Alphabet utilise des lasers plutôt que des ballons pour faciliter l'accès à Internet en Inde
Dans le cadre de son projet Loon

Le , par Christian Olivier

122PARTAGES

6  0 
La société X a récemment annoncé le nouveau partenariat qu’elle a établi avec le gouvernement de l’État indien de l’Andhra Pradesh (AP) par le biais de l’entreprise de télécom locale AP State FiberNet Limited (APSFL), une entité à part entière de l’État d’AP qui est supervisée par le Département de l’énergie, de l’infrastructure et de l’investissement. Cette collaboration devrait permettre à la société APSFL d’exploiter la technologie de communication optique en espace libre (free-space optical communication, FSOC) développée par la société X dans le cadre du projet Loon.

La technologie FSOC de la société X, utilise un système d’émetteurs-récepteurs basé sur les lasers (signaux lumineux) pour fournir une connectivité haut débit sur de longues distances. On pourrait la comparer à un système de transmission de données par fibres optiques, sauf que dans le cas présent il n’y a pas de câble. Et ce serait justement cette absence de câble qui facilite grandement le déploiement de cette nouvelle technologie considérée par X comme une solution viable, fiable, peu couteuse et facile à mettre en œuvre.



S’agissant du projet Loon, il faut rappeler qu’il a été initié par la société X, une filiale d’Alphabet plus connu sous le nom de Google X Lab ou Alphabet X. Ce projet ambitionne de fournir un accès à Internet de qualité satisfaisante, voire haut débit, dans les zones les plus reculées du globe ou les moins bien desservies. Pour satisfaire à cet objectif, l’entreprise technologique américaine peut s’appuyer sur les différentes solutions qu’elle a déjà mises au point, à savoir :

  • un réseau de ballons stratosphériques gonflés à l’hélium qui flottent dans la stratosphère à environ 20 kilomètres d’altitude. Chaque ballon joue le rôle d’un relai qui peut couvrir une surface de 5000 kilomètres carrés avec des débits équivalents à ceux de la 3G ou de la 4G. Ces ballons sont équipés d’émetteurs-récepteurs pour la transmission du signal, d’un système de contrôle embarquant une balise GPS et de panneaux solaires qui leur confèrent plus de 100 jours d’autonomie.

  • un réseau de petits boîtiers perchés sur des tours et placés à plusieurs kilomètres de distance. Ces hubs seraient capables de transmettre des données en se servant de la technologie FSOC développée par la filiale d’Alphabet.

Comme l’a rappelé la société de télécom indienne, son programme AP Fiber Grid auquel la filiale d’Alphabet a été associée vise à « ;mettre en place une infrastructure de réseau hautement évolutive, accessible de manière non discriminatoire ;; à offrir une connectivité haut débit abordable et de bout en bout de 15 à 20 Mb/s pour les ménages et de 100 Mb/s à 1 Gb/s pour les institutions et les entreprises d’ici 2018 afin de permettre la réalisation de la Vision de l’AP numérique. ;»


C’est dans cette optique que l’APSFL a amorcé le déploiement de deux mille unités FSOC qui seront intégrées dans le backbone à haut débit de son réseau et qui devraient permettre à l’entreprise de couvrir les zones rurales et éloignées de manière rentable. Cette initiative des autorités indiennes fait partie d’un plan qui vise à connecter 12 millions de foyers à Internet avant 2019. Actuellement, 20 % seulement des 53 millions d’habitants de l’État d’AP auraient accès au Web.

Ce pourrait être les prémices d’un programme plus ambitieux puisque 70 % environ des habitants de l'Inde sont encore concentrés dans les zones rurales où il est parfois difficile d'avoir accès à l’électricité et à Internet haut débit.

Source : Blog société X, Société X, APSFL

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Pour la première fois, Google perd un de ses 36 000 brevets pour une « interférence », ce qui pourrait lui coûter son Project Loon
Explosion d'une fusée de SpaceX : Mark Zuckerberg se dit déçu par la destruction du satellite Amos-6, coup dur pour l'initiative Free Basics
Free Basics, l'initiative d'accès gratuit à Internet de Facebook court-elle à sa perte ? Après l'Inde, le service est également suspendu en Égypte

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/12/2017 à 10:58
Un peu de brouillard qui génère de la diffraction à outrance et il n'y a plus de débit du tout.
C'est pas révolutionnaire leur truc, je trouve cela surtout peu fiable.
Bref surtout une annonce pour faire le buzz et montrer que leurs ingénieurs ne se tournent pas les pouces mais ils ne travaillent surement pas pour l'avenir dans ce cas là pour moi.
1  0 
Avatar de AoCannaille
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 18/12/2017 à 14:43
Citation Envoyé par transgohan Voir le message
C'est pas révolutionnaire leur truc, je trouve cela surtout peu fiable.
Clair, on avait ça à l'Université Paris XI, et effectivement, dès qu'il faisait moche, ça marchait moins bien... Mais c'était jamais coupé par contre.
1  0 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/12/2017 à 15:43
Pour y avoir vécu le brouillard parisien est rarement dense comparé à d'autres coins de France ce qui peut expliquer la performance.
1  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web