fausses informations ?
Emmanuel Macron veut accélérer son plan « très haut débit » partout en France, mais en y glissant du haut débit

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !